pierre van vliet
2 mai 2024

Pierre Van Vliet : un cadeau du ciel…

Pierre Van Vliet et sa famille ont vécu une belle histoire grâce notamment à la famille Senna. Une de ces histoires improbables, auxquelles tout semble s’opposer et qui, finalement se réalise. Grâce à la volonté, grâce au ciel aussi. Une manière de se dire que trente ans après, Senna est toujours vivant.

Olivier Classic-Courses

.

Vous pourriez aussi aimer :
De Ayrton Da Silva à Ayrton Senna par Lionel Froissart

.

C’était à Jerez, un soir de Grand Prix d’Europe : Ayrton Senna dînait avec ses amis pilotes Thierry Boutsen et Mauricio Gugelmin. Du côté des femmes, à un moment donné, la discussion s’était orientée vers l’adoption, Patricia Boutsen expliquant notre projet et les difficultés rencontrées à sa copine Stella Gugelmin. Celle-ci s’était alors adressée à Ayrton : « Ta maman pourrait éventuellement les aider ? ».

Dona Neide

Dona Neide, la mère du champion, s’occupait activement d’un orphelinat à Sao Paulo et Ayrton me certifia qu’il lui en parlerait, qu’on devait préparer un dossier, nous renseigner sur la procédure à suivre, etc. Nous avions effectivement lancé le mouvement même si ce fut un parcours du combattant. Notre demande devait être écrite en portugais par un traducteur juré, reconnu par l’ambassade. Mais bon, une grossesse dure bien neuf mois après tout ! Et puis Ayrton s’était tué et nous avions pensé qu’on pourrait faire une croix sur une adoption au Brésil.

Viviane Senna

Cependant, après avoir respecté une période de deuil, j’avais écrit à Viviane Senna – que je connaissais un peu – en rappelant la promesse faite par son frère. Elle transmit ma lettre à sa maman, laquelle nous contacta alors en confirmant qu’Ayrton lui avait bien parlé de nous et que nous pourrions compter sur son soutien. Quelques semaines plus tard, nous avons été acceptés comme parents adoptants auprès de la CEJAI, la commission qui régulait les demandes, grâce aux démarches que nous avions entreprises. La législation brésilienne venait de changer en imposant que l’adoption soit gratuite pour éviter les dérives du passé, quand trop d’enfants avaient été achetés sans aucun contrôle.

Intense émotion

Une fois notre dossier complété et dument officialisé, les dés étaient jetés. Un soir, Dona Neide nous informa par téléphone qu’elle avait tenu notre fils dans ses bras le jour même et qu’il fallait se rendre au Brésil sans tarder. Ce fut un moment d’intense émotion de voir Miltinho (le petit Milton) pour la première fois. Ma femme Valérie et moi, nous étions restés deux mois et demi sur place pour régler toutes les questions administratives en vue d’obtenir le jugement d’adoption avant de pouvoir rentrer en Europe avec notre enfant.

Milton

Pourquoi l’avoir appelé Milton ? Nous souhaitions un prénom multiculturel mais Ayrton aurait été trop lourd à porter, alors nous avons choisi Milton (comme son papa Milton da Silva) en guise d’hommage. Pendant toute son enfance, j’ai mis un point d’honneur à souvent emmener Miltinho dans son pays natal pour cultiver ses racines et retrouver sa « vovo », sa grand-mère d’adoption. Sur la photo, Milton doit avoir 14 ans. Nous nous étions rendus à Sao Paulo afin d’assister à l’avant-première du film Senna auquel j’avais collaboré.

pierre van vliet
Milton dans le bureau d’Ayrton Senna © Archives Pierre Van Vliet

La fondation Senna

Dans les locaux de la Fondation Senna, Dona Neide nous avait ouvert le saint des saints, la salle qui regroupe tous les trophées gagnés par Ayrton, dont elle seule possède la clé : un privilège rare. Milton avait fièrement pris la pause. Adolescent, il commençait à vraiment comprendre le rôle que la famille Senna a joué dans notre belle aventure commune. Grâce à elle, nous avons eu un « Senninha » tous les jours à la maison ! Un véritable cadeau du ciel… Obrigado, Ayrton.

La fondation Senna : https://institutoayrtonsenna.org.br/

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le !

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

Visitez notre boutique en ligne :

Johnny Rives

Johnny Rives : Une passion terrible, la vitesse

29,00
Johnny Rives

Une passion terrible, la vitesse

Johnny Rives nous livre ses souvenirs de course et partage avec nous les moments forts et les rencontres de quatre décennies passées au bord des pistes. On l'attendait depuis longtemps. Edité par Classic-Courses, Coco-B-Editions et Jamval Editions ce livre de 256 pages, préfacé par Henri Pescarolo contient 165 photos couleurs et noir et blanc.

François Mazet, Mes vies à toute vitesse

24,00
Au début des années 1970 François Mazet était considéré comme l'un des principaux espoirs de la F1 française. Champion de France de F3 1969, il accédait à la discipline reine du sport automobile lors du GP de France 1971 avant de voir sa progression contrariée par la crise pétrolière. Trop vite achevée en 1973, sa carrière s'ouvrait dès lors sur d'autres défis riches d'incroyables rencontres et de paris insensés. La trajectoire de François Mazet est plurielle, tout comme sa vie. Du swinging London des années 1960 à la Citronneraie de Menton, en passant par les paddocks de F1, c'est à un incroyable voyage que ce livre nous convie.    
François Mazet

F2 Pau 1970 - Qualifié en 1e ligne entre Jack Brabham et Jochen Rindt © Archives personnelles François Mazet

Vos commentaires les plus récents :

D’autres articles à découvrir :

5 5 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

3 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments

Contribuez à Classic-Courses

Pour raconter l’histoire de la course automobile, il nous faut du temps, de la documentation, des photos, des films, des contributeurs de tous âges et des geeks qui tournent comme des F1 !

Nous soutenir

Pour que notre aventure demeure bénévole et collaborative et que nous puissions continuer à écrire nos articles au gré de nos envies, en toute indépendance.