Tony Brooks
24 septembre 2020

Tony Brooks 2/2

Comme nous l’avons évoqué il y a quelques jours, ici – même, le temps est venu de rendre hommage à Tony Brooks.

Place aux deux dernières chroniques inspirées de sa passionnante « Autobiography of a supreme Grand Prix driver,  Poetry in Motion » parue en mai 2012 et dont on espère avoir conservé la substantifique moelle. 

Professeur Reimsparing

La photo qui illustre le début de l’article représente Tony Brooks au volant de sa Ferrari au Grand Prix de l’ACF 1959

Vous pourriez aussi aimer :
Tony Brooks 1/2



II. – Où Tony révèle qu’il n’appréciait pas vraiment Jean Behra 

Jean Behra
Reims 1959 – Jean Behra – Ferrari @ DR

Selon Tony Brooks, l’énonciation par ordre alphabétique : 1. Behra, 2. Brooks correspondait parfaitement à l’idée que se faisait Jean Behra de la hiérarchie au sein de la Scuderia..  

Cette conviction se fondait peut-être sur le fait que le Niçois avait été recruté avant Brooks en début d’année et que lors de la Targa Florio ainsi que des 1 000 kilomètres du Nürburgring précédemment disputés, leur commune monture avait été officiellement engagée pour l’équipage « Behra-Brooks ».  

Il était clair cependant que l’un et l’autre argument faisaient  peu de cas des palmarès respectifs des deux hommes. Mais Behra fut jusqu’au bout un racer, ainsi que le souligna Sir Stirling Moss, qui l’appréciait pour cela, un coriace qui ne cédait rien à personne, souvent animé par une bonne dose de mauvaise foi ; Moss observa d’ailleurs que des racers, il n’en avait pas croisé tant que cela au cours de sa longue carrière. 

D’où  la mini-comédie des premiers essais, lors desquels le Niçois avait « annexé » d’autorité la fameuse voiture mixte, censée la plus compétitive mais qui, pour autant, ne lui avait pas permis de dominer Brooks ; et dont l’attribution ultérieure à Gendebien avait généré, on l’a constaté, une « Histoire de Toto » assez gratinée. 

C’est donc vraisemblablement non sans une intention (à peine) cachée que Tony Brooks a relaté l’anecdote suivante. 

Il avait été étonné (selon lui) de constater, sur la ligne de départ, que le volant de la Ferrari de Dan Gurney présentait une physionomie singulière : il était d’un diamètre inhabituellement large et cerclé d’un bois plus épais que de coutume, au revers duquel avaient été taillées des encoches destinées à accueillir les doigts du pilote.  

Brooks ayant alors demandé au Californien en quoi l’habituel volant qui équipait leurs F1 ne lui convenait pas, ce dernier lui avait répondu évasivement qu’il préférait celui-ci ; ce qui pouvait surprendre, de la part d’un sacré gaillard, doté d’une poigne solide. 

Il demeure (apparemment) convaincu que Gurney, ayant pris conscience, au cours des essais, des petites magouilles auxquelles étaient susceptibles de recourir certains de ses coéquipiers (suivez mon regard), celui-ci s’était assuré de la sorte qu’on ne lui chiperait pas en douce sa voiture attitrée   

Cette opinion est cependant sujette à caution.  

Une photo prise au cours des essais laisse en effet apparaître que le fameux volant était alors déjà en place.  

Reims 1959
Reims 1959 – Dan Gurney lors des essais @ Peter Coltrin – Racing in color – 1954-1959

 Dès lors : soit Tony Brooks était parfaitement au courant dès avant la course ; soit il découvrit effectivement la fameux volant au départ de celle-ci. En toute hypothèse, il exprima implicitement et de manière assez peu charitable (surtout dans la première éventualité), qu’il n’appréciait pas vraiment Jean Behra, avec lequel, force est de le reconnaître, il avait bien peu en commun, hormis le mépris du danger omniprésent.   

Reims 1959
Reims 1959 – Dan Gurney négocie le virage de Muizon @ Peter Coltrin – Racing in color – 1954-1959

Quoi qu’il en soit, nombreux furent, parmi lesquels l’auteur de ces lignes, ceux qui eurent la larme à l’œil au soir du 1er août 1959, à l’idée de ne jamais revoir le pilote au casque à damiers. 

Sentiment partagé par le célèbre journaliste Nigel Roebuck, lequel, dans une livraison du magazine MotorSport (since 1924 !), révèlera que la première fois qu’il le vit, à Oulton Park, en 1954, à côté de sa Gordini bleue, la cigarette à la bouche, Behra incarna instantanément l’image qu’il se faisait du pilote de course et vint côtoyer, dans son panthéon personnel, Sir Stirling Moss en personne ! 

