Alain Prost, une vie, une carrière (1).

Il y a quelques années, j’ai eu le privilège de rencontrer à plusieurs reprises Alain Prost pour une série d’interviews en vue de l’écriture de sa biographie que nous lui avons consacré avec mon confrère et ami Jacques Vassal. Ces entrevues – six au total, réparties sur une dizaine d’heures – devaient servir à étayer nos propos, et à les illustrer par quelques sélections choisies de ci, de là. Naturellement, comme souvent en pareil cas, ce n’est que la petite partie émergée de l’iceberg qui fut publiée dans ce livre paru en 2003.

Pour commémorer les 60 ans du quadruple champion du monde, et surtout les 30 ans de son premier titre mondial, l’occasion nous est ici offerte de découvrir certaines de ces interviews dans leur intégralité, en suivant ces discussions à bâtons rompus qui eurent lieu entre mars et juin 2002 dans une grande maison de la banlieue ouest de la région parisienne.

Propos recueillis par Pierre Ménard

alain prost,pierre ménard,jacques vassal,karting,volant elf,michel fabre,françois goldstein,classic courses,antoine rafaelli,simon de lautour

 

 

1972-1975, karting et Volant Elf.

PM : En 1972, vous abandonnez le foot pour vous consacrer au karting (1), ou parce que vous vous êtes abimé le genou, ce qui vous barre l’accès au professorat d’EPS ?

AP : Les deux. Je ne pouvais plus jouer au foot, je suis resté bloqué trois mois dans le plâtre, j’étais momentanément sorti de la sphère football et je découvre le karting ! Je pense malgré tout que, même s’il n’y avait pas eu cette blessure au genou, la découverte du karting aurait de toute façon modifié ma vie de la même manière. Mais, à l’inverse de toutes les autres catégories, j’ai abordé le karting comme un plaisir et non pas comme un tremplin. Après, c’est évident que dès l’école de pilotage, on pense à la course automobile et ainsi de suite, Formule Renault, Formule 3 et Formule 1, et chaque chose en son temps.

Réactions de papa et maman Prost quand vous émettez le désir de faire du kart ?

Au départ, je n’ai rien dit à mes parents. J’avais émis l’idée de faire du kart et ils m’avaient dit : «  Tu n’es pas fou, non ? » Et la discussion s’est arrêtée là. A la limite, je pouvais comprendre, mais je me suis alors dit qu’il fallait que je me démerde moi-même. Il s’est trouvé qu’un de mes copains, plus âgé, faisait du karting dans un club et vendait son kart. Je n’avais pas d’argent, j’avais seize ans. J’ai alors décidé d’économiser tout ce que pouvais, un truc assez extraordinaire de volonté quand j’y repense. Pendant plus d’un an, je ne suis plus sorti ! Chaque fois que je disais : « Je vais au cinéma », je n’y allais pas, et hop 4,50 Frs ! J’allais faire les courses, je récupérais 20 centimes, un franc, deux francs, et ainsi de suite.

C’était secret, tout ça ?

Personne ne le savait dans la famille. Je bossais avec mon père et de temps en temps, il me donnait quelque argent. A Noël, je disais que je ne voulais pas de cadeaux, que des étrennes, tout le monde se demandait bien pourquoi. Et à la fin, j’ai obtenu 700 Frs. Et 700 Frs, c’était le prix du kart d’occasion que mon copain vendait. J’ai donc annoncé à ce moment-là que j’allais acheter un kart et tout le monde a rigolé : « Avec quoi ? ». Et j’ai alors dévoilé mes économies.

Et quelle a été la réaction ?

Un rire un peu jaune, une réaction tout à fait normale. Pendant un jour ou deux, ils n’ont rien voulu entendre, puis je me rappelle très bien la phrase de mon père : « Tu t’es démerdé pour avoir ça, tu veux le faire ? Eh bien tu te démerdes pour la suite, c’est ton problème ». C’était un peu sec tout de même, mais j’étais en face de mes responsabilités.

alain prost,pierre ménard,jacques vassal,karting,volant elf,michel fabre,françois goldstein,classic courses,antoine rafaelli,simon de lautour

Quel avenir imaginaient-ils pour vous, si jamais vous l’avez su ?

