28 novembre 2014

Rudi, Hermann, Juan Manuel, Lewis et les autres

Ils sont désormais quatre. Quatre champions auréolés en Grand Prix d’un titre officiel, mondial ou européen. Quatre titres acquis au volant d’une monoplace Mercedes-Benz. Plus d’un siècle d’Histoire, plus ou moins tumultueuse, incarnée par une firme qui était présente à l’aube de la course automobile. Quatre champions, sans compter les autres…

Pierre Ménard

Les autres, ce sont ceux qui coururent avant et après la première guerre mondiale et qui, s’il remportèrent de retentissantes victoires pour la firme à l’Etoile, ne connurent pas le bonheur d’être récompensés par un titre suprême en fin de parcours. Les Jenatzy, Elskamp ou Lautenschlager furent les dignes représentants de la marque sur les circuits européens jusqu’en 1914, et leurs succès firent parfois grincer bien des dentiers chez la concurrence, et ce pour deux raisons principales : une certaine jalousie non avouée d’une part, et une répugnance fortement exprimée de l’esprit de conquête affiché par le constructeur allemand d’autre part. On disait même « prussien » à l’époque !

Pendant longtemps, l’image de Mercedes-Benz dans le grand public (français et anglais principalement) fut souvent rattachée aux velléités expansionnistes et bellicistes des Deuxième et Troisième Reich. La victoire de Christian Lautenschlager au Grand Prix de l’A.C.F. 1914, acquise suite à la déroute des Peugeot, fut accueillie dans un climat de sourde hostilité de la part du public massé autour du circuit (1). Dans les années trente, la mère de Richard Seaman, pilote britannique parti conduire pour la prestigieuse écurie Mercedes, ne faisait pas mystère de son aversion pour ce pays dont un des Zeppelin avait détruit sa maison en 1915. L’immédiat après-guerre n’était pas en reste à ce sujet : les qualificatifs employés durant le conflit parsemaient toujours les conversations, et même un champion comme Mike Hawthorn avait carrément refusé l’offre de Neubauer de piloter une « voiture boche » (2) ! Nous sommes heureusement bien loin de tout cela à l’heure de Lewis Hamilton, mais il faut dire que les insolents succès des Flèches d’Argent d’alors avaient de quoi rendre un chouïa moroses les fanatiques déçus par les prestations de leurs voitures nationales.

1361397194

Hormis dans les années vingt où leurs voitures de Grand Prix n’étaient pas à la hauteur de la concurrence, française notamment avec Delage et Bugatti, les pilotes Mercedes eurent de tous temps entre les mains de quoi remettre leurs adversaires à leur place. Et ils ne s’en privèrent pas ! Force est de reconnaître que la concurrence fut réduite à la portion congrue face aux performantes machines venant de Stuttgart. Dans les années trente, le titre de champion d’Europe fut disputé durant cinq saisons – de 1935 à 1939 – et quatre revinrent aux conducteurs Mercedes, contre un seul à Auto Union. Durant les deux saisons où elle courut en Grand Prix dans les années cinquante, Mercedes-Benz mit KO debout tous ses adversaires. Ce fut plus long à aboutir de nos jours, mais cette année de triomphe qui s’achève pour Mercedes fut celle de toutes les lamentations pour ses concurrents. La promenade ne fut pourtant pas de tout repos pour Lewis Hamilton. 3293942111

Un peu à l’instar de ses lointains pairs de « l’Ere des Titans », le londonien dut batailler ferme contre son coéquipier – allemand – et ne triompha qu’en tout dernier ressort. Ceci dit, autrefois c’étaient plutôt les Allemands qui gagnaient face aux étrangers incorporés dans l’écurie. Autre époque, autres choix et… autres attitudes. Après avoir racheté fin 2009 l’écurie Brawn et l’avoir transformée en pure écurie Mercedes-Benz, fière réplique des lustres passés, l’équipe allemande renaissante découvrit que tout ne se ferait pas aussi rapidement que lors des lointaines années passées et dut attendre cette quatrième saison d’exercice – et la révolution technologique du turbo – pour asseoir totalement sa puissance sur les circuits. En 1934, les bons résultats n’avaient pas tardé et l’année suivante, Rudolf Caracciola obtint donc le premier de ses trois titres européens. Outre ses adversaires d’Auto Union ou d’Alfa Romeo, Rudi ferraillait invariablement contre ses coéquipiers Von Brauchitsch, Fagioli, ou Seaman. Bagarres entre gentlemen de la course que Caracciola remportait le plus souvent. Paradoxalement, le seul chez Mercedes qui réussit à faire trébucher le champion incontesté fut un obscur mécano devenu pilote, le réservé Hermann Lang. Lang n’avait pas la prestance de ses illustres coéquipiers (3), mais était bougrement rapide. Et il le démontra en 1939 face à un Caracciola qui commit des fautes inhabituelles, quelque peu désorienté par cette adversité imprévue !

