Choisir entre Modène et Hollywood

4.5 2 votes
Évaluation de l'article

Le moment ou tout aurait peut-être basculé pour Rossano Candrini si l’attachement viscéral à Modène n’avait pas été plus fort que Sunset Blvd .

Jean-Paul Orjebin, traducteur des souvenirs de Rossano Candrini


Dans la même série :
Rossano Candrini 1
Rossano Candrini 2

Quand il faut choisir entre Modène et Hollywood

Cette photo me renvoie dans le temps, il y a maintenant plus de 50 ans.

Il me semble incroyable que cela fasse un demi-siècle. C’était la première voiture neuve qu’achetait mon père. Avant celle-ci, toutes étaient d’occasion, sa théorie était qu’à les acheter d’occasion, quelqu’un d’autre faisait la perte initiale.

Probablement sans le dire à la maison, il voulait se payer un dernier plaisir, sentant que son voyage terrestre était proche de se terminer.

C’est vrai que Papa est mort en mars 1971 et de cette belle et nouvelle Ferrari 365 gt 2 + 2 Altaïr, il n’a pas eu le temps d’en profiter longtemps.

Pour moi, jeune homme de 20 ans, j’étais très excité à l’idée que mon père achetait cette voiture car je savais que je pourrais l’utiliser comme je l’entendais.

Je me souviens très bien que le Dr. Amerigo Manicardi, directeur des ventes, avait   convaincu mon père de changer la couleur gris métallisé qu’il avait commandée pour un superbe vison métallisé en lui disant : « c’est une teinte nouvelle, le Commandatore l’aime beaucoup. »

Ainsi la voiture a été livrée de couleur vison métallisé avec un bel intérieur en cuir clair.

Ils m’ont accordé le droit de suivre la construction de la 365 à l’usine, ils n’ont pas eu à me le dire deux fois.

Je faisais presque partie de la maison à Maranello, je connaissais tout le monde, du concierge aux différents ouvriers, tout au long de la chaîne de montage. C ‘était une nouvelle génération de voitures pour la Maison Ferrari en particulier pour le confort de conduite.

Elle semblait presque ′′ elettrica ′′ par rapport aux Ferrari 250 précédentes qu’avait possédées mon père.

Ferrari
A-gauche-Amerigo-Manicardi @ DR.jpg

A propos du Signore Manicardi, il me revient le souvenir suivant. J’habitais à Modène via Trento Trieste, dans un immeuble dont l’entrée jouxtait celle des bureaux que Ferrari avait conservés à cette adresse. Un matin, sortant de chez moi, je tombe sur Amerigo Manicardi et Carlo Benzi, ils discutaient sur le trottoir devant le portail d’accès au siège de Ferrari. Carlo Benzi m’invite à entrer et ajoute que le Dr Manicardi allait nous suivre avec le client qu’il attendait. Cela faisait quelques petites minutes que j’étais installé dans son bureau lorsqu’il y pénétra avec un célèbre acteur américain qui devait rencontrer le Commandatore un peu plus tard dans la journée.

Le Dr. Manicardi comme d’habitude, une fois assis, a retiré ses chaussures et glissé confortablement ses pieds sur, ou plutôt dans le tapis très épais sous son bureau. C’était son originalité, Il aimait recevoir les clients sans chaussures, en fumant son éternelle pipe offerte par je ne sais quel Prince ou Emir, toujours bourrée d’un tabac blond et doux.

Après une brève conversation qui m’a été traduite par Manicardi, cet acteur attendait une réponse de moi … elle est arrivée en même temps que le rouge sur mon visage.

Il disait qu’il m’invitait, dans les studios en Amérique, car à ses dires j’avais l’air intéressant pour le cinéma, il m’aurait fait auditionner….

De la folie pour moi, j’étais marié depuis environ un an et nous venions d’avoir une petite fille de quelques mois, mon père malade, avec son entreprise à suivre, je ne connaissais rien à la langue anglaise, et en plus je n’avais jamais pris l’avion sauf un saut de puce à Palma de Majorque qui avait laissé une certaine inimitié entre moi et le vol.

J ‘ai répondu presque immédiatement à M. Dean Martin, qu’il m’était impossible d’accepter, je l’ai remercié, suivirent quelques poignées de main et sourires, et je suis parti à pied, juste à côté, là où j’avais mon activité à l’atelier et à la pompe à essence.

La route de mon destin pour aller en Amérique m’était apparue, l’espace d’un instant, mais mon amour pour ma Province, Modène et plein d’autres bonnes raisons me firent l’oublier.

Texte de Rossano Candrini , traduit de l’italien par Jean-Paul Orjebin

4.5 2 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
6 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Pierre Ménard

Dino Crocetti revenait aux sources !

René Fiévet

Jean-Paul, Il manque quelque chose à ce texte, de l’ordre de l’essentiel (tu me connais …) : une petite note en bas de page. Quelle était donc cette voiture que venait acheter Dean Martin ? Au moment des faits, Rossano Candrini avait 20 ans, et la scène se passe avant 1971 (année du décès de son père). On sait aussi que la Ferrari 365 GT 2+2 a été produite de 1967 à 1971. Nous sommes donc à la fin des années 60. J’en déduis que la voiture qu’est en train d’acheter Dean Martin est très probablement la Ferrari 412P, version dérivée de la 330 P3,… Lire la suite »

Olivier Favre

Intéressant René ! J’ignorais toute de cette transaction. Petite rectification néanmoins : il s’agissait de Jean Blaton (et non Jacques), connu sous son nom de course « Beurlys ». Mais moi, ce qui me pose question dans ces notes de Jean-Paul sur M. Candrini, c’est comment ce dernier est-il devenu un intime du Commendatore ? Car enfin, des jeunes passionnés de voitures et rêvant de Ferrari, il devait y en avoir des centaines à l’époque dans la région de Modène. Pourquoi lui et pas un autre ? Surtout quand on songe à l’écart d’âge entre lui et « Il Vecchio ». C’est le début… Lire la suite »

Orjebin Jean-Paul

Des centaines oui, mais tu sauras plus tard qu’un lien commercial existait entre la famille Candrini et Ferrari. Dans les années 60 Ferrari est encore une affaire familiale, mêlée au tissus social du gros bourg qu’était Modène, ce monde vivait un peu en autarcie, échangeait souvent en dialecte. Le Commandatore était accessible… j’en sais quelques choses.

Orjebin Jean-Paul

Sauf si il sait qu’il a parmi ses amis de vrais historiens compétents, dont un expert en notes de bas de page qui assureront les taches ingrates.

Olivier Rogar

Moi je pensais à ce qu’on appelle le destin. Aurait-il dit oui au rêve hollywoodien, allez savoir ce que Jean-Paul aurait eu à traduire ?!…