Grand Prix de Pau 1955
14 mai 2023

Grand Prix de Pau 1955

Behra, Ascari et la Lancia D50

Au moment même où va avoir lieu le Pau Classic Grand Prix (19-21 mai 2023), il nous a semblé opportun de participer à notre façon à ce grand évènement en diffusant ce documentaire, totalement inédit, sur l’épreuve de formule 1 qui s’est déroulée à Pau le 11 avril 1955. Ce documentaire a été réalisé par une équipe américaine, dont j’ignore absolument tout.

René Fiévet

Production américaine

Grand Prix de Pau1955
GP de Pau1955 © DR

La seule chose que l’on sait, c’est qu’ils ont produit beaucoup de documentaires sur le sport automobile des années 50 aux Etats Unis, et qu’il leur est apparemment venue l’idée d’aller faire un tour en Europe au printemps 1955 pour voir un peu ce qui s’y passait. A cet effet, ils ont assisté à quatre épreuves et produit autant de documentaires : Le GP de Pau, le GP de Monaco, le GP de Belgique et enfin les 24 heures du Mans. Comme toujours, ce genre de produit cinématographique finit son existence sur Youtube, où on peut les consulter à l’adresse Fabulous Fifties. Pour la présente occasion, j’ai donc choisi le GP de Pau. J’ai traduit le commentaire et mis, moi-même, les sous titres en français (1). La qualité de l’image n’est pas formidable, mais suffisante néanmoins.

En ce qui concerne la course elle-même, l’habile montage des documentaristes laisse imaginer qu’il s’est agi d’une course trépidante, incertaine jusqu’au bout. En fait, il n’en fut rien : la course fut longue (3H02, soit le double d’un GP moderne), et son déroulement monotone. Si le public avait dès les cinq premiers tours espéré assister à un duel Behra-Ascari, il fut bien vite évident que la Maserati du premier était loin d’égaler en performance la Lancia du second. Et probablement aussi, les pilotes eux-mêmes étaient de classe inégale.

Duel Maserati – Ferrari au Grand Prix de Pau 1955

Le « campionissimo » Ascari, deux fois champion du monde, deux fois vainqueur à Pau en 1952 et 1953, avait pour lui, en plus de l’avantage que lui donnait sa machine, celui d’une plus grande autorité, et d’une plus grande maîtrise. Il eut tôt fait, parti en seconde position, de remonter Behra puis de le dépasser. Vingt tours avant la fin, Ascari devançait son rival de quarante secondes. Le Grand Prix semblait joué. C’est alors que la chance sourit à Behra. Une rupture de canalisation de frein ayant obligé Ascari à s’arrêter, le pilote français força l’allure et profita de la panne de son concurrent pour lui prendre deux tours. Castelloti, le compagnon d’écurie d’Ascari, tenta bien de revenir sur la Maserati, mais c’était sans espoir.

Behra, sûr de la victoire, termina avec aisance à une allure réduite, sans prendre jamais de risques, certain de n’être plus inquiété par Ascari qui, ayant repris la piste, tenta en vain de combler son retard, prenant tous les risques et finissant avec un tour de retard.

Jean Behra – Maserati 250 F – GP de Pau1955 © DR

La Lancia D50

La principale attraction de ce Grand Prix fut l’arrivée en force de la Lancia V8, avec trois voitures engagées pour Ascari, Villoresi, et Castelotti.

Conçue par l’ingénieur Vittorio Jano, la Lancia présentait plusieurs nouveautés, la principale étant probablement son moteur V8 de 2500 CC en V, très compact et léger. C’est le premier V8 apparu en compétition de Formule 1. Une autre nouveauté était que ce moteur est porteur, participe à la rigidité du châssis et reçoit des éléments de fixation des suspensions, une idée qui sera reprise bien plus tard par Colin Chapman avec le Ford Cosworth et la Lotus 49. Troisième nouveauté : le moteur est placé en biais, selon un angle de 12° par rapport à l’axe longitudinal de la voiture, afin de positionner l’arbre de transmission à gauche du siège du pilote et non pas sous celui-ci : le pilote est ainsi assis plus bas que sur les autres monoplaces, ce qui abaisse d’autant le centre de gravité de l’ensemble machine-pilote.

Lancia D50 – GP Argentine 1955 © DR

Enfin, la voiture apparaît avec des réservoirs d’essence latéraux qui lui confèrent une apparence totalement inédite. Conçue en 1954, cette voiture avait connu une gestation difficile mais était tout de suite apparue extrêmement compétitive à l’occasion de sa première apparition au GP d’Espagne de 1954 où Ascari avait réalisé le meilleur temps aux essais. Ayant pris la tête du GP, Ascari avait dû abandonner au dixième tour. La voiture n’était plus réapparue en grand prix pour la suite de la saison. Au moment du GP de Pau, Ascari vient de remporter sa première victoire sur la Lancia, le 27 mars 1955, à l’occasion du GP de Turin.

Inutile de s’étendre sur le destin de cette monoplace. Tous les passionnés de sport automobile savent ce qu’il advint : l’équipe Lancia ne se remettra jamais de la mort de son premier pilote à la fin du mois de mai 1955 ; puis elle fera faillite et cèdera ses voitures à Ferrari pour la saison 1956. La Lancia D50 deviendra la Lancia-Ferrari D50, après avoir fait l’objet d’un certain nombre de modifications, et remportera le titre de champion du monde en 1956 aux mains de Fangio.  