C’est difficile à dire car on ne parle jamais de ces choses-là, même après. Au moment précis, je pense qu’ils ont dû se dire : « Ça lui passera ». Mais ils m’ont aidé au moment où il le fallait, ne serait-ce qu’en m’amenant sur les courses — je n’avais pas le permis — et en me soutenant. Et le milieu des courses était relativement sympa, de sorte qu’ils ont passé des week-ends agréables à voir des gens, discuter. Et il y avait le côté financier. Ma première année a vraiment été merdique, elle m’avait coûté ces fameux 700 Frs. Ensuite, ils m’ont donné un petit coup de pouce pour acheter le deuxième kart, après que j’ai eu revendu le premier. C’était le Vaquand-Parilla. Mais après, il n’y avait plus d’argent. Là, j’avais déjà une proposition de BM (2). Ils me payaient 2000 Frs par mois, plus le matériel, mais j’avais déjà donné ma parole à Michel Fabre, et donc je n’y suis pas allé. Le karting était en pleine évolution technique et sans soutien, ce n’était plus possible de suivre.

Pour en revenir à votre question, lorsque c’est devenu un peu pro, ils m’ont dit : « Tu te démerdes ». Je crois qu’ils ont eu raison, ils m’ont ainsi rendu un service. Par la suite, ils se sont fait beaucoup de soucis : ça commençait à aller loin et j’avais arrêté l’école, à 18 ans en première. Je m’étais organisé ainsi : je travaillais avec mon père, tout en continuant à courir, sans que cela me coûte de l’argent. C’est d’ailleurs la seule période de ma vie ou je me suis protégé par une sécurité, même si mon père n’en avait pas émis le désir.

A l’ép0que, vous ne voyez pas plus loin que le karting, pas d’automobile en vue ?

Absolument pas, je désirais faire le mieux possible. C’était un peu la découverte. Au championnat du monde junior en Hollande en 1973, où je gagne pratiquement toutes les manches et la finale, c’est un peu une surprise pour moi. Il y avait déjà les camions, les semi-remorques, et nous on est arrivé avec une petite remorque que j’avais faite avec le vieux triporteur d’un ami de mes parents — je l’avais coupé en deux et soudé les parties dont j’avais besoin. Je n’avais pas la grosse tête, je ne pensais pas tout écraser. J’avais la foi, mais par contre déjà l’anxiété et l’appréhension du lendemain, ou de la course d’après. Mais c’est à partir de cette course-là que le déclic s’est fait : je me suis dit que j’avais peut-être un avenir devant moi. Ceci dit, le karting, ça n’a pas été tout rose. Les différences de matériel étaient criantes. Mes plus mauvais souvenirs, ce sont les championnats du monde par exemple. On ne peut pas lutter. Je me rappelle au championnat du monde au Ricard [1974, NDLA], on avait des moteurs qui n’étaient pas du tout au niveau. Et quand l’usine nous prêtait un moteur que Goldstein ou un des Italiens ne voulaient pas, tout de suite on gagnait une demi-seconde.

Vos parents vous assistaient pendant les courses ?

Ma mère était présente, mais avait très peur. Elle ne regardait jamais la course. Elle marchait et se promenait dans la campagne. Un jour, elle est allée tellement loin qu’elle s’est perdue ! C’est quelqu’un qui l’a ramenée. Elle était là pour me soutenir psychologiquement, mais elle avait peur pour moi. Vous vous imaginez après !…

alain prost,pierre ménard,jacques vassal,karting,volant elf,michel fabre,françois goldstein,classic courses,antoine rafaelli,simon de lautour

Comment gériez-vous votre concession de la Sovame (3) ? Je veux dire, aviez-vous un réel travail à faire dans ce domaine et les affaires étaient-elles déjà un point d ’attraction pour vous ?

C’était sérieux. J’avais des clients, venant de la région Rhône-Alpes. Tout passait par moi, je dirais même par nous, parce que mon père me donnait un petit coup de main de temps en temps. J’avais installé la Sovame dans un coin de l’atelier paternel, grâce au fait que le nombre des ouvriers avait fortement diminué. J’y avais entreposé mon stock de pièces détachées, j’y préparais le matériel, les moteurs principalement. J’étais tout seul, et j’ai gagné des courses avec mes moteurs préparés. Je m’étais fait mon expérience en venant notamment au Chesnay chez Jean-Pierre Gauthier qui m’avait préparé quelques moteurs. Je venais chez lui pour apprendre, je voulais tout savoir.

