24 juillet 2023

1949, Fangio l’inconnu

Au printemps 1949, le public français du sport automobile assiste, éberlué, à l’éclosion d’un phénomène : un pilote argentin totalement inconnu au volant de sa Maserati bleu et jaune entreprend de perturber la hiérarchie européenne solidement établie au sortir du conflit mondial en s’installant sans vergogne en tête des pelotons. Renseignements pris, celui que beaucoup considèrent comme un jeune espoir venu d’Amérique du Sud ne l’est même pas vraiment, jeune : il frise les quarante ans !

Pierre Ménard

Vous pourriez également aimer :

La connexion Fangio – Neubauer
Fangio : Enlèvement à la Havane

Pau 1949, Charles Faroux et le public saluent le nouveau venu en Europe, le vainqueur Juan Manuel Fangio © Toulouse Archives

Europe, terre promise

Au sortir du conflit mondial, les courses automobiles ont repris dans la plupart des pays. Mais certains paraissent mieux préparés que d’autres : la France et l’Italie attirent la majorité des confrontations mécaniques de par la disponibilité de leurs circuits (1). Circuit est d’ailleurs un bien grand mot : ce sont majoritairement des pistes tracées au gré des larges avenues et boulevards de nos belles cités, seule la péninsule transalpine possédant le circuit de Monza, et la Belgique celui de Francorchamps. C’est ainsi que la troupe des grands prix se retrouve le 3 avril 1949 dans les rues de San Remo, avec comme principale curiosité deux Maserati 4 CLT/48 peintes aux couleurs de l’Argentine.

La majorité des tifosi, et des spectateurs de la vieille Europe en général, ignore que les courses automobiles sont très prisées en Argentine et que nombre de pilotes s’y affrontent dans des joutes poussiéreuses, et parfois dramatiques. Mais ces compétitions sur du matériel souvent « rustique » ne peuvent que se cantonner au continent sud-américain. Dans son désir de rayonnement international, le général-président Juan Perón décide d’envoyer vers l’ancien Monde une « Equipo Argentina » performante. On choisira les deux meilleurs pilotes, on leur fournira du matériel compétitif et toute la logistique nécessaire à ce déplacement de prestige.

Fangio au virage de la Gare à Pau © Archives Communautaires

La croisade argentine

Juan Manuel Fangio est naturellement choisi comme pilote numéro 1. Il a pourtant 37 ans en cette fin 1948, il pilote depuis déjà douze ans, mais il est incontestablement le meilleur dans son pays. Son coéquipier devrait être Oscar Galvez, avec qui Fangio a souvent croisé le fer. Mais le fier pilote refuse le soutien de celui qui est en train de mettre le peuple à sa botte depuis l’élection victorieuse de 1946, et c’est finalement Benedicto Campos qui est choisi pour épauler « El Chueco » sur les pistes du vieux continent.

Outre les Ford-Chevrolet ou Volpi-Chevrolet maniées sur les pistes poussiéreuses de son pays en 1948, Juan Manuel a eu l’occasion de tester les monoplaces européennes, Gordini, mais surtout Maserati. Il a même fait une apparition à Reims, sur du matériel peu fiable (une Gordini !) et sans grande assistance. Pour cette campagne de 1949, il en va tout autrement : les deux pilotes disposeront de deux Maserati 4CLT/48 et deux Simca-Gordini T15 neuves, dont la maintenance sera confiée à l’ancien chef-mécano d’Achille Varzi, Amedeo Bignami. Bignami se révèlera être ce qu’on pourrait maintenant appeler un excellent team-manager, choyant ses pilotes et les logeant dans l’ancienne villa à Galliate du pilote italien défunt, grâce à la bienveillance du père de celui-ci.

Juste après le départ au virage du cinéma Le Castillet sur le circuit des Platanes de Perpignan, Fangio mène devant Campos (6), Villoresi (8) et Bira (10) © Collection Léon Do

Gloire sans monnaie

La possibilité de disposer de deux modèles de monoplaces va permettre à l’équipe de s’adapter aux différents tracés des circuits. La supériorité technique de la Maserati fait qu’elle sera majoritairement pilotée par Fangio et qu’elle contribuera à écrire ses premiers faits de gloire. Le pilote saura s’en rappeler plus tard ! Une première victoire à Buenos Aires lors de la traditionnelle Temporada confirme Juan Manuel dans ce choix et c’est à son volant qu’il prend le départ en ce 3 avril ensoleillé à San Remo. A la grande stupéfaction des spectateurs, cet Argentin totalement inconnu va surclasser toutes les vedettes présentes, à commencer par les italiennes. Ce coup de maître va être suivi par trois autres.

