Fiorano
8 novembre 2020

Avoir ses entrées à Fiorano

Cette note intime, émouvante et nostalgique, explique en quelques lignes l’attachement indéfectible que Rossano Candrini portera à Enzo Ferrari, son mentor tout au long de sa vie. Elle permet de comprendre les notes qui suivront, certes parfois agiographiques mais toujours documentées et vécues au plus près qu’il est possible pour quelqu’un n’appartenant pas à la Scuderia.

Jean-Paul Orjebin, traducteur des souvenirs de Rossano Candrini

Dans la même série :
Rossano Candrini 1



Avoir ses entrées à Fiorano

Enzo Ferrari passait chaque après-midi à Fiorano, et quand ses pilotes testaient les monoplaces, c’était les moments qu’il préférait.

Nous nous connaissons bien le directeur de la piste, le bon Giorgio Ferri, et moi mais malgré mes nombreuses visites faites au Commandatore à Fiorano, je ne me suis jamais habitué, à chaque fois que je pénétrais dans cet endroit magique, je ressentais le plaisir, l’excitation et toujours une certaine crainte, la même que la première fois.

J’espère ne pas commettre de blasphème en affirmant qu’à chacune de mes visites, ma perception était semblable à celle que l’on ressent quand on entre dans un sanctuaire,

Ce qui m’a toujours étonné et que je trouve très agréable, à l’exception des séances d’essais des F1, c’est le silence et le calme qui y règnent, les rares privilégiés qui fréquentaient Fiorano et qui y travaillaient à l’époque du Commandatore avaient nommé le lieu   ′′ Ermitage de Ferrari « , c’était bien vu.

Au milieu des années 70, un matin, le regretté Dino Tagliazucchi, chauffeur-aide de camp du Commandatore, vient me voir au bureau et m’apporte une enveloppe jaune pâle avec un petit cavallino noir au dos et sur l’enveloppe, mon nom écrit à l’encre violette, celle classique de Ferrari.

Dino Tagliazucchi
Dino Tagliazucchi @ DR

C’était une surprise pour moi, j’ouvre l’enveloppe avec fébrilité. A ma connaissance aucun événement important dans le monde des voitures Ferrari ne devait avoir lieu à cette époque. C’était mon anniversaire, à quelques jours près, le 12 mars mais cela ne pouvait justifier ni expliquer cette lettre.

Quelques lignes à l’intérieur, toujours à l’encre violette, accompagnaient une carte d’entrée permanente sur la piste de Fiorano inaugurée quelques temps auparavant.

La surprise a très vite été dépassée par une joie et un bonheur sans mesure.

J’avais 27 ans, les voitures de course et même de routes étaient ma passion, mon passe-temps le plus apprécié et Enzo Ferrari avait pensé à moi, ce cadeau d’anniversaire inattendu m’a ému et rendu fier, ce n’est pas tout le monde qui a l’accès à Fiorano !!

J ‘ai beaucoup profité de ce ′′ laissez-passer ′′ et par conséquent de la fréquentation du Commandatore.

J ‘ ai toujours senti comme un privilège d’entrer dans ce ′′ sanctuaire ′′ et d’accumuler avec le temps tous ces souvenirs avec les pilotes, techniciens, mécaniciens, toutes ces voitures formidables, toujours rouges bien sûr.

Et encore plus pour moi, les souvenirs de ces multiples moments intimes passés avec cet homme formidable, le Commandatore, ses sourires, sa curiosité pour des choses qui me paraissaient parfois futiles, j’étais jeune, je compris plus tard qu’il était un homme extraordinairement curieux et que tout l’intéressait au plus haut point.

Sa conversation me séchait et m’étonnait à chacune de nos rencontres, et pourtant il ne parlait que rarement de course ou de pilotes. Je n’ai jamais été déçu par nos conversations, au contraire j’avais pour lui l’attention qu’un étudiant porte avec plaisir à son professeur lorsque celui-ci a le don de l’empathie, de l’enseignement et la facilité de transmettre sa sagesse. Il m’a beaucoup donné de son savoir, jusqu’à la fin.

Un mois avant de nous quitter, en juillet 1988, par une journée plombée d’une chaleur étourdissante, il m’a convoqué à Fiorano, il souhaitait me faire un dernier salut en personne, moment inoubliable.

Je pense que c’est un véritable privilège d’avoir connu et fréquenté cette personne.

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le !

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

Visitez notre boutique en ligne :

Vos commentaires les plus récents :

  • ferdinand sur ELF : Et les ronds rouges arrivèrent – 1: “Oh, voilà qui est intéressant… J’étais tout gamin à l’époque mais je me souviens des ronds rouges puis des stations…Juin 25, 20:57
  • christian sur Pedro et Ricardo Rodriguez – 2: “Madame Rodriguez quand elle venait à Pau suivre les courses de ses fils pour le Grand-Prix , se restaurait chez…Juin 25, 19:10
  • Olivier Rogar sur ELF : Et les ronds rouges arrivèrent – 1: “Jean-Marc Chaillet a publié d’autres livres par l’entremise du Palmier. Je pense aussi à toutes ces vidéos Elf qui dorment.…Juin 25, 18:16
  • Michel Delannoy sur ELF : Et les ronds rouges arrivèrent – 1: “C’est bon de réveiller des souvenirs pas si lointains mais que le temps à rendu un peu indistinct. Aux éditions…Juin 25, 12:24
  • Proust sur Pedro et Ricardo Rodriguez – 2: “« Je n’avais aucun talent de gestionnaire et lui aucun talent de rédacteur « . Ah oui ? Et qui donc possédait…Juin 25, 10:33

D’autres articles à découvrir :

4.6 11 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

7 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments

Contribuez à Classic-Courses

Pour raconter l’histoire de la course automobile, il nous faut du temps, de la documentation, des photos, des films, des contributeurs de tous âges et des geeks qui tournent comme des F1 !

Nous soutenir

Pour que notre aventure demeure bénévole et collaborative et que nous puissions continuer à écrire nos articles au gré de nos envies, en toute indépendance.