Fangio
29 septembre 2022

Monza 1952 : l’accident de Fangio

Me voici de retour, avec mon tiercé gagnant : vidéo, sous titres et texte en accompagnement. Sur Classic Courses, on n’est pas des abrutis de la vidéo. Nous sommes des gens civilisés : cela ne suffit pas de regarder un film, il faut aussi savoir parler de ce qu’on a vu, remettre en perspective, contextualiser, épiloguer. Cela se passait ainsi dans les cinéclubs d’antan : on regardait un film, et ensuite on engageait le débat.

René Fiévet

Vous pourriez aussi aimer :
Fangio, enlèvement à la Havane

Ascari ou Farina ?

En commençant ce texte, l’auteur se doit d’abord de passer aux aveux : il a longtemps péché par ignorance et, disons-le, par incompétence selon tous les critères qui régissent le statut (exigeant) d’« auteur » sur le site Classic Courses. En effet, j’ai toujours pensé que le plus grave accident de la carrière de Juan Manuel Fangio, qui l’a tenu éloigné des pistes pendant des mois, avait eu lieu au Grand Prix d’Italie de 1952.

Toutefois, en regardant ce film sur la course de Monza, je n’y comprenais plus rien : l’accident de Fangio est clairement évoqué dans ce film, et le vainqueur final de la course est Farina. Pourtant, toutes les archives et les récits historiques sur le sport automobile indiquent bien que c’est Ascari qui a remporté le GP d’Italie de 1952. Il m’a fallu un certain temps pour comprendre : il y a eu deux courses à Monza en 1952. Celle que relate le film que je vous communique ici est le Grand Prix de l’Autodrome de Monza, course hors championnat, qui s’est courue le dimanche 8 juin 1952.

Durable méprise

Voilà qui laisse rêveur : comment ai-je fait pour vivre dans l’erreur pendant 50 années de mon existence ? J’imagine Olivier Favre plongé dans un abîme d’incompréhension : comment une telle ignorance est-elle possible, et pendant si longtemps ? Certains d’entre vous me feront remarquer qu’il n’y a pas de quoi se vanter de sa propre ignorance, et qu’il n’est peut-être pas nécessaire d’aller le crier sur tous les toits. Certes, je l’admets. Toutefois, je ne peux pas m’empêcher de me poser la question : qui, parmi les lecteurs et contributeurs de Classic Courses qui s’affichent, se prétendent, s’autoproclament, se vantent d’être de grands connaisseurs du sport automobile, savait (savaient ?) que Jean Manuel Fangio n’avait pas eu son grave accident lors du GP d’Italie de 1952 ?

Fangio sans volant

Mais revenons à notre sujet principal. L’histoire mérite d’être racontée. À l’orée de la saison 1952, Juan Manuel Fangio se retrouve sans volant pour défendre son premier titre de champion du monde de Formule 1. L’écurie Alfa Romeo, avec qui il vient d’être couronné, a en effet décidé de se retirer de la compétition.

Par ailleurs, en l’absence de plusieurs grands constructeurs, le championnat du monde se courra sous la réglementation de la Formule 2. Fangio avait porté son choix sur une Maserati, mais celle-ci n’était pas encore prête pour le début du championnat (le GP de Suisse, couru le 18 mai 1952). Dans l’incertitude, Il s’était inscrit au Trophée de l’Ulster à Dundrod, épreuve hors championnat qui se courait le samedi 7 juin, sur une BRM P15 (avec le fameux moteur H16).

Pour la petite histoire, il avait pour coéquipier sur une deuxième BRM le jeune britannique Stirling Moss, qu’il retrouverait trois ans plus tard à ses côtés dans l’écurie Mercedes.

Bira sans Fangio

Toutefois, en mai 1952, Maserati venait juste de terminer ses voitures de Formule 2 (A6GCM) et les avait engagées tardivement pour le GP de l’Autodrome de Monza le dimanche 8 juin 1952. Fangio avait décidé de participer également à cette épreuve sur la nouvelle Maserati.

