Pedro Rodriguez
19 juin 2024

Pedro et Ricardo Rodriguez – 2

Après la mort de Ricardo, Pedro Rodriguez s’est éloigné de la course et a longuement réfléchi à la voie qu’il devrait désormais suivre. Il avait été le premier à se lancer dans la course, d’abord à vélo, puis à moto, remportant les championnats mexicains dans les deux cas avant de se lancer dans l’automobile à l’âge de 15 ans. Mais lorsque Ricardo le rejoignit un an plus tard et se montra plus rapide, Pedro se sentit éclipsé, notamment au sein de la famille, car le père, Don Pedro, était clairement très enthousiasmé par le potentiel de sa jeune progéniture.

Michel Delannoy

.

Vous pourriez aussi aimer :
Ricardo et Pedro Rodriguez – 1
Pedro et Ricardo Rodriguez – 2

.

Pedro s’interroge

Un fait est que Pedro a toujours été introverti, alors que Ricardo était ouvert et bavard, cela rendait les choses encore plus difficiles. « Ils n’étaient pas si proches en tant que frères », se souvient Jo Ramirez. « Ils s’entendaient bien mais pas comme les Unser ou les Fittipaldi ».

Pedro aussi s’était marié jeune avec une femme plus âgée, Angelina. Après la mort de Ricardo, le frère aîné est retourné au Mexique et a ouvert une entreprise d’importation de voitures. Il courait de temps en temps – pour le plaisir – disait-t-il. La mort de son frère n’allait pas l’empêcher de courir. Ses introspections l’avaient amené à une philosophie fataliste. « Dieu décide quand votre heure est venue» déclarait-il.

Pendant les quatre années suivantes, il vécut une existence de pilote de course à temps partiel, participant occasionnellement à des Grands Prix avec Lotus et Ferrari, avec compétence mais sans succès éclatant, remportant occasionnellement des victoires en voiture de sport. Il participa aux 500 Miles d’Indianapolis et à des courses de Nascar. Sous la pression d’être comparé à Ricardo, quelque chose a commencé à se développer chez Pedro. Sa conduite est devenue plus assurée, moins irrégulière, et il a recommencé à aimer la course. « Il y a eu définitivement un changement étrange de Pedro après la mort de son frère », affirme Phil Hill. « Il est devenu plus rapide, sans aucun doute. »

« Oui, il s’est amélioré sans cesse », reconnaît Ramirez. « Il était plus détendu. » Il a commencé à montrer sa forme.

Pedro Rodriguez
Remplaçant, au Grand Prix de France 1966, Jim Clark blessé, il a occupé la quatrième place avant de devoir d’abandonner – Rodriguez monte dans sa Lotus Reims © Manu Zurini

Puis se révèle pleinement en F1…

Lors de son Grand Prix, au Mexique, il s’est classé troisième. Cela lui a valu une offre de Cooper pour prendre le deuxième siège vacant lors de la première course de la saison 67, en Afrique du Sud. Il y a remporté ce qui allait être la dernière victoire de Cooper en Grand Prix. C’était une victoire chanceuse, mais cela lui a permis de piloter, pour le reste de l’année, aux côtés de Jochen Rindt.

À partir de ce moment, Rodriguez est devenu un pilote de course professionnel à plein temps et son étoile est montée de manière appropriée. Il a déménagé en Angleterre et il passait rarement un week-end sans courir quelque part.

Chez Cooper, Rindt était déjà reconnu comme l’un des plus rapides au monde et, à ce titre, il était un baromètre utile des progrès de Pedro. Il n’y avait pas beaucoup d’écart entre eux, même si, hors-piste, les deux ne s’entendaient pas particulièrement bien.

En fait, les autres conducteurs ne parvenaient que rarement à côtoyer Pedro. Dans la série Tasman du début de 1968, Rodriguez conduisait pour BRM. L’équipe était dirigée par Tim Parnell, qui se souvient : « Nous logions tous dans le même hôtel – Jim Clark, Jackie Stewart, Graham Hill, Jack Brabham, Chris Amon, Denny Hulme – et nous nous amusions tous ensemble, nous plaisantions et jouions au cricket. Mais Pedro est toujours resté seul. Je lui posais des questions à ce sujet et il disait qu’il ne désirait pas qu’ils le connaissent trop bien. Il était un pilote assez sérieux sur la piste et estimait que c’était mieux pour lui s’ils ne savaient pas que penser de lui lors d’un affrontement. »

En effet, il s’est montré dur à cuire en situation de course, au point d’être critiqué par les autres pilotes. Son fatalisme signifiait également qu’il méprisait le mouvement de rassemblement pour la sécurité organisé par Stewart, ce qui, encore une fois, ne l’a pas fait aimer de ses pairs. Mais ceux avec qui il a travaillé ont vu de lui une tout autre facette.

