24 Heures du Mans 2023
16 juin 2023

Ferrari, la masterclass du Mans (*)

Il vous suffira de dire « J’étais au Mans en 2023 » pour qu’on réponde « voilà un homme de goût ! » (**) S’il était une édition à ne pas rater, c’était bien celle-ci. Et c’est en fin connaisseur que Jacques Vassal s’est fait accréditer pour cette course du siècle.

En fin limier des scènes et des pistes, il avait senti l’exceptionnel. Les nouvelles hypercars. Les marques. Les modèles. Les pilotes. Tout était rassemblé pour cela. 24 Heures d’action et de suspens dont on espère que les lecteurs se sont rassasiés devant leurs écrans.

Et du début à la fin c’est Ferrari, avec son premier Le Mans depuis un demi siècle, qui a fait exploser de bonheur les tifosi et les autres.

Quel plus beau vainqueur que la marque la plus glorieuse de l’histoire de la course ? On y revient avec plaisir dans ce billet d’ambiance.

Classic Courses

Dans notre série sur Le Mans, vous pourriez aussi aimer :
Grand Prix de l’ACF 1906
Rétromobile 2023, la belle histoire
Pierre Fillon, Président de l’Automobile Club de l’Ouest
Le Mans – Grand Prix de l’ACF 1921
24 Heures du Mans, 100 ans de légende

24 Heures du Mans
Grille de départ – Le Mans 2023 © FIA WEC FocusPackMedia – Marius Hecker

Grosse cote, vraiment ?

24 Heures du Mans
Le Mans 2023 © FIA WEC FocusPackMedia – Marcel Wulf

Qui aurait parié sur la victoire d’une Ferrari au terme de ces 24 Heures du centenaire ? Alors que les 499 P n’en sont qu’à leur deuxième année en compétition et à leur première tentative dans la Sarthe ? En inscrivant leur Hypercar rouge à bande jaune au sommet du classement, signant – enfin ! – la 10ème victoire de Maranello dans la Sarthe, Antonio Giovinazzi, Alessandro Pier Guidi et James Calado se sont montrés dignes successeurs de Luigi Chinetti / Lord Selsdon (1949, 166 MM, première édition d’après-guerre et première tentative d’une Ferrari).

Ou, plus près de nous, d’Olivier Gendebien / Phil Hill (1958, 61 et 62), de Gendebien / Paul Frère (1960, Testa Rossa), de Scarfiotti / Bandini (1963), de Guichet / Vaccarella (1964, 275 P), voire avec le NART, de Masten Gregory / Jochen Rindt (1965, 250 LM). Depuis lors, des Ferrari d’usine (512 S puis 312 P et PB) sont revenues au Mans, d’autres encore (512 BB / LM, 333 SP) par le biais d’écuries privées mais jamais, au grand jamais elles n’ont pu tenir la tête jusqu’au bout.

Pourtant, avec les deux 499 P, c’était loin d’être gagné d’avance. Comme si souvent au Mans ! « Le Mans choisit son vainqueur », nous rappelle Jacky Ickx, orfèvre en la matière. Les Ferrari 51 et 50 étaient bien toutes les deux en première ligne de la grille de départ après l’exercice de l’Hyperpole sur 30 minutes, le jeudi soir, réservée aux 8 plus rapides de chacune des trois catégories.

Peugeot en tête, merci les safety cars !

Peugeot 9X8 n°93 – Le Mans 2023 © FIA WEC FocusPackMedia – Jan Patrick Wagner

Mais de la coupe aux lèvres… Les Toyota toujours rapides et fiables, les Cadillac en grande forme, les Porsche encore à craindre, les Peugeot en embuscade, voire les Glickenhaus tenaces… Toutes laissaient planer l’incertitude. Ajoutez à cela les sorties de route en pagaille (Cadillac, Porsche…) en début de course, les orages inondant un tronçon du circuit tandis qu’un autre restait sec, des « slow zones » transformant même au dire de certains, la nature même de la course tandis que les voitures de sécurité à répétition bousculaient classements, hiérarchies et pronostics.

