Grand Prix Historique de Monaco 2021-1

4 4 votes
Évaluation de l'article

Dans ses habits noirs JPS, le diable faisait sentir son haleine fétide à celle qui, dans sa robe rouge, tentait de lui échapper. Effort qui fit croire au miracle quinze tours durant.
Mais une soudaine baisse de rythme surprit la Lotus qui, d’une touche aussi fine que sans appel, envoya la Ferrari dans les glissières.
La course s’était déroulée à huis clos mais elle avait été étincelante. Dans le décor unique de la scène monégasque s’étaient produits des acteurs de talent.
Mais ici comme au théâtre, l’enfer c’est les autres (*).
Et pour Alesi, ce fut Werner.

(*) Jean Paul Sartre. Huis Clos. Tiens JPS…

Olivier Rogar


Monaco 2021 : Hommage à Ferrari

Pour 2020, l’Automobile Club de Monaco souhaitait rendre hommage à la marque au cheval cabré. Cela coïncidait avec les 70 ans de la création du championnat du monde de Formule 1. Et à la première victoire Ferrari en F1. La crise du Covid décala le projet à 2021. Les monégasques ont maintenu le cap et donné corps à leur projet. Un contrepartie s’imposait toutefois : les mesures sanitaires et leur cortège de décisions frustrantes. Distanciation. Tests. Huis clos d’abord. Jauge réduite à 6500 spectateurs ensuite. Bien entendu, les participants étaient moins nombreux que d’habitude. Une petite centaine d’autos contre plus de deux cents habituellement. Mais la qualité était là. De belles autos. de bons pilotes. Et de belles courses.

Alesi et Arnoux

Régulièrement d’anciens pilotes participent aux courses historiques. Quasiment jamais d’anciens pilotes victorieux en F1. Une démonstration avait eu lieu en 2018, réunissant Mika Hakkinen, John Watson, Martin Brundle, Thierry Boutsen, Riccardo Patrese, Eddie Irvine, Derek Bell, Emmanuele Pirro… Sans oublier le grand Jacky Ickx présent pour Porsche. Mais cette année René Arnoux et Jean Alesi étaient engagés en course. Et sur les Ferrari 312 B3 qui plus est !

Peu de pilotes français ont couru pour Ferrari en F1. Dans les années 50, Raymond Sommer, André Simon, Robert Manzon, Maurice Trintignant et Jean Behra. Aucun dans les années 60 et 70. Puis Didier Pironi, Patrick Tambay , René Arnoux pour les années 80 et Alain Prost et Jean Alesi pour les années 90. Tous ceux-là ont été victorieux. En rédigeant cette liste on ne peut s’empêcher de penser au regretté Jules Bianchi. Il aurait pu succéder un jour à ses glorieux ainés. Et à Charles Leclerc aussi. On aimerait tant qu’il soit français ! Ou nous monégasques ? Mais c’est un autre sujet !

Grand Prix Historique de Monaco 2021
René Arnoux – Jean Alesi – GPHM 2021 (c) Classic Courses
Grand Prix Historique de Monaco 2021
René Arnoux – Jean Alesi – GPHM 2021 (c) Classic Courses
Grand Prix Historique de Monaco 2021
René Arnoux – GPHM 2021 (c) Classic Courses
Ferrari 312 B3
René Arnoux – GPHM 2021 (c) Classic Courses
Jean Alesi
Jean Alesi GPHM 2021 (c) Classic Courses

Les Ferrari engagées au Grand Prix Historique de Monaco 2021

Les Ferrari présentées ici sont la propriété de la société allemande Methusalem Racing. A sa tête, un collectionneur allemand qui constitue une collection de qualité. Qu’on en juge ci-après. trois Maserati A6GCS étaient aussi en lisse pour le même propriétaire en série C, Voitures de sport.

Quand on investit autant de ressources dans ces voitures, mobiliser d’anciens pilotes de la F1 pour les piloter garantit un maximum de retombées médiatiques.

