Ciao Uderzo !

0 0 voter
Évaluation de l'article

Il était né Alberto Uderzo, italien de par ses parents étant venus chercher fortune en France, et est devenu Albert lors de sa naturalisation en 1934. On ne va pas vous bassiner sur la carrière de celui qui, avec son ami René, a révolutionné la bande dessinée française à l’aube des années soixante. D’autres sites que Classic Courses sont plus à même de vous instruire sur le sujet, vous avez l’embarras du choix. On préfèrera s’attarder sur l’autre passion de ce travailleur acharné.

Pierre Ménard


Ses origines transalpines y sont pour beaucoup : Albert Uderzo était un fan prononcé de Ferrari. Il en possédait quelques-unes et était un des membres éminents du Club Ferrari France, dont il fut le président durant quelques années. Ce goût pour les chevaux et carrosseries de Maranello était d’ailleurs un des rares points de discorde avec son ami René Goscinny.

Astérix et Obélix
Astérix et la serpe d’or © Editions Dargaud

Les droits d’auteur d’Astérix autorisèrent le dessinateur à s’offrir le luxe de posséder plusieurs modèles routiers du Cavallino Rampante à compter des années soixante-dix, dont une rarissime F40 LM de 1991 ainsi qu’une non moins estimable 512 M de 1971. Il lui arrivait de piloter en circuit, et c’est ainsi qu’un jour, il convainquit son scénariste préféré de monter dans un de ses bolides rouges pour quelques tours de piste. Goscinny en redescendit, un peu plus blanc que d’habitude, et avoua n’avoir pas du tout aimé l’expérience.

Absolument pas passionné par la chose mécanique, l’auteur au sourire malicieux et à l’œil vif ne comprenait pas vraiment qu’on puisse à ce point s’investir (dans tous les sens du terme) dans quelque chose d’aussi futile que les voitures, fussent-elles les plus belles du monde. Il n’empêche ! Il accepta d’insérer dans ses scénarios quelques clins d’œil au monde de l’automobile sportive, sur les recommandations expresses de son alter-ego dessinateur.

Astérix
Astérix et les Normands © Editions Dargaud

Sur la route qui les mène à Lutèce dans La serpe d’or, Astérix et Obélix ne trouvent pas de logement libre à Suindinum pour cause de foule assistant à une grande course très populaire. Dans Les Normands, le jeune Lutécien Goudurix déboule à tombeau ouvert dans le village gaulois juché sur un petit char « lowline » venant de l’autre côté des Alpes. Et dans Astérix gladiateur, on assiste à une tactique de course très efficace, mais que les zélés commissaires de nos Grand Prix actuels auraient à coup sûr fermement condamnée !

Astérix et Obélix
Astérix gladiateur © Editions Dargaud

Laissons enfin la parole à notre ami Bernard Asset qui nous fait l’honneur – et le bonheur – de nous offrir deux photographies qu’il avait prises il y a trente-cinq ans lors d’un reportage sur les belles carrosseries rouges du dessinateur disparu : « Christian Philippsen avait publié un livre sur Albert Uderzo, De Flamberge à Astérix [Ed. Albert René-1985, NDLA], dont j’avais fait la couverture. Je devais le prendre en photo, l’œil malicieux regardant sur la droite où on retrouverait tous les personnages qu’il avait dessinés. Du coup, on en avait profité pour faire des clichés de ses Ferrari dans le garage de sa maison secondaire dans les Yvelines. Il nous avait bien reçus, on sentait le véritable fana de la marque. Il n’y avait « que » trois ou quatre Ferrari, mais par la suite je sais qu’il en a eu d’autres. Il ne me reste pas énormément de photos de ce jour-là. À l’époque, on faisait presque des studios sur place : j’avais tout amené au niveau du matériel, et c’était un peu lourd en manutention. Donc j’avais fait du moyen format, en 6×7, et comme je ne pouvais pas les scanner toutes il y a quelques années, j’ai fait une sélection très serrée. J’en ai cinq numérisées, pas plus. Il y en a une que j’aime bien, c’est un portrait où il porte une chemise en jean avec un petit Astérix brodé sur la poche. Et, dépassant de la poche, on avait mis le porte-clés Ferrari ».

