Rétromobile 2019 – Des souris et des hommes – 4

Nous poursuivons notre visite de Rétromobile 2019 avec les stands Bugatti qui mettent en valeur leur histoire et ses perspectives, Dppi associés aux Editions Cercle d’Art avec la sortie du second tome de leurs archives légendées par deux monuments : Manou Zurini et Johnny Rives, Fiskens qui nous font profiter d’une collection 2019 toujours exceptionnelle et d’un hall à l’autre nous revenons brièvement sur l’exposition Mini. D’une part parce qu’elle en en phase avec le titre de cette série de compte rendus et d’autre part parce qu’elle nous a furieusement rappelé  une planche de Gaston Lagaffe. Episode 4.

Olivier Rogar

Lire aussi

Rétromobile 2019 -Des souris et des hommes – 1
Rétromobile 2019 -Des souris et des hommes – 2
Rétromobile 2019 -Des souris et des hommes – 3
Rétromobile 2019 -Des souris et des hommes – 4
Rétromobile 2019 – Des souris et des hommes – 5

Bugatti 110 ans d’histoire

Rétromobile 2019
Stand Bugatti – Rétromobile 2019 © Olivier Rogar – www.classiccourses.fr

Le groupe VW à Rétromobile c’est Bentley, Lamborghini et Bugatti. Histoire. Exception. Excellence. Chez Bugatti la sobriété du stand est dominé par l’ensemble moteur-boîte de la Chiron. Dimensions inhabituelles. Caractéristiques hors normes.  W16. 4 turbos. 8L. 1500 ch. 700 kg. On mesure le talent des stylistes à leur capacité à intégrer un tel moteur dans la voiture.

L’entretien informel que nous avons  avec Guy Coquelin,  Directeur de Bugatti pour l’Europe et la Russie,  s’enclenche directement :

GC :  « Classic Courses, vous allez me demander si on a l’intention de faire de la compétition ? « 

CC : Tout juste cher Monsieur. Mais que la réponse soit négative, probable, ou positive, scoop, veuillez nous expliquer.

GC :  La philosophie de Bugatti, sa raison d’être est de créer ce qui se fait de plus exceptionnel en matière automobile. La voiture pèse 1995 kg, ce qui exclu toute notion de compétition sur circuit. Par contre elle a une vitesse de pointe de 420 km/h qui en fait la voiture la plus rapide du monde dans des conditions de sécurité normales. ( NDA : On sait que la limite vient des pneumatiques et que la Bugatti  pourrait probablement atteindre 500 km/h avec des pneus adaptés. Qui n’existent pas à ce jour, même si on prête à Michelin des études avancées à ce sujet). On a une voiture à tous  points de vue exceptionnelle qui peut se conduire simplement, extrêmement souple, progressive et sécurisante.

CC : Combien allez-vous en fabriquer ?

GC : Il est prévu d’en fabriquer 500, soit 50 de plus que de Veyron, avec un rythme d’environ 85 voitures par an.  300 sur les 500 ont déjà été commandées.

Rétromobile 2019
Guy Coquelin – Automobiles Bugatti Directeur Europe et Russie – Rétromobile 2019 © Olivier Rogar – www.classiccourses.fr

CC : Les pays émergents, Chine, Inde,  et les USA sont ils les principaux marchés pour une telle voiture ?

GC: Contrairement à ce que beaucoup pensent, le principal marché de cette voiture est l’Europe.  La Suisse, le Royaume Unis et l’Allemagne étant les pays les plus demandeurs. Et plusieurs de nos clients possèdent plusieurs Bugatti. La Chine ne favorise pas l’importation de ce type de voitures. Par contre on a des propriétaires chinois qui les font rouler en Europe ou aux USA.

CC : Cette année, vous avez mis en avant la Bugatti 55, dont on doit le style à Jean Bugatti, le fils d’Ettore. Lui qui aurait pris le relais de son père  sans le fatal accident de 1939.  Et de façon plus étonnante mais très bienvenue, la EB 110. Elle est le fruit de la brève relance de la marque par Romano Artioli entre 1987 et sa faillite en 1995.