Challenge Alazar 75 à Thiverval (4). Toujours pas changé d’avis ?

Moi ? Ah non ! C’était une course très importante pour moi, elle conditionnait l’attribution du matériel d’usine. J’avais vraiment dominé ce week-end et c’est la manière dont ça s’est passé qui m’a mis hors de moi. Goldstein est resté lui-aussi sur son opinion, encore que je sais qu’il a reconnu les faits dans le privé. De toute façon, il est évident que lorsqu’i1 y a deux clans, chacun est sur ses positions. Ça fait partie des événements inoubliables de ma carrière où ça s’est à chaque fois retourné contre moi. C’était une injustice et pour moi, la chose la plus élémentaire dans la vie, c’est la justice. Bon, Goldstein, je l’ai revu une fois ou deux et on oublie ce genre de choses. Mais à l’époque, j’avais trouvé ça incroyable !

Et vous virez Goldstein dans le tour d ’honneur quand il vous tend la main.

Oui. J’étais vraiment dans une colère noire. A la limite, il ne m’aurait pas tendu la main, je me serais peut-être calmé. Ce qu’il faut savoir, ce n’est pas qu’il me pousse qui m’a énervé, c’est que ce soit son coéquipier, Peter, qui me regarde en m’attendant au ralenti et qui me vire volontairement quand je passe à côté. Le temps de repartir, c’est foutu. J’attaque le dernier tour, je passe les deux derniers virages, j’arrive à l’épingle et là, poum ! Goldstein me sort en me donnant un grand coup dans le cul. Et ça, tout le monde l’a vu. Il n’y aurait eu que ce coup par derrière parce qu’il essayait de me passer, ça fait toujours ch… mais j’aurais pu l’accepter. Là ce n’était plus pareil. Mais qu’il me tende la main sournoisement comme ça, non. J’ai pas supporté.

alain prost,pierre ménard,jacques vassal,karting,volant elf,michel fabre,françois goldstein,classic courses,antoine rafaelli,simon de lautour

Vous ne courez à nouveau en kart que 20 ans plus tard, lors des 200 km d’Angerville 1994 avec le fils de Michel Fabre, Gilles. Quelles furent vos impressions après toutes ces années à piloter au plus haut niveau des Formule 1 ?

J’ai finalement trouvé peu de grosses différences d’avec mon époque. Les pneus ont évolué, plus d’adhérence, mais peut-être que ce n’est pas souhaitable. J’ai trouvé qu’il y avait trop de grip. Je préférais quand ça glissait un peu plus. Fondamentalement, le karting doit rester ludique et doit privilégier la conduite pure. En plus physiquement quand on est pas habitué, on se fait mal aux côtes, surtout moi qui suis maigre. Il faut avoir un très bon baquet, et là on était deux sur le kart, donc ça m’a posé un problème à ce niveau. Ceci dit, j’ai pris un immense plaisir à courir à nouveau sur un kart, l’ambiance n’était pas mauvaise alors que l’ambiance dans le karting en général n’est pas toujours optimale.

Je me souviens d ’une chose qui m’a frappé : alors que tous les pilotes de kart conduisent les bras relativement éloignés du corps, vous aviez, vous, les bras collés au corps. Déformation venant de la monoplace ?

Non, je crois que j’ai toujours conduit un peu comme ça. C’est pour ça que j’ai toujours quelques problèmes avec les baquets de kart. Maintenant, j’ai un Trulli Rotax-Max, et j’y suis parfaitement à l’aise. Le baquet a des échancrures idéales et je peux conduire comme je veux.

Partons sur le volant Elf au Paul Ricard en 1975, et revenons sur la fameuse anecdote du talon-pointe que vous ne faisiez pas en rétrogradant : comment peut-on rétrograder sur une voiture munie d’une boîte à crabots sans effectuer le talon-pointe ?

Ça craque ! (petit sourire).

Ça devait faire aussi craquer Rafaelli et de Lautour (5) ?