A Pau, Perpignan et Marseille (avec la Gordini), le désormais fameux Juan Manuel Fangio se joue de la concurrence. Quatre victoires d’affilée ! Pour un « débutant », c’est pas mal ! Dithyrambique, la presse européenne s’empare du phénomène, et les reporters de Radio Belgrano venus suivre leurs pilotes n’en peuvent plus de s’égosiller au micro pour faire vivre en direct les exploits du prodige argentin. Mais ce qu’ignorent tous ces nouveaux inconditionnels du maestro sud-américain est que la situation de l’équipe est plus que précaire : malgré ses promesses, Perón n’envoie que peu d’argent et les moteurs ne peuvent être changés. Il faut alors se retrousser les manches et reconditionner les mécaniques durant la nuit, Fangio ne rechignant pas à accomplir sa part en mettant les mains dans le cambouis.

La petite colonie argentine dans les stands de Perpignan : Fangio et sa compagne Andrea Berruet, dite « Beba », et Campos accompagné de Madame © Jean Ribière

Le héros de tout un peuple

La belle histoire s’interrompt à Rome avec un abandon sur le circuit des Thermes de Caracalla, et surtout à Francorchamps où les Maserati se révèlent impuissantes à tenir tête aux Talbot et Ferrari. Fangio subit un abandon mécanique qui le pousse à décrocher le téléphone pour l’Argentine : il lui faut une Ferrari en vue du Grand Prix de l’autodrome qui s’annonce sur le circuit ultra-rapide de Monza ! De l’argent arrive de la part d’un industriel argentin proche du pouvoir, mais pas suffisamment pour couvrir la totalité de la somme réclamée par la maison de Maranello. Le responsable de l’Automobile Club d’Argentine, Francisco Borgonovo, devra signer une reconnaissance de dette à Ferrari et la 166 sera livrée… mais avec une boîte de vitesses dont la cinquième ne passe pas ! (2)

Bignami demande à l’usine Ferrari de remédier au problème, mais celle-ci y met une telle mauvaise volonté (les 166 officielles sont engagées dans la course !) que Fangio devra courir sur l’autodrome de la banlieue milanaise avec seulement quatre rapports ! Manque de pot pour Ascari et Villoresi, leurs Ferrari sont sujettes à problèmes divers et sont finalement devancées par celle de l’Argentin pas mécontent du bon coup qu’il vient de jouer à ses adversaires, et à son « fournisseur ». A cette victoire s’ajoute celle d’Albi sur le circuit des Planques quinze jours plus tard obtenue avec la Maserati, et c’est avec ce sixième succès en dix participations que le 25 août, la fine équipe revient à Buenos Aires. Son chef de file est accueilli comme un héros par tout un peuple et le fier président Perón se fait fort de serrer dans ses bras le nouvel as du volant.

Au terme de cette campagne européenne éclatante, Juan Manuel Fangio a gagné bien plus qu’une gloire méritée mais éphémère : il a prouvé qu’il pouvait lutter avec les plus grands et surtout, il revient avec la promesse d’un contrat pour 1950 avec la prestigieuse écurie Alfa Romeo. La légende est en marche.

Une image qui va symboliser les années cinquante à venir : Fangio à l’attaque © Jean Ribière

(1) L’Angleterre n’avait pas encore reconditionné en circuits les multiples aérodromes militaires construits durant la guerre sur son territoire, et l’Allemagne était maintenue en dehors des débats, on se doute pourquoi.

(2) La somme totale sera finalement réglée par l’État argentin pour permettre à la Ferrari d’être munie d’une boîte… complète.

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le !

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

Visitez notre boutique en ligne :

Vos commentaires les plus récents :

D’autres articles à découvrir :

5 6 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

8 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments

Contribuez à Classic-Courses

Pour raconter l’histoire de la course automobile, il nous faut du temps, de la documentation, des photos, des films, des contributeurs de tous âges et des geeks qui tournent comme des F1 !

Nous soutenir

Pour que notre aventure demeure bénévole et collaborative et que nous puissions continuer à écrire nos articles au gré de nos envies, en toute indépendance.