« Historic Auto » à Nantes (1/2)

5 3 votes
Évaluation de l'article

« Quand j’ai demandé :  »Que dit-on / Des affaires courantes / Dans la ville de Nantes ? » (1), savez-vous ce que la mignonne m’a répondu ? « Y a un salon à Nantes / Et j’en suis bien contente ! » C’était ce week-end des 26 et 27 février. La 3e édition de cet « Historic Expo », au parc des expositions de la Baujoire. Et dans le pavillon XXL. Autant dire qu’on a vu grand…

Texte Jacques Vassal / Photos Jean-Paul Orjebin

Vous pourriez aussi aimer :
Historic Autos Nantes ( 1/2)
Historic Autos Nantes ( 2/2)

Un public de connaisseurs

Un premier tour de piste vous en convainc d’emblée : c’est du sérieux. Une sorte de Rétromobile en moins grand, moins prestigieux certes  mais, peut-être, en plus convivial. En tout cas dans un esprit tout aussi passionné et avec une ambiance bon enfant. Un public de connaisseurs. Cela se sent déjà en parcourant le parking B 2 le plus proche dudit pavillon, où les 2 CV Citroën et 4 CV Renault (y compris la rare version luxe découvrable) côtoient aussi aisément les Chevrolet Corvette, Morgan Plus Four, Triumph TR 3 et autres Alfa Romeo Spider Duetto. Juste une mise en bouche.

A l’intérieur, bienvenue sur les stands des nombreux clubs partenaires de l’opération. Clubs de marque (MG Club de France, club Simca-France, Opel Classic Club de France, Amicales Facel Vega ou Studebaker), parfois réservés à un seul modèle (Amicale 530 et Club Djet sur l’Espace Matra, Clubs 403, 404 ou 104 sur l’Espace Peugeot), ou bien à un ancrage régional sans exclusive de marques (La Baule Collector, Bretagne Automobiles Racing).

Matra
Matra 530 – Pescrolo – Rives – Historic Auto Nantes (c) JP Orjebin
Historic Auto Nantes 2023
Panhard – Historic Auto Nantes (c) JP Orjebin
Citroën
Citroën traction cabriolet – Historic Auto Nantes (c) JP Orjebin

Des passionnés à l’origine d’Historic Auto

Un précieux tissu associatif, un réseau de relations que cultivent avec soin les hommes du trio de tête, Florian Bompas, Charles Hervouet et Benoît Chenet. Ce dernier nous raconte l’aventure depuis l’origine : « Le salon, qui est biennal, a été lancé en février 2018. Tous les trois, on se connaissait de loin par le milieu des autos de collection, étant passionnés d’anciennes et de compétition. On avait envie de créer un évènement à Nantes et on s’est lancés. Sans argent, sans moyens et venant d’horizons différents : moi enseignant, mes deux associés oeuvrant dans le contrôle technique pour l’un, dans l’évènementiel pour l’autre. Charles est né dans ce milieu, moi j’y baigne depuis vingt-cinq ans, Florian, qui est plus jeune, depuis quinze. Et on a chacun un réseau. Nous avons été parrainés dès 2018 par Jean-Claude Andruet, qui est à nouveau présent ce week-end. A travers les rencontres, à Angoulême, au Mans et ainsi de suite, à nous trois nous sommes en contact avec quelque 1400 clubs et 1500 événements. Ce qui nous permet de faire venir du monde avec des voitures dignes de faire un salon. »

Historic Auto Nantes 2023
Vaillante n°13 – Historic Auto Nantes (c) JP Orjebin

A Nantes il y en a Pour tous les goûts

Et en effet, elles sont nombreuses et d’une belle diversité de marques, de nations, d’époques et de genres. Une moderne et faramineuse Bugatti Chiron, prêtée par un (riche !) collectionneur de la région, côtoie une Ferrari F 40 et une Lamborghini Diablo au rayon des « supercars ». Un peu plus loin, c’est un tracteur Porsche, produit de Zuffenhausen bien moins connu que les 356, 911, 928 également présentes bien sûr; un peu plus loin encore, vous admirez des cyclecars BNC ou Amilcar, à moins que vous ne préfériez l’hommage aux grandes marques françaises disparues, avec les Talbot T 15, Delahaye 135 « Coupe des Alpes », Hotchkiss Anjou, Salmson S 4 ou Facel Vega HK 500. De quoi, en effet, rassasier toutes les sortes d’appétits automobiles.