Ferrari Dino 246 1960

Piloté au cours des saisons 1958-59-60 par Wolfgang von Trips, Olivier Gendebien, Dans Gurney, ce fut Phil Hill qui donna à ce châssis sa seule victoire, tandis que la concurrence anglaise avait boycotté le GP d’Italie, à Monza en 1960. L’histoire retiendra que ce fût la dernière d’une F1 à moteur avant.
A Monaco, Alex Birkenstock l’a mené à la troisième place de la série C. Avec un meilleur tour en 2.02.847.

Ferrari Dino 246
Ferrari Dino 246 1960 # 07 – GPHM 2021 (c) Classic Courses

Ferrari 312 1967

Pilotée par Chris Amon fin 1967 et début 1968. Sans résultat en 1967, il classa ce châssis 4e en Afrique du Sud et à Brands Hatch ( Hors championnat) , 3e à Silverstone (Hors championnat) et 6e en Hollande.
L’absence d’aileron donne tout leur charme spectaculaire aux échappement spaghetti blancs.
Une des Ferrari n’appartenant pas à la collection Methusalem Racing. Propriété de Jean-François Decaux qui la pilotait en Série E. Mais elle ne prit pas part à la course.

Ferrari 312
Ferrari 312 1967 # 007 – GPHM 2021 (c) Classic Courses

Ferrari 312 1969

Pilotée par Chris Amon d’abord avec une 3e place en Hollande en 1969. Par Pedro Rodriguez ensuite. 5e à Watkins Glen et 7e à Mexico.
Methusalem Racing l’avait confiée à Alex Caffi. Ce dernier ayant eu un accrochage aux essais avec une Cooper, elle fut retirée.

Ferrari 312
Ferrari 312 1969 # 017 – GPHM 2021 (c) Classic Courses

Ferrari 312 B2 1971

On l’a vue à Rétromobile en 2020 sur le stand de Fiskens. Ferrari victorieuse avec Jacky Ickx au GP d’Allemagne 1972 mais Ferrari décevante. Après la brillante saison 1970 on l’attendait en lice pour le titre. Avec une seule victoire, Jacky Ickx fut « seulement » 4e au championnat aussi bien en 1971 qu’en 1972. D’une façon qui ne manque pas d’étonner, ce fut aussi la dernière victoire du grand pilote belge en F1.
On peut noter qu’en 1971 Clay Regazzoni avait fini 3e en Hollande et en Allemagne puis 6e aux USA à son volant. Et début 1972 il finit 4e en argentine.

Ferrari 312 B2
Ferrari 312 B2 1971 ex Jacky Ickx – # B12 005 – GPHM 2021 (c) Classic Courses

Ferrari 312 B3 Spazzaneve

Etudiée par Mauro Forghieri courant 1972, ce modèle « expérimental » ne fut jamais engagé en course. Il valut même une période de disgrâce au grand ingénieur.
Celle-ci est engagée à Monaco par Franco Meiners bien qu’elle n’y ait jamais couru. Elle participa aux essais mais fut retirée de la course.

Ferrari 312 B3
Ferrari 312 B3 1972 Expérimentale – B3S #009 -GPHM 2021 (c) Classic Courses

Ferrari 312 B3 1974

Les châssis de ces deux autos ont commencé leur carrière en 1973 avec Ickx et Merzario. Ils ont été ensuite reconditionnés pour Lauda et Regazzoni en vue de 1974. La 27 – Châssis #010 – courut uniquement à Monaco avec Lauda et abandonna. Elle est ici confiée à Jean Alesi. La 28 – Châssis #012 permit à Lauda de se classer 2e en Argentine, à Brands Hatch (Hors championnat), en Belgique et en France. Elle est ici confiée à René Arnoux.

Lors du Grand Prix Historique, Arnoux qualifié 10e fut forfait pour la course suite à une grosse touchette lors de la séance chronométrée. ( Train arrière droit arraché) . Quant à Alesi, nous raconterons l’histoire un peu plus loin. Retenons qu’il fit le meilleur tour de sa série en course en 1.32.122.

