Stirling Moss – « Je t’interdis de rater cette photo ! »

 « … Comme souvent quand il a quelque chose à me dire, mon père s’est préalablement approché, a posé sa main sur mon avant-bras et a glissé entre ses dents une phrase tout sauf sibylline …

Marc Pontier

Vous pourriez aussi aimer :

Stirling Moss à Goodwood
The racer
GP du Maroc 1958
GP Historique Monaco 2016


Nous sommes sur le port de Monaco en mai 2006 et il ne faut pas rater cette photo d’un rendez-vous pris 45 ans plus  tôt … Plus jeune, cette pression m’aurait peut-être paralysé… dans la mesure où « La photo est bonne », comme aurait dit Barbara, j’ai probablement été capable de resituer l’ enjeu pour mieux le dépasser.Rembobinons ensemble si vous le voulez bien …

Monaco 1961

Voir extrait de la course ici

Monaco Mai 1961 : le jeune homme qu’est alors mon père assiste au Grand Prix assis sur un contrefort du Rocher avec vue sur l’épingle du gazomètre. Enfant il me raconta cette course mythique ou un pilote seul battit à plate couture une armada de bolides rouges à nez de requin … Goliath c’était la Scuderia Ferrari et David, bien évidemment, Stirling Moss, au volant d’une modeste Lotus 18 privée dépourvue, détail important, de ses carénages inférieurs…

Stirling Moss
Stirling Moss Monaco 1961 @ DR

 Mon père me raconta la polémique qui suivit cette victoire à propos des dits carénages ou plutôt de leur absence ayant prétendument donné un avantage à Stirling Moss qui évoqua pour sa part son seul confort de pilotage avec une meilleure aération lors d’une course disputée par une chaleur étouffante …

Tour Auto 2004

Bien des années plus tard il me fut offert de lui poser directement LA question … En 2004 le Tour Auto Classic passe à Lédenon qui reste mon fief gardois, celui qui, depuis, est  devenu Sir Stirling s’y aligne avec pour copilote sa femme Susie. L’occasion est trop belle.  La petite MG Numéro 138 est vite repérée sur le paddock du circuit. Sir Stirling est au volant, étrangement situé du mauvais coté…

Stirling Moss - Tour Auto 2004 - Ledenon @ Marc Pontier
Stirling Moss – Tour Auto 2004 – Ledenon @ Marc Pontier

Il sort très gentiment à ma demande pour une photo que ma copilote Sylvie s’empresse de faire, sans trop de pression j’espère … Une fois côte à côte je lui apprends que Maurice Trintignant vit non loin de là, à Vergèze. Il m’écoute amusé et me dit en français dans le texte et agrémenté d’une grimace : « Il est très vieux ! C’est un grand père ! » Maurice Trintignant, qui mourut l’année suivante, était né en 1917 Stirling en 1929 …

On repasse en anglais pour LA question que je lui pose après lui avoir dit que mon père l’a vu gagner en 1961 à Monaco sans ces fameux carénages … alors pourquoi les avoir enlevés ? … « Trop chaud …trop chaud : il faisait si chaud ! A l’époque nous courrions sur 100 tours aujourd’hui ils en font 78 … ».  « J’avais non pas LA réponse mais MA réponse.

 … Deux années s’écoulent encore et nous voilà en 2006 à Monaco pour le Grand Prix historique de Monaco avec mon père qui découvre, entre autres merveilles restaurées à la perfection, une Lotus 18 similaire à celle victorieuse en 61 bien que banalement pourvue de ses carénages inférieurs …

MONACO 2006

Point de Stirling Moss en ce dimanche de course : engagé sur une Ferguson il est forfait pour cause de défaillance technique. Déçus de ne pas le voir au volant, nous nous régalons des courses de la matinée.

Stirling Moss - Lotus 18 - Monaco 2006
Papa Pontier et Lotus 18 – Monaco 2006 @ Marc Pontier

C’est alors qu’au moment du ravitaillement, en sortant de la Tribune T, sur le port de Monaco, nous tombons sur lui. Il semblait nous attendre en blaguant avec quelques compatriotes … Quarante-cinq ans après, La légende est là, fidèle au rendez-vous… Les carénages, on sait … on ne va pas l’embêter avec ça… Mais la photo… oh oui la photo …on va la faire cette photo !