« Tout le monde chez BRM avait une grande opinion de lui », se souvient Parnell, « en particulier les mécaniciens. Parce qu’il n’y avait ni grands airs ni manières chez lui, il ne se plaignait jamais, il se contentait de continuer son travail. C’était un petit bonhomme drôle, un personnage un peu mystérieux, mais il inspirait beaucoup de respect ».

Il avait cependant un certain feu latin. « Il se montrait parfois un peu méchant avec les autres pilotes, mais la seule fois où je l’ai vu vraiment en colère, c’était lors d’une réception au Mexique », explique Parnell. « Il avait une grosse dispute avec un type du gouvernement mexicain. À un moment donné, ils étaient presque en train de se battre. C’était à propos de la façon dont son père avait été traité et de la façon dont la famille était tombée en disgrâce lorsqu’il y avait eu un changement de présidence… »

Chez BRM en 68, sa réputation a commencé à prendre de l’ampleur – il a fréquemment piloté les BRM P126 et P133 semi-compétitives. C’est à cette époque que sa virtuosité sous la pluie s’est révélée et sa victoire, avec Lucien Bianchi, au Mans dans la Ford GT40 de JW Automotive doit beaucoup à son talent impressionnant sous la forte pluie de la nuit.

…Comme en endurance

John Wyer a formé « l’équipe des remplaçants ». A quelques jours des 24 Heures 1968, Pedro Rodriguez est appelé à la rescousse par John Wyer pour prendre le volant de l’une de ses Ford GT40 Gulf en remplacement de Jacky Ickx, qui s’est fracturé une jambe aux essais du Grand Prix du Canada. Il devait faire équipe avec le Belge Lucien Bianchi qui lui remplaçait Brian Redman accidenté au Grand Prix de Belgique. Détail amusant, sans se consulter, les deux « remplaçants » avaient demandé à être ensemble.

Bianchi Relaie Rodriguez GT40 © DR

Qualifié quatrième, le duo de remplaçants se livre en début de course à un chassé-croisé avec les Porsche 908 officielles et l’autre GT40 de leurs compagnons d’écurie Paul Hawkins/David Hobbs, avant de s’installer définitivement en tête à la tombée du jour, à la septième heure de course.

La longue nuit (la course avait lieu en septembre) se déroula dans des conditions atmosphériques difficiles dont une énorme pluie vers 3 heures du matin. Le calme et l’habileté des deux pilotes sur terrain glissant leur permis de faire une grande différence. Après la malchance ayant frappé les deux coéquipiers de dernière minute les années précédentes, cette victoire réjouit le public des 24 Heures, qui leur offrit une ovation méritée

En fait, il est devenu l’un des meilleurs pilotes par temps pluvieux que le monde n’ait jamais connu, aussi bon sous la pluie qu’un Caracciola, un Ickx ou un Stuck.

Cela n’a jamais été aussi évident que lorsqu’il a piloté les impressionnantes Porsche 917 en 1970 et 1971.

Pedro Rodriguez
Lors de la course humide de 1 000 km de Brands Hatch en 1970, sa performance était stupéfiante. Une pénalité stop-go l’avait fait reculer à la 12ème place. La pluie tombait et la brume montait,
il a dépassé toutes les voitures qui le précédaient jusqu’à ce qu’il parvienne à reprendre la tête. – Rodriguez-Elford – Brands Hatch – Druids 1970 © Lipsiner

Il n’a pas ensuite baissé sa cadence, franchissant la ligne d’arrivée avec cinq tours d’avance sur l’ensemble des concurrents. Sous la pluie, le ballet des 917 aux mains des tout meilleurs pilotes du monde a été hallucinant à l’exemple de Rodriguez et Elford en glissade à quelques centimètres l’un de l’autre dans la descente à la sortie de l’épingle de Druids. Beaucoup de spectateurs en sont restés marqués quelques années. Son ami Brian Redman regardant cette photo avec lui demanda « à quoi pensais-tu dans des moments pareils ? » « A rien » a répondu Pedro.

Le regretté John Wyer, qui gérait les 917 pour l’usine Porsche, a déclaré à la fin de la saison : « Je pense que ce jour-là, dans ces conditions, il était littéralement imbattable. » Il a poursuivi : « C’est un pilote calculateur. Il aime, au début, observer et regarder la course se dérouler avant de lancer son attaque, ce qu’il fait avec un sens du timing parfait.