Ayant appris que le prince Bira avait également l’intention de participer aux deux épreuves, Fangio avait convenu avec Bira que ce dernier le conduirait dans son avion privé à Milan, à partir de Belfast, immédiatement après la fin du Trophée de l’Ulster. Mais les choses ne se passèrent pas comme prévu.


En effet, il semble bien que Bira n’était pas une personne extrêmement fiable. Ce dernier, après avoir abandonné dès le premier tour suite à une sortie de route, partit tout de suite en Italie avec son avion privé, sans attendre Fangio.

Belfast -Londres – Paris – Lyon – Monza

De leur côté, Fangio et Moss connurent une expérience catastrophique avec la BRM, et Fangio dut abandonner au 25ème tour (1). Laissé en plan par le prince Bira, il put néanmoins obtenir l’aide de Louis Rosier pour aller jusqu’à l’aéroport local et prendre un vol pour Londres. Fangio essaya désespérément de trouver un vol Londres-Milan, Londres-Turin, Londres vers n’importe où dans le nord de l’Italie. Mais il n’y en avait pas, car ils avaient tous été annulés en raison de mauvaises conditions météorologiques.

Londres-Paris était la seule option disponible. Fangio et Rosier prirent cet avion, traversant de fortes tempêtes au-dessus de la Manche et du nord de la France, pour atterrir à Paris vers 6 heures du matin, épuisés nerveusement. Fangio demanda un vol Paris-Milan, mais il n’y avait rien de disponible. Rosier lui proposa alors de l’accompagner jusqu’à Lyon, d’où il pourrait se faire reconduire chez lui à Clermont, laissant sa voiture – une Renault Frégate – à Fangio qui pourrait ensuite se rendre à Monza par la route. Après avoir avalé un court repas, il se mit en route, traversa le col du mont Cenis en Italie pour arriver sur le circuit à 14 heures, une heure avant le début de la course. A 15 heures, il était sur un lit d’hôpital, après s’être cassé le cou. …

Deux tours pour Fangio …

Dans sa biographie, il nous raconte qu’une fois arrivé à Monza il eut juste le temps de prendre une douche, mettre sa combinaison, prendre de l’aspirine (pas très conseillé avant le départ d’une course automobile !), monter dans sa voiture sur la grille de départ – les organisateurs, en raison de son statut de champion du monde en titre, ayant accepté de le laisser partir en fin de grille, sans avoir eu le temps de faire les 5 tours d’essai réglementaires. Il dépassa 6 voitures dans le premier tour puis, dans le deuxième tour, au virage de Lesmo, il évalua mal sa trajectoire et sortit de la piste.

Il laissa sa voiture heurter une barrière de balles de paille, pensant qu’elle serait assez molle pour faire rebondir sa voiture sur la piste. Malheureusement, ces balles de paille étaient en place depuis des lustres, tour à tour trempées et compactées par la pluie, puis cuites comme de la pierre par le soleil. Sa voiture s’y écrasa tout simplement et fit plusieurs culbutes. Fangio atterrit sur la tête, heureusement protégé par son nouveau casque de protection que la FIA venait de rendre obligatoire.

…et une saison en l’air

Il se fractura le pouce gauche, eut les vertèbres et les disques de son cou comprimés, une radiographie révéla une blessure au cou préexistante qui fut attribuée à un accident précédent survenu à Caracas en 1948 (2). Chose intéressante, la guérison de sa blessure au cou le guérit complètement des maux de tête d’après-course dont il souffrait avant l’accident de Monza. On note que le film minimise grandement la gravité de l’accident : quelques bleus sans conséquences graves, nous dit le commentateur. En fait, Fangio dut arrêter toute activité jusqu’à la fin de la saison sportive.

