8 mai 2024

Ayrton Senna et la harpiste de l’hôtel Crillon

Rencontre avec un inconnu

J’ai rencontré Ayrton Senna pour la première fois alors que je préparais le Concours d’entrée au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris et que je jouais dans les palaces parisiens pour payer le crédit de ma toute nouvelle harpe.

Dita Orlov

 

Sortant d’un rendez-vous je pense, Ayrton Senna m’a observé quelques minutes, puis il s’est approché de moi et m’a glissé à l’oreille en plaisantant que, lui aussi, préférait avoir le minimum de semelle pour être le plus précis possible sur les pédales… J’ai en effet toujours joué de la harpe pieds nus (harpe qui possède 7 pédales et un pédalier sur 3 niveaux), même en public, cachant mes pieds sous ma jupe (apparemment pas si bien que cela).  Il s’est ensuite assis lentement et voilà comment a débuté une conversation très technique et absolument surréaliste entre la position du pilote et celle de la harpiste : angles, sensations, rapidité, efficacité, réactivité, force nécessaire…

Sa très vive intelligence et la formidable précision de sa pensée m’ont tout de suite époustouflé.

La liberté de cet échange était, étonnement, totalement dénué de préjugés et simplement axé sur le sujet qui nous était commun ; ceci sans que mon âge ou nos différences ne viennent y interférer. Lorsqu’il s’est présenté après quelques minutes, j’avoue avoir été beaucoup moins à l’aise pendant un petit moment ; mais voyant la détresse profonde que cela provoquait dans ses yeux ; je me suis fait violence en un instant pour revenir au contact simple qu’il semblait attendre. Il était d’une parfaite politesse et physiquement d’une discrète sophistication. Je n’avais jamais et je n’ai jamais depuis rencontré une personne dont l’intelligence était si palpable. Je me souviens avoir pensé que son intelligence transpirait même dans sa façon de bouger et de sourire. Je garde un merveilleux souvenir de ce moment privilégié.

Il y eu ensuite beaucoup d’autres moments comme celui-là. Je ne les ai ni comptés ni répertoriés car je pensais que cela durerait toujours… Ce qui nous liait intellectuellement et alimentait nos échanges était notre volonté commune d’utiliser notre pratique comme vecteur pour en apprendre plus long sur l’essentiel ; à savoir les procédures et les motivations de ce qui nous fait agir et être performant.

Nous avions certaines difficultés communes : je suis dyslexique (sauf à la harpe), et lui avait eu dans son enfance un problème psychomoteur qu’il ne maîtrisait pas toujours à 100% encore à l’époque  lorsqu’il était très fatigué (sauf au volant);  difficultés qu’on a bien du mal à s’imaginer au vu de son degré d’agilité. Pour contrer cela, il s’était peu à peu astreint à acquérir la capacité de pouvoir parfaitement dissocier les sensations venant de la gauche de son corps de celles parvenant de la partie droite et pouvait ainsi lancer des ordres conscients à l’une comme à l’autre de façon très précise.

Nous considérions tous deux que de s’analyser était la seule clé et que la maîtrise du mental et la qualité de sa connexion corporelle grâce à la concentration nécessitaient beaucoup de recherches. Ses propres observations et déductions tentaient en toutes circonstances d’utiliser tout ce qui était à sa portée et son désir de comprendre ne s’émoussait jamais. Un de grands talents cachés d’Ayrton Senna était notamment de savoir lire dans les pensées des chevaux. C’était absolument époustouflant ! Une seule minute d’observation intense et il pouvait alors vous dire non seulement ce que le cheval ressentait et comment il allait agir ou réagir dans les minutes suivantes ; mais également son caractère profond et ce qu’il pensait de son cavalier. Pas étonnant dans ces conditions de parvenir à anticiper le comportement des autres pilotes sur la piste… L’étude de la psychologie (la sienne et celle des autres) occupait une place importante de sa démarche intellectuelle ; et cette étude millimétrée réduisait souvent le fil mince qui sépare l’examen du mental et celui plus subtil de l’âme.

J’ai passé ces dernières années à écrire un livre en partie basé sur la richesse de nos échanges : « Une formule 1 au bout des doigts ». Ayrton Senna était, au sens premier du terme,  un véritable intellectuel doté d’un esprit de synthèse hors norme. Il était un chercheur sans peur et sans concession et un professeur doué d’une grande générosité. Le fait que je sois une musicienne ou une femme n’est jamais rentré dans l’équation de nos discussions. Il semblait que cela n’ait eu strictement aucune importance à ses yeux.

Il ne recherchait à tout moment qu’à obtenir les conditions d’un dialogue d’égal à égal et son désir de partager était sans nul doute au moins aussi grand que celui de comprendre. J’ai depuis toujours essayé de suivre son exemple.

Dita.

Note d’Olivier Rogar : Cet article a été publié ici en 2014, il y a donc dix ans. C’est Philippe Streiff qui m’avait présenté celle qui se faisait appeler Dita Orlov. Après l’avoir suivie sur les réseaux sociaux quelques années, j’ai constaté qu’elle en était sortie. J’ignore donc ce qu’est devenue Dita. Tout comme son intéressant projet de livre…
 
 
 
 
 
Dita Orlov – Harpe – Archives de Dita Orlov

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le !

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

Visitez notre boutique en ligne :

Johnny Rives

Johnny Rives : Une passion terrible, la vitesse

29,00
Johnny Rives

Une passion terrible, la vitesse

Johnny Rives nous livre ses souvenirs de course et partage avec nous les moments forts et les rencontres de quatre décennies passées au bord des pistes. On l'attendait depuis longtemps. Edité par Classic-Courses, Coco-B-Editions et Jamval Editions ce livre de 256 pages, préfacé par Henri Pescarolo contient 165 photos couleurs et noir et blanc.

François Mazet, Mes vies à toute vitesse

24,00
Au début des années 1970 François Mazet était considéré comme l'un des principaux espoirs de la F1 française. Champion de France de F3 1969, il accédait à la discipline reine du sport automobile lors du GP de France 1971 avant de voir sa progression contrariée par la crise pétrolière. Trop vite achevée en 1973, sa carrière s'ouvrait dès lors sur d'autres défis riches d'incroyables rencontres et de paris insensés. La trajectoire de François Mazet est plurielle, tout comme sa vie. Du swinging London des années 1960 à la Citronneraie de Menton, en passant par les paddocks de F1, c'est à un incroyable voyage que ce livre nous convie.    
François Mazet

F2 Pau 1970 - Qualifié en 1e ligne entre Jack Brabham et Jochen Rindt © Archives personnelles François Mazet

Vos commentaires les plus récents :

D’autres articles à découvrir :

4.6 9 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

22 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments

Contribuez à Classic-Courses

Pour raconter l’histoire de la course automobile, il nous faut du temps, de la documentation, des photos, des films, des contributeurs de tous âges et des geeks qui tournent comme des F1 !

Nous soutenir

Pour que notre aventure demeure bénévole et collaborative et que nous puissions continuer à écrire nos articles au gré de nos envies, en toute indépendance.