23 mai 2016

Grand Prix de Monaco Historique (4) Ingénieurs

エンジニア, INGENIERE, ENGINEER (1/2)

A Monaco c’est festival tous les jours. Stars, pilotes, voitures… Mais on parle très peu des ingénieurs.  Cette année comme à chaque manifestation automobile, ils sont là. Des jeunes et des anciens. Certains viennent prendre un bain de jouvence d’autres chercher peut être l’inspiration auprès de ces mécaniques chargées de gloire. Notre palmarès , à l’instar de « l’autre », pourra dérouter. Nous ne faisons pas que dans le commercial, nous Messieurs et dames ! Et humilité oblige, nous nous devons de remercier ici Graham Gauld grâce auquel nous avons pu identifier celui qui fait l’objet de notre premier hommage. Le hasard, comme à son habitude, faisant ensuite bien les choses !

Olivier Rogar

Les autres articles sur le Grand Prix de Monaco Historique :

6 Pilotes
5 Ingénieurs 2
4 Ingénieurs 1
3 Stirling Moss
2 Anthony Beltoise
1 Carte postale

エンジニア MASAO ONO 

Il est le concepteur des F1 japonaises Maki et Kojima. Il nous accordera très aimablement quelques instants pour évoquer son passage en F1. Rappel.

DSC_5800

DSC_5804

Maki. Kojima. Dans les deux cas la stratégie n’était pas celle d’un constructeur mais celle d’un assembleur. Les constructeurs se consacraient au rallye et à l’endurance plus qu’à la F1. Alfa Romeo, Maserati, Mercedes, Porsche, Honda, Matra pour des raisons économiques, techniques, marketing ou de circonstances étaient venus puis partis. Restait Ferrari. Les opportunités étaient donc nombreuses pour les artisans, britanniques pour la plupart. Ils s’appuyaient sur un savoir-faire technique « local » et un moteur universel, le fameux Ford Cosworth. Les performances rendues proches permettaient aux pilotes d’un côté mais surtout aux ingénieurs, de l’autre de faire la différence. Le tout avec un seuil d’accès financier raisonnable. Ces circonstances portèrent de nombreuses initiatives. Plus de 30 prétendants se disputaient les places de grille de certains Grands Prix. Tendance renforcée par les inscriptions locales. Les écuries n’étant pas obligées de s’inscrire à la totalité du championnat. Les spécialistes régionaux pouvaient donc s’inscrire à « leur » Grand Prix et en rester là pour la saison.

Après une difficile année 1968 de Honda et la catastrophe de Rouen, il n’y avait plus de compétiteur japonais en F1. L’arrivée de Maki en 1974 et sa présentation dans un hotel de Londres fait donc impression. Davantage pour la provenance de l’équipe que pour la démarche, somme toute commune. Masao Ono, jeune ingénieur s’était vu confier la conception et la réalisation du chassis de la Maki 101 par Kenji Mimura, le fondateur de l’écurie, ce dernier s’occupant de l’aérodynamique.

DSC_5803

Peut-on imaginer le challenge ? Le gouffre culturel. L’absence d’expérience des personnes impliquées. Le plus proche fournisseur à 10 000 kilomètres… Les communications par télex entre inconnus. La musique de « Mission impossible » siffle à mes oreilles… Et pourtant Masao Ono et Kenji Mimura ne s’en tirent pas trop mal. La Maki 101 ressemble à une F1. Conception classique. Monocoque aluminium, ailerons au bon endroit. ( Souvenons-nous de la Kauschen ou plutôt Kauhsen pourtant européenne), moteur Cosworth. La boite à air perturbe le flux d’air vers l’aileron arrière. Et la voiture est trop lourde. On évalue le surpoids à 150 kg.  Howden Ganley qui s’est lancé dans cette aventure, assemble dans son atelier le châssis contruit au Japon. Il ne réussira jamais à la qualifier en quatre tentatives au cours de l’année 1974. Au Grand Prix de Grande Bretagne il réalise le 32e temps. A 4 sec de la pole de Niki Lauda. On a vu pire comme écart depuis… Mais un accident au Nürburgring met un terme à sa saison de même qu’à sa carrière en F1.

Quand la Maki, réparée, revue et corrigée reparaît en 1975 c’est une surprise. Las, cette version 101C est engagée sept fois pour Dave Walker, Hiroshi Fushida puis Tony Trimmer. Aucun ne parviendra à la qualifier. Elle a pourtant de l’allure. Bien construite. Bien finie. Mais elle est toujours lourde. C’est donc une version allégée qui est inscrite l’année suivante au Mont Fuji pour le premier Grand Prix du Japon. Mais la 102A pilotée par Tony Trimmer manque totalement de motricité et ne se qualifie pas. C’est la dernière fois qu’on voit une Maki en F1.

DSC_5805

Son ingénieur a quitté le navire pour réaliser une nouvelle F1, la Kojima KE 007. Beaucoup plus performante que la Maki, celle-ci tourne si bien qu’elle réalise le 4e temps aux essais libres puis le 10e temps aux essais qualificatifs. Masahiro Hasemi est au volant. Lors de la course qui voit nombre d’abandons volontaires (Lauda) et involontaires, il établit le record du tour. Même si des doutes ont toujours existé sur cette performance, c’est la Kojima dont le nom s’inscrit sur les tablettes du circuit. Il finit la course en 11position. L’année suivante la Kojima KE 009 officielle pilotée par Noritake Katahara se qualifie en 19e position mais abandonne sur accident au second tour. L’autre Kojima KE 009 est engagée à titre privé par l’écurie Heroes Racing Corporation qui aligne Kazuyoshi Hoshino. Il se qualifie en 11e position et finit à la même place. C’est la dernière fois qu’on voit une Kojima en F1. On peut penser que l’aventure était belle et méritoire mais que les conditions, notamment culturelles, nécessaires au succès d’une écurie de F1 n’étaient pas réunies. Depuis le Japon a eu beaucoup de succès en F1 mais en formation multiculturelle, comme fournisseur de moteurs avec Honda, pour plusieurs écuries dont Williams et McLaren.

DSC_5802

Masao Ono accompagnera cette écurie jusqu’au milieu des années 80 dans différentes disciplines propres au pays du Soleil Levant. Aujourd’hui il se consacre à aider des équipes universitaires japonaises à créer leurs voitures de courses. Il me dira que les voitures qui courent aujourd’hui en historique sont beaucoup plus rapides qu’à l’époque. Alors que j’évoquais moteurs et pneus, il ajouta les éléments de suspension qui permettent plus de rigidité et un comportement plus efficace. Sa voiture alignée et pilotée par le belge Marc Davis à Monaco cette année finit 13e du plateau G où concourraient 35 voitures.

Une place très honorable Ono San.

DSC_5799

Photos © Olivier Rogar Sauf Maki en piste à la une © DR

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le !

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

Visitez notre boutique en ligne :

Vos commentaires les plus récents :

D’autres articles à découvrir :

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

10 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments

Contribuez à Classic-Courses

Pour raconter l’histoire de la course automobile, il nous faut du temps, de la documentation, des photos, des films, des contributeurs de tous âges et des geeks qui tournent comme des F1 !

Nous soutenir

Pour que notre aventure demeure bénévole et collaborative et que nous puissions continuer à écrire nos articles au gré de nos envies, en toute indépendance.