Ferrari 312 B3
Ferrari 312 B3 1974 ex Niki Lauda # 012 – GPHM 2021 (c) Classic Courses
Ferrari 312 B3
Ferrari 312 B3 1974 ex Niki Lauda # 010 – GPHM 2021 (c) Classic Courses
Grand Prix Historique de Monaco 2021

La série F au Grand Prix Historique de Monaco 2021

La richesse des séries est telle qu’on est taraudé par le doute à l’heure des choix. Si nous mettons la série F en avant cette année c’est pour la qualité du plateau et la présence du tandem Arnoux – Alesi sur Ferrari. L’esthétique et la diversité des F1 des années 70 séduisent plus que jamais. Voitures à la sécurité passive nulle mais devant les quelles on ne peut qu’être admiratif. Maintenant ou lorsqu’on avait une quinzaine d’années et qu’on les voyait passer en trombe du bord d’un circuit. Compactes, basses, larges : elles étaient dans leurs trajectoires glissantes, l’expression de la vitesse. Les pilotes qui les domptaient, les maitrisaient, les rendaient victorieuses, étaient nos héros et le sont restés.

Paddock

McLaren M23
McLaren M23 1976 et M26 1977 – GPHM 2021 (c) Classic Courses
Surtees TS 19
Surtees TS 19 1976 – GPHM 2021 (c) Classic Courses

Essais

Lotus 77
Lotus 77 1976 -GPHM 2021 (c) Classic Courses
Jean-Denis Deletraz
Jean-Denis Deletraz – GPHM 2021 (c) Classic Courses
Ferrari 312 B3
René Arnoux – GPHM 2021 (c) Classic Courses
Jean Alesi – Ferrari 312 B3 1974 – GPHM 2021 (c) Classic Courses
Jean Alesi
Jean Alesi – Ferrari 312 B3 1974 – GPHM 2021 (c) Classic Courses

En piste

Ferrari 312 B3
Jean Alesi – René Arnoux – Ferrari 312 B3 1974 – GPHM 2021 (c) Classic Courses
Amon AF101
Amon AF101 1974 – GPHM 2021 (c) Classic Courses
Hesketh 308B 1
Hesketh 308B 1974 – GPHM 2021 (c) Classic Courses
Trojan T103
Trojan T103 1974 – GPHM 2021 (c) Classic Courses.jpg
Shadow DN5
Shadow DN5 1975 – GPHM 2021 (c) Classic Courses
Surtees TS 19
Surtees TS 19 1976 – GPHM 2021 (c) Classic Courses
Tyrrell 007
Tyrrell 007 1974 – GPHM 2021 (c) Classic Courses.jpg
McLaren M26
McLaren M26 1977 – GPHM 2021 (c) Classic Courses
Shadow DN1
Shadow DN1 1973 – GPHM 2021 (c) Classic Courses
Lotus 77
Lotus 77 1976 – McLaren M23 1973 – GPHM 2021 (c) Classic Courses
Ferrari 312 B3
Jean Alesi – Ferrari 312 B3 1974 – GPHM 2021 (c) Classic Courses
Ferrari 312 B3
Jean Alesi – Ferrari 312 B3 1974 – GPHM 2021 (c) Classic Courses
Ferrari 312 B3
Jean Alesi – Ferrari 312 B3 1974 – GPHM 2021 (c) Classic Courses
Jean Alesi
Jean Alesi – Essais – GPHM 2021 (c) Classic Courses

Course

Cette course fut palpitante grâce au talent du tandem Alesi-Werner. Marco Werner a gagné ici à Monaco en F3 en 1992. Ce qui valait à une certaine époque la certitude de passer en F1 l’année suivante. Il s’est ensuite orienté vers l’endurance où il a remporté trois fois Le Mans sur Audi en 2005, 2006 et 2007 mais aussi les 12 H de Sebring et les 24 H de Daytona.