GC : Oui nous voulons que se maintienne et s’entretienne le fil de l’histoire de Bugatti. Il nous a semblé normal de réintégrer la EB 110 dans cette histoire. Dans notre histoire.

C’est donc sur la EB 110 que s’est achevé ce bref entretien. Elle est le point de jonction entre l’ancienne histoire achevée en 1963 avec le rachat par Hispano Suiza et le chapitre actuel voulu , désiré et orchestré par Ferdinand Piëch, l’ancien Président du groupe Volkswagen. Une histoire qui doit être le porte étendard de la capacité du groupe à produire des objets roulants défiant tous les superlatifs. Seul le ciel est la limite ! D’ailleurs on peut imaginer que les pertes subies lors de la production de la Veyron seront amorties en partie avec celle de la Chiron. Le tarif de la voiture ayant quasiment doublé.  Mais loin de nous l’idée de parler de choses triviales, d’autant plus que le prix lui non plus n’a pas de limite, sinon celle de l’imagination de l’acheteur  !

Rétromobile 2019
Bugatti EB110 – Rétromobile 2019 © Olivier Rogar – www.classiccourses.fr

Bugatti aujourd’hui est à la voiture ce que les plus grands couturiers sont à la mode, Berlutti aux chaussures ou Richard Mille à la montre. Un concept store a ouvert à Munich, un autre prochainement à Monaco.  On peut y choisir sa  voiture, se faire conseiller pour le choix difficile entre des milliers de combinaisons et  patienter pendant les deux années de délais d’attente en  complétant sa garde robe avec des vêtements Bugatti fabriqués en Italie.

Marqueur évident de l’importance prise par le Salon Rétromobile dans l’image de marque des constructeurs, on pouvait y croiser plusieurs PDG de grandes marques, y compris celui de Bugatti, Monsieur Stephan Winkelmann, qui exerçait précédemment ses talents au sein du groupe, chez Audi puis comme PDG de Lamborghini.

Rétromobile 2019
Stephan Winkelmann – PDG Automobiles Bugatti – Retromobile 2019 © Olivier Rogar -www.classiccourses.fr
Moteur Bugatti Chiron - Rétromobile 2019 © Olivier Rogar -www.classiccourses.fr
Moteur Bugatti Chiron – Rétromobile 2019 © Olivier Rogar – www.classiccourses.fr
Rétromobile 2019
Moteur Bugatti Chiron – Rétromobile 2019 © Olivier Rogar – www.classiccourses.fr

 

Dppi et les Editions  Cercle d’Art

Rétromobile 2019
Car Racing 1966 – Rétromobile 2019 © Olivier Rogar -www.classiccourses.fr

Dppi, l’agence dont le copyright souligne les photos dans tous les magazines de sport automobile existe depuis 1965. C’est la plus ancienne ! Cinquante trois années d’archives. Celles d’une époque en or pour la passion. Celles de la passion pure partagée par public et pilotes. Celles d’un esthétisme qui devait autant aux personnages qu’au dessin des autos. Celles d’une pureté mariant l’absence de publicité et le piqué de négatifs noirs et blancs.

Quant aux Editions Cercle d’Art elles ont été créées en 1949 sous le « parrainage » de Pablo Picasso. Reprises en 2014 par Richard Mille, elles se consacrent au livre d’art de prestige.

Rétromobile 2019
Car Racing 1966 – Retromobile 2019 © Olivier Rogar -www.classiccourses.fr

Le trésor quelque peu endormi de Dppi et le talent des éditeurs ont donné naissance à une série d’annuels débutant avec 1965, suivi depuis Rétromobile 2019 par 1966. . Ils reprennent des photos de chaque année légendées par les deux monuments que sont Manou Zurini, l’un des fondateurs et piliers de l’agence et Johnny Rives, l’un des plus grands  journalistes que la F1 ait connu. Celui que sa sensibilité met naturellement en résonance avec l’esprit du pilote. Celui qui observe, décrit et vous laisse juge. Celui dont les pilotes sont toujours les amis.

