Les liaisons dangereuses de Richard Seaman

5 3 votes
Évaluation de l'article

Course automobile et propagande politique 

Quand le sport automobile rencontre l’histoire des peuples. J’aborde aujourd’hui un sujet qui, me semble-t-il, n’a jamais été traité dans Classic Courses : l’histoire de Richard Seaman et des « Flèches d’argent » à la veille de la deuxième guerre mondiale.
En fait, au lieu de vous raconter l’histoire, je préfère vous proposer un documentaire anglais, datant de 2004, que j’ai trouvé excellent et très agréable à regarder. J’ai moi-même inscrit les sous-titres en français. La qualité des intervenants (Doug Nye et Chris Nixon, notamment) y contribue beaucoup.

René Fiévet

Vous pourriez aussi aimer :

Rudolf Caracciola
Rudolf Caracciola 2

L’histoire de Richard (Dick) Seaman y est racontée de façon très complète et avec beaucoup d’honnêteté, ce dernier aspect étant d’autant plus nécessaire que le sujet a donné lieu à de nombreux débats et controverses, qui se ramènent à la question suivante : quelle fut la nature des liens de Dick Seaman avec l’Allemagne nazie ?  Dick Seaman fut-il un Nazi ?

Pour ce qui concerne l’exposé des faits, il me semble que le documentaire se suffit à lui-même. La démonstration est convaincante, et il n’y a guère de mystère dans cette histoire : non, Dick Seaman ne fut pas un Nazi ; mais son obsession pour sa propre réussite sportive en fit un propagandiste plutôt docile et complaisant des rêves de grandeur de l’Allemagne nazie. L’histoire de Dick Seaman est celle d’un homme guidé par la passion exclusive du sport automobile, et animé par la volonté de gagner et montrer sa supériorité sur les autres. C’est ce qui l’amena à rejoindre l’équipe où il y avait les meilleures voitures et les meilleurs pilotes.

Comme le montre le documentaire, c’est ce qui le perdra : à Spa Francorchamps, le 25 juin 1939, sous une pluie diluvienne, il voulait être encore plus fort que le « Rainmaster », Rudolf Carraciola. Doug Nye nous décrit fort bien cette « bulle de la réussite » dans laquelle il s’enferma ce jour-là, et qui le conduira à aller au-delà de ses propres limites. A propos de cette « bulle » qu’évoque Doug Nye, je ne peux m’empêcher de penser à ce témoignage saisissant d’Ayrton Senna décrivant un tour de qualification lors d’un Grand Prix de Monaco, lors duquel il s’aperçut qu’il ne s’appartenait plus lui-même, qu’il atteignait des limites qu’il pensait hors de portée, et qu’il entrait dans un autre monde, inconnu de ses semblables.

Première partie

Une image marquante est évidemment celle où Dick Seaman fit le salut nazi à l’occasion de sa victoire au Grand Prix d’Allemagne de 1938. En fait, il fit deux saluts nazis lors de cette célébration. Ce geste a donné lieu a beaucoup de commentaires. Mais, comme on peut le voir, il fit ce geste avec le bras replié, sans grande conviction semble-t-il, plutôt comme un geste de politesse élémentaire à l’égard de ses employeurs allemands.

Si on veut vraiment le mettre en cause sur ce plan, il faut alors être équitable, et dire que l’équipe d’Angleterre de football avait fait beaucoup mieux, et avec beaucoup plus de conviction, un mois auparavant au stade Olympique de Berlin (voir photo ci-dessous). Quant à Erica Popp, la jeune épouse allemande de Dick Seaman, elle ne semble pas avoir partagé les rêves de grandeur du Reich allemand. Au contraire, après la déclaration de guerre, elle émigra immédiatement aux Etats-Unis où elle résida jusqu’à la fin de sa vie en 1990.

Richard Seaman
L’équipe d’Angleterre de football (en maillot blanc) à Berlin en mai 1938 lors de l’exécution de l’hymne national allemand : un geste de courtoisie (assurément mal venu) et certainement pas d’adhésion au National-Socialisme (source inconnue).

L’équipe d’Angleterre de football (en maillot blanc) à Berlin en mai 1938 lors de l’exécution de l’hymne national allemand : un geste de courtoisie (assurément mal venu) et certainement pas d’adhésion au National-Socialisme (source inconnue).

Le contexte

Il reste, me semble-t-il, à replacer l’affaire dans un contexte plus large, et notamment les mentalités et idées de l’époque. Car il n’en reste pas moins que Dick Seaman fut fasciné par l’Allemagne nazie des années 30, et notamment l’impression de puissance et d’efficacité qui en émanait. Une lettre à sa mère, datant de 1938, en témoigne : « Hitler ne supporte pas l’incurie (« Hitler stands no nonsense ») ; avec lui, il n’y aura pas de fainéants.

Tout le monde doit travailler. Par conséquent, il a refait et réorganisé le pays, et c’est pourquoi ils croient en lui et se rallient à lui. Il était temps qu’Hitler s’empare aussi de l’Autriche (mars 1938, ndr.) et les oblige à se ressaisir. La saleté, la misère et la paresse dans le pays (le Royaume Uni, ndr.) sont au-delà des mots. Tout simplement parce qu’il y a des hommes qui ne demandent rien de mieux à la vie que de rester assis toute la journée autour d’une tasse de café dans un café ! » 

On ne saurait être plus clair : sans être un Nazi, Seaman fut un vrai admirateur d’Hitler. On peut ajouter qu’il le fut en toute connaissance de cause : c’était une personne très éduquée, ouverte au monde, qui avait fait des études de sciences politiques à Cambridge. Il vivait en Allemagne et, au moment où il écrit ces lignes, en 1938, il ne pouvait plus se méprendre sur la nature du régime nazi qui était en place depuis 5 ans. Les opposants politiques étaient dans des camps de concentration, les persécutions contre les juifs avaient commencé, l’Anschluss avait eu lieu, la liberté d’expression n’existait plus, et la propagande tenait lieu d’information.

