Lionel Froissart
27 mars 2021

Froissart un point c’est tout

Au moment de sa création en 1976, il y avait deux façons d’entrer à Auto Hebdo : emprunter la voie royale ou se faufiler par le soupirail.

Nous fûmes quelques-uns de notre petite bande à se hausser du col en poussant la porte cochère du 7 rue de Lille – la voie royale -, gravissant l’escalier de bois branlant et soumettant à une espèce d’humanoïde, fils naturel de Michel Audiard et Michel Constantin, le rédac’chef Etienne Moity, des photos et des textes gratos.

Ça tombait à pic, ledit Moity cherchait des gus pour écrire de fausses lettres de lecteurs afin de régler son compte à tel ou tel, et pour le fournir en « docs » gratos. Marché fut conclu. Un tantinet léonin, mais bref.

On voyait glisser dans les couloirs un petit gars furtif, noir de poil, qui, lui, était entré par le soupirail. Détenteur d’une meule, il convoyait les péloches au labo. Donnait un coup de paluche de-ci de-là, montait sandwichs et bières dans les bureaux. Moity le désignait sous le nom générique de Froissart, patronyme qui eût pu lui attribuer des chroniques mais que l’impitoyable boss assortissait d’un surnom dont je préfère n’avoir pas à me souvenir.

Alors que la voie royale s’était depuis longtemps refermée derrière nous, petit Froissart est devenu grand après avoir quitté l’hebdo de la rue de Lille – où il avait créé une rubrique « Karting » -, pour intégrer un prestigieux quotidien, Libération.

D’en avoir labouré, trente ans durant, le sillon de la F1 lui a permis de récolter quelques graines somptueuses, à commencer par une amitié profonde avec Ayrton Senna, et une expertise reconnue qui en fait l’un des successeurs de la génération des Gérard Crombac, José Rosinski, Christian Moity, Luc Augier, etc.

Sa connaissance intime de la F1 lui a enseigné une chose : ce sport d’exception se nourrit de sa propre légende, plus prégnante que toutes les fictions. S’il offre prise à sa documentation – et Froissart ne s’en est pas privé via ses essais sur Prost, Senna, Hamilton, il rejette telle une greffe qui ne prend pas, le roman. Tous ceux qui l’ont tenté s’y sont brûlé le clavier.

Aussi pour son entrée dans la voie royale du roman (après les nouvelles qui composent « les boxeurs finissent mal… en général »), Lionel Froissart a-t-il sagement évité la course auto, sinon celle, moins sportive que sanglante, qui opposa le 30 août 1997 une Mercedes noire à des paparazzi à moto dans le tunnel du pont de l’Alma, avec une Fiat Uno en chicane mobile.

Curieux choix de sujet de roman qui semble avoir été alimenté par un commissaire de police dont l’auteur garde pour lui l’identité. En déroulant une pelote de laine en forme d’intrigue nouée autour de la propriétaire de la Fiat Uno, une certaine Jocelyne, madame-tout-le-monde habitant Bobigny, lectrice éperdue de Philippe Djian, amoureuse de Mike Brant, l’auteur laisse advenir sous une plume alerte, en filigrane, les causes possibles du drame dont on ressent l’accidentelle comme l’une des moins vraisemblables.

Même s’il s’avère plus convaincant dans une description qui rend Bobigny presque désirable que dans des scènes de cul graisseuses qui trahissent le spécialiste du moteur à pistons, Lionel Froissart donne un joli roman de facture agréable à Héloïse d’Ormesson.

Belle revanche pour l’ex-grouillot d’Auto Hebdo dont le nom écrase sur une très belle couverture celui de l’académicien de Au plaisir de Dieu.

Editions Héloïse d’Ormesson

Lionel Froissart
Lionel Froissart – Punto Basta – Editions Eloïse d’Ormesson

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le !

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

Visitez notre boutique en ligne :

Johnny Rives

Johnny Rives : Une passion terrible, la vitesse

29,00
Johnny Rives

Une passion terrible, la vitesse

Johnny Rives nous livre ses souvenirs de course et partage avec nous les moments forts et les rencontres de quatre décennies passées au bord des pistes. On l'attendait depuis longtemps. Edité par Classic-Courses, Coco-B-Editions et Jamval Editions ce livre de 256 pages, préfacé par Henri Pescarolo contient 165 photos couleurs et noir et blanc.

François Mazet, Mes vies à toute vitesse

24,00
Au début des années 1970 François Mazet était considéré comme l'un des principaux espoirs de la F1 française. Champion de France de F3 1969, il accédait à la discipline reine du sport automobile lors du GP de France 1971 avant de voir sa progression contrariée par la crise pétrolière. Trop vite achevée en 1973, sa carrière s'ouvrait dès lors sur d'autres défis riches d'incroyables rencontres et de paris insensés. La trajectoire de François Mazet est plurielle, tout comme sa vie. Du swinging London des années 1960 à la Citronneraie de Menton, en passant par les paddocks de F1, c'est à un incroyable voyage que ce livre nous convie.    
François Mazet

F2 Pau 1970 - Qualifié en 1e ligne entre Jack Brabham et Jochen Rindt © Archives personnelles François Mazet

Vos commentaires les plus récents :

D’autres articles à découvrir :

3 2 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

7 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments

Contribuez à Classic-Courses

Pour raconter l’histoire de la course automobile, il nous faut du temps, de la documentation, des photos, des films, des contributeurs de tous âges et des geeks qui tournent comme des F1 !

Nous soutenir

Pour que notre aventure demeure bénévole et collaborative et que nous puissions continuer à écrire nos articles au gré de nos envies, en toute indépendance.