Ici même en 2018 il avait terminé 3e sur une Ferrari 312 B3 ( Notre article 2018) . Cette année, après avoir nettement dominé les essais devant Alesi, il a été moins prompt au départ que son rival et s’est retrouvé deuxième. Dans la boîte d’Alesi quinze tours durant, il n’a rien lâché. Le spectacle était extraordinaire. Mais d’une part je ne pensais pas qu’Alesi était toujours aussi affuté et d’autre part je me disais que ça ne pouvait que mal finir…

Certaines video montrent les deux voitures véritablement « emboitées » l’une dans l’autre. Il faut avoir confiance en celui qui est devant et en soi-même. Et Werner était dans cette situation. Il faut aussi être inconscient. A cette distance, à cette vitesse tout se joue au millième de seconde. Et c’est beaucoup moins que le temps de réaction d’un cerveau aux reflexes les plus affutés…

La Ferrari au moteur puissant et souple prenait du terrain en ligne droite. La Lotus la rattrapait dans les parties plus lentes. Avoir vu Alesi sortie en léger contre braquage de la piscine, c’est quelque chose. La Lotus ne la lâchait pas d’un pouce. La Rascasse. Les deux voitures sur des trajectoires différentes. Comme si Werner allait tenter l’intérieur. ( Vision très subjective). Puis Anthony Noguès. Et à la sortie un léger sur-régime de la Ferrari. Alesi corrige mais, dans la fraction de seconde qui suit est dans le rail.

Comme on pouvait le craindre l’imprévu était imparable. Le coup de volant que donna Werner n’évita pas un choc entre son aileron avant droit et la roue arrière gauche d’Alesi. C’était fini. à trois tour du but. Pas de Marseillaise. Pas de Ferrari à l’arrivée. La pénalité de 25″ infligée à Marco Werner donna la victoire à Michael Lyons qui se sera imposé trois fois (Séries E, F, G) au cours du week-end ! Mais que diable fait ce garçon en historique ?!

Une conversation sur un tout autre sujet avec John Watson ( Vice-champion F1 1982) m’amena à lui poser la question. Il me répondit simplement que Michael Lyons profitait des plaisirs de la course sans le stress de la compétition moderne. Ayant les moyens de vivre sa passion sous cette forme, il accommodait ainsi le meilleur des deux mondes.

McLaren M23
McLaren M23 1976 – Tyrrell 007 1974 – GPHM 2021 (c) Classic Courses
McLaren M26
Michael Lyons – McLaren M26 1977 – GPHM 2021 (c) Classic Courses
Ferrari 312 B3
Jean Alesi – Ferrari 312 B3 1974 – Marco Werner – Lotus 77 1976 – GPHM 2021 (c) Classic Courses
Ferrari 312 B3
Jean Alesi – Ferrari 312 B3 1974 – Marco Werner – Lotus 77 1976 – GPHM 2021 (c) Classic Courses

A suivre…

4 4 votes
Évaluation de l'article

Olivier Rogar

« D’aussi loin que je me souvienne l’automobile m’a passionné. Les cartes postales de tacots, les goûters au Pub Renault avec ma tante puis la course de côte de Saint Antonin à Aix en Provence et enfin le Grand Prix de France au Paul Ricard m’ont fait passer d’Auto-Poche et l’Automobile à Sport-Auto, Auto-Hebdo, et – surtout – l’Equipe. Fascination pour les protos du Mans d’abord. Puis pour les F1 lors de cette incroyable saison 1976. Monde aussi inaccessible que fascinant que j’ai fini par tangenter en 1979-80 au Paul-Ricard puis en Angleterre. Les quelques photos que j’y avais commises et cette passion inextinguible m’ont amené à collaborer avec l’excellent « Mémoires des Stands » puis, à sa disparition, en 2012, à créer Classic COURSES avec l’aide et les encouragements de Pierre Ménard et Johnny Rives. L’esprit d’entreprise qui m’habite trouve dans le sport automobile les valeurs de précision, de prise de risques, de rapidité à prendre des décisions dont la maîtrise conditionne toute réussite. »

S’abonner
Notifier de
guest
12 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Gérard

Michael Lyons a aussi couru en FIA GT3 en 2012 en en Blanpainc Endurance en 2015.
https://www.driverdb.com/drivers/michael-lyons/

Olivier Favre

Belles images qui font rêver ! Mais la 312 #017 pilotée par Regazzoni ? non, par Pedro Rodriguez plutôt. Rega n’est arrivé chez Ferrari que l’année suivante et a débuté sur une 312 B.

