F1 2015 : Le billet de Johnny Rives – Russie 15

lewis hamilton,grand prix de russie 2015,f1,2015,classic courses,johnny rives VOUS AVEZ DIT TSAR ?

Lewis Hamilton, on s’est habitué au fil de cette saison 2015 à l’envisager comme une star. Son sens inné de mêler, dans ses attitudes, une arrogance un peu glacée avec une simplicité de bon aloi, y est pour beaucoup. A quoi se sont ajoutées des fantaisies bien dans l’air d’une vague nouvelle chez les jeunes idoles. Un goût immodéré pour des excentricités ornementales – bijoux tape à l’œil, tatouages agressifs. Chanteurs et sportifs (footballeurs en tête) montrent la voie dans le genre. Bien sûr Hamilton, sportif et chanteur lui-même, s’en voudrait d’être à la traîne. Mais sur le circuit de Sotchi en Russie, la star qu’il est devenu a laissé place une autre tête de proue. La chapka dont, par une fantaisie humoristique de Pirelli, il était affublé sur le podium à l’issue de sa chevauchée triomphale faisait de lui, symboliquement, le tsar d’une Russie automobile. Ce qui lui a permis de claquer, d’égal à égal, une bise à Vladimir Poutine dont on imagine qu’il rêve, lui, d’être le tsar de tous les Russes… voire plus !

                                                                          Johnny RIVES.

lewis hamilton,grand prix de russie 2015,f1,2015,classic courses,johnny rivesDISCRETION.- Mercedes avait manifesté une réelle contrariété à l’issue du GP du Japon, estimant que les caméras avaient négligé la course de ses deux F1. Qu’en est-il à l’issue du GP de Russie, où, aussi brillante fut-elle (après la disparition de l’infortuné Rosberg) la chevauchée de Lewis Hamilton a été traitée avec une discrétion absolue pour les télévisions ? Il est vrai qu’il n’y avait pas grand chose à montrer sur l’exhibition de l’Anglais, qui a maîtrisé impeccablement une situation qui lui fut constamment favorable. D’autant plus que Rosberg ne fit pas longtemps illusion à cause d’un ennui mécanique auquel son équipe ne nous a pas habitués, une pédale d’accélérateur rétive. Une autre circonstance a permis à Hamilton de vivre une course sans histoire : la résistance que Raïkkonen a opposée  à son équipier Vettel.

COURSE D’EQUIPE ? – On a eu l’occasion, à l’issue d’une course précédente, d’entendre Kimi Raïkkonen assurer qu’il courait plus pour son équipe que pour lui même. La Scuderia lui a rendu la politesse en prolongeant son contrat quand certains observateurs espéraient voir un Max Verstappen, ou à la rigueur un Nico Hulkenberg, à sa place auprès de Vettel. Tel n’était pas notre souhait en raison de la sympathie que suscite l’expérimenté Finlandais. Une sympathie qui a été quelque peu écornée à Sotchi où l’on a vu Raïkkonen opposer une résistance farouche à Vettel en début de course. Pour le coup, Kimi ne courait pas pour la Scuderia mais pour lui seul ! Il a fini par aggraver son cas en portant sur son jeune compatriote Valtteri Bottas une attaque irraisonnée, voire désespérée, qui finalement leur a coûté cher  tous les deux. Kimi, ça n’est pas ainsi que l’on t’aime. Nous guettons ton rachat !

Alewis hamilton,grand prix de russie 2015,f1,2015,classic courses,johnny rivesNIMATION.- Ce GP de Russie n’a pas manqué d’animation, mais fort heureusement tous les pilotes impliqués par des scènes « d’action » comme dit parfois Jacques Villeneuve, s’en sont tirés avec bonheur. A commencer par le beau Carlos Sainz dont la sortie de route aux essais avait fait frémir Julien Fébreau autant que les téléspectateurs. Et que le mauvais sort a poursuivi jusqu’au bout, ses freins défaillants l’ayant privé d’une 7e place méritée – voire mieux encore, en raison du micmac Bottas-Raïkkonen. Du coup les heureux d’un final à perdre le souffle ont été Sergio Perez et les McLaren. Le Mexicain a montré une fois encore son étonnante faculté à préserver ses pneus mieux que quiconque, il en a été récompensé au-delà de ses espérances grâce à Raïkkonen. Quant aux McLaren, nous les avons constamment pointées à l’arrière-garde, avec les seules Manor de Merhi et Stevens plus lentes qu’elles. Mais au final, les circonstances leur ont permis d’entrer toutes les deux dans les points. Et de se féliciter des progrès marqués par leurs moteurs Honda. Mais ça, c’était peut-être un trait d’humour britannique.

