Jean-Pierre Jaussaud, le premier de cordée

4.3 4 votes
Évaluation de l'article

Jean-Pierre Jaussaud nous a quittés la semaine dernière. Un dernier hommage lui a été rendu aujourd’hui 30 juillet en l’église Saint-Gilles de Caen. Classic Courses a tenu à s’y associer. En revenant plus particulièrement sur sa victoire au Mans en 1978.

Olivier Favre

11 juin 1978, 16 h 01 : la Renault Alpine A442 B franchit pour la 369e et dernière fois la ligne de chronométrage. A son volant, un Didier Pironi au bord de la syncope reçoit le drapeau à damier avec le soulagement que l’on imagine. Mais comment se figurer les sentiments qu’éprouve au même instant son coéquipier au bord de la piste ? Car, après avoir été tendu comme un arc durant les trois dernières heures, Jean-Pierre Jaussaud s’abandonne, lui, à la plus grande émotion de sa vie de pilote. A 41 ans, il tient enfin sa consécration.

Quelques minutes plus tard, au côté de son jeune coéquipier qui peine à reprendre ses esprits, il salue la foule enthousiaste qui l’acclame sous le balcon de la direction de course. Puis, la Marseillaise retentit et le Normand ne peut retenir ses larmes. L’épuisement physique et nerveux, bien sûr. Le manque d’habitude aussi ; pensez, sa dernière victoire remontait à l’automne 1972 (Albi en F2) ! Mais ce succès au Mans, c’est surtout la récompense de quinze années de sacrifices, au fil d’une carrière émaillée d’une collection de déboires qui en auraient découragé plus d’un.

Podium Le Mans 1978
Le podium en 1978 : un Pironi marqué par l’effort et un Jaussaud très ému – © DR

Jean-Pierre Jaussaud ou l’ascension entravée

Vainqueur du Volant Shell inaugural en 1963, Jean-Pierre Jaussaud est le premier de cordée dans la lente progression des pilotes français vers les sommets internationaux entamée dans les années soixante. Mais, de mauvais choix – son départ de Matra fin 1967 – en coup du sort – son grave accident à Monza en 1968 au bien nommé GP de la Loterie, il perd progressivement sa place d’espoir numéro 1 du sport automobile national. Plus cruel encore, alors qu’il piétine en mal de volants d’usine, il voit ses compagnons d’ascension, les Pescarolo, Beltoise, Cevert, … atteindre la consécration populaire. Celle que vous donne la victoire qui fait la une des quotidiens et des actualités télévisées, pas seulement de la presse spécialisée.

Certes, en 1978 Jean-Pierre Jaussaud n’a pas à rougir du palmarès qu’il s’est construit. A commencer par sa 2e place au championnat d’Europe F2 en 1972. Une saison qui le vit donner, avec peu de moyens, bien du fil à retordre au futur champion Mike Hailwood et à sa Surtees d’usine (1). Une performance significative et appréciée par les spécialistes, mais qui n’a pas le retentissement d’une victoire au Mans.

Hockenheim 1972 - Jaussaud
Jean-Pierre Jaussaud et sa Brabham BT38 à Hockenheim en 1972 – © Eric Lemeut

Car, pour « parler » au grand public, il faut gagner au Mans comme Pesca, ou à Monaco comme Beltoise. Et il faut être en F1. Or, pour Jaussaud la F1 restera un rêve inaccompli, un désir inassouvi. Plusieurs fois, l’occasion s’est présentée. Mais, systématiquement, la perspective fugitivement entrevue d’un volant en Grands Prix lui a glissé entre les doigts. Il conduira finalement une F1 un an plus tard (2). Mais ce ne sera que dans le cadre du championnat Aurora, la « 2e division » regroupant des monoplaces de réforme et des pilotes de niveaux disparates.

Renault, une chance à saisir

Heureusement, l’offensive Renault au Mans va offrir une seconde chance à Jean-Pierre Jaussaud. Une opportunité qui ne coulait pas de source. En effet, il était jusque là plutôt considéré comme un pilote de monoplace. Une étiquette logique compte tenu de son objectif ultime, la F1. De surcroît, il n’avait pas de lien particulier avec Renault ou Elf, au contraire d’un Jabouille ou d’un Depailler.