Albert Uderzo
Albert Uderzo et le porte-clés Ferrari © Bernard Asset
0 0 voter
Évaluation de l'article

Pierre Ménard

Illustrateur de formation et passionné de Formule 1, il collabore à la revue Auto-Passion de 1993 à 2001, ainsi qu’à l’annuel L’Année Formule 1 de 1996 à 2013. En 1997, il participera par le graphisme au début de l’aventure Prost Grand Prix. En 1999, Pierre Ménard produit la Grande Encyclopédie de la Formule 1, aux Editions Chronosports, ouvrage réédité à quatre reprises. Il est également le co-auteur, avec Jacques Vassal, de biographies sur Juan Manuel Fangio, Stirling Moss, Alberto Ascari, Niki Lauda, Ayrton Senna et Alain Prost dans la collection Les légendes de la Formule 1, toujours aux Editions Chronosports. Il a également collaboré à l’élaboration du livre de Jean-Claude Baudier La magie du diorama, aux Editions du Palmier. En tant que journaliste historique, il écrit dans le magazine Automobile Historique de 2001 à 2005, et depuis 2012 dans Grand Prix. Il a rejoint feu Mémoire des Stands en 2008 et fut associé à l’aventure Classic COURSES dès septembre 2012.

Pierre Ménard
S’abonner
Notifier de
guest
8 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Eric Bhat

Merci Pierre pour cet hommage au deuxième papa d’Astérix et Obélix. Tu le soulignes dans ton texte, Bernard Asset a réalisé un portrait-symbole assez extraordinaire . Cet écusson Ferrari qui déborde de la poche de la chemise d’Uderzo, sous l’oeil complice d’Astérix, dit tout de sa passion pour les chevaux de feu de Maranello. Les lecteurs de Classic Courses savent sans doute qu’Uderzo était également l’auteur du coq Matra, liant à jamais l’illustrateur aux succès des voitures bleues : je l’ai appris ce matin sous la plume de l’érudit Michel Mallier. Pour ma part, j’ai eu la chance de croiser… Lire la suite »

JF Bouzanquet

Uderzo à un petit côté « Jay Leno » avec sa chemise en Jean , sur cette photo ! Je ne savais pas pour le coq Matra ……. Merci Classic Courses pour toutes ces anecdotes.

laurent riviere

La photo de Bernard Asset que Pierre Ménard a choisie nous montre Albert Uderzo au comble du bonheur dans sa Ferrari F40. Comme il est rappelé son talent lui permit d’acquérir des rares Ferrari de compétition qu’il faisait rouler en gentleman driver sur circuits. Sur le site les amis du circuit de Gueux on peut voir sa Ferrari 512 BB de compétition qui courut avec Jean-Claude Andruet et Spartaco Dini aux 24 H du Mans 1978 et avec laquelle il s’était rendu à Reims en 1984.

Philippe Vogel

Bonjour et merci pour cet hommage à celui qui a eu ce bonheur extraordinaire de posséder et piloter une Ferrari 512M, le bolide de mes rêves…

Toutefois, en quelsques mots, rappelons qu’il fut aussi le dessinateur originel des non moins célèbres aviateurs français Tanguy & Laverdure.

Bien sportivement ! Philippe Vogel

Pascal Goudal

Il avait dessiné une planche unique pour P.Bardinon pour son musée du Mas du Clos relatant le visite d’Astérix et Obélix dans la fabrique de chars de compétition Ferrari en la présence du Commendatore.

samalens

il était également l’auteur du logo des automobiles CG (Chappes & Gessalin)
https://www.lemonde.fr/m-voiture/article/2016/01/22/les-cg-sportives-francaises-ultra-light_4851902_4497789.html