14 avril 2024

Pierre van Vliet « Oh la belle vie ♫ ! »

http://tiny.cc/gpppxz

« Pour l’ami Patrice, en souvenir des belles années 70 », écrit Pierre Van Vliet en dédicace de « Ma vie sur les circuits » que, lassé de ma pingrerie, il a fini par m’envoyer.

Patrice Vatan

J’ai connu Pierre en 1976 lorsque nous avons rejoint Auto Hebdo, rue de Lille, lui transfuge du magazine belge Sport-Moteur, et moi venant d’à peine 300 mètres, du quai Voltaire, siège de la Documentation française où je bossais.

Un souvenir partagé des années 70 est ce qui nous lie, lui et moi, outre des initiales communes : PV, enrichies chez lui d’un second V qui fait toute la différence, le V de la Vitesse, de la Victoire. En somme, PVV est un PV augmenté.

De fait, chacune ou presque des têtes de chapitres de son livre m’est familière ; je les ai vécues, j’aurais pu écrire ces débuts de journaliste sur la plupart des circuits européens. C’est au deuxième paragraphe que ça se gâte. Car Pierre était un battant, moi un va-t’en.

Pierre Van Vliet

Doté d’une personnalité entreprenante, héritée peut-être de son père qui dirigea au Portugal une entreprise minière, le jeune fondateur à 15 ans du club Michel Vaillant a brassé 50 ans de sport automobile dans son ensemble : presse écrite, radiophonique, télévisuelle, pilote, manager de pilotes, patron d’écuries, acteur événementiel, etc.

Il a toujours été cet homme qui rit sur la couverture du bouquin, mais pas à la façon du personnage de Victor Hugo. Ce sourire n’a rien d’une balafre.

Faconde, bonne humeur, décontraction mais aussi esprit d’aventure, audace transpirent à chaque page d’un livre qui tire son sel d’avoir été écrit en belge. Proche de la langue française, le belge s’en démarque par sa propension à la légèreté, la chaleur humaine, une certaine paillardise aussi.

Là où les papes français de la course auto font dans le didactique sérieux, l’anecdote courtoise, le belge tel que le manipule PVV n’hésite pas rapporter la scène du seau de truites pêchées par Laffite, balancé dans la baignoire de deux hôtesses Marlboro pour qu’elles en surgissent horrifiées et que les lascars les voient à poil.

Ou à décrire comment l’auteur avait tellement dénaturé, en les traduisant, les propos éméchés de James Hunt et d’un type de chez Philip Morris à une hôtesse qu’ils draguaient, que c’est lui qui est parti avec la fille.

Les anecdotes de ce calibre foisonnent au fil des 80 circuits, autant de chapitres qui structurent le livre. Elles allègent les pages graves, celle entre toutes qui frappe au cœur, Imola 94.

Installé à Marbella en général devant un plateau de fruits de mer, le Pierre Van Vliet de 2024 voit venir. « Avant je travaillais à la télé, maintenant je télétravaille. »

Oh la belle vie ♫

http://www.city-editions.com/index.php?page=livre…

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le !

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

Visitez notre boutique en ligne :

Johnny Rives

Johnny Rives : Une passion terrible, la vitesse

29,00
Johnny Rives

Une passion terrible, la vitesse

Johnny Rives nous livre ses souvenirs de course et partage avec nous les moments forts et les rencontres de quatre décennies passées au bord des pistes. On l'attendait depuis longtemps. Edité par Classic-Courses, Coco-B-Editions et Jamval Editions ce livre de 256 pages, préfacé par Henri Pescarolo contient 165 photos couleurs et noir et blanc.

François Mazet, Mes vies à toute vitesse

24,00
Au début des années 1970 François Mazet était considéré comme l'un des principaux espoirs de la F1 française. Champion de France de F3 1969, il accédait à la discipline reine du sport automobile lors du GP de France 1971 avant de voir sa progression contrariée par la crise pétrolière. Trop vite achevée en 1973, sa carrière s'ouvrait dès lors sur d'autres défis riches d'incroyables rencontres et de paris insensés. La trajectoire de François Mazet est plurielle, tout comme sa vie. Du swinging London des années 1960 à la Citronneraie de Menton, en passant par les paddocks de F1, c'est à un incroyable voyage que ce livre nous convie.    
François Mazet

F2 Pau 1970 - Qualifié en 1e ligne entre Jack Brabham et Jochen Rindt © Archives personnelles François Mazet

Vos commentaires les plus récents :

D’autres articles à découvrir :

3 4 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

5 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments

Contribuez à Classic-Courses

Pour raconter l’histoire de la course automobile, il nous faut du temps, de la documentation, des photos, des films, des contributeurs de tous âges et des geeks qui tournent comme des F1 !

Nous soutenir

Pour que notre aventure demeure bénévole et collaborative et que nous puissions continuer à écrire nos articles au gré de nos envies, en toute indépendance.