Patrick Tambay, le Castellet, essais d’hiver 1983

4 1 voter
Évaluation de l'article

Patrick Tambay priait Rossano d’être prudent sur l’autoroute pendant que Forghieri était à fond dans la ligne droite du Mistral.

Texte de Rossano Candrini, traduit de l’italien par Jean-Paul Orjebin

Dans la même série
Rossano Candrini 1 – L’ami d’Enzo Ferrari
Rossano Candrini 2  – Fiorano
Rossano Candrini 3  – Modène et Hollywood
Rossano Candrini 4  – Ma 288 GTO
Rossano Candrini 5  – Test secret
Rossano Candrini 6  – Une 250 Gte
Rossano Candrini 7  – Padrone bienveillant
Rossano Candrini 8  – Merci Ingegnere Forghieri
Rossano Candrini 9  – La Ferrari 4 portes
Rossano Candrini 10 – Paris truqué
Rossano Candrini 11 – Partie de billard avec Gilles
Rossano Candrini 12 – 12 Cylindres au col d’Abetone
Rossano Candrini 13 – Ascanio Lucchi
Rossano candrini EX – Souvenirs de Zandvoort 65
Rossano Candrini 14 – Villeneuve au Japon en 1977µ
Rossano Candrini 15 – Kyalami 1982

Golf GTi
La Golf Veloce de Rossano 1983 Circuit Paul Ricard (c) Rossano Candrini

Patrick Tambay était désigné pour effectuer ces journées d’essais d’hiver au Castellet, chargé de développement de 126 C3. A la fin de la journée, le pilote transalpin souhaitait repasser chez lui à Cannes, mais il était sans voiture. Forghieri me demanda si j’étais disposé à faire l’aller et retour pour accompagner son pilote. Je connaissais un peu Patrick pour l’avoir croisé souvent à Fiorano et avoir diné à sa table un soir à Zeltweg en Autriche. J’acceptais volontiers, c’était une occasion agréable de faire ce déplacement avec le pilote français.

Patrick Tambay
Tambay Castellet test hiver 1983 Circuit Paul Ricard (c) Rossano Candrini

Début 1983, je roulais dans une Golf GTI dont nous avions modifié la carrosserie et ajouté de la puissance au moteur. En un instant, mon ami Augusto et moi étions dans la voiture et Patrick à mes côtés. En France, la limitation de vitesse était déjà en vigueur, je l’avais oublié, à peine arrivés sur l’autoroute, l’aiguille du compteur était déjà à 180 km/h.

Après quelques minutes à cette allure, Patrick,  de sa main gauche, a tiré sur mon pantalon pour soulever mon pied de l’accélérateur, tout en me disant que la police française était très stricte sur les excès de vitesse, qu’il ne fallait pas dépasser 130 km/h. J’ai bien sûr écouté ses conseils et simplement regretté de ne pas pouvoir montrer au champion français que ma GTI verte était véloce.

En dehors de cet épisode, le voyage fut des plus agréables, Tambay qui possède assez bien notre langue nous a parlé de son expérience en junior dans l’équipe nationale de ski Français dont le plus grand champion était Jean-Claude Killy. Il était convaincu que les épreuves de descente à skis étaient plus dangereuses que la Formule 1.

Patrick Tambay
Tambay essais hiver 1983 Circuit Paul Ricard (c) Rossano Candrini

Le soir, nous étions de retour pour dîner, près de la cheminée dans ce merveilleux hôtel de La Cadière où toutes les équipes se retrouvaient régulièrement. A minuit, tout le monde était au lit afin d’être en forme pour les essais du lendemain, programmés à 10h. Ce, d’autant qu’avec Forghieri, il était prévu d’arriver beaucoup plus tôt au circuit pour vérifier l’état de la piste potentiellement glissante en cette période hivernale.

En effet, lorsque nous sommes arrivés, la direction du circuit avait mis le feu au rouge par mesure de sécurité. L’Ingénieur Forghieri incrédule et impatient comme d’habitude me fit un signe et ordonna : «  Candrini, viens avec moi ! ». Nous voilà partis dans sa Lancia Thema Turbo de service pour vérifier la présence ou non de verglas sur la piste.

Mauro, sourire moqueur aux lèvres, satisfait de démentir les ordres de la direction du circuit. De fait, dans la courbe de Signes au bout de la longue ligne droite du Mistral, à l’époque sans chicane, la Thema n’a pas tourné et nous sommes partis en double tête à queue, c’était une patinoire. Nous sommes rentrés au box et Mauro laconiquement a dit aux mécaniciens en dialecte : « Ragaz le mei aspetter un po’  »  – « Les gars, on attend un peu ».

Mauro Forghieri
Tom, Tambay, Forghieri 1983 Circuit Paul Ricard (c) Rossano Candrini

Texte de Rossano Candrini, traduit de l’italien par Jean-Paul Orjebin

4 1 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
4 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
NQP

Vous êtes sûrs pour la dernière image ? En 1983, Ferrari était en Goodyear, et le casque ressemble fort à Reutemann…

Last edited 16 jours plus tôt by NQP
Linas27

Bien vu NQP : C. Reutemann 1978, casque Bell avec pub Cinzano et casquettes pneus Michelin

Olivier Rogar

C’est bien. Très bien. Il y en a qui suivent ! 😀
Ceci étant celui qui est important sur cette photo c’est Forghieri.

C-A Durgnat

Merci pour cet article sympa. Notez que Patrick Tambay a remplacé chez Gilles Villeneuve qui s’est tué à Zolder 8 mai 1982, soit il y a 40 ans jour pour jour.