30 septembre 2019

GP de Russie 2019 par Johnny Rives

MERCEDES AVAIT AMORCÉ SA VICTOIRE SAMEDI

 Après trois (belles) victoires d’affilée, Ferrari s’est vue contrainte de modérer ses ambitions au GP de Russie 2019. Mercedes y a pris une revanche logique après les récentes déceptions. Hamilton a agi en maître de la situation. Et Bottas, en bon soldat, a utilement complété ce triomphe en dépit des efforts de Leclerc. Ce huitième doublé de la firme à l’étoile a été érigé sur des bases solides établies la veille, le samedi, en qualification.

Là, à notre grand étonnement, les Mercedes avaient été les seules parmi les trois équipes dominatrices à franchir le cap déterminant de la Q2 avec des pneus mediums (jaunes) là où Ferrari et Red Bull avaient roulé en tendres (rouges). Des pneus dont les unes et les autres devraient obligatoirement être chaussées au départ. Dès ce moment, l’essentiel était accompli pour les flèches argentées. Effectivement, en course Leclerc (22e tour) et Vettel (26e) durent observer leur changement avant leurs rivales, abandonnant le commandement à Hamilton – dont la fin de parcours allait se résumer à une formalité.

Johnny RIVES.

Vous pourriez aussi aimer :

2018 GP de Russie par Johnny Rives
2017 GP de Russie par Johnny Rives
2016 GP de Russie par Johnny Rives
2015 GP de Russie par Johnny Rives
2014 GP de Russie par Johnny Rives

Les moments forts du GP de Russie 2019 avec f1.com :

https://www.formula1.com/en/latest/article.hamilton-snatches-sochi-win-after-ferrari-fail-to-make-advantage-count.1BOPfqW7iLBL217qF3VF6I.html

LES FERRARI MUSELÉES

GP de Russie 2019
GP de Russie 2019 – Vettel – Leclerc – Ferrari @ DR

 Malgré leur brillante entrée en scène (Vettel au commandement jusqu’au 25e tour) les Ferrari n’ont donc pas été capables de confirmer la superbe performance de Leclerc aux essais – pole position avec 0’’4 d’avance sur Hamilton. D’autant moins que, circonstance imprévue et aggravante, l’abandon de Vettel provoquait la sortie de la SC (safety car). Ce dont Hamilton et Bottas profitaient pour passer en pneus tendres (rouges) sans perte de temps. Malgré ce contretemps, Leclerc était tout de même intercalé entre les Mercedes.

Mais alors chaussé en pneus mediums (jaunes) comment allait-il pouvoir faire face aux flèches argentées chaussées de gommes bien plus performantes ? Ferrari opta pour un second arrêt du Monégasque (30e tour) pour le placer à égalité avec les Mercedes sur ce plan. Cela lui coûta la 2e place au bénéfice de Bottas. Qui s’avéra, à pneus équivalents, impossible à reconquérir en fin de course. Où Hamilton s’adjugea aisément le meilleur tour (1’35’’761 contre 1’36’’193 à Leclerc). Il n’aurait pu y avoir meilleure démonstration de supériorité. Les Ferrari avaient bel et bien été muselées par leurs rivales. Quoi qu’aient pu faire penser les échanges radio superflus des premiers tours.

LES RED BULL EN RETRAIT

GP de Russie 2019
GP de Russie 2019 – Verstappen – Red Bull @ DR

 Ce GP de Russie a également mis en valeur la situation des moteurs Honda, en net retrait par rapport aux Mercedes et Ferrari. Cela en dépit des importants changements ayant pénalisé de cinq places au départ Red Bull et Toro Rosso. Des changements apportés en vue du prochain rendez-vous, le GP du Japon. A Sotchi, Max Verstappen sur sa Red Bull n’a jamais été en mesure de se hisser au niveau de ses adversaires directs habituels. Certes son équipier Alexander Albon a réussi une performance spectaculaire en décrochant la 5e place après être parti dernier. Mais, quoique meilleur que celui de Verstappen (excusez du peu…) son meilleur tour (1’36’’762) est en retrait d’une seconde pleine sur celui d’Hamilton.

Sur le probant circuit de Suzuka les qualités routières des Red Bull ne seront pas superflues pour tenter de rivaliser avec les Mercedes et Ferrari. Derrière ces six F1, Sotchi a confirmé l’excellent comportement des McLaren (Sainz 6e, Norris 8e) au détriment des Racing Point, Toro Rosso et surtout Renault. A moteur égal, ces dernières étaient une demie seconde en retrait des McLaren : meilleur tour de Sainz 1’38’’020, celui d’Hulkenberg en 1’38’’519. Un Hulkenberg qui risque très injustement de se retrouver sans volant l’an prochain.

COTE D’AMOUR ET.. DE DÉSAMOUR !

A Sotchi, nous avons aimé :

*** Hamilton, Albon
**  Bottas, Leclerc, Verstappen
*   Sainz, Vettel, McLaren 

A Sotchi, nous avons moins aimé :

°   Raïkkonen, Ricciardo, Honda          

Classement « Classic Courses » après le GP de Russie 2019 :

Nous avons aimé :

27 *  Lewis Hamilton -
21 *  Leclerc
20 *  Verstappen
18 *  Bottas
16 *  Vettel 
 9 *  Albon
 7 *  Norris - Sainz
 6 *  Mercedes - Honda - Albon
 5 *  Giovinazzi
 4 *  Kvyat - Ricciardo - Hulkenberg 
 3 *  Ferrari - Red Bull - La pluie  - Renault - McLaren
 2 *  Stroll - Perez
 1 *  Circuit Gilles Villeneuve - Raikkonen - Alfa Romeo - Grosjean - Kubiça - L'ambiance de Monza

Nous avons moins aimé :

-9 ° Renault 
-8 ° Ferrari - Règlement sportif 
-7 ° Vettel 
-6 ° Haas
-5 ° Kvyat
-4 ° Stroll - Ricciardo
-3 ° Albon - La mensuétude des Commissaires ( Suite accident Gasly - Albon) - Perez
-2 ° Giovinazzi - La sévérité du déclassement des Alfa
-1 ° Le circuit de Melbourne - Grosjean - McLaren - Alfa-Romeo - La safety car - Magnussen - Le circuit de Singapour - Raikkonen - Honda

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le !

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

Visitez notre boutique en ligne :

Vos commentaires les plus récents :

D’autres articles à découvrir :

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

6 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments

Contribuez à Classic-Courses

Pour raconter l’histoire de la course automobile, il nous faut du temps, de la documentation, des photos, des films, des contributeurs de tous âges et des geeks qui tournent comme des F1 !

Nous soutenir

Pour que notre aventure demeure bénévole et collaborative et que nous puissions continuer à écrire nos articles au gré de nos envies, en toute indépendance.