6 avril 2014

F1 2014 : le billet de Johnny Rives – Bahrein 3

Autant le spectacle du Grand Prix de Malaisie – le bien nommé – avait désolé tous les amateurs, autant l’extraordinaire animation de celui de Bahrein nous a réconcilié avec la F1, fût – elle dotée de moteurs électriques. Cette fois-ci, Johnny Rives prend le relai de notre ami Luc Augier qui ne souhaite pas subir la pression d’une saison complète de F1 à lui seul. Il a donc appelé les copains à la rescousse. Pour le plaisir d’une prose rare et la qualité d’une analyse toujours aussi pertinente.

Classic COURSES

Vous avez dit « fratricides » ?

Par Johnny Rives                                                 

L’écran plasma nous permettait d’admirer la ronde des F1 jusque dans certains détails. Le Grand Prix de Bahrein ronronnait comme le grognement sourd des nouveaux moteurs. Un grondement orageux exprimant une puissance inavouée mais forte. D’autant plus forte et orageuse qu’elle est dopée comme la foudre : à l’électricité…

Les temps changent, on n’y peut rien. Sans à proprement parler regretter les Grands Prix d’autres époques, la domination du duo Hamilton-Rosberg au volant de leurs Mercedes F1 grises nous renvoyait à des temps anciens. Et plus précisément en 1955 lorsque Fangio et Moss éclipsaient leurs adversaires de la même façon qu’Hamilton et Rosberg étaient en train de le faire à l’instant présent. Mais d’une manière autrement plus policée, Moss sagement blotti dans le sillage de celui que l’on surnommait alors non sans raison le « Maestro ». Personne ne s’offusquait de la discipline de Stirling Moss. Le sage public admirait simplement les irrésistibles « flèches d’argent », accordant après leur passage une attention discrète aux Ferrari, Maserati et Gordini qui faisaient ce qu’elles pouvaient loin en arrière.

Des duos dominateurs comme ce tandem Fangio-Moss, le maître et l’élève, l’histoire de la course devait nous en offrir d’autres. Comme Stewart et Cevert en 1973. Ou encore Andretti et Peterson en 1978. Néanmoins le caractère de ces tandems évoluait insensiblement. Tandis que Moss s’inspirait de Fangio avec un inébranlable respect, Cevert, beau et jeune loup au sourire conquérant, avait plus clairement que Moss exprimé son ambition derrière Stewart. Plus tard, il fut clair que Peterson n’avait rien à apprendre d’Andretti. Content ou non, il se pliait à une consigne d’équipe.

Une décennie encore et l’on en arriva à des rivalités franchement déclarées comme en 1987 entre Piquet et Mansell chez Williams. Ou, plus fort encore, en 1988 et 1989 entre Senna et Prost chez McLaren. Temps modernes : la victoire restait glorieuse mais, la télévision aidant avec l’énorme public qu’elle drainait, la défaite était devenue honteuse.

Alors aujourd’hui que peut nous réserver la rivalité qui se dessine en traits de plus en plus vifs, entre Hamilton et Rosberg ? On s’était déjà interrogé non sans inquiétude dans les premiers instants de ce G.P. de Bahrein, quand la première explication entre Hamilton et Rosberg fut loin d’être aussi policée qu’au temps de Fangio. Au passage, on avait pu constater que les champions d’aujourd’hui de Mercedes n’avaient pas l’exclusivité de cette tension interne. Perez avait indiqué à Hulkenberg qu’il reste prêt à reprendre chez Force India la rivalité fratricide qu’il avait montrée vis à vis de Button chez McLaren un an plus tôt. On suivait également avec appréhension le duel qui n’allait pas manquer de se poursuivre chez Williams entre Massa et Bottas. On avait également vu que chez Ferrari Alonso se tenait prêt à répliquer manu militari aux ambitions de Raïkkonen…

Malgré tout ce qu’elles nous révèlent, les images de Canal+ avaient manqué un premier incident. Il nous fut révélé par le témoignage effaré de J.E. Vergne qui raconta avoir été agressé par le pilote d’une Lotus. Et voilà que soudain Maldonado – le bien nommé – se rappela à l’attention générale, avec sa Lotus justement, en propulsant Guttierez en pirouettes désordonnées. Le Mexicain s’extirpa ahuri mais heureusement indemne de sa Sauber en piteux état. Conséquence : safety car ! (faisons silence sur la ridicule sanction de « stop and go » qui devait frapper – ? – l’imprudent Venezuélien).

Même si Maldonado mérite une sévère remise en cause force est de lui accorder le mérite incommensurable d’avoir provoqué à Sakhir un final d’anthologie. Alors la notion de duels fratricides s’exprima avec un éclat rarement vu jusque là. En premier lieu avec Hamilton et Rosberg, bien sûr, extraordinaires funambules jouant avec les intérêts de leur employeur Mercedes en déployant une audace et une maîtrise inouïes.

Mais aussi avec, bis repetita, Perez et Hulkenberg. Et surtout avec ce diable de Daniel Ricciardo qui osa imposer à Vettel la même sanction que celui-ci avait infligée un jour à Mark Webber. On avait le souffle coupé à l’arrivée de ce G.P. de Bahrein qui aura fait taire les mauvais coucheurs. Surtout dans la perspective des duels fratricides à venir. Car se termineront-ils tous aussi bien qu’à Sakhir ?

Photo podium Bahrein @ DR

                                                                   

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le !

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

Visitez notre boutique en ligne :

Vos commentaires les plus récents :

  • christian sur Pedro et Ricardo Rodriguez – 2: “Madame Rodriguez quand elle venait à Pau suivre les courses de ses fils pour le Grand-Prix , se restaurait chez…Juin 25, 19:10
  • Olivier Rogar sur ELF : Et les ronds rouges arrivèrent – 1: “Jean-Marc Chaillet a publié d’autres livres par l’entremise du Palmier. Je pense aussi à toutes ces vidéos Elf qui dorment.…Juin 25, 18:16
  • Michel Delannoy sur ELF : Et les ronds rouges arrivèrent – 1: “C’est bon de réveiller des souvenirs pas si lointains mais que le temps à rendu un peu indistinct. Aux éditions…Juin 25, 12:24
  • Proust sur Pedro et Ricardo Rodriguez – 2: “« Je n’avais aucun talent de gestionnaire et lui aucun talent de rédacteur « . Ah oui ? Et qui donc possédait…Juin 25, 10:33
  • Michel Delannoy sur Ricardo et Pedro Rodriguez – 1: “Le petit frère s’appelle Alejandro. J’estime son age sur les quelques photos où il parait avec son père et ses…Juin 24, 20:07

D’autres articles à découvrir :

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

21 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments

Contribuez à Classic-Courses

Pour raconter l’histoire de la course automobile, il nous faut du temps, de la documentation, des photos, des films, des contributeurs de tous âges et des geeks qui tournent comme des F1 !

Nous soutenir

Pour que notre aventure demeure bénévole et collaborative et que nous puissions continuer à écrire nos articles au gré de nos envies, en toute indépendance.