15 novembre 2023

2 Epoqu’Auto 2023 : succès confirmé.

On peut dire que les véhicules d’époque ont vraiment pris date dans la cité des Gones : le service communication du salon Epoqu’auto annonce 97000 entrées sur trois jours ! Un salon très populaire, au propre comme au figuré, faisant la part belle aux voitures accessibles, même si des modèles d’exception trônaient dans les allées d’Eurexpo

Pierre Ménard – Photos : © Pierre Ménard-Classic Courses

Vous pourriez aussi aimer :
1 Epoqu’auto 2023 : « Jean Rolland… », Prix Bellecour
2 Epoqu’auto 2023 : Succès confirmé
3 Epoqu’auto 2023 : Mazet, Cevert et tous les autres
4 Epoqu’Auto 2023 : Nous avons aimé

Epoqu'Auto 2023

Sans vouloir établir une concurrence qui n’a pas lieu d’être, il est assez facile de voir en Epoqu’auto une sorte d’« anti Rétromobile » : une atmosphère plus décontractée et familiale, tant chez les exposants que chez les visiteurs, des autos de route plutôt que de circuit (on pourra regretter le peu de voitures de compétitions présentes, mais c’est un choix assumé), et une vente aux enchères faisant la part belle aux voitures que beaucoup de gens présents pourraient s’offrir. Les deux manifestations sont en fait complémentaires, et c’est aussi bien ainsi.

L’ADN de votre blog préféré est inscrit dans son nom : course, compétition. En venant à Lyon, nous savions que nous ne serions pas vraiment comblés sur ce plan-là, hormis par quelques plateaux dont nous reparlerons. Il était plus intéressant de s’attarder sur les lignes envoûtantes des voitures d’avant-guerre, ou d’immédiat après-guerre, présentées dans les vastes allées des quatre halls abritant le salon.

Talbot-Lago l’indétrônable

A commencer par l’exposition Talbot, l’un des clous d’Epoqu’Auto 2023, comprenant de superbes modèles de tourisme dont ce cabriolet T23 de 1939 carrossé par Chapron, exemplaire unique commandé par la marque de Suresnes.

Autre merveille du dessin français de ces années art déco, la T150C « Goutte d’eau » créée par Figoni & Falaschi en 1938.

Epoqu'Auto 2023

Talbot ne pouvait décemment pas exclure la course automobile de son exposition et présentait deux modèles iconiques, la T150C 1950 du Mans pilotée par Louis Rosier, ainsi que la T26C, fameuse monoplace de 1948.

Les légères de Georges Irat

La société Georges Irat qui construisit et commercialisa durant une trentaine d’années des modèles sport sous le slogan « La voiture de l’élite » était bien représentée : un petit roadster ODU4 à moteur Ruby quatre cylindres de 1938…

Epoqu'Auto 2023

… et un cabriolet MM de 1935, toujours à moteur Ruby de 954 cm3.

Facel, Chenard, Hispano et les autres…

Facel Vega était représentée par un coupé et un cabriolet Facel III, tous deux de 1963, équipés d’un moteur Volvo quatre-cylindres 1,8 litre.

Epoqu'Auto 2023

Jolie mise en scène pour ce coach Chenard & Walker Y10B de 1932.

L’imposante Hispano Suiza K6 châssis court de 1935, au moteur six-cylindres de 5,2 litres.

Epoqu'Auto 2023

Et comment ne pas craquer sur cette adorable Renault AX 8HP, sortie des ateliers de Billancourt le 6 novembre 1908, dixit la fiche signalétique.

La course tout de même

Même si la quantité n’était pas au rendez-vous, la qualité des voitures de course exposées l’était. Exemplaire d’avant-guerre au même titre que la Talbot T150C, la Delage D6 3 litres, qui termina 2e des 24 Heures du Mans 1939, attire par l’élégance de ses lignes.

Epoqu'Auto 2023

L’impressionnant plateau fourni par Peugeot lors d’Epoqu’Auto 2023 rassemblait les plus emblématiques modèles de rallye, rallye-raid et prototypes de la marque sochalienne.

Toujours émouvant, les voitures phares de l’épopée Elf du début des années soixante-dix, Tyrrell, March, Matra, Alpine, Ford Capri.

Epoqu'Auto 2023

Et, pour terminer ce tour d’horizon, l’infatigable de Lyon, celui qui a réussi à convaincre il y a une quinzaine d’années les organisateurs d’Epoqu’auto (alors pas très chauds) que la compétition faisait partie de l’univers de la voiture ancienne : Gérard Gamand exposait sur son stand Autodiva de très beaux modèles, parmi lesquels ces deux F2, GRD 272 de 1972 à gauche et March 742 de 1974 à droite.

Epoqu'Auto 2023

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le !

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

Visitez notre boutique en ligne :

Vos commentaires les plus récents :

D’autres articles à découvrir :

4.5 2 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

5 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments

Contribuez à Classic-Courses

Pour raconter l’histoire de la course automobile, il nous faut du temps, de la documentation, des photos, des films, des contributeurs de tous âges et des geeks qui tournent comme des F1 !

Nous soutenir

Pour que notre aventure demeure bénévole et collaborative et que nous puissions continuer à écrire nos articles au gré de nos envies, en toute indépendance.