27 octobre 2015

F1 2015 : Le billet de Johnny Rives – USA 16

GRAND VAINQUEUR ET GRAND VAINCU

Un instant de relâchement infime dans son effort de concentration et tout s’est effondré brutalement autour de Nico Rosberg. Tout ? On peut le craindre. Cette erreur minuscule risque d’avoir des conséquences énormes. Elle a compromis bien plus qu’une victoire. Laquelle, aussi belle eut-elle été, serait pourtant apparue comme anecdotique dans cette saison où, à une exception près (le G.P. d’Espagne) où Nico a été dominé par Lewis Hamilton. Le drame, car c’en est un, est que les conséquences de cet instant d’oubli, aussi infime fut-il, paraissaient sur le podium du G.P. des Etats-Unis insondables, infinies. Tandis que Lewis ne maitrisait pas sa joie d’être devenu champion du monde pour la troisième fois, le visage fermé de Nico reflétait un malaise terrible. Pire : un profond mal-être. Comme s’il venait de perdre tout espoir de réaliser un jour le grand espoir qui a été sa raison de vivre jusque là. Un malaise si fort qu’il paraissait inhiber Vettel lui-même, plein de retenue dans ses félicitations à l’heureux vainqueur. Et même Hamilton, qui semblait ne pas oser exulter autant qu’il l’aurait souhaité.

                                                                        Johnny RIVES.

Tout avait pourtant bien commencé pour Nico Rosberg. Ou presque. Au départ, il avait commis l’erreur de se préoccuper plus de la Mercedes d’Hamilton que de la sienne. Au lieu de rester bien en ligne sur la droite, ce qui l’aurait amené en bonne position à l’entrée du premier virage, en haut de la côte, il s’était laissé gagner par ce qui apparaît désormais comme un réel complexe vis à vis de son équipier et rival.

Il avait obliqué sur la gauche pour tenter de contenir Hamilton. Peine perdue. Les deux Mercedes abordèrent le virage sur une ligne intérieure – la plus mauvaise. Hamilton à gauche de Rosberg ne pouvait faire autrement, en réaccélérant, que de s’écarter vers l’extérieur. Voilà comment Rosberg se retrouva sur le bas-coté. Les Red Bull en profitèrent pour s’intercaler en 2e et 3e positions entre les deux rivaux. Commença alors une bataille à quatre d’une grande intensité.

Sur lajohnny rives,classic courses,grand prix des usa f1 2015,austin,texas,lewis hamilton champion piste humide, les Red Bull se montraient aussi efficaces que les championnes du monde. Peut-être Kvyat et Ricciardo étaient-ils favorisés par la puissance moindre (moins brutale ?) de leurs Renault ancien modèle ? Tant et si bien qu’après la première intervention de la voiture de sécurité (SC) pour permettre de balayer la piste là où les espérances des Williams et de quelques autres étaient éparpillées en petits morceaux de carbone, Ricciardo se payant d’audace réussissait là où le fougueux Kvyat venait d’échouer : ravir la première place à Hamilton (15e tour). Lequel, préoccupé par l’usure de ses pneus intermédiaires antérieurs était le premier des meneurs à en changer (18e tour). Ses rivaux l’imitaient un tour plus tard.

Tous repartaient encore en intermédiaires sauf Vettel, le seul des hommes de pointe en slicks (mais des durs !) Il ne s’en portait ni mieux ni moins bien. Désormais Ricciardo menait avec 3 secondes d’avance sur un groupe emmené par Rosberg devant Kvyat, Hamilton, Vettel et Verstapen au moment où Raïkkonen allait fâcheusement caresser les barrières. La piste séchant, Ricciardo tombait bientôt sous les assauts de Rosberg (22etour). A cet instant, les pneus n’étaient pas encore déterminants, Rosberg (intermédiaires) et Vettel (slicks) se disputant le meilleur tour.
Rosberg comptait un avantage supérieur à 10 secondes quand la SC intervenait encore (arrêt d’Ericsson, 27e tour).