Orjebin Jean-Paul

Quel casting ce plateau F !
J’ai suivi la course, c’était magnifique mais évidemment très déçu par l’accrochage de Jean Alesi et de Werner.
Ces autos sont superbes et particulièrement photogéniques.

richard JEGO

Que c’est beau . Et en plus la météo était au rendez vous ( remember 72 !) ..
Merci à vous pour ce reportage , merci aussi à l’ACM qui sur son site internet a tout retransmis en direct . Mais quelle tristesse de ne pouvoir y etre physiquement .
PS : Shame à M.ARNOUX pour oser porter une combinaison avec un badge RENAULT quand on a à sa dispo pour le week end une rouge .

Alain GRES

Je passe tous les jours avec plaisir sur ce Forum et lis avec grand intérêt et beaucoup d’attention les articles et commentaires des uns et des autres en leur reconnaissant à tous une immense connaissance de notre passion. Et je trouve Monsieur Jego que cette position de « ronchon de service » sur presque tous les articles est assez énervante. J’ai l’impression que vous lisez seulement pour pouvoir corriger ou commenter négativement. Y a-t-il beaucoup de plaisir dans cette démarche ?…. Pour ma part, je trouve que cette combinaison avec les badges Renault, Ligier et Ferrari est une marque de la belle… Lire la suite »

Pierre Ménard

Assister à un Grand Prix Historique à Monaco est toujours un régal (surtout quand on a le privilège de suivre les courses derrière les rails). C’est vrai que les F1 des années 70 avec leurs gros boudins arrière et leurs prises d’air cheminée (que le Anglais appellent « bumpy cars ») sont fascinantes, surtout dans un environnement comme Monaco.

Laurent Riviere

C’est toujours un plaisir de voir ces F1 évoluer dans les rues de Monaco à travers ce beau reportage de Olivier Rogar qui nous montre des voitures remarquablement préparées et que les propriétaires n’hésitent pas à mettre en danger. Alesi si l’on en croit le déroulement de la course avait retrouvé toute sa combativité. Alex caffi n’a pas manqué l’occasion de revenir sur ce circuit où il avait fait sensation dans les années 80 au volant d’une modeste Dallara en décrochant une surprenante quatrième place. N’oublions pas aussi le valeureux Louis Rosier qui courait sur sa propre Ferrari F1 aux… Lire la suite »

Turuban

La vidéo sur You Tube a rendu de façon éclatante cette journée : temps magnifique, les V 12 rouges qui envoyaient tout ce qu’ils pouvaient… bolides dans les pits, une tournée protocolaire mais détendue du Prince. L’autre prince, Jean d’Avignon aurait-il loupé une vitesse ? A plusieurs reprises à la sortie du tunnel, le 12 cyclindres avait « avalé de travers »,
ce qui expliquerait la touchette involontaire de M. Werner.

Hervé Smagghe

Très belles photos et commentaires, merci. 1: Je ne reconnais pas la livrée bleu clair « Rondini » de la Tyrrell 007 1974. As t’elle couru c cela en époque, avec pilote payant et son sponsor ? 2: Jamais vu les NACA de fin de museau de la Ferrari 312 B2 1971 ex Jacky Ickx – # B12 005: amélioration du nouveau propriétaire, ou ma mémoire « à bulles » ? 3: sur la dernière victoire d’une moteur AV, mais sans les écuries GB, avez vous sous la main la vraie dernière, c’est à dire avec tout le plateau ? Bon jeudi férié (tardif,… Lire la suite »

Olivier Rogar

1) La Tyrrell 007 de la Scuderia Gulf Rondini a participé à 4 courses en 1976 avec pour pilote Alessandro Pezenti-Rossi. Allemagne, Autriche, Pays-Bas (NQ) et Italie.

2) La 312 B2 avait ces prises NACA de museau en 1971.

3) Je dirais que l’avant dernière victoire d’une moteur avant a été le fait de Tony Brooks sur la Ferrari 246 Dino au GP d’Allemagne 1959.
Voir l’article de PIerre Ménard à ce sujet, sur Classic Courses : https://www.classiccourses.fr/magazine/formule-1/f1-1969/grand-prix-d-allemagne-1959-plein-gaz/

ferdinand

Des vraies voitures, avec de la tôle et des moteurs qui font du bruit.
Merci pour ce récit, Olivier.