Juliette Greco
28 septembre 2020

L’amour trompe la mort

En cette fin novembre 1977, Niki Lauda vient de conclure au Japon un deuxième championnat du monde victorieux. Il était impensable qu’une de ses autos ne fût pas montrée au Jochen Rindt Show à Essen, même si Niki, fort de sa notoriété qu’il ne transformera jamais en popularité, a monté son propre show concurrent à Vienne (« beer-tent festival », selon l’historien Eric Walish). Nina Rindt a repris l’organisation du show de son époux.

Quelques années après la mort de cet Autrichien au visage de boxeur, qui curieusement lui rappelle celui de son premier amour, un grand pilote lui aussi, la longue dame en noir, ex-égérie de Saint-Germain-des-Près, la muse de l’existentialisme, est en tournée en Allemagne. Sa carrière est désormais tournée vers l’étranger où elle incarne encore la tumultueuse époque des caves enfumées du Quartier latin, la liberté d’une jeunesse ivre de l’après-guerre, que la tornade révolutionnaire de Mai-68 a définitivement balayées.

Les deux jolies mômes se connaissaient-elles ? Gréco est pilotée par Nina Rindt au Salon, une Gréco grave et intériorisée qui pose sur le flanc de la 312. Lui revient-elle l’annonce ésotérique de la mort de Jean-Pierre Wimille dans la nuit précédant ce 28 janvier 1949 à Buenos Aires ? La paire de gants de pécari avec lesquels il avait gagné une course tombe d’une l’étagère et brûle sur l’ampoule de la lampe de chevet qu’elle garde allumée quand elle dort.

Juliette chante en cette année 1977 « L’amour trompe la mort ».Nul ne sait, et encore moins les photographes agglutinés devant les deux icônes, l’égérie du Swinging London et la muse de Sartre, de Gainsbourg, le lien extrême qui unit Gréco et Jean-Pierre Wimille. Elle ne le rendra public que cinq ans plus tard lors de la parution de son autobiographie, « Jujube ».Je vis avec la douleur de sa disparition bien cachée au fond de moi, écrit-elle.

Une douleur ineffaçable que Nina Rindt porte depuis 50 ans, transcendée par l’amour qui trompe la mort. Une douleur qui la privera d’acquiescer à un projet de biographie dessinée que lui avait soumis Marc Ostermann.Rendez-vous dans dix ans ?

Image © https://www.autobild.de (merci à Pascal Bisson)

Trompe la mort
Juliette Greco et Nina Rindt 1977 @ autobild.de

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le !

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

Visitez notre boutique en ligne :

Vos commentaires les plus récents :

D’autres articles à découvrir :

4.3 3 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

9 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments

Contribuez à Classic-Courses

Pour raconter l’histoire de la course automobile, il nous faut du temps, de la documentation, des photos, des films, des contributeurs de tous âges et des geeks qui tournent comme des F1 !

Nous soutenir

Pour que notre aventure demeure bénévole et collaborative et que nous puissions continuer à écrire nos articles au gré de nos envies, en toute indépendance.