Le Mans 1978
A côté de sa monture avant le départ qui sera pris par Pironi – © Renault

Cependant, quand fin 1976, après un premier essai « pour voir », l’opération Le Mans est vraiment lancée, la Régie entend mettre toutes les chances de son côté. Aussi le recrutement des pilotes est-il effectué sans exclusive et selon un savant dosage d’expérience et de jeunesse. L’expérience, Jaussaud en a à revendre. Y compris au Mans où il compte deux podiums à son actif en six participations (3). Et il est d’autant plus disposé à saisir l’offre jaune et noire qu’il se trouve une fois de plus dans une impasse en cette fin d’année 1976. Sa saison F2 au volant d’une Chevron-ROC a été catastrophique et l’avenir paraît bouché.

Faute d’autre volant, Jaussaud va pouvoir s’investir à fond dans la mise au point des protos A442. Il prendra ainsi une place importante dans le dispositif de bataille de la Régie pour le Mans. Il est donc reconduit sans discussion en 1978 pour tenter d’en appeler de l’échec cuisant de l’année précédente. Pour cette revanche accordée par Porsche, Jaussaud le doyen de l’équipe est associé à Pironi le benjamin, qui a 15 ans de moins que lui. Une paire qui doit beaucoup aux circonstances. Initialement, « Papy » devait faire équipe avec Derek Bell, puis avec Fréquelin et Ragnotti sur la Calberson. Mais l’indisponibilité de Tambay, blessé à Pau en F2, a contraint Gérard Larrousse à recomposer ses équipages.

Après Renault, Rondeau

Le lendemain de la course, l’A442 B victorieuse descend les Champs-Elysées. A bord avec Pironi, Jaussaud savoure en saluant les Parisiens étonnés. Peu importe que sa victoire le catalogue en pilote d’endurance désormais. Au contraire, puisqu’il aura ainsi l’occasion de remettre le couvert au Mans deux ans plus tard, au volant d’une Rondeau. Le premier constructeur français, puis un artisan méritant connu des seuls passionnés. Difficile de trouver deux victoires aux contextes plus différents. Mais avec un dénominateur commun : un pilote disposant d’un capital de sympathie énorme, dû à sa personnalité attachante et à son histoire exemplaire de petit Gaulois qui ne renonce jamais.

Une Alpine sur les Champs
Une descente des Champs-Elysées triomphale au lendemain de la victoire mancelle – © DR

Au revoir Monsieur Jaussaud. Bravo pour votre parcours et merci pour les valeurs que vous avez incarnées tout au long de votre vie. Le sport automobile n’aura jamais été plus humain qu’avec vous.

NOTES :

(1) Jean-Pierre Jaussaud m’avait raconté sa saison avec sa Brabham bleue pour les besoins d’un article sur la F2 des années 72-73 paru en 2005 dans le magazine Automobile Historique. Je garde un merveilleux souvenir de cet entretien téléphonique. « Papy Jaussaud » me mit tout de suite à l’aise et ce fut un régal de l’écouter narrer les péripéties de cette saison.

(2) Jaussaud pilote une Surtees officielle à Nogaro le 8 juillet 1979 (abandon).

(3) Troisième en 1973 avec Jabouille (Matra) et troisième en 1975 avec Schuppan (Gulf-Ford).

4.3 4 votes
Évaluation de l'article

Olivier Favre

Le goût de l’automobile est un atavisme familial transmis par mon père, qui l’a manifesté autant à l’échelle 1 que par les Dinky Toys. Mais l’intérêt pour la course est ma spécificité et j’y suis venu très tôt par les miniatures Solido des 24 Heures du Mans, Ferrari 512 M, Matra et autres Porsche 917. Après le jeu sur les tapis est venu le temps de la collection et du modélisme, de l’abonnement à Sport-Auto puis à Auto-Hebdo. Parallèlement, mes études à Sciences-Po ont confirmé mon intérêt pour l’Histoire et renforcé ma confiance rédactionnelle. Une fois trouvée ma voie professionnelle dans la fonction publique territoriale, j’ai voulu réunir tout cela et écrire sur l’histoire de la course automobile, celle que je n’ai pas vécue, celle que j’aurais aimé vivre. C’est ainsi que j’ai collaboré à Automobile Historique pendant trois ans. Puis sont venus Mémoires des Stands et le magazine Autodiva, qui me permet de garder le contact, précieux pour moi, avec le papier. Et enfin Classic Courses depuis 2012.

