« Ricard » 1979 : Jabouille, Laffite, Depailler (*)

0 0 voter
Évaluation de l'article

Les essais d’hiver au Paul Ricard continuent avec le chapitre de quelques glorieux pilotes français.

 

Jean Pierre Jabouille

 

Jean Pierre Jabouille,

En 1976 je suis accroché aux résultats du Grand Prix du Japon pour savoir si Lauda va être champion. J’entends les commentaires de Jabouille disant que Lauda a abandonné parcequ’il a eu peur. Lauda, pour moi l’incarnation du courage. Outré par ce propos, je raye Jabouille de la liste de mes pilotes !

 

1977, 78, 79 je le suis, il lutte pour mettre au point cette Renault turbo, ce yellow tea pot, cette machine rétive pour finalement gagner. Gagner enfin. Et son Grand Prix qui plus est. Victoire quelque peu masquée par le fantastique duel Arnoux Villeneuve.

Alors le respect pour tant de détermination, d’abnégation et de courage l’emporte.

 

Jean Pierre Jabouille,

 

En novembre 1979 je le vois évoluer brillamment face à Arnoux et aux autres pour préparer la RS 25.

Un homme sympathique, plaisantant souvent, proche de ses mécanos, de Villeneuve, de ses admiratrices et jouant le jeu face à mes essais photographiques.

 

Jean Pierre Jabouille, Jean Sage, Johnny Rives, Olivier Rogar

 

 

Jean Pierre JabouilleComme on peut le constater, Johnny Rives est toujours là.

 

Comme je le croise tous les jours, un matin je lui demande – bêtement – ce qu’il y a de neuf. Question rituelle posée par tous…Et bien ce n’était pas le bon jour ! Réponse de l’illustre journaliste : « vousn’avez qu’à aller voir ! »…Ca m’a fait drôle. Etait – il mal luné ? M’avait il pris pour un mauvais concurrent ? Mon élan photomaniaque s’est trouvé brisé quelques instants…

 

Le lendemain, alors que je le croise en l’ignorant superbement, il m’interpelle, me présente un journaliste du Méridional qui, me dit-il, ne connait rien à la F1 et me demande de bien vouloir le guider et lui expliquer de quoi il retourne…je ne me fais pas prier ; presque une consécration !

 

 

 

  

Jacques Laffite 

 

 

Jacques Laffite

Jacques Laffite

Jacques Laffite

 

Patrick Depailler

  

Patrick Depailler

 

La valeur humaine. Courage ténacité, talent, humilité. Il se hisse dans l’Alfa Roméo aidé par ses mécanos, il en ressort de même portant le masque de l’effort et de la souffrance. Six mois plus tôt il s’est brisé les jambes et le bras dans un accident de deltaplane. C’est son grand retour. Des pilotes comme John Watson ou Alain Prost se préoccupent de son état de santé.

 

 

IPatrick Depaillerl voit que nous sommes deux ou trois à nous intéresser à sa voiture garée devant les stands. Une Alfa coupé à moteur turbo – petite série non commercialisée en France – il s’approche, ouvre le capot et nous explique…

Il me regarde bien depuis sa F1 pour que je réussisse ma photo mais je la rate…trop de hâte…

  

 

 

Lorsque la photo de la Scuderia Alfa doit être prise et que, par hasard, je suis face à lui, son regard se porte naturellement sur moi, comme celui de ses mécanos et notamment de Cuoghi, l’ancien et fidèle mécano de Lauda. Le seul à l’avoir suivi lorsqu’il a quitté Ferrari pour Brabham.

 

Patrick Depailler, Ermano Cuoghi

 Tout le monde donc regarde vers moi ou presque, étonné et satisfait je déclenche l’obturateur. J’entends alors un cri à ma gauche, un cri comme seuls les italiens savent en pousser. Je comprends que lui c’est le photographe et que moi je suis ne le suis pas… Je ne l’avais même pas vu ce type…

 

 

Patrick Depailler, Ermano Cuoghi

 

Je déclenche à nouveau quand ils posent pour lui. Ils ne regardent plus nulle part. Je crois que je n’ai pu m’empêcher de rire !

 

 

Olivier ROGAR

 

Photos @ Olivier ROGAR

 * : publié en 2010 sur le site Mémoire de stands

0 0 voter
Évaluation de l'article

Olivier Rogar

« D’aussi loin que je me souvienne l’automobile m’a passionné. Les cartes postales de tacots, les goûters au Pub Renault avec ma tante puis la course de côte de Saint Antonin à Aix en Provence et enfin le Grand Prix de France au Paul Ricard m’ont fait passer d’Auto-Poche et l’Automobile à Sport-Auto, Auto-Hebdo, et – surtout – l’Equipe. Fascination pour les protos du Mans d’abord. Puis pour les F1 lors de cette incroyable saison 1976. Monde aussi inaccessible que fascinant que j’ai fini par tangenter en 1979-80 au Paul-Ricard puis en Angleterre. Les quelques photos que j’y avais commises et cette passion inextinguible m’ont amené à collaborer avec l’excellent « Mémoires des Stands » puis, à sa disparition, en 2012, à créer Classic COURSES avec l’aide et les encouragements de Pierre Ménard et Johnny Rives. L’esprit d’entreprise qui m’habite trouve dans le sport automobile les valeurs de précision, de prise de risques, de rapidité à prendre des décisions dont la maîtrise conditionne toute réussite. »

Olivier Rogar
S’abonner
Notifier de
guest
8 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Francis Rainaut

J’étais à Dijon pour cette fameuse course en 1979, sans appareil photo, mais je retrouve grâce à tes images toute l’ambiance de ces années-là.

linas27

A Dijon en 79, j’étais posté dans la « cuvette » face à la Parabolique,c’était du beau spectacle que cette fin de course, Jabouille « planait » quinze secondes devant les deux furieux de Villeneuve et Arnoux , à chaque passage ils frôlaient l’accrochage mais ça passait comme si une sorte de solidarité mutuelle les empêchait de commettre le pire malgré la compétition. Les Turbo avaient survolé l’épreuve à la faveur de l’altitude du site, la Marseillaise ponctuant la course.

Francis Rainaut

AU retour à fond la caisse sur l’autoroute, le bras AR de suspension de la 4L prêtée par mon frère a commencé à se dessouder, ah c’était épique…

Michel LOVATY

toujours alerte!!

linas27

Désolé Francis de ne pas t’avoir salué jadis, je le fais aujourd’hui, il n’est jamais trop tard… J’ai dû zappé Johnny, j’étais presque collé au grillage car posté très tôt,il y avait vingt mètres de foule derrière! En effet Villeneuve avait contenu les Renault lors de de la première moitié de course mais le grand blond en attente derrière semblait pouvoir le « manger » à tout moment!

Francis Rainaut

Ah oui Linas, en fait j’étais en face du « gauche de la bretelle », à l’intérieur de l’extension et toi face à la parabolique, donc à 200m environ…Quel spectacle ! J’habite pas très loin de … Linas.

linas27

J’habite un peu plus loin…Linas27 est un pseudo (web), ma première course en tant que spectateur, c’était les 1000km de Paris 71, Mds en avait fait une note…Jadis…Bonne continuation Francis!

patricelafilé

C’était l’equipe de france de formule 1, ces Depailler, Jabouille Laffite sans oublier Tambay, Arnoux, Pironi… que du bonheur et pleins de souvenirs heureux.