Amilcar
Amilcar – Historic Auto Nantes (c) JP Orjebin
Historic Auto Nantes 2023
BNC – Historic Auto Nantes (c) JP Orjebin
Talbot
Talbot Lago Baby – Historic Auto Nantes (c) JP Orjebin
Historic Auto Nantes 2023
Facel Vega HK 500 – Historic Auto Nantes (c) JP Orjebin

Et le succès est au rendez-vous. « Pour la première édition, poursuit Benoît, nous avons eu vingt mille visiteurs. Cela dépassait nos espérances ! En 2020, pour la deuxième, coup dur : cela tombait le week-end même où le gouvernement annonçait, pour cause de COVID, les jauges à 5000 personnes au maximum en espace clos. On a tenu une réunion de crise, à l’issue de laquelle on a mis en place un comptage des personnes par clic, à l’entrée et à la sortie. Ce qui permettait de gérer l’affluence. Résultat : dix-huit mille visiteurs tout de même, pas mal du tout vu le handicap de départ. Cette année (NB : nous nous parlons le samedi en fin d’après-midi), à 14 heures le premier jour, le chiffre des entrées était plus élevé qu’en 2020 à la même heure. On devrait atteindre les vingt-cinq mille sur le week-end complet.« 

Historic Auto ce sont deux cents exposants

Pour aider à attirer les visiteurs, « Historic Auto » compte sur quelque deux cents exposants, dont à peu près un tiers de clubs et deux tiers de professionnels : spécialistes de la restauration, sellerie, carrosserie, mécanique, garages de marques comme l’excellent Trident de La Roche-sur-Yon avec Maserati, contrôles techniques avec Autosur  ou assureurs comme le groupe TEA-Cérède. Sans oublier les motos, thème introduit en 2020 et plus riche encore cette année, avec les marques françaises d’hier comme Terrot ou Motobécane, et les scooters d’Allemagne de l’Est et de l’Ouest, comme Heinkel et quelques autres.

A cela s’ajoutent les musées (ainsi le Musée Automobile de Vendée)  ou les artistes invités comme, cette année, le dessinateur bien connu des routes de France d’autrefois, Thierry Dubois. Celui-ci, venu en Ford ’49, participait deux jours plus tôt, avec une délégation de voitures de collection, à une traversée du passage du Gois qui mène à Noirmoutier. Une manière aussi de mettre en valeur les beautés de la région…

 Thierry Dubois
Thierry Dubois – Ford 49 – Passage du Gois – Historic Auto Nantes (c) JP Orjebin

De plus, cette année, il y avait d’autres attractions : un plateau de télévision pour enregistrer des interviews, rencontres et autres images destinées à la diffusion sur You Tube et les réseaux internet, créer du contenu et, ajoute Benoît très réaliste, « faire la promotion de la prochaine édition, prévue en 2024.« 

Matra et Venturi sont aussi à Nantes

Nul doute que les y aideront les moments et lieux forts de l’édition qui vient de s’achever, avec  aussi, on vous les gardait pour la fin, des espaces réservés à la compétition avec Matra (et en vedette, deux monoplaces de Formule 1, une MS 80 Cosworth de 1969 et une MS 120 V 12 de 1970) et à la GT locale : la marque Venturi, dont l’usine dans les années 90 se situait à Couëron dans la banlieue nantaise.

 Historic Auto Nantes 2023
Matra MS 80 – 1969 – Historic Auto Nantes (c) JP Orjebin
Matra
Matra MS 120 -1970 – Historic Auto Nantes (c) JP Orjebin

Enfin, autre innovation passionnante : les rencontres, conférences-débats sur différents thèmes (les assurances avec TEA Cérède, les cartes grises de collection avec la F.F.V.E.) qui furent très suivies et, star de ces séances, la rencontre avec un plateau de pilotes automobiles très connus. Mais celle-là, on vous la détaillera dans la prochaine livraison…

Site : www.historic-auto.com

(1)- Georges Brassens, « La route aux quatre chansons ».

5 3 votes
Évaluation de l'article

Jacques Vassal

Avant de devenir un journaliste bien connu dans le domaine de la chanson (américaine, française et du monde entier), et dans celui du sport automobile et de son histoire, Jacques Vassal a été un « enfant dans la course ». Ses premiers souvenirs remontent à 1952 – il n’a alors que 5 ans. – quand son père l’emmène, en Bugatti 57, assister à Montlhéry à un « Grand Prix de France » de Formule 2. Puis en 1953, il assiste à ses premières 24 Heures du Mans et au Grand Prix de l’ACF à Reims. Bien d’autres ont suivi depuis… En 1985, il entame une collaboration régulière avec Le Fanauto – le mensuel dirigé par Serge Pozzoli – puis en 1989 il devient membre à part entière de la revue Auto-Passion. En 2006, pour le centenaire du Grand Prix de France, il réalise un livre d’or pour le compte de la FFSA. Auteur d’articles historiques dans L’Année Formule 1 de 1997 à 2008 (Chronosports) et, chez le même éditeur, co-auteur avec Pierre Ménard de plusieurs biographies de pilotes dans la série « Les Légendes de la Formule 1 », il a écrit aussi pour le magazine Automobile Historique et depuis 2006, il collabore au mensuel Rétroviseur.

S’abonner
Notifier de
guest

2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Benoit Chenet

Merci au nom de toute l’équipe de Historic Auto

Pierre Ménard

Toujours intéressant de découvrir les manifestations qui se déroulent ailleurs que dans la Capitale. En plus avec un tandem (local de choc), Jacques au stylo et Jean-Paul à la photo ! Merci bien messieurs.