S’abonner
Notifier de
guest
9 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Eric Bhat

Mon tout premier papier en 1973, publié dans l’Eclair des Pyrénées, était consacré à Jean-Pierre Jaussaud. J’étais au lycée en première, et lui sortait d’une magnifique saison en Formule 2 : imaginez ma joie ! En 1978, année où je débute à AutoHebdo, je « couvre » les 24 Heures du Mans, première victoire mancelle de Jaussaud. Un exploit qu’il renouvelle deux ans plus tard. Là, avec mon confrère Christian Courtel, nous sortons un petit livre en une semaine pour saluer la performance. Jaussaud est ainsi devenu un de mes pilotes-fétiche, son talent et sa bienveillance ont accompagné vaillamment mes quarante années… Lire la suite »

Luc Augier

Je me rappelle le commentaire de Bob Wollek à l’arrivée du GP d’Albi 1972, où il avait terminé troisième derrière Jean Pierre Jaussaud et Patrick Depailler, qui s’étaient livré un magnifique duel : « Ces deux là allaient bien trop vite pour moi ! »

richard JEGO

Pas question de réécrire les années 60 et 70 ou c’était DALLAS chez MATRA avec pas mal de trahisons .
JPJ ( marrant car Jarier est aussi JPJ ) est un double vainqueur des 24 heures : Chapeau Monsieur Jaussaud , et vive la Normandie et Gasly en 2021

Albert

 » mauvais choix – son départ de Matra fin 1967  » . N’était-ce pas plutôt un « choix  » de Matra , mettant en cause  » des résultats inférieurs à ce que l’on attendait  » , tenté aussi par le nombre d’autres nouvelles  » pousses  » prometteuses qui se bousculaient au portillon ?

Olivier Favre

Oui et non. Il est vrai que Jaussaud n’entrait plus dans les priorités de Matra à la fin de la saison 67.D’où la proposition de Lagardère d’un programme réduit avec surtout du proto et des essais de mise au point. Mais c’est bien JPJ qui a refusé cette option car il voulait faire de la monoplace (alors que Matra arrêtait la F3). Et il a l’a dit lui-même, « c’était une belle c…! »

Linas27

Situation très nuancée … Cantonner Jaussaud en proto et essais en 68 c’était un « moyen » de l’inciter à partir. Matra pour 68 en monoplace avait choisi ses pilotes français : Beltoise Pescarolo, Servoz et même Jabouille (F1/F2). Chacun a son interprétation en ce qui concerne JPJ : désir de quitter Matra pour les uns, éviction à peine camouflée pour les autres.

Christophe Montariol

Merci pour ce bel hommage auquel je souscris entièrement.
La première qualité d’un homme, c’est son humanité.
En la matière, Jean-Pierre Jaussaud fut un homme, un vrai.
Tout le reste est littérature.

LUCAS

 J’étais impatient de lire enfin un papier sur Jean-Pierre Jaussaud disparu cette décade. Pour un enfant des 60’, biberonné à l’automobile, péché capital aujourd’hui, un tel homme renvoie à des images regrettées. D’abord des hommes jeunes et joueurs, sérieux et appliqués sans être graves. Jeunes quoi que. Chasseuil, Servoz-Gavin, Pescarolo nés en 42. Larrousse en 40. Ballot-Léna en 36, Offenstadt en 39, Beltoise, Jabouille Jaussaud en 37. Laffite en 43, Cevert et Amon, c’est 44, Jarier, 46. C’est l’effet de génération, de figures envisageables et dévisageables pour le grand public, les lecteurs de Sport Auto, Échappement, Virage, Moteurs. Les autres étaient… Lire la suite »

Didier Ritter

Bonjour à toutes zé à tous,

Je suis scotché par l’hommage rendu sur FB notamment, par les amis et la famille de JPJ, que j’aimais aussi beaucoup naturellement … et grâce au ciel je m’aperçois que je n’étais vraiment pas le seul ! Hommages vraiment mérités donc, merci à tous 😜🤣😤, sans parler de cette victoire subliminale et non moins miraculeuse du p’tit Ocon sur cette Alpine qui va l’emporter dans 3 semaines au Mans 🥰😍😜😂 … enfin j’y crois très très fort et j’y serai pour rendre hommage à JPJ aussi !

72524A80-B4B8-43BF-B797-89CC5C7131B6.jpeg