Ah oui ! Je passais mes vitesses en force, mais au bon régime, c’est une question de feeling. Mon problème était que, venant du kart, je n’avais jamais fait un talon-pointe de ma vie. Et c’est uniquement en demi-finale ou ils regardent plus précisément les candidats qu’ils entendirent la boîte craquer. A noter que je n’étais pas le seul dans ce cas, mais en tout cas, c’est là qu’il m’ont emmené dans l’Estafette pendant une demi-heure.

alain prost,pierre ménard,jacques vassal,karting,volant elf,michel fabre,françois goldstein,classic courses,antoine rafaelli,simon de lautourMais vous ignoriez vraiment le talon-pointe ou ça vous emmerdait ? Je suppose que lorsque vous êtes arrivé au Volant on vous a appris le B-A-BA.

Oui, mais ça m’emmerdait effectivement parce que je ne voulais pas perdre ma concentration sur un truc que je ne maîtrisais pas au début. Je me concentrais à fond sur le freinage et ça ne posait sincèrement aucun problème de ne pas effectuer ce talon-pointe. Peut-être que si j’avais su le faire j’aurais été encore un poil plus vite. Mais j’étais arrivé comme ça en finale, il était hors de question que je pense alors me mettre au talon-pointe ! J’ai quand même essayé en remontant dans la voiture, mais on perd vite tous les automatismes. Je me suis dit : « Je continue comme ça jusqu’au bout, après il sera bien temps de m’y mettre ». J’étais le plus rapide tout le temps, ça aurait été bête de changer quelque chose qui fonctionnait parfaitement à ce moment-là. Ce que je faisais souvent par contre, c’était descendre directement de 5e en 2e au lieu de passer par la 4 et la 3. C’est pour ça en plus que j’y arrivais, avec le bon régime à la clé. Ces voitures avaient peu de frein moteur et ça me permettait de gagner encore un peu de temps. Mais ce n’était absolument pas par volonté de fronde ou quelque chose comme ça. C’était par ignorance.

 

Aux questions des journalistes le jour de la finale qui vous demandent ce que vous comptez faire en cas d’échec, vous répondez que vous n’envisagez pas ce cas de figure. Fanfaronnade, ou bien réellement vous auriez été « mal » si vous n ’aviez pas eu ce volant ?

Non, c’était à la responsable de chez Elf que j’ai répondu ça. Mais c’est normal : j’étais vraiment parti pour gagner et, comment peut-on penser à l’échec la veille de la finale si on envisage l’échec ? C’est impossible ! On y va à fond.

Notes 

(1) Passionné par l’épopée des « Verts » de Saint-Etienne proche, Alain entrevoyait de devenir professionnel et entama même une formation en ce sens. Avant un accident en gymnastique qui cisailla son genou… et ses rêves de ballon rond.

(2) Marque de châssis de karting.

(3) Fondée et gérée par Prost, la société Sovame fournissait la région Rhône-Alpes en matériel fourni par Michel Fabre, patron d’Alain en karting de 1973 à 1975 et établi en région parisienne.

(4) Dans cette course extrêmement relevée, Alain eut comme adversaire direct le Belge François Goldstein, alors une des références du karting mondial (4 fois champion du monde et bientôt cinq fois cette même année 1975). A la suite d’une altercation post-course où Prost mit son poing dans la figure de Goldstein après ce qu’il estima être un guet-apens tendu par Goldstein et un de ses équipiers, le jeune français écopa de six mois de suspension de licence. Peine vite effacée, le karting français ne pouvant se passer d’un tel talent en vue des courses internationales à venir, dont le championnat du monde. Il est à noter que ni Prost, ni Goldstein n’ont changé d’avis par la suite sur leur interprétation de cet incident.

(5) Antoine Rafaelli et Simon de Lautour, directeurs – et formateurs – à l’école du Paul Ricard. De Lautour était le plus « remonté » contre Prost l’anticonformiste qui freinait tard jusqu’au point de corde et rétrogradait de 5 en 2 sans talon-pointe. Malin, le jeune pilote s’attacha lors des manches du Volant Elf à conduire de manière académique dans les secteurs du circuit surveillés par de Lautour… et à sa propre manière dans les autres secteurs.

ALAIN PROST, la science de la Course – Pierre Ménard & Jacques Vassal (Chronosports 2003).