Rétromobile 2019
Johnny Rives – Manu Zurini – Rétromobile 2019 © Olivier Rogar -www.classiccourses.fr

Les deux ayant légendé chaque photo, on devine assez facilement l’auteur par la différence d’approche. Manou Zurini, le photographe  vous prend par le bras et à témoin : il vous montre ce que vous devez voir. Il vous tutoie d’ailleurs. Johnny Rives  vous explique discrètement pour que vous compreniez ce qu’il y a à voir. Et cette différence est fascinante. Bravo à ceux qui ont l’idée d’un tel équipage pour ce beau livre.

Est-il nécessaire de  souligner la qualité de l’ouvrage ? Tirage exceptionnel, qualité de mise en page, tout lui confère un statut particulier. Et l’on imagine le travail qu’il y a derrière celà pour nous donner le plaisir de  nous évader vers ces années. A-t-on idée de la vie sauvage d’un négatif photo au sein d’une agence ? Rayures, coups de crayon, coups de ciseaux, poussière… Il faut donc d’abord effectuer la sélection, puis les scanner en très haute définition  et ensuite les « nettoyer » et là, mieux vaut être zen car ça prend tu temps et de l’énergie ! Mais le résultat est là, superbe. Et au vu des dédicaces interminables sur le stand, il semble que les lecteurs ne s’y soient pas trompés.

Et dire qu’il va falloir attendre 2020  pour lire 1967 …

Rétromobile 2019
La dream team Dppi – Rétromobile 2019 © Olivier Rogar -www.classiccourses.fr
Rétromobile 2019
Olivier Bonamy – Johnny Rives – Rétromobile 2019 © Olivier Rogar -www.classiccourses.fr

Fiskens – Quality as usual

Tartan déployé, le team Fiskens est présent comme tous les ans. Gregor que l’on connait mais aussi Dougal son frère. Le stand ne désemplit pas. Il est certain que si toutes les ventes ne se font pas à Rétromobile,  le salon est la vitrine principale du marchand. En fait Fiskens est davantage un courtier qu’un marchand. Il prend en charge vos voitures et se fait commissionner sur la vente. Expérience, savoir-faire, relationnel, du fin fond de l’Ecosse au centre du marché européen en passant par les pistes de Goodwood ou de Monaco, Fisken est omni-présent. Un petit mot sur le brexit et la voiture ancienne. Pas trop d’inquiétude.  Par contre sur les voitures neuves …

Parmi les voitures exposées, deux ont été pilotées par Jean-Pierre Jarier. La Daytona et la Shadow. Shadow pilotée il y a deux ans à Monaco par Gregor Fisken avec une 5e place du Grand Prix Historique.

Rétromobile 2019
Fisken – Rétromobile 2019 © Olivier Rogar -www.classiccourses.fr
Rétromobile 2019
Bentley 6.5L 1927 – Chassis BX2411-Matching numbers-Rétromobile 2019 © Olivier Rogar -www.classiccourses.fr
Rétromobile 2019
Aston Martin DB4 GT Zagato – Chassis 0181L – Rétromobile 2019 © Olivier Rogar -www.classiccourses.fr
Rétromobile 2019
Aston Martin DB4 GT Lightweight 1960-Chassis 0124R – Rétromobile 2019 © Olivier Rogar -www.classiccourses.fr
Rétromobile 2019
Alfa Romeo 33 3 1970-Chassis 7508.009-Vainqueur Brands Hatch 1971 Pescarolo-De Adamich-Rétromobile 2019 © Olivier Rogar -www.classiccourses.fr
Rétromobile 2019
Ferrari GTB4 Daytona Competizione 1972-Chassis 15685-Rétromobile 2019 © Olivier Rogar -www.classiccourses.fr
Rétromobile 2019
Shadow DN5 1974 – Chasis 4A ex JP Jarier – Retromobile 2019 © Olivier Rogar -www.classiccourses.fr
Rétromobile 2019
Jean-PIerre Jarier et Gregor Fisken Monaco Historic GP 2016 – Retromobile 2019 © Olivier Rogar -www.classiccourses.fr
Rétromobile 2019
Gregor Fisken Monaco Historic GP 2016 – Shadow DN5 1974 – Chasis 4A ex JP Jarier – Retromobile 2019 © Olivier Rogar -www.classiccourses.fr

Mini, Mini …. M’enfin !