Wyer en est venu à croire, en fait, que Pedro était devenu le meilleur pilote du plateau, et pas seulement dans le domaine des voitures de sport. Il a réalisé des performances tout aussi étonnantes avec la 917 de JW Automotive en 1971 à Daytona et sur l’Österreichring. Sa compétitivité s’est également affirmée en F1, lorsque que BRM a disposé d’une voiture compétitive avec la P153.

Il en a profité pour remporter le Grand Prix de Belgique 1970 dans l’ancien Spa, résistant à la pression de Chris Amon tout au long de la course. « Le voir dériver des quatre roues était un véritable spectacle », se souvient Tim Parnell.
Rodriguez – Spa Belgique 70 BRM P153 © The Gallery

La volonté de Dieu

Il aurait également dû remporter le Grand Prix d’Amérique cette année-là, mais il est tombé en panne d’essence à un tour de l’arrivée. » Après cela, il est resté sans voix », raconte Parnell. « Il y avait un prix de 50 000 $ pour cette course. Vous devez vous rappeler qu’à cette époque, son contrat chez BRM s’élevait à 10 000 $, mais, en plus il recevait la moitié de tout prix en argent. L’argent était important pour lui. Il aurait très bien pu également remporter le Grand Prix des Pays-Bas 1971 sur piste mouillée si sa pompe à essence n’avait pas cessé de fonctionner. En fait, avec Jacky Ickx, ils ont dominé tout le peloton.

Pedro Rodriguez
Rodriguez et Glenda © DR

A cette époque, son mariage était rompu. « Je ne sais pas s’ils se sont officiellement séparés », dit Jo Ramirez, « mais dans ses dernières années, il n’a pas eu beaucoup de contacts avec Angelina ; elle est toujours restée au Mexique. Pedro, quant à lui, s’est installé à Bray avec sa petite amie anglaise Glenda Foreman et il s’est nettement anglicisé.

Il conduisait une Bentley Continental et portait invariablement un chapeau de traqueur de cerf. Les amateurs de courses britanniques ont à leur tour fait de lui un héros, peut-être grâce à cette merveilleuse course à Brands.

« Nous avions l’habitude de recevoir des sacs de courrier de fans pour lui chez BRM », explique Parnell, « bien plus que n’importe quel autre pilote que nous n’ayons jamais eu alors, même Graham Hill ou Jackie Stewart. »

Après les essais libres du Grand Prix de Grande-Bretagne de 1971, Rodriguez s’est dirigé vers le Norisring en Allemagne pour piloter la Ferrari 512M de Herbie Muller dans une course mineure de voitures de sport.

« Oh, j’y pense encore aujourd’hui », dit Parnell. « Ces gens n’arrêtaient pas de l’appeler depuis l’Allemagne. C’était un grand nom là-bas et ils voulaient qu’il conduise chez eux pour attirer les foules et lui offraient de plus en plus d’argent. J’ai dit : « Pour l’amour de Dieu Pedro, n’y va pas. » C’était une foutue voiture en bout de course. Elle a été utilisée n’importe comment par une société de cinéma ou quelque chose du genre. (En fait pour le film de McQueen « Le Mans »).

Mais en fin de compte, il n’a pas pu refuser l’offre de courir et l’argent. Voiture fatiguée ou non, Rodriguez a pris la tête. Mais au 12ème tour, la Ferrari a viré brusquement à gauche dans les barrières et a rebondi avec une force énorme sur un support de pont. Elle a pris feu. Au moment où les secours sont arrivés, Pedro était au-delà de tout espoir.

Comme pour l’accident de Ricardo neuf ans plus tôt, l’incertitude régnait quant à ce qui s’était passé. Certains disent qu’il a été contraint de quitter la ligne à cause d’un retardataire lent, d’autres qu’un pneu a éclaté. Pedro, cependant, aurait probablement dit que cela n’avait aucune importance – que c’était simplement la volonté de Dieu.

.

Statistiques :

Stat F1 pour Ricardo Rodriguez : https://fr.wikipedia.org/wiki/Ricardo_Rodr%C3%ADguez_de_la_Vega
Stat F1 pour Pedro Rodriguez : https://en.wikipedia.org/wiki/Pedro_Rodr%C3%ADguez_(racing_driver)

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le !

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

Visitez notre boutique en ligne :

Vos commentaires les plus récents :

D’autres articles à découvrir :

5 7 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

12 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments

Contribuez à Classic-Courses

Pour raconter l’histoire de la course automobile, il nous faut du temps, de la documentation, des photos, des films, des contributeurs de tous âges et des geeks qui tournent comme des F1 !

Nous soutenir

Pour que notre aventure demeure bénévole et collaborative et que nous puissions continuer à écrire nos articles au gré de nos envies, en toute indépendance.