Les DB Monomill Compresseur

Grand Prix de Pau 1955
Monomill Compresseur – Storez – Armagnac – GP de Pau 1955 © DR

Une autre attraction du Grand Prix de Pau 1955 fut l’apparition pour la première fois des DB Monomill Compresseur à moteur suralimenté de 750 cc, aux mains de Paul Armagnac et Claude Storez. En se fondant sur la réglementation édictée par la CSI (Commission sportive internationale), qui admettait l’équivalence entre des 2.500 cc et les 750 cc à compresseur, et sous l’impulsion de Charles Deutsch qui croyait fermement la chose possible, René Bonnet les lança dans l’aventure. Il est vrai que le circuit en ville avait toute la configuration pour favoriser la maniabilité au détriment de la puissance. L’équation était la suivante : une voiture développant aux alentours de 85/90 CV pour un poids de 350kg pourrait-elle rivaliser face aux 250 CV et 700 kg des Ferrari, Maserati, Lancia et même aux Gordini ? En définitive, ce sera une amère déception : le moteur manquait de nervosité et la tenue de route, sur laquelle on comptait beaucoup, ne rendit pas les services attendus. Dépassées en performance, les voitures se qualifièrent en toute fin de grille à 17 secondes du meilleur tour réalisé par Jean Behra. En course, Storez dut abandonner au 65ème tour sur rupture du couple conique et Armagnac se trainera jusqu’à la 10ème et dernière place à 18 tours du vainqueur. L’expérience ne fut pas renouvelée (2).

Mario Alborghetti

Grand Prix de Pau 1955
Mario Alborghetti – GP de Pau1955 © DR

Le fait le plus marquant de ce Grand Prix de Pau 1955 fut la mort tragique d’un jeune pilote italien de vingt-six ans, Mario Alborghetti, commerçant à Milan. Jeune homme riche, Mario Alborghetti avait chargé le designer Gianpaolo Volpini et l’ingénieur Egidio Arzani de lui construire une voiture de Grand Prix. A cet effet, ils avaient acquis une Maserati 4CLT construite en 1950. La voiture avait été modifiée, avec une nouvelle carrosserie et un moteur conforme à la réglementation de Formule 1 de 2,5 litres alors en vigueur. La voiture, dénommée Volpini-Arzani, fut juste prête à temps pour le Grand Prix de Pau 1955. Pau était considéré comme un circuit difficile, surtout pour un pilote aussi inexpérimenté qu’Alborghetti.

Aux essais, il avait établi le 15e temps sur 16 concurrents, à près de 19 secondes du meilleur temps réalisé par Jean Behra. Au 29e tour de la course, après trois arrêts aux stands, Alborghetti était loin derrière la majorité du peloton quand, en arrivant au virage en épingle à cheveux de la gare, il fut apparemment distrait par la proximité de la Gordini de Jacques Pollet qui s’apprêtait à le dépasser. Il semble qu’Alborghetti appuya sur l’accélérateur au lieu des freins. Pulvérisant les bottes de paille, renversant une palissade, le bolide rouge bondit vers les premiers rangs de la foule, stoppant miraculeusement à un mètre d’elle. On releva sept blessés légers, tandis qu’Alborghetti, victime d’une fracture du crâne, décéda dans les bras des sauveteurs. Etrangement, la voiture était presqu’intacte. La Volpini-Arzani fut engagée à nouveau au GP d’Italie avec pour pilote Luigi Piotti, mais sans succès. Elle ne fut pas capable de faire un seul tour lancé aux essais et ne se qualifia pas pour la course. Elle disparut définitivement des circuits automobiles.

Alberto Ascari

Alberto Ascari © DR

Pour finir, ce documentaire sur le Grand Prix de Pau 1955 met particulièrement en valeur la personne d’Alberto Ascari, personnage sympathique et volubile. Si on considère que la Maserati de Behra avait largement dominé les deux autres Lancia conduites par Castelotti et Villoresi, le déroulement de la course témoigne de l’immense talent d’Ascari qui domina l’essentiel de la course de la tête et des épaules. Un mois plus tard, il aurait probablement remporté le GP de Monaco s’il n’avait pas malencontreusement glissé sur la tache d’huile laissée par la Mercedes de Moss qui le précédait et qui devait rapidement abandonner. Quatre jours plus tard, ce fut l’accident mortel lors d’une banale séance d’essais sur la piste de Monza. Sans cet accident, on sait avec certitude que l’histoire de la Formule 1 des années 50 se serait écrite de façon bien différente

Classement du Grand Prix de Pau 1955

Grand Prix de Pau 1955

Notes

  • Je n’ai rencontré qu’un problème de traduction : quel est le nom du virage à gauche qui passe sous le pont routier ? En principe, il s’agit du virage du Pont Oscar. Mais on entend autre chose. J’ai cru deviner « Léon Say », du nom de l’avenue qui mène au Pont Oscar.
  • Pour en savoir plus sur ces Monomil de Formule 1, on peut se reporter à l’article de Charly Rampal : DB Monomil 750 CC Compresseur sur son blog Panhard Racing Team.
Partager cet article :
Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
5 3 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

12 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments

Contribuez à Classic-Courses

Pour raconter l’histoire de la course automobile, il nous faut du temps, de la documentation, des photos, des films, des contributeurs de tous âges et des geeks qui tournent comme des F1 !

Nous soutenir

Pour que notre aventure demeure bénévole et collaborative et que nous puissions continuer à écrire nos articles au gré de nos envies, en toute indépendance.