Toyota GR010 Hybrid – Le Mans 2023 © FIA WEC FocusPackMedia – Jan Patrick Wagner

A tel point qu’en début de soirée, les Peugeot se retrouvaient inopinément en tête… derrière safety-car ! Peugeot n’allait être doublé que quatre heures plus tard. Au matin, la Toyota n° 7 ayant dû abandonner, c’était la ° 8 (Sébastien Buemi / Brian Hartley / Iro Hirakawa) qui menait la danse. Antonio Giovinazzi tentait alors de rapprocher la Ferrari. Un audacieux dépassement de Pier Guidi qui avait pris le relais, faisait pencher la balance dans le clan italien…

Une bataille digne d’un Grand Prix

24 Heures du Mans 2023
Ferrari AF CORSE 499P N°51 – Le Mans 2023 © FIA WEC FocusPackMedia – Jan Patrick Wagner

Jusqu’au ravitaillement à l’issue duquel la 499 P redémarrait après un très, trop long temps d’attente (problème d’électronique ayant nécessité un reset). Tout était à recommencer mais tout restait à craindre ! Dans un suspens digne des grandes heures du Mans, on se prenait à rappeler la lutte finale de 1969 entre Porsche 908 (Hans Herrmann) et Ford GT40 (Jacky Ickx).

Cadillac Racing – Le Mans 2023 © FIA FIA WEC FocusPackMedia – Jan Patrick Wagner

Une faute de pilotage du Japonais Hirakawa, qui avait relayé Brendon Hartley (sortie de route sur les graviers, suivie d’un passage au stand pour changer un capot et vérifier que la Toyota n’avait rien de grave), offrait à la Ferrari (dont James Calado avait repris le volant) un matelas de sécurité de 3’22 ». La Ferrari, sauf catastrophe improbable, ne pouvait plus être rattrapée. Et la Cadillac n° 2 d’Earl Bamber / Alex Lynn / Richard Westbrook, à plus de 2’50 » de la japonaise, devait s’en tenir à la 3e marche du podium. La Ferrari 499 P n° 50, elle, se classait 5e et les Glickenhaus devançaient finalement les Peugeot !

24 Heures du Mans 2023
Glickenhaus 007 n°708 – Le Mans 2023 © FIA FIA WEC FocusPackMedia – Marius Hecker

Les autres ou la gloire du Mans

Au championnat du monde (WEC), les points glanés au Mans valent le double de ceux des autres épreuves et du coup Toyota, vainqueur à Sebring, Portimao et Spa, n’est plus si sûre de sa domination.

Podium Hypercars-LMP2-GT – Le Mans 2023 © FIA WEC FocusPackMedia – Gabi Tomescu

Un peu éclipsées par le somptueux spectacle offert par la catégorie reine, les LMP 2 se sont bien bagarrées, la 34 d’Inter Europol Competition (Smiechowski /Costa / Scherer) et la 41 en particulier. A un moment, on comptait quatre Oreca/Gibson aux quatre premières places et très proches à la distance.

Porsche 911 RSR IRON DAMES 85 – Le Mans 2023 © FIA WEC FocusPackMedia – Marcel Wulf

En GT, la Corvette n° 33 (Catsburg / Keating / Varrone) assure une victoire qui, à l’issue d’une bagarre serrée avec notamment la Porsche d’Iron Dames, console le clan américain où, en Hypercars, les Cadillac (3e et 4e) et les Glickenhaus (6e et 7e) ont fait très bonne figure.