12 Heures de … sommeil sinon rien

De cette expérience, Fangio tira la conclusion définitive qu’il ne courrait plus jamais sans une bonne nuit de sommeil. Il était de notoriété publique que Fangio, qui était quadragénaire, avait besoin d’au moins 12 heures de sommeil avant d’affronter ses jeunes concurrents. Sa femme Beba, en charge de l’intendance, y veillait soigneusement.

Que dire du film par ailleurs ? Je le trouve très agréable à regarder, très vivant, et c’est fou ce que les italiens parlent vite ! En regardant ces images, on est frappé par la grande domination des pilotes italiens sur le sport automobile de haut niveau à cette époque : Ascari, Farina, Villoresi, Taruffi, Bonetto. Et si on ajoute Fangio et Gonzales, on peut même parler de la totale suprématie du Sud sur le Nord.

La gloire des pilotes italiens

On voit aussi de belles et rares images de Felice Bonetto, un pilote assez âgé (il était né en 1903), surnommé « Le Pirate », aussi bien en raison de son physique que de son agressivité en course. Bien qu’habitué des courses de Formule 1 de cette époque, il avait surtout bâti sa carrière et son palmarès sur les voitures de formule sport. Il trouvera la mort peu de temps après, en novembre 1953, au volant d’une Lancia à l’occasion de l’épreuve de la Panamericana.

Pour finir, ce Grand Prix de l’Autodrome de Monza fut disputé cinq fois après la guerre, de 1948 à 1952. Ce film nous montre donc la dernière édition de cette course. Ensuite, elle disparut totalement du calendrier sportif. C’est peut-être la seule excuse à mon ignorance que je puisse faire valoir : je n’en avais jamais entendu parler.

Notes

(1) On peut lire à ce sujet l’article intitulé Fangio, Moss and BRM, paru sur le site The Klemantasky Collection (https://klemcoll.wordpress.com/2019/03/22/fangio-moss-and-b-r-m/)
(2) Avant Monza, le seul accident vraiment grave de Fangio avait été celui qu’il avait subi lors du Gran Premio de la América del Sur de 1948, alors qu’il conduisait dans un état d’éreintement, en altitude et dans le brouillard. Sa Chevrolet avait fait plusieurs tonneaux et son copilote Daniel Urrutia avait été tué.

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le !

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

Visitez notre boutique en ligne :

Vos commentaires les plus récents :

  • christian sur Pedro et Ricardo Rodriguez – 2: “Madame Rodriguez quand elle venait à Pau suivre les courses de ses fils pour le Grand-Prix , se restaurait chez…Juin 25, 19:10
  • Olivier Rogar sur ELF : Et les ronds rouges arrivèrent – 1: “Jean-Marc Chaillet a publié d’autres livres par l’entremise du Palmier. Je pense aussi à toutes ces vidéos Elf qui dorment.…Juin 25, 18:16
  • Michel Delannoy sur ELF : Et les ronds rouges arrivèrent – 1: “C’est bon de réveiller des souvenirs pas si lointains mais que le temps à rendu un peu indistinct. Aux éditions…Juin 25, 12:24
  • Proust sur Pedro et Ricardo Rodriguez – 2: “« Je n’avais aucun talent de gestionnaire et lui aucun talent de rédacteur « . Ah oui ? Et qui donc possédait…Juin 25, 10:33
  • Michel Delannoy sur Ricardo et Pedro Rodriguez – 1: “Le petit frère s’appelle Alejandro. J’estime son age sur les quelques photos où il parait avec son père et ses…Juin 24, 20:07

D’autres articles à découvrir :

5 3 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

14 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments

Contribuez à Classic-Courses

Pour raconter l’histoire de la course automobile, il nous faut du temps, de la documentation, des photos, des films, des contributeurs de tous âges et des geeks qui tournent comme des F1 !

Nous soutenir

Pour que notre aventure demeure bénévole et collaborative et que nous puissions continuer à écrire nos articles au gré de nos envies, en toute indépendance.