Hamilton, qui venait de déborder Ricciardo, se retrouvait dans le sillage de son équipier. Celui-ci maitrisait bien le relancement de la course. Mais la SC intervenait « virtuellement » au 36e tour, suite à l’accrochage Ricciardo-Hulkenberg. Ce dont tous, sauf Hamilton et Vettel, profitaient pour passer en pneus « slicks ». Mais voilà que le fougueux Kvyat allait percuter les barrières (42e tour). Cette fois la SC intervenait concrètement, décidant Hamilton et Vettel à changer de pneus à leur tour (c’était le 3e changement pour Vettel, à qui on monta des slicks tendres cette fois). Du coup, Rosberg récupérait « sa » 1ere place… jusqu’à ce 48e tour, maudit pour lui et béni pour Hamilton. Quand une étourderie l’amenait hors piste juste le temps nécessaire à Lewis pour lui subtiliser le fauteuil de leader et s’envoler vers un triomphe aussi réel que symbolique !

FILS À PAPA. – Si la question ne se posait pas à propos de Keke Rosberg, qui a du vivre avec beaucoup de désappointement la défaite de son fils Nico, on pouvait s’interroger au terme de ce Grand Prix extraordinaire, lequel de Jos Verstapen  ou Carlos Sainz senior pouvait se montrer le plus heureux ? Max et Carlos junior ont en effet accompli l’un et l’autre des prestations splendides pour le compte de l’écurie Toro Rosso. Qui, finalement, aura – à l’usure et grâce à l’opiniatreté et la combativité de ses deux néophytes – pris l’avantage sur l’écurie Red Bull, sœur et rivale. Verstapen n’a pas commis de pêché de jeunesse en ne tentant pas l’impossible pour empêcher Vettel de lui subtiliser une 3e place qui devait pourtant être bien tentante ! Un peu plus en arrière, Carlos Sainz junior a sorti le grand jeu. A dix tours de l’arrivée, on le pointait en 10e position. Mais Maldonado, Button et Ricciardo purent mesurer à quel point ils ne l’intimidaient guère au cours d’un sprint mouvementé dont chacun se sortit heureusement sans bobo !

johnny rives,classic courses,grand prix des usa f1 2015,austin,texas,lewis hamilton champion

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le !

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

Visitez notre boutique en ligne :

Johnny Rives

Johnny Rives : Une passion terrible, la vitesse

29,00
Johnny Rives

Une passion terrible, la vitesse

Johnny Rives nous livre ses souvenirs de course et partage avec nous les moments forts et les rencontres de quatre décennies passées au bord des pistes. On l'attendait depuis longtemps. Edité par Classic-Courses, Coco-B-Editions et Jamval Editions ce livre de 256 pages, préfacé par Henri Pescarolo contient 165 photos couleurs et noir et blanc.

François Mazet, Mes vies à toute vitesse

24,00
Au début des années 1970 François Mazet était considéré comme l'un des principaux espoirs de la F1 française. Champion de France de F3 1969, il accédait à la discipline reine du sport automobile lors du GP de France 1971 avant de voir sa progression contrariée par la crise pétrolière. Trop vite achevée en 1973, sa carrière s'ouvrait dès lors sur d'autres défis riches d'incroyables rencontres et de paris insensés. La trajectoire de François Mazet est plurielle, tout comme sa vie. Du swinging London des années 1960 à la Citronneraie de Menton, en passant par les paddocks de F1, c'est à un incroyable voyage que ce livre nous convie.    
François Mazet

F2 Pau 1970 - Qualifié en 1e ligne entre Jack Brabham et Jochen Rindt © Archives personnelles François Mazet

Vos commentaires les plus récents :

D’autres articles à découvrir :

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

16 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments

Contribuez à Classic-Courses

Pour raconter l’histoire de la course automobile, il nous faut du temps, de la documentation, des photos, des films, des contributeurs de tous âges et des geeks qui tournent comme des F1 !

Nous soutenir

Pour que notre aventure demeure bénévole et collaborative et que nous puissions continuer à écrire nos articles au gré de nos envies, en toute indépendance.