8 mars 2024

Journée de la femme : Marie-Christine au Mans 1956 (*)

L’histoire nous a été contée par François Blaise. Le visage de sa soeur, Marie – Christine, nous a inspiré ces paroles apocryphes. Cette jeune femme incarne le courage et la passion. Le charme aussi. Celui de la fin des années 50. Celui des 20 ans de nos mères. Une génération qui sut conjuguer émancipation et droit.

Olivier Rogar

24 Heures du Mans 1956 filmés en couleur par Marie-Christine

« Salut p’tit frère,

On y est ! Dans quelques jours les moteurs vont rugir dans les Hunaudières et Le Mans sera en pleine effervescence pour une quinzaine. Ça doit rappeler des souvenirs au gamin de 14 ou 15 ans que j’adorais amener avec moi sur ces courses qui me passionnaient. Et qui ont fini par te passionner aussi.

De là où je suis, mon esprit vagabonde parfois, jamais loin de toi et de ceux que j’ai aimés. Tant m’ont rejoint depuis… Pas de chance cette néphrite. Ton rein m’a donné dix années de sursis et de bonheur. Pas de quoi profiter des seventies malheureusement. J’ai l’impression que vous vous êtes tous bien amusés avant que la parenthèse ne se referme…

Notre Papa pilote (d’avion) savait-il qu’il inaugurait pour nous une ligne directe Casablanca-Le Mans ?  Je sais,  encore un raccourci ! Mais les amis de Casa étaient si mordus de courses que sans eux, en aurions-nous entendu parler autrement que lors des accidents relayés par la TSF ?

Nous avons eu de la chance. Les vacances en France, les courses de côte, les Grands Prix, le Tour de France Auto…De belles rencontres. Des amitiés comme avec la famille de Richard von Frankenberg le journaliste – pilote, chez laquelle j’allais en vacances.

Alors je suis devenue une habituée des stands Porsche. Aujourd’hui on dirait une groupie, mais ça n’a rien à voir. C’étaient des amis. Je me rendais utile, je prenais les temps, faisais des films, des photos, tenais le tour par tour. Non pas une groupie, quelle horreur !

Stand Porsche Le MAns 1956 par Walter Gotschke © François Blaise

Peu à peu j’ai connu tous les gens qui gravitaient autour de Porsche. Pas question de plaisanter avec Ferry, mais Wolfgang von Trips ne me laissait pas indifférente, je dois l’avouer. Et Hans Hermann, Edgar Barth, Huske von Hanstein, donnaient à cette écurie un air de famille plongée dans une grande aventure. Une aventure plus large que la vie. Une vie que nous avions le sentiment de croquer à pleines dents.

Tu t’en souviens, en 1956 ils m’ont invitée au Mans. Quelle chance ! Sur le tableau de Walter Gotschke je suis assise à gauche et regarde Wolfgang et Richard en plein ravitaillement. Ferry Porsche est visible au fond. J’aime bien cette image. Mais j’étais active. J’ai tenu le tour par tour pour Wolfgang. Il a apprécié. Et m’a fait plaisir en me dédicaçant le livre de Richard : « Wolfgang von Trips, avec mon amitié pour une belle dame qui a aidé à passer [les] temps aux 24 heures du Mans. ».

Dédicace à Marie-Christine par Wolfgang von Trips – Le Mans 1956 © François Blaise

Puis j’ai fait ce film avec la caméra 8 mm. Bon il faudra que ceux auxquels tu le montres pardonnent mon manque de maîtrise. Mais les connaisseurs d’aujourd’hui apprécieront peut-être ces images en couleur qui changent de celles en noir et blanc.

Les couleurs du soleil, du ciel, de la vie, de la vitesse et de la joie. Les images en noir et blanc me donnent toujours l’impression d’un danger imminent. Comme si le soleil n’existait pas avant la couleur…

Tiens, Peter Collins ne conduisait pas pour « mon » écurie, mais on le voit bien sur mon film… De même que Claude Storez, Richard, Wolfgang, Olivier Gendebien, Maurice Trintignant…

Le Mans 1956 © François Blaise

Tout cela est fini maintenant. L’amitié, l’admiration, la joie de vivre l’instant ont cédé la place au marketing, au retour sur investissement et aux dividendes… Mais je suis fière de t’avoir passé le relai p’tit frère. Trente années comme Commissaire de piste à Monaco ! …Tu devrais en parler à tes amis. Après le Mans !

Marie-Christine »

Note

  • : L’histoire nous a été contée par François Blaise en 2013. Depuis notre ami a rejoint sa chère soeur au paradis des passionnés… L’article que nous avions produit à l’époque a fait les frais des mises à jour successives de notre site, toutes les illustrations et le fameux film des 24 Heures du Mans ayant disparu. Nous l’avons donc restauré pour le partager avec vous en ce jour des droits des femmes.

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le !

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

Visitez notre boutique en ligne :

Vos commentaires les plus récents :

D’autres articles à découvrir :

5 2 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments

Contribuez à Classic-Courses

Pour raconter l’histoire de la course automobile, il nous faut du temps, de la documentation, des photos, des films, des contributeurs de tous âges et des geeks qui tournent comme des F1 !

Nous soutenir

Pour que notre aventure demeure bénévole et collaborative et que nous puissions continuer à écrire nos articles au gré de nos envies, en toute indépendance.