Il livra également l’opinion de Dan Gurney à propos de Behra: « C’était un type fougueux, qui était là pour courir. J’avais beaucoup d’estime pour lui et j’admirais vraiment son incroyable esprit de compétition. C’était quelqu’un de fier, un battant, et croyez-moi, il était plutôt rapide ». On voit que le Californien, lui-même brave parmi les braves, partageait pleinement l’analyse de Sir Stirling Moss. Et que, soit dit en passant, il n’éprouvait nulle rancune envers celui qui avait été son très fugace coéquipier au sein de la Scuderia… 

Pas mal, comme références. 

III. – Où Tony se révèle un metteur au point hors pair  

Revenons-en, avec une ultime anecdote liée au GP de l’ACF 59, à l’essence même de la course et à l’incontestable talent de Tony Brooks. 

Après, donc, s’être assuré du meilleur temps dès les essais du mercredi, celui-ci s’était abstenu de tourner le jeudi. En revanche, il avait décidé d’accomplir quelques tours le vendredi, afin de procéder à une ultime vérification. 

Or, il constata immédiatement que la directive qu’il adressait systématiquement aux directeurs techniques, à savoir ne rien changer sur sa voiture entre les essais et la course, sans l’en informer, n’avait pas été respectée. Il déclara donc tout de go à Carlo Chiti : « Vous avez modifié le réglage de mes amortisseurs arrières ! ».  

Ce dernier le considéra avec stupéfaction et demanda : « Comment le savez-vous ? ». A quoi Brooks répondit : « Je m’en suis rendu compte en abordant la courbe (Annie-Bousquet) qui suit le droit très rapide après les stands, car il y a une petite bosse, là où la piste amorce une légère montée » ! 

Reims 1959
Carlo Chiti @ DR

« Mais », répliqua Chiti, « nous avons donné un seul tour de clé afin de durcir un tout petit peu les amortisseurs et d’être certains que la voiture ne talonnerait pas ». Brooks mit alors fin à la conversation : « La voiture ne talonnait pas lorsque j’étais à fond, mercredi, aussi vous prierai-je de bien vouloir rétablir les précédents réglages ». 

Le malheureux ingénieur avait peine à croire qu’une modification aussi infime ait pu être détectée par le pilote. A partir de là, en tout cas, il porta à la finesse d’analyse de celui-ci la plus grande considération ; et regretta très certainement son départ en fin de saison.. 

Toutes proportions gardées, cette même finesse n’est pas sans évoquer celle dont feraient preuve, chacun à sa manière, Alain Prost et Ayrton Senna. Emouvante filiation. 

Quelle injustice que pareil pilote ait perdu le titre 59 parce qu’un (ce jour-là) décérébré Harry Schell avait cru bon de court-circuiter le tracé lors des essais de l’ultime GP, celui lui des Etats-Unis à Sebring, et de « voler » ainsi la pole, sans être sanctionné, ce qui valut à Brooks d’être heurté à l’arrière dès le départ et de perdre toutes ses chances au profit d’un rugueux Jack Brabham, qui ne le valait pas.  


Pour en savoir davantage sur Jean Behra : Ici

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le !

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

Visitez notre boutique en ligne :

Johnny Rives

Johnny Rives : Une passion terrible, la vitesse

29,00
Johnny Rives

Une passion terrible, la vitesse

Johnny Rives nous livre ses souvenirs de course et partage avec nous les moments forts et les rencontres de quatre décennies passées au bord des pistes. On l'attendait depuis longtemps. Edité par Classic-Courses, Coco-B-Editions et Jamval Editions ce livre de 256 pages, préfacé par Henri Pescarolo contient 165 photos couleurs et noir et blanc.

François Mazet, Mes vies à toute vitesse

24,00
Au début des années 1970 François Mazet était considéré comme l'un des principaux espoirs de la F1 française. Champion de France de F3 1969, il accédait à la discipline reine du sport automobile lors du GP de France 1971 avant de voir sa progression contrariée par la crise pétrolière. Trop vite achevée en 1973, sa carrière s'ouvrait dès lors sur d'autres défis riches d'incroyables rencontres et de paris insensés. La trajectoire de François Mazet est plurielle, tout comme sa vie. Du swinging London des années 1960 à la Citronneraie de Menton, en passant par les paddocks de F1, c'est à un incroyable voyage que ce livre nous convie.    
François Mazet

F2 Pau 1970 - Qualifié en 1e ligne entre Jack Brabham et Jochen Rindt © Archives personnelles François Mazet

Vos commentaires les plus récents :

D’autres articles à découvrir :

5 2 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

13 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments

Contribuez à Classic-Courses

Pour raconter l’histoire de la course automobile, il nous faut du temps, de la documentation, des photos, des films, des contributeurs de tous âges et des geeks qui tournent comme des F1 !

Nous soutenir

Pour que notre aventure demeure bénévole et collaborative et que nous puissions continuer à écrire nos articles au gré de nos envies, en toute indépendance.