27 février 2021

Merci Ingegnere Forghieri pour ce moment !

Nous allons vivre l’instant symbolique ou Rossano, tifoso VIP est adoubé par le génial et fantasque Mauro Forghieri.

Rossano Candrini
Traduit de l’italien par Jean-Paul Orjebin

Dans la même série :
Rossano Candrini 1– L’ami d’Enzo Ferrari
Rossano Candrini 2 – Fiorano
Rossano Candrini 3 – Modène et Hollywood
Rossano Candrini 4 – Ma 288 GTO
Rossano Candrini 5 – Test secret
Rossano Candrini 6 – Une 250 Gte
Rossano Candrini 7 – Padrone bienveillant

J ‘ai mis la main sur mon agenda de 1983. Précieux sont ces agendas que le Commandatore me réservait à l’occasion de chacune des fêtes de fin d’année, ils avaient une ′′ place d’honneur ′′ sous le sapin de Noël au milieu des autres cadeaux destinés à la famille.

Longtemps, je les ai utilisés pour y noter mes activités quotidiennes, professionnelles et personnelles, une sorte de journal intime.

A la page du lundi 17 janvier, je lis que j’ai passé l’après-midi sur la piste de Fiorano.

Fort de la carte d’accès permanent que j’avais reçue du Commandatore, j’y allais à mon gré, de préférence l’après-midi car on m’avait indiqué que le ′′ Patron ′′ était généralement plus disponible à ce moment de la journée.

Dario Calzavara (c) DR

Et pourtant, cet après-midi, je n’ai pas rencontré le Commandatore, mais vu Patrick Tambay, il avait remplacé le regretté Gilles et effectuait des essais afin d’apporter quelques modifications en préparation de ceux plus complets prévus quelques jours plus tard au Paul Ricard. Une destination qui serait la nôtre comme chaque année avec mes amis médecins. Dario Calzavara (1) qui était présent m’informa qu’il avait fait réserver à la Cadière, une agréable auberge dans les environs de la piste française, trois chambres afin que nous passions des « vacances » brèves mais intenses entre ′′collègues de travail « . Etaient également présents pour ces mini-tests à Fiorano, Tom (2), et l’ing. Mauro Forghieri.

Pourquoi donc ai-je écrit en rouge que c’était un bel après-midi sur mon carnet alors qu’il s’agissait d’une rude journée d’hiver et qu’une faible luminosité promettait une fin de journée noyée dans le brouillard ?

Pourquoi en rouge ?  Parce que ce jour-là, Mauro Forghieri s’est approché de moi et m’a dit : « Potremmo anche iniziare a darci del Tu vista la presenza molto frequente » « Nous pourrions commencer à nous dire Tu, vu la fréquence de ta présence ici »  

Jusqu’alors nous nous vouvoyions et cette proposition de Mauro m’a fait très plaisir au point de l’écrire en rouge dans mon carnet.

Mauro Forghieri
Mauro Forghieri (c) Jean-Paul Orjebin

Le Commandatore m’avait donné une carte d’entrée à Fiorano sans bien sûr donner d’explications à ses collaborateurs qui s’étonnaient de ma présence en un lieu si peu accessible aux personnes ne faisant pas partie de l’Usine. J’ai appris plus tard par Tom que nombreux étaient ceux qui se demandaient qui j’étais et ce que je faisais là. Je pense que seuls Giorgio Ferri (3) et Dino Tagliazucchi(4) connaissaient parfaitement mon identité.

A Fiorano, j’ai rencontré tant de mécaniciens extraordinaires que j’aime appeler ′′ les meilleurs mécaniciens au monde ′′, je les rencontre encore aujourd’hui de temps en temps.

Quelques-uns nous ont quittés, mais dans mon esprit, le souvenir de cette époque qui n’est plus reproductible reste indélébile. Tous les collaborateurs de la Gestione Sportiva n’ont jamais tenu compte des nombreuses heures supplémentaires effectuées si souvent, ils plaçaient leur travail avant toute autre chose.

L’une des nombreuses caractéristiques de Enzo Ferrari dont je me souviens était d’obtenir sans avoir à demander.

C’était un plaisir et aussi une fierté de travailler pour Lui.

 Autres temps…

Rossano Candrini

Traduit de l’italien par Jean-Paul Orjebin

  • Dario Calvazara : à l’époque directeur de l’équipe Ferrari F 1 avant de devenir responsable marketing pour Ferrari en Amérique du Nord
  • Tom : Surnom d’Antonio Tomaini
  • Giorgio Ferri : Directeur du Circuit de Fiorano
  • Dino Tagliazucchi : Chauffeur d’Enzo Ferrari

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le !

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

Visitez notre boutique en ligne :

Johnny Rives

Johnny Rives : Une passion terrible, la vitesse

29,00
Johnny Rives

Une passion terrible, la vitesse

Johnny Rives nous livre ses souvenirs de course et partage avec nous les moments forts et les rencontres de quatre décennies passées au bord des pistes. On l'attendait depuis longtemps. Edité par Classic-Courses, Coco-B-Editions et Jamval Editions ce livre de 256 pages, préfacé par Henri Pescarolo contient 165 photos couleurs et noir et blanc.

François Mazet, Mes vies à toute vitesse

24,00
Au début des années 1970 François Mazet était considéré comme l'un des principaux espoirs de la F1 française. Champion de France de F3 1969, il accédait à la discipline reine du sport automobile lors du GP de France 1971 avant de voir sa progression contrariée par la crise pétrolière. Trop vite achevée en 1973, sa carrière s'ouvrait dès lors sur d'autres défis riches d'incroyables rencontres et de paris insensés. La trajectoire de François Mazet est plurielle, tout comme sa vie. Du swinging London des années 1960 à la Citronneraie de Menton, en passant par les paddocks de F1, c'est à un incroyable voyage que ce livre nous convie.    
François Mazet

F2 Pau 1970 - Qualifié en 1e ligne entre Jack Brabham et Jochen Rindt © Archives personnelles François Mazet

Vos commentaires les plus récents :

D’autres articles à découvrir :

4.8 5 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

5 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments

Contribuez à Classic-Courses

Pour raconter l’histoire de la course automobile, il nous faut du temps, de la documentation, des photos, des films, des contributeurs de tous âges et des geeks qui tournent comme des F1 !

Nous soutenir

Pour que notre aventure demeure bénévole et collaborative et que nous puissions continuer à écrire nos articles au gré de nos envies, en toute indépendance.