24 juin 2019

GP de France 2019 par Johnny Rives

UBU EN F1

 Les abonnés de Canal+ l’ont signifié clairement en attribuant au GP de France 2019 la pire note depuis le début de la saison (10,2/20). Bien vu : il ne s’est rien produit d’extraordinaire sur le circuit Paul-Ricard. Un beau cavalier seul d’Hamilton ? Déjà vu ! Les Ferrari inférieures aux Mercedes ? Déjà vu ! Le gros peloton à des années lumières des cinq habituels hommes de pointe ? Déjà vu !

 Il a fallu attendre le 53e et dernier tour pour enfin connaître une vraie émotion. Quand, profitant des difficultés mécaniques de Lando Norris, le trio Ricciardo,Raïkkonen,Hulkenberg s’est empoigné férocement pour conquérir la 7e place que la McLaren n°4 ne pouvait plus défendre.

 Mais, patatras, les commissaires sportifs n’ont pas trouvé cet épisode émotionnel à leur goût. Ils ont frappé avec le même aveuglement que ceux du Canada l’avaient fait au détriment de Vettel. Cette fois les 5 secondes de pénalité ont frappé Ricciardo. Ce qui avait été une course de vitesse devint tout à coup un tribunal correctionnel.

 Ah ! René Arnoux, ah ! Gilles Villeneuve, votre duel de 1979 à Dijon, que tous les passionnés évoquent quarante ans après avec tant de ferveur, appartient à une époque révolue. Ceux qui ont la charge d’entretenir notre beau jouet s’acharnent à le casser. Ironie des circonstances, ce sont les mêmes qui s’inquiètent de relancer  l’intérêt de la F1. Ubuesque ! Comment conclure autrement que par le juron préféré du héros d’Alfred Jarry :

« M-E-R-D-R-E ! »

                                                                Johnny Rives.

Lire aussi
2018 GP de France par Johnny Rives – Vainqueur Lewis Hamilton


Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le !

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

Visitez notre boutique en ligne :

Johnny Rives

Johnny Rives : Une passion terrible, la vitesse

29,00
Johnny Rives

Une passion terrible, la vitesse

Johnny Rives nous livre ses souvenirs de course et partage avec nous les moments forts et les rencontres de quatre décennies passées au bord des pistes. On l'attendait depuis longtemps. Edité par Classic-Courses, Coco-B-Editions et Jamval Editions ce livre de 256 pages, préfacé par Henri Pescarolo contient 165 photos couleurs et noir et blanc.

François Mazet, Mes vies à toute vitesse

24,00
Au début des années 1970 François Mazet était considéré comme l'un des principaux espoirs de la F1 française. Champion de France de F3 1969, il accédait à la discipline reine du sport automobile lors du GP de France 1971 avant de voir sa progression contrariée par la crise pétrolière. Trop vite achevée en 1973, sa carrière s'ouvrait dès lors sur d'autres défis riches d'incroyables rencontres et de paris insensés. La trajectoire de François Mazet est plurielle, tout comme sa vie. Du swinging London des années 1960 à la Citronneraie de Menton, en passant par les paddocks de F1, c'est à un incroyable voyage que ce livre nous convie.    
François Mazet

F2 Pau 1970 - Qualifié en 1e ligne entre Jack Brabham et Jochen Rindt © Archives personnelles François Mazet

Vos commentaires les plus récents :

D’autres articles à découvrir :

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

20 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments

Contribuez à Classic-Courses

Pour raconter l’histoire de la course automobile, il nous faut du temps, de la documentation, des photos, des films, des contributeurs de tous âges et des geeks qui tournent comme des F1 !

Nous soutenir

Pour que notre aventure demeure bénévole et collaborative et que nous puissions continuer à écrire nos articles au gré de nos envies, en toute indépendance.