Pau 2015 : Où est Lewis ?

Comment juger hier avec un regard d’aujourd’hui ? C’est en substance la question posée par Bertrand Allamel. Paradoxe des courses historiques. S’y croisent des voitures anciennes préparées avec les méthodes, les outils, les consommables et les matériaux d’aujourd’hui, des pistes parfois anciennes mais auxquelles la sécurité moderne a apporté des modifications qui en ont changé la nature, des hommes enfin que la passion conduit à affronter des risques sans que leurs conséquences physiques éventuelles puissent être considérées comme des impondérables acceptables.

L’esprit s’adapte aux situations, le contemporain d’époques troublées, dictatures, révolutions, guerres évoluant dans ce qui est devenu sa norme peut sembler un héros au regard de celui qui est en dehors de cette norme. (On peut d’ailleurs se demander si le gladiateur romain ne verrait pas un héros en l’employé de bureau multi-tâches actuel…). Ce décalage expliquant la réponse mainte fois entendue des résistantes ou résistants dont on s’étonne aujourd’hui du courage, répliquant modestement  » je n’ai fait que mon devoir ». Sans s’éloigner du sujet, sur une période de temps relativement courte,  quelques décennies, le contexte dans lequel notre société a évolué a fortement changé. Les passages d’une population rurale à une population citadine, d’un besoin de satisfaction « vitale » à un besoin consumériste, d’un fatalisme mystique au désir d’être « éternel » nous ont porté loin du stoïcisme de nos ainés. Ainés pour lesquels être un homme était avant tout ne pas faire étalage de ses sentiments, de ne pas exprimer son ressenti, d’être capable d’affronter le risque d’un jeu volontaire sans exprimer la crainte de sa possible issue.

Pilotes et spectateurs ont évolué de la même façon. Ils refusent aujourd’hui des choses qu’ils acceptaient hier. On ne peut que s’en satisfaire. L’esprit d’un « racer » reste le même. Si les qualités physiologiques ont sans doute évolué, Les qualités physiques et psychologiques nécessaires sont identiques. Ceci n’empêchant les « Classic » que nous sommes, de penser que le supposé pinacle de la course moderne, la F1,  est moins sélectif que par le passé.

Classic COURSES

Alors c’est donc ça, la F1 des années 60. Pour ceux qui, comme moi, n’ont pas connu cette époque, le Grand-Prix historique de Pau permet de se faire une idée. On peut lire des récits, visionner des photos ou des vidéos, rien ne vaut de voir à l’œuvre ces machines mythiques, dans une ambiance festive – baraques à frites / expo de vieilles bagnoles – fort sympathique.

Évacuons tout d’abord la déception : le plateau est assez restreint, je m’attendais à voir plus de voitures. On a un peu l’impression d’une splendeur passée. Un événement qui aurait connu de grandes heures et qui peine à maintenir son standing. Opinion personnelle. Il faut reconnaître que la tâche ne doit pas être aisée pour les organisateurs. Ceci étant posé, l’ensemble sent bon la mécanique et le sport auto. On peut se balader dans le paddock, approcher de près, discuter avec les propriétaires de ces reliques d’un autre temps. C’est d’ailleurs ce qui fait le charme de ce grand-prix historique. La course en elle-même, la compétition entre les pilotes, je n’ai pas réussi à m’y intéresser. Je suis venu voir ces voitures pour stimuler mon imaginaire, mettre un ressenti, des bruits, des odeurs, sur les histoires qu’on m’a racontées.

grand prix historique de pau,pau 2015

Essayergrand prix historique de pau,pau 2015 de revivre un peu l’épopée de Jim Clark et Graham Hill. Ça devait être quelque chose, l’époque des gentlemen drivers, la mécanique de débrouille, et la mort au tournant. C’est malheureux à dire, ces voitures sont magnifiques, mais  on se rend compte quand on les voit de près, que ce sont des cercueils roulants. Et toute la journée, cette même question qui me taraude : faut-il regretter cette époque ? Est-ce cette exposition à la mort qui rendait ces pilotes si charismatiques et la compétition si exaltante ? Il me revient alors les propos du philosophe René Girard (« Des choses cachées depuis la fondation du monde ») : celui qui est promis à la mort (le bouc-émissaire ou la victime sacrificielle) inspire une vénération terrifiée durant son « sursis d’immolation ». Comme si la foule vivait par procuration cette expérience du défi de la mort. Bref, pendant que je sur-intellectualise, les Mini du trophée Maxi 1000 entrent en piste, ce qui me laisse le temps de monter au parc Beaumont pour m’installer en vue des essais des catégories les plus attractives. Surprise au virage du Pont Oscar : ces Mini sont de petites bombes ! Et c’est assez amusant à regarder. Le speaker n’en a que pour Eric Hélary, qui remportera d’ailleurs la course le lendemain. Il faut dire qu’outre son palmarès impressionnant, sa conduite spectaculaire attire le regard. Sur trois roues au freinage, la Mini se relance en glissant dans un bruit affolant. On devine à travers l’habitacle l’amusement et le plaisir du pilote que l’on voit braquer et contre-braquer avec aisance.