Même la mini finit par prendre de l’âge. Pourtant à la voir elle semble avoir la sveltesse d’une jeune fille par rapport au modèle actuel.  De quoi donner des idées que les taxateurs fous n’ont pas encore eues. Alors nous n’irons pas plus loin !

Rétromobile 2019
Mini Cooper – Rétromobile 2019 © Olivier Rogar -www.classiccourses.fr
Rétromobile 2019
Mini collection – Rétromobile 2019 © Olivier Rogar -www.classiccourses.fr
Rétromobile 2019
Même moi je pourrais me l’offrir © DR
Rétromobile 2019
A ce prix là même moi je pourrais m’en offrir une ! – Rétromobile 2019 © Olivier Rogar -www.classiccourses.fr
Rétromobile 2019
Même moi je pourrais me l’offrir © DR
Rétromobile 2019
M’enfin ! – Rétromobile 2019 © Olivier Rogar -www.classiccourses.fr

A suivre…

 

Olivier Rogar

Olivier collabora avec « Mémoires des Stands » puis, à sa disparition, en 2012, il créée Classic COURSES avec les encouragements de Pierre Ménard et Johnny Rives. L’esprit d’entreprise qui l’habite trouve dans le sport automobile les valeurs de précision, de prise de risques, de rapidité de décision dont la maîtrise conditionne toute réussite.

Olivier Rogar has 60 posts and counting. See all posts by Olivier Rogar

8 pensées sur “Rétromobile 2019 – Des souris et des hommes – 4

  • A propos de l’Alfa 33 soi-disant dans sa configuration de Brands Hatch 71, il est dommage qu’elle soit complètement fausse dans sa partie avant, puisque lors de cette course elle n’avait pas de phares.
    Une fois de plus, on constate que les gros moyens financiers et le respect de l’exactitude historique ne vont pas forcément de pair. Evidemment, 98% des visiteurs de Rétromobile n’y ont vu que du feu, mais pour les 2 autres %, c’est agaçant.

    Répondre
    • Olivier, il y a malentendu. J’ai fait référence à la victoire de Brands- Hatch qui est la principale de ce châssis. Ce qui ne signifie pas que celui-ci est en configuration Brands-Hatch aujourd’hui. Quant aux marchands, ils sont historiens jusqu’aux n° de châssis et de moteurs. Les clés de voûte de leur crédibilité. Le reste relève pour eux de l’accessoire cosmétique.

      Répondre
      • Si elle n’est pas en configuration Brands Hatch, pourquoi l’avoir affublée du n°54 qui était justement celui de sa victoire à Brands Hatch ? Il suffisait de lui donner le n°34 et on avait la version de Sebring qui elle, bien sûr, avait des phares.

        Répondre
  • Mouais !
    80 euros , c’est qd meme pas donné , surtout si je compare aux 50 à 60 que m’ont couté chacun des les livres de photos de Schlegelmich ( pas un manche de l’appareil photo ) , bien imprimé aussi et couvrant ces memes années 60 .
    Et tous très très loin derrière l’excellentissime livre en 2 tomes de photos et commentaires de B.CAHIER

    Répondre
  • Allons, allons, la Shadow DN5, c’est 1975…
    Peut-être que « Monaco » a eu pour effet de vous rappeler la 3ème place de Godasse de plomb en 1974. Mais c’était avec une DN3 dont la boîte à air tremblotante laissait penser qu’elle pouvait ne pas aller jusqu’au bout.
    Si j’avais su que cette voiture était à Rétromobile, j’aurais fait le déplacement sans hésiter (je crains toujours un peu la vue des cheveux gris, masculins à 90%. Eh oui).

    Répondre
    • Ferdinand, la Shadow DN5 est présentée par Fiskens comme ayant été conçue en 74 pour les saisons 75 puis 76. Elle est sensationnelle. c était bizarre, il y a deux ans, de présenter à Jarier le nouveau pilote de « sa » voiture.

      Répondre
  • Quel plaisir de revoir cette Shadow sur le stand Fiskens. Hasard heureux, en même temps que Jarrier et Zurini, vieux complices se gondolaient de rire en se remémorant leurs frasques.

    Répondre
  • Ping :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.