On s’avance vers lui, je lui présente mon père en lui disant, pour la seconde fois, qu’il l’a vu gagner ici même en 1961 … Instantanément Sir Stirling le saisit par la taille,  ce qui le met assez à l’aise pour le prendre à son tour par les épaules, les regards se dirigent vers l’objectif, la balle est dans mon camp …. et là !

SIR STIRLING ET MON PERE

Alors cette photo ?! … Stirling est bien là, campé sur ses deux jambes, pleine face, présent sur ce port qui l’a vu 3 fois victorieux. Il incarne sa légende : comment ne pas le remercier de cela ?

Stirling Moss
Sir Stirling et mon père- Monaco 2006 @ Marc Pontier

Mon père en prenant Stirling par l’épaule s’est un peu décalé par rapport à l’axe de l’objectif, comme pour aller un peu au-delà de ce moment qui reste magique … Si l’expression du visage ne peut cacher le contentement, on peut lire dans son regard toute l’émotion de ce moment.

Un peu d’ironie aussi peut-être, à destination du porteur de l’appareil photo. Une manière de dire  : « Alors fils ! En 61 tu n’étais même pas né et voilà que tu prends la photo du vainqueur avec ton père. Lui qui, en plus, t’a transmis sa passion. alors n’oublies pas ce que je viens de te dire : cette photo je t’interdis de la rater !

Depuis ce dimanche 12 avril 2020, cette photo n’est plus possible. Ce dernier départ de Sir Stirling m’a inspiré ce petit billet, mais mon père est toujours là pour le lire. Et il en va des papas comme des légendes : il ne faut pas attendre qu’elles partent pour leur dire qu’on les aime !

8
Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de
eric bhat
Invité
eric bhat

Effectivement, il eut été trop dommage de rater cette photo !!! Merci de ces moments si bien racontés. Mon ami Bernard Asset a récemment trouvé dans ses archives une photo de mon père (aujourd’hui disparu) au GP du Brésil 1982 ; Bernard m’a adressé cette photo par mail et j’en ai été très touché. Comprenez alors combien j’ai savouré les lignes ci-dessus. D’autant que j’ignorais totalement l’histoire des carénages retirés pour avoir moins chaud (ignare que je suis) !

Marc Pontier
Invité
Marc Pontier

Merci pour votre commentaire Eric Bhat, il va directement au coeur de l’ adolescent lecteur assidu de Grand Prix International que je fus …

Luc Augier
Invité
Luc Augier

En retirant le carénage inférieur, Stirling Moss avait lancé une mode. Autant la primauté accordée au confort par forte chaleur pouvait prévaloir à Monaco, autant elle pouvait nuire aux performances à Reims : j’imagine quels remous devaient freiner Clark et Ireland sur leurs Lotus 21 d’usine sur les interminables lignes droites. Dieu sait pourtant si Chapman état soucieux d’aérodynamique. Je me souviendrai aussi toujours de Guy Ligier à Albi, avec sa Brabham F2 : « vire moi ça », avait il déclaré à son mécaniciens en pointant le bout de sa chaussure (pour ne pas dire en donnant un léger coup de… Lire la suite »

Marc Pontier
Invité
Marc Pontier

Je crois me rappeler qu’ Alain Prost avait fait enlever le capot moteur de sa Mc Laren lors de sa première saison de F1 et que c était efficace : la meilleure respiration du Cosworth devait donc faire gagner plus de temps que la perte aérodynamique …

Turco michèle
Invité

Merci Marc pour ces photos et votre texte empli d’émotions. C’est décidément bien ainsi que j’aime l’histoire du sport automobile racontée. Merci encore.

Marc Pontier
Invité
Marc Pontier

Merci Michelle pour votre gentil commentaire, en fait je voulais écrire cette note depuis longtemps déjà…
j’ai utilisé le temps libre imposé actuellement pour retrouver les photos je me disais qu’il fallait que je m’y mette…
La mort de Stirling Moss a déclenché la rédaction en quelques heures…

Olivier Favre
Membre

Merci pour ce joli souvenir. Comme quoi le confinement n’a pas que des inconvénients.

Jean-Claude MICHEL
Invité
Jean-Claude MICHEL

Merci et bravo pour l’emotion qui se dégage de votre témoignage.
La 18 du grand prix historique de Monaco est-elle une F1 ou une Formule junior ?