Illustrations @ DR

 

Johnny Rives

Johnny Rives entre au journal l'Équipe en juin 1960 pour y devenir le spécialiste des sports automobiles. Il commenta les grands-prix de Formule 1 sur TF1 avec Jean-Louis Moncet, Alain Prost, et Pierre van Vliet de 1994 à 1996. Johnny Rives a encouragé le démarrage de Classic COURSES auquel il collabore depuis le début.

Johnny Rives has 158 posts and counting. See all posts by Johnny Rives

19 pensées sur “F1 2015 : Le billet de Johnny Rives – Russie 15

  • Bonsoir Johnny et merci pour votre prose. J’avoue être un tout petit peu déçu que vous ne nous ayez pas gratifié d’un bref passage sur les futures Red Bull à pédales.

    Une innovation qui risque de révolutionner la F1 et de la rendre définitivement propre. Soit un pas de plus vers le politiquement correct après l’hybridation et les pénalités.
    Écrit par : flugplatz | 12/10/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre
  • Parfait !
    Écrit par : Flugplatz | 13/10/2015

    Répondre
  • Bien vu le portrait du Tsar !!! Suis chaque fois plus fan d’Hamilton.
    Écrit par : eric bhat | 13/10/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre
  • …heureusement qu’il y a encore des pilotes comme Raikkonen pour ne pas abdiquer face a leur equipier!…et puis,si Bottas ne lui avait pas braqué dessus,on dirait tous bravo!…
    Écrit par : bacle | 13/10/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre
  • Donc pour une fois nous ne sommes pas d’accord, cher Gérard!
    Écrit par : Johnny Rives | 13/10/2015

    Répondre
  • Gérard a raison. Bottas prend sa trajectoire comme au « volant Elf de chez Winfield »… Il a oublié un peu vite qu’il avait un certain Iceman aux fesses et qu’il se battait pour un podium… Une porte grande ouverte comme ça c’est limite un « pousse au crime ».
    Écrit par : flugplatz | 13/10/2015

    Répondre
  • …mais heureusement Johnny,qu’il y a encore des pilotes comme Raikkonen pour ne pas capituler face a leur equipier alors que la course n’est pas encore jouée!…et puis,si Bottas ne lui avait pas braqué dessus,on dirait tous bravo,non?
    Écrit par : bacle | 13/10/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre
  • …desolé,je me répéte! mais dans un premier temps,mon post n’apparaissant pas,j’ai doublé la mise,sorry!
    Écrit par : bacle | 13/10/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre
  • Johnny,c’est seulement mon point de vue! apres,chacun interprete en fonction de son ressenti….
    Écrit par : bacle | 13/10/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre
  • C’est tout l’intérêt du site Classic Courses: un échange de points de vue. A bientôt Gérard.
    Écrit par : Johnny Rives | 13/10/2015

    Répondre
  • Mercedes titrée, oui mais Rosberg dépassé au championnat par la Ferrari de Vettel qui affiche le même nombre de victoires que son compatriote, c’est une épine qui reste dans le pied de la glorieuse équipe. Une pole au Japon, une autre en Russie aidaient un Rosberg défait à se rassurer et devaient reléguer à l’arrière Vettel imperturbable qui poursuit sa marche en avant bien disposé à s’immiscer entre les flèches d’argent. Lewis se débrouillant très bien tout seul avec une confortable marge en route vers le titre, une préparation attentive concentrée sur le deuxième pilote dont le moral est en berne devait lui permettre de redorer son blason pour la fin du championnat. Malheureusement ce plan ( imaginaire) n’a pas fonctionné pour un ressort à quat’sous et Nico qui pouvait espérer la victoire à condition de résister à Hamilton, » l’autre à côté » , joua d’une noire malchance.
    Écrit par : laurent riviere | 13/10/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre
  • Il faut une Mercedes pour grimper en haut de l’affiche,le constructeur fournit l’échelle.Il faut donc devenir colleur d’affiches pour ne plus être chômeur des Asturies.Parce qu’on est au chômage de victoires douces depuis deux ans,on abandonne son moteur français,on l’a déposé au mont-de-piété . La voisine italienne du chômeur autrichien arrache les draps du lit,les lave et va les rougir pour un autre baron rouge, et derrière un finnois grimpe sur un autre finnois pour qu’ils abandonnent ensemble les souvenirs de victoire repliés dans les draps d’un autre fils de finnois . Le mexicain qui monte sur l’escabeau demande à faire un détour pour aller voir un ami.Un ami?Pedro ou Ricciardo,qui n’auraient pas fait mieux au essais que le Romain américain.Trois ou quatre pilotes entrent sous le Porsche et se demandent à quel étage de l’échelle sportive se trouve la voyante: ils comprennent que c’est celle qui a un train postal dans son bureau, et une photo de Jochen et Nina, qui a l’œil sur eux, et se méfie des rôdeurs pour mieux garder son génial magot .Comme le film s’appelle « Moss sans Fangio », on commence à avoir peur pour le nouveau Karl Kling de Monaco:suspense. On ne saurait plus, aujourd’hui, faire tout un plat-toute une course-du vol d’une flèche d’argent.Seul Johnny y parvient, l’histoire continue .Notre hôte a l’élégance argentine du Maître, un jour en Aintree, doucement derrière Stirling ..
    Écrit par : CD | 14/10/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre
  • Quel hommage, cher CD! J’en suis fier et confus en même temps…
    Écrit par : Johnny Rives | 14/10/2015