Glickenhaus 007 n°709 – Le Mans 2023 © FIA WEC FocusPackMedia – Marius Hecker

Succès populaire exceptionnel

Le Mans 2023 © FIA WEC FocusPackMedia – Gabi Tomescu

Mais pour les spectateurs et les journalistes, l’ambiance populaire et le succès exceptionnel de cette édition du centenaire, plus médiatisée que d’ordinaire ( Sauf par la « bien-pensante » télévision publique [NDE]) est le résultat non pas tant du millésime et du chiffre 100, que de la participation de cinq grands constructeurs en Hypercars, dont trois pour un grand retour officiel (Ferrari, Peugeot, Cadillac), deux pour maintenir un palmarès au sommet (Toyota, Porsche), sans oublier de valeureux artisans (Glickenhaus et même Vanwall).

Podium Hypercar – Le Mans 2023 © FIA FIA WEC FocusPackMedia – Jean-Patrick Wagner
24 Heures du Mans 2023
Ferrari AF CORSE – Antonio Giovanazzi (ITA) – Alessandro Pier Guidi (ITA) – James Calado (GBR) – Le Mans 2023 © FIA WEC FocusPackMedia – Harry Parvin
24 Heures du Mans 2023
Ferrari AF CORSE – Antonio Giovanazzi (ITA) – Alessandro Pier Guidi (ITA) – James Calado (GBR) – Le Mans 2023 © FIA WEC FocusPackMedia – Harry Parvin

Et puis une belle brochette de pilotes connus, dont des anciens de la F 1 (Esteban Gutierrez, Jean-Eric Vergne, Robert Kubica, Paul Di Resta, Sébastien Bourdais, Sébastien Buemi et même Jacques Villeneuve, le Champion du Monde 1997 recruté in extremis par Vanwall ***), ou Antonio Giovinazzi, l’un des trois vainqueurs ferraristes de cette édition réellement historique (un mot qui, pour une fois, n’est pas usurpé). De quoi, c’est sûr, faire réfléchir un certain Charles Leclerc, invité très remarqué et spectateur ô combien attentif dans le stand Ferrari-AF Corse… »

Jacques Vassal – photos ACO, WEC

Classement des 24 Heures du Mans 2023

Notes

* Les master class, ou classe de maître en français, sont organisées sur le schéma d’une conférence, où l’intervenant partage son expérience ou sa maîtrise d’un sujet, et propose aux participants d’échanger à ce sujet.

** Il vous suffira de dire « J’étais à Austerlitz » pour qu’on réponde « voilà un brave ! ». ( Napoléon à Austerlitz)

*** Jacques Villeneuve sera remplacé à quelques jours du Mans par Tristan Vautier, à l’initiative de Vanwall.

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le !

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

Visitez notre boutique en ligne :

Vos commentaires les plus récents :

  • Linas27 sur Pedro et Ricardo Rodriguez – 2: “Vous n’êtes pas le seul … Pas « ancien combattant » , ancien passionné au jugement clairvoyant.Juin 19, 17:26
  • PASCAL STARTARI sur Pedro et Ricardo Rodriguez – 2: “C’était quand même un sacré pilote, courageux, intrépide et particulièrement habile sous la pluie, comme en témoignent les récits de…Juin 19, 15:15
  • PASCAL STARTARI sur Pedro et Ricardo Rodriguez – 2: “Alors là je suis entièrement d’accord avec vous. La course des 24 heures du Mans cette année était assez particulière…Juin 19, 15:00
  • fmr sur Pedro et Ricardo Rodriguez – 2: “Merci beaucoup pour la qualité de votre site et pour cet article concernant les frères Rodriguez. Une rumeur (je dis…Juin 19, 14:57
  • richard JEGO sur Pedro et Ricardo Rodriguez – 2: “En voyant cette photo des 917 à la sortie de DRUIDS , on ne peut qu’etre admiratif des pilotes et…Juin 19, 12:20

D’autres articles à découvrir :

4.5 4 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

16 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments

Contribuez à Classic-Courses

Pour raconter l’histoire de la course automobile, il nous faut du temps, de la documentation, des photos, des films, des contributeurs de tous âges et des geeks qui tournent comme des F1 !

Nous soutenir

Pour que notre aventure demeure bénévole et collaborative et que nous puissions continuer à écrire nos articles au gré de nos envies, en toute indépendance.