Légendes photos :

1- 1972, les premières courses – le père d’Alain est derrière à droite © DR
2- Championnat d’Europe Juniors, Hollande 1973 – Alain est au milieu © DR
3- 1974, publicité presse pour le matériel vendu par Alain Prost © Archives Joseph Dimier
4- Championnat de France, le Creusot 1974 © DPPI
5- Podium Volant Elf, Paul Ricard 1975 – Alain interviewé par José Rosinski © DPPI

15 pensées sur “Alain Prost, une vie, une carrière (1).

  • Intéressant ! j’ignorais à peu près tout des débuts d’Alain Prost sur 4 roues (roulettes plutôt). En tout cas, le caractère du bonhomme était déjà bien là. A suivre donc …
    Écrit par : Olivier Favre | 24/03/2015

    Répondre
  • Un souvenir manquant peut_être: c’est la maman d’Alain qui me l’a raconté à Monaco en 1976 ou Alain courait en formule Renault Europe (j’étais la pour accompagner mon ami Patrick Piget qui courait dans la même catégorie mais chez Motul Nogaro). Alain aurait découvert le kart à la siesta à Antibes lors de vacances familiales avec un bras dans le plâtre !!!
    Écrit par : aumaitre jr | 25/03/2015

    Répondre
  • C’est exact : non seulement il avait le bras dans le plâtre, mais sa mère a du signer une décharge car il était trop jeune pour conduire un kart. Quant au bras, il l’a planqué sous un pull parce que, trop jeune et plâtré, le patron de la piste de la Siesta aurait peut-être craqué, sur le coup…
    Écrit par : Pierre Ménard | 25/03/2015

    Répondre
  • Superbe, comme toujours avec Prost.
    Une aptitude rare à circonscrire le problème et à synthétiser. Bref, une vraie intelligence – mais ça, tout le monde le savait.
    Le petit patron qu’il est devenu sur le tard et qui, comme beaucoup de croyants en l’économie libérale, trouvait normal de se faire aider par l’état ne fut pas son incarnation la plus sympathique, mais le pilote reste un personnage exceptionnel.

    Merci pour ce passionnant entretien. Attendons la suite avec impatience.
    Écrit par : ferdinand | 24/03/2015

    Répondre
  • J’ai eu la chance aussi de passer quelques heures en compagnie d’Alain Prost que je n’avais croisé que sur les circuits pour fournir en interviewes et commentaires un film qui lui était dédié. Nous étions allés chez lui, en Suisse, avec François Guiter, et Arthur Boisnard. Des ces heures partagées me reste un sentiment prédominant :son intelligence lumineuse. Et un charme certain, dont il fût question, hors cadre, qui éclairait son visage, et qui agissait…
    Écrit par : Gaston | 24/03/2015

    Répondre
  • « De » ces heures, pas « des »…
    Écrit par : Gaston | 24/03/2015

    Répondre
  • Un Champion hors du commun, du talent dés le début et à sa façon. Très beau récit, vivement la suite !
    Écrit par : Ribet Michel | 25/03/2015

    Répondre
  • papier très éclairant sur une période très méconnue mais où l’on voit qu’ alain Prost était déjà un pro dans son approche du sport auto.
    Écrit par : fouillen | 25/03/2015

    Répondre
  • J’étais au Bugatti, au virage de la Chapelle plus précisément, pour la première course d’Alain Prost (en formule Renault) et j’avais alors été frappé par sa façon de piloter. Comme décrit dans l’article, il rentrait très tôt dans le virage avec un freinage jusqu’au point de corde, alors que tous ses adversaires conduisaient de façon beaucoup plus académique avec un freinage en ligne et une inscription plus tardive dans le virage. Je ne me souviens plus s’il descendait les rapports un par un mais en tout cas, ce jour là il domina ses concurrents de la tête et des épaules.
    Écrit par : Christian | 25/03/2015

    Répondre
  • C’est passionnant Pierre. En lisant celà, je me demande d’abord pourquoi Alain Prost n’est pas davantage apprécié et célébré en France. La réponse s’impose ; il suscite le respect plus que la passion. On voit que son intelligence supérieure des situations lui a permis de dominer son environnement global. Mettant ainsi en avant son sens du calcul et donnant à ses « victimes », l’impression de s’être faites manipuler. Impression souvent partagée par les spectateurs et les passionnés lors des épisodes avec Arnoux puis Senna, qui dans le genre, n’avait certainement rien à lui envier.
    Par ailleurs , peut-être Prost ne laissait il pas souvent l’impression d’avoir « tout donné » au contraire de pilotes qui ont laissé l’image de demi-dieux, par l’agilité, le courage ou la grâce.
    Écrit par : Olivier Rogar | 26/03/2015