    Répondre
  • C’est l’Artiste écrivain et journaliste qui nous raconte l’histoire : la longue domination grise fait des petites victoires rouges qui deviennent grandes à leur tour.Les pilotes se pressaient sous la pluie pour se tasser dans une courbe hollandaise au nom d’un rebelle de la jungle,il y a plus désormais de cyclistes payants que de chevaux,les billets d’auteurs sont aussi rares que les livrets d’opéra rythmés par les V12 français et anglais de JPB dont vous avez retracé les glissades parfois monégasques ,le survirage suédois est parti avec sa visière jaune,des accents écossais et français ne viennent plus cogner aux oreilles de Ken et Nora . On dirait un travail flèché d’écolier, qui a dessiné en adjectifs godasse de plomb en déséquilibre maîtrisé au Brésil sur une ombre noire et fragile,en images diffuses mais si bien tracées que nous y étions grâce à vous : victoires,abandons, et le pire aussi quand dans un si mauvais coup l’une des trois voitures bleues du marchand de bois se retourne un samedi d’été indien américain près de la forêt . Il n’y a que votre talent, Johnny, qui ne se soit pas altéré par toutes ces années passées à vous lire, dit le lecteur silencieux. Vous avez dit Tsar ?
    Écrit par : CD | 14/10/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre
  • Un régal de suivre les échanges qui prolongent les toujours beaux et (très) bons papiers de Johnny, le maestro, qui laisse toujours la porte ouverte à la contradiction et aux avis différents. Thanks Johnny. Bravo CD. 🙂
    Écrit par : Gaston | 14/10/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre
  • CD après avoir succombé à la passion des autos quand Mercedes vint malmener les voitures rouges nous offre un étonnant voyage original avec retour dans le temps des années 50 à 70. Il ne faut pas confondre le Romain américain avec l’américain de Paris mais j’ai bien aimé le Karl Kling de Monaco. On retrouve dans ce parcours allusif et bien ciblé des grands moments vécus de la course. Bravo… Charles Deutsch.
    Écrit par : laurent riviere | 15/10/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre
  • Charles Deutsch …
    Un seul pilote français est descendu sous la barre des 4’45 » au Mans sur une CD bien difficile,faisant fuir quelques pilotes, d’une instabilité terrible qui inspirera dangereusement les premières 917..

    La course américaine à venir pourrait lui rappeler l’eldorado financier offert autrefois aux vainqueurs des années 70, la gravité de l’homme mur belge élégant et vaincu par le débutant brésilien après le drame de Monza, défait l’année suivant par l’inoubliable français aux cinquante mille dollars de prime,et sans doute la force mentale du pauliste qui prend le titre au tessinois trois ans plus tard sur un circuit encore endeuillé, ou encore la première victoire du meilleur pilote de formule 2 de tous les temps une année érotique, paraît-il.
    « I did the same »dit un jour à notre hôte mal embarqué sur le bord d’une piste le dernier vainqueur des 24 heures sur une création d’Il Vecchio( à qui personne- personne- n’aurait osé parler de bourse américaine ..)
    Reste à voir dimanche si Lewis laissera une Ferrari boursicoteuse à sa gauche et une Vanwall modernisée à sa droite pour devenir l’égal mathématique de l’autre inoubliable pauliste .

    Le jeune hollandais volant a le temps devant lui, et les lois désormais maîtrisées de
    l’aérodynamique ont changé le destin des artistes .
    Johnny, à deux cent cinquante dans les Hunaudieres avec un moulin à café d’à peine cent chevaux, être doublé par Porridge en rouge dans les Hunaudiéres devait rendre tumultueux les trois cent mètres qui suivaient …

    Bon grand prix .

    CD
    Écrit par : CD | 21/10/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre
  • Monza pour Moss ne fut pas l’eldorado financier en 1958.Le hollandais pourra t il effacer Vettel qui fit oublier le brésilien? A l’hôtel Fossatti le maître des lieux peut faire visiter la cuisine familiale où les Schumacher étaient reçus tandis que le motor home du successeur vient à peine de s’éloigner.A Maranello le bureau du restaurant du cavallino aimerait vibrer si les voitures qui avaient boudé les couleurs nationales en Amérique fassent à nouveau tinter les cloches.
    Écrit par : Laurent riviere | 22/10/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.