grand prix historique de pau,pau 2015grand prix historique de pau,pau 2015Je m’installe à la tribune Foch. Les Mini rentrent au paddock et laissent la piste aux catégories  Endurance GT pré 77, puis F3 Classic. Pas mal, distrayant. Nouvelle surprise : les pilotes ne sont pas là pour se balader, mais bien pour courir ! Elles sont peut-être historiques et précieuses, ces voitures restent des engins de compétition. Je m’étonne de cette fougue quand une F3 vient taper violemment le rail. Train avant plié. Ce n’est donc pas une parade, intéressant …
Finalement, ce sont les F1 qui offrent le moins de spectacle. A cause de ce plateau réduit. Peu importe, il reste l’émotion de voir rouler ces quelques voitures légendaires : ça glisse, et surtout ça hurle, et ça, on en n’a plus trop l’habitude…  Les livrées vert et or de la Lotus, Rouge et vierge de sponsor de la Ferrari, bleue de la Cooper, font revivre aux rues de Pau des souvenirs d’un âge d’or qui doit leur manquer. Ma fille de six ans qui m’accompagne sagement me demande : « il est où Lewis ? » « – C’est demain, dans une autre ville qui s’appelle Monaco » lui dis-je, prenant conscience du grand écart historique.

Bertrand Allamel – juin 2015 

Crédit photos : Bertrand Allamel 

 

4 pensées sur “Pau 2015 : Où est Lewis ?

  • Oui pour courir en Historique, je confirme qu’on est pas là pour parader. Ca frotte, ça se bagarre comme en « vrai » et on retrouve cette camaraderie que j’avais connu en aéro-club.
    Écrit par : Philippe ROBERT | 06/06/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre
  • Très juste regard sur l’écart monstrueux séparant ces 2 époques. L’une épique, l’autre clairement moins. Je le dis d’autant plus facilement que je ne suis « pas assez âgé » pour avoir connu l’autre.

    Après avoir lu ici même les « 4 tomes » de Pierre sur la carrière d’Alain Prost, on se rend d’ailleurs compte que ce dernier a vécu la période charnière entre ces 2 mondes. L’ère Bernie ayant fait passer les pilotes du « sandwich tous ensemble sur un aileron (ou une roue) » au « déjeuner avec de soit-disant VIP » dans un énorme « Village de pauvres » à 3000 boules le ticket et des garde-chiourmes à tous les coins du paddock…

    Ce qui est très drôle dans cette phrase de votre fille : « Mais où est Lewis ? » est que dans les années soixante, tous les grands pilotes de F1 se mesuraient aussi en F2 au milieu de jeunes pilotes en devenir à Pau comme ailleurs… Imaginer cela dans des course de FR3.5 ou GP2 aujourd’hui est tout bonnement impossible… Symptomatique de l’époque actuelle comme l’idée de la « mort au tournant ». La vérité sort donc toujours de la bouche des enfants.
    Écrit par : flugplatz | 07/06/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre
  • Je garde un excellent souvenir de Pau à l’époque où je couvrais le GP historique pour un beau magazine aujourd’hui disparu. Pour moi, le tracé béarnais est même plus spectaculaire que celui de Monaco. Assister à l’arrivée « plein badin » des grosses F1-Cosworth des « mid 70’s » au freinage de la chicane dite du Croisement avant la descente dans l’étroite rue qui ramène la meute vers les stands était un grand moment. Et il y a avait du beau monde à l’époque, le gratin des pilotes F1 histo (anglais pour la plupart). Et en fin d’après-midi au terme d’une journée bien remplie, aller se ressourcer à la Terrasse des Pyrénées avec une bière et un Partagas (désolé monsieur Evin) avec les Pyrénées encore enneigés en face de soi faisait partie des moments privilégiés. Merci Bertrand pour ce compte-rendu.
    Écrit par : Pierre Ménard | 07/06/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre
  • C’était en 1965. Ou à peu près. Je m’étais acheté une place de tribune à la sortie du pont Oscar. Les voitures, qui remontaient de la gare et de son célèbre virage en épingle à cheveux, entraient sous le pont dans un méchant gauche. Il y avait les formules 3 1000 centimètres cubes, que l’on n’appelait peut-être pas encore les screamers, mais dont les moteurs culbutés sortaient quand même une centaine de bourrins hurlants, par la grâce de sorciers comme Belkechout ou Novamotor. Je me souviens d’une écurie nommée Peter Sellers Racing Ltd, appartenant au célèbre acteur britannique immortalisé par le rôle de Clouzeau dans « La Panthère Rose ». Je me souviens aussi de la course des formule 2, toujours des 1000 centimètres cubes, mais avec de féroces culasses à ACT, et surtout de très grand pilotes. Je me souviens de Jim Clark et de Graham Hill qui pulvérisaient les chronos en ayant l’air de se promener, alors que Brabham semblait se battre avec sa voiture à moteur Honda. Je me souviens du Grand Prix de Pau 1965. Un peu, juste un peu.
    J’ai fréquenté assidument Montlhéry à l’époque où ces autos couraient entre « modernes ». J’ai ensuite continué à fréquenter Montlhéry pour le Grand Prix de l’Age d’Or. Juste pour le plaisir de replonger dans un passé qui s’éloigne de plus en plus, de moins en moins facile à retrouver, mes neurones commençant à s’oxyder sérieusement.
    Tiens, je viens de me décider à secouer ma vieille carcasse et à la sortir de mon terne village picard pour aller une dernière fois à l’Age d’Or à Dijon, et au Mans Classic, histoire de réveiller les fantômes qui sommeillent encore dans les circonvolutions de mon cerveau…..
    Écrit par : Raymond Jacques | 11/06/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.