Pari truqué à Fiorano pour Villeneuve et Scheckter.

5 3 votes
Évaluation de l'article

Dans la cour de récréation de Fiorano, sous les yeux de Rossano, deux grands enfants, Gilles et Jody, s’amusent avant l’arrivée du prof.

Rossano Candrini
Traduit de l’italien par Jean-Paul Orjebin

Dans la même série :

Rossano Candrini 1 – L’ami d’Enzo Ferrari
Rossano Candrini 2 – Fiorano
Rossano Candrini 3 – Modène et Hollywood
Rossano Candrini 4 – Ma 288 GTO
Rossano Candrini 5 – Test secret
Rossano Candrini 6 – Une 250 Gte
Rossano Candrini 7 – Padrone bienveillant
Rossano Candrini 8 – Merci Ingegnere Forghieri
Rossano Candrini 9 – La Ferrari 4 portes
Rossano Candrini 10 – Paris truqué

1979 fut vraiment une année de grâce pour Ferrari. L’ing. Mauro Forghieri avait construit un de ses chefs-d’œuvre, le T4 aussi rapide que fiable. Cette année-là, pour le Grand Prix de Monaco, j’ai regardé les Rosse depuis le virage de la Rascasse debout tout au long de la course, les doigts crispés au grillage métallique jusqu’à la victoire de Jody Scheckter.

Jody Scheckter
La ciabatta à la Rascasse, photos signées par Gilles et Jody prises par R. Candrini ou l’on apercoit en effet la trace du grillage metallique comme il nous le relate dans son récit (c) Rossano Candrini


A Fiorano quelques jours avant cette course, à la veille du départ du « bisarca » (1) pour la Principauté, j’ai vécu un moment amusant qui me revient en mémoire.

Le lundi matin, les deux pilotes sont convoqués pour tester les deux 312 et effectuer les réglages nécessaires à la configuration particulière du circuit monégasque. J’étais prévenu de ces essais et suis arrivé tôt en même temps que Gilles et Jody. Les mécaniciens et les autos étaient en retard.

Jody Scheckter et Gilles Villeneuve
Jody Scheckter et Gilles Villeneuve (c) DR

Que pouvaient donc faire ces deux extraordinaires pilotes en attendant leurs montures ? Quoi de mieux pour s’échauffer qu’organiser un challenge amical entre eux sur le circuit avec leur voiture de service. Le canadien, sa 308 GTB jaune et le sud-africain avec sa 400GT 2+2 bleu métallisé, une des toute premières équipées du moteur à injection en remplacement des vieux Weber.

Pour pimenter cette course improvisée, nos deux compères misent chacun 100 dollars qu’ils mettent dans la main de Giorgio Ferri, le directeur du circuit. Le pari était : deux tours de circuit et le premier arrivé empoche la mise en jeu.

Personne n’avait remarqué que Gilles, souhaitant découvrir le nouveau système d’injection monté sur la 400, avait discrètement débranché un ou deux fils des bougies d’allumage. Dès le départ, le GTB de Gilles prend la tête, pendant que la 400 de Jody ratatouille et fume à chaque accélération. Il n’a pas fallu longtemps au pilote sud-africain pour comprendre ce qui s’était passé. Il s’est arrêté au premier tour derrière Gilles déjà sorti de sa voiture.

La Bisarca
La Bisarca (c) DR


L’arrivée de Mauro Forghieri juste précédé de celle du bisarca avec les monoplaces a stoppé Jody dans son élan, il courrait pour se venger de Gilles qui s’échappait en riant de sa bonne blague.
Forghieri qui, en plus du diplôme d’ingénieur, avait un deuxième diplôme en dialecte modénaise, gesticulant avec les mains dit : : » e quile’sarenni po’i me pilota ? »  » Et ce serait eux mes pilotes ? »

Jody Scheckter et Gilles Villeneuve
Gilles, Jody et Mauro Forghieri à Fiorano (c) DR

Pendant ce temps, les monoplaces étaient descendues du camion, Giorgio Ferri a remboursé aux deux challengers les dollars misés et les douze à plat des monoplaces se sont mis à chanter une symphonie bien connue ici.

Gilles Villeneuve
Gilles Villeneuve et la T4 communément surnommée la Ciabatta ( la savate, le chausson ) (c) DR


Tout ceci s’est passé par une matinée très claire des premiers jours du mois de mai 1979 ; Année de grâce.

Une vraie merveille pour qui aura à le raconter.

Rossano Candrini

Traduit de l’italien par Jean-Paul Orjebin

1) Bisarca : transporteur automobile

5 3 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
4 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Johnny Rives

Histoire très plaisante, sobrement racontée…Merci!

Olivier Favre

Je ne savais pas que la T4 était surnommée « la savate » ! Amusant …

Orjebin Jean-Paul

En italien, cher Olivier la T4 était surnommée la Ciabbata. Ciabatta a une signification première celle de savate, pantoufle et une deuxième dérivée qui dans notre contexte peut être amusante voire signifiante. Ciabatta est aussi une sorte de pain italien pas très long en forme de savate, inventé par Arnaldo Cavallari industriel dans la boulange et aussi pilote automobile.

Laurent Riviere

Amusante anecdote qui reflète bien l’esprit compétiteur à l’extrême du champion. On se souvient des défis sur route ouverte avec Pironi sur leurs 308. Villeneuve avait reçu la deuxième 308 produite de ce nouveau modèle en version GTS . Elle était exposée au musée Ferrari de Maranello avant d’être vendue pour un prix record de 270 000 euros en 2018 et dont la particularité était d’avoir la rare livrée Rosso Dino.