    Répondre
  • Tous ceux qui l’ont vu courir, que ce soit en monoplace ou en kart, en témoignent : son style était si coulé, si propre qu’on avait l’impression qu’il se traînait et qu’il fallait regarder la feuille des temps pour constater que son nom était tout en haut. D’où cette impression de pilote non spectaculaire, comparé à certains de ses pairs de l’époque. Mais lui, il a été 4 fois champion du monde. Là encore, le résultat parle pour lui.
    Écrit par : Pierre Ménard | 27/03/2015

    Répondre
  • Sacré document ! Ca promet pour la suite 🙂
    Écrit par : David Bénard | 28/03/2015

    Répondre
  • Quelques petits détails : en 1975, BM motoriste italien de Piacenza ne fabriquait encore que des moteurs, les châssis ne sont venus qu’après. Et la SOVAME était une entreprise d’Aubervilliers, fondée par la famille Fabre bien avant (en parallèle à son activité de commerce de bois), à l’époque importateur des moteurs IAME et constructeurs de châssis très étroitement dérivés des Tecno qu’ils importaient avant que cette firme italienne ne se tourne exclusivement vers l’automobile. Prost était revendeur de la SOVAME pour la région Rhone-Alpes, c’était aussi une couverture pour une rémunération du pilote, le statut des pilotes de kart étant réglementairement amateur à l’époque. Mais ce genre de pratiques était très répandu à l’époque, chez toutes les usines et les importateurs.
    Pour Thiverval, j’y étais présent, il est étonnant que personne ne mentionne le rôle d’un pilote breton, usuellement très rapide, qui s’est retrouvé attardé dans la deuxième finale et que Prost a eu toutes les peines du monde à dépasser malgré le tour de retard, certes il n’y a pas mis de bonne volonté, bien au contraire, mais Prost n’a vraiment pas été tranchant dans cette action où il a perdu au bas mot la moitié de son avance sur Goldstein.
    Il est aussi étonnant qu’il n’ait pas été fait mention de La Rochefoucauld plus tard dans la saison.
    Il faut quand même reconnaitre qu’au-delà de son manque criant d’esprit sportif, Prost était incroyablement doué. Je suis d’accord pour dire que son style n’était pas spectaculaire, à l’opposé de ce qui se pratiquait traditionnellement en karting à l’époque, mais on ne peut certainement pas dire qu’il donnait l’impression de se trainer, on voyait qu’il allait vite. Même si au chrono, il allait encore plus vite.
    Il avait de quoi devenir le plus grand des pilotes, de quoi écrire des pages historiques des sports mécaniques et de nous offrir des affrontement homériques avec des héros comme Goldstein Boulineau et Senna, malheureusement son choix d’un « coté obscur de la gagne à tout prix » le rabaisse au simple rang de palmarès sur pieds, comme un Mischu ou un Vettel, dommage pour les passionnés…
    Écrit par : pilote91 | 28/03/2015

    Répondre
  • Nous avions bien sûr abordé avec Alain l' »affaire » de La Rochefoucauld, mais on ne peut pas tout mettre dans une note, au risque de devenir trop long (et elle est déjà longue). Et comme ce passage n’apportait pas grand-chose de plus, je ne l’ai pas sélectionné pour cette note.
    Écrit par : Pierre Ménard | 28/03/2015

    Répondre
  • « côté obscur de la gagne à tout prix », « Comme un Mischu ».

    Vous parlez vraiment d’Alain Prost ? Contrairement à Michael Schumacher, il a eu comme coéquipiers tous les pilotes super forts en F1 à l’époque, sauf Piquet. Comme l’a fait remarquer Lionel Froissart sur ce blog en mai dernier (je crois), Prost les a tous battus. Je ne doute pas qu’il était autant intéressé par la gagne que les autres, mais je ne comprends pas ce que vous voulez dire par « côté obscur de la gagne à tous prix ».
    Écrit par : tortilla | 28/03/2015

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.