2565190198

Cette année, Rosberg fut un adversaire sérieux pour Hamilton, mais l’Anglais eut pour lui une pointe de vitesse bien supérieure à celle de son coéquipier. Et durant les années cinquante, alors ? De même que Mercedes assomma la concurrence dès sa première apparition, Fangio fut intraitable avec ses coéquipiers. On rappellera juste que Moss eut l’honneur d’une victoire face au maestro en 1955 et que Kling mena devant Fangio à Reims en 1954, avant d’être fermement rappelé à l’ordre par panneautage durant la course. Les voitures argentées furent de tous temps nettement supérieures à leurs concurrentes et leurs pilotes en recueillirent les lauriers, les Grands Prix mettant naturellement plus en valeur celui qui tient le volant que ceux qui conçoivent ce qu’il y a autour. Mercedes est un constructeur prestigieux, que ce soit pour ses modèles de route ou ses voitures de course, et ceux qui les mènent à la victoire finale entrent de plain-pied dans l’histoire de la course. Lewis rejoint-il en cela Rudi, Hermann ou Juan Manuel ? Il est peut-être encore trop tôt pour le dire mais, même si les comparaisons d’époques aussi différentes restent toujours hasardeuses, on peut quand même affirmer que le fantasque britannique est en train d’imprimer définitivement sa marque sur la discipline. Comme le disait Stirling Moss il y a quelques jours : «Lewis ressemble parfois plus à une idole pop qu’à un pilote de course. Mais il est diablement rapide, personne ne peut lui enlever ça » !

227894947

Notes :

(1)   Voir à ce sujet la note de François Coeuret « Grand Prix de l’A.C.F. 1914, la der d’avant ».

(2)  Hawthorn qui, lorsqu’il allait en Allemagne par la route pour une course, prenait grand soin de faire le plein avant la frontière pour ne pas avoir à donner de l’argent aux « Krauts » (qualificatif péjoratif donné par les Anglais aux Allemands).

(3)  Certains comme Von Brauchitsch ne se gênaient pas pour rappeler publiquement l’extraction modeste de Lang : « Du champagne pour nous, de la bière pour Lang » proclama-t-il un jour de victoire Mercedes.

Illustrations :

1- Caracciola, Lang, Fangio & Hamilton © DR/ Photomontage P.Ménard
2- Rudi Caracciola GP de Suisse 1938 © DR
3- Hermann Lang GP de Yougoslavie 1939 © DR
4- Juan Manuel Fangio GP de Belgique 1955 © Archives Mercedes Benz
5- Lewis Hamilton GP de Chine 2014 © AUSmotive.com

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le !

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

Visitez notre boutique en ligne :

Johnny Rives

Johnny Rives : Une passion terrible, la vitesse

29,00
Johnny Rives

Une passion terrible, la vitesse

Johnny Rives nous livre ses souvenirs de course et partage avec nous les moments forts et les rencontres de quatre décennies passées au bord des pistes. On l'attendait depuis longtemps. Edité par Classic-Courses, Coco-B-Editions et Jamval Editions ce livre de 256 pages, préfacé par Henri Pescarolo contient 165 photos couleurs et noir et blanc.

François Mazet, Mes vies à toute vitesse

24,00
Au début des années 1970 François Mazet était considéré comme l'un des principaux espoirs de la F1 française. Champion de France de F3 1969, il accédait à la discipline reine du sport automobile lors du GP de France 1971 avant de voir sa progression contrariée par la crise pétrolière. Trop vite achevée en 1973, sa carrière s'ouvrait dès lors sur d'autres défis riches d'incroyables rencontres et de paris insensés. La trajectoire de François Mazet est plurielle, tout comme sa vie. Du swinging London des années 1960 à la Citronneraie de Menton, en passant par les paddocks de F1, c'est à un incroyable voyage que ce livre nous convie.    
François Mazet

F2 Pau 1970 - Qualifié en 1e ligne entre Jack Brabham et Jochen Rindt © Archives personnelles François Mazet

Vos commentaires les plus récents :

D’autres articles à découvrir :

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

8 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments

Contribuez à Classic-Courses

Pour raconter l’histoire de la course automobile, il nous faut du temps, de la documentation, des photos, des films, des contributeurs de tous âges et des geeks qui tournent comme des F1 !

Nous soutenir

Pour que notre aventure demeure bénévole et collaborative et que nous puissions continuer à écrire nos articles au gré de nos envies, en toute indépendance.