Mais il ne fut pas le seul dans ce cas, loin de là, dans son propre pays. Il y eut beaucoup d’admirateurs d’Hitler dans les démocraties des années 30. La tentation autoritaire y fut très présente, tant les régimes démocratiques apparaissaient à certains comme faibles, et en voie de dégénérescence. Pour beaucoup, la démocratie n’était plus la solution : il fallait conduire les peuples à la schlag, la seule chose qu’ils comprennent et qui les fassent avancer. Cet état d’esprit fut particulièrement présent au sein des élites britanniques dont était issu Dick Seaman.

Oswald Mosley et les sœurs Mitford furent bien sûr des cas extrêmes, mais cette sympathie pour Hitler imprégna beaucoup plus largement qu’on ne le dit les classes supérieures britanniques. Le film Les vestiges du jour (1993) de James Ivory retrace assez bien cet état d’esprit qui fut aussi, semble-t-il, celui du Duc de Windsor. Ce qui, entre parenthèses, réhabilite largement le pauvre Neville Chamberlain aux yeux de l’histoire : c’est vrai qu’il céda beaucoup à Hitler, sans doute au-delà du raisonnable, mais c’est quand même lui qui déclara la guerre à l’Allemagne nazie.

Un homme de son temps

Dick Seaman, en plus d’être un grand champion de sport automobile, fut donc aussi un homme de son temps, partageant les idées de son époque. Mais peut-être aussi y eut-il quelque chose de plus, très caractéristique de ces années 20-30. Je ne peux en effet m’empêcher de rapprocher le cas de Seaman de celui de Jean Mermoz et de Charles Lindbergh. Toute cette époque fut traversée par cette idéologie de l’homme d’exception et cette mystique du chef, glorifiant le surhomme s’élevant, par ses exploits, au-dessus des autres hommes. Les films Le triomphe de la volonté (1935) et Les dieux du stade (1936) de Leni Riefenstahl en sont l’expression la plus éclatante et la plus achevée. La résonnance avec le surhomme aryen de l’Allemagne nazie, et l’allégeance à un Führer ou un Guide, est évidente.

Les sympathies de Charles Lindbergh avec l’Allemagne nazie est un fait bien connu, qui a définitivement terni son image aux yeux du peuple américain. Ce que l’on sait moins, c’est que Jean Mermoz fut un militant actif des Croix de Feu du colonel de la Rocque. Ce qui veut dire que, sans pour autant être un nazi ou un antisémite, il partagea l’idée d’un régime autoritaire dirigé par un chef. La « chance » de Jean Mermoz (si on peut dire), c’est d’avoir trouvé la mort en décembre 1936, en plein milieu du Front Populaire, et d’avoir été élevé au rang de héros national au moment de ses obsèques par le gouvernement de l’époque, transformant ainsi, dans la mémoire nationale, un militant d’extrême droite en héros de patronage parfaitement consensuel. 

Deuxième partie

Dick Seaman n’eut pas cette chance. Sa mort au volant d’une voiture allemande coïncide avec la déclaration de guerre avec l’Allemagne, et sa postérité en a été durablement marquée. A un point tel qu’il tomba largement dans l’oubli dans les décennies d’après-guerre. Sur ce point, le documentaire est excellent, car il rétablit une vérité : jamais Dick Seaman, quand il fut en vie, ne fut critiqué par ses compatriotes parce qu’il conduisait une voiture allemande.

Quand il se pose des questions sur son avenir au sein de l’équipe Mercedes au début de 1939, Earl Howe, figure tutélaire du sport automobile britannique, lui conseille clairement de rester avec Mercedes « s’il le peut ». Toutes les critiques sur son comportement, qui ont été formulées après la guerre, relèvent d’une reconstruction a posteriori. Les historiens connaissent bien ce phénomène qu’ils appellent le raisonnement téléologique : on réécrit l’histoire en fonction des événements qui se sont déroulés postérieurement aux faits.

Le temps a fait son œuvre, et ce n’est qu’assez récemment qu’on s’est intéressé à nouveau à l’histoire de Dick Seaman. Des livres sur Richard Seaman ont été écrits, et la documentation sur le sujet est maintenant assez abondante (1). La vérité se fait jour, plus rien n’est occulté, et on y voit clair dans cette histoire. En définitive, Dick Seaman nous apparaît comme un homme à ce point obnubilé par sa propre réussite individuelle et sportive qu’il ne se rendit pas compte qu’il était en même temps emporté par le vent de l’histoire, et qu’il était le jouet de forces qui le dépassaient. Et même s’il s’en rendit compte (ce que laissent penser certains témoignages), ce ne fut jamais une raison suffisante pour qu’il fasse le moindre compromis avec la passion de la course qui l’habitait.

René Fiévet

Notes

(1) Pendant longtemps, il n’exista qu’une seule biographie de Richard Seaman, écrite en 1941 par son condisciple de Cambridge, le prince Chula de Thailande, qui fut aussi le mentor du prince Bira (Dick Seaman: Racing Motorist, Chakrabongse of Thailand, H.R.H Prince Chula, G.T. Foulis & Co., Ltd, 1941). Il faudra attendre 60 ans pour que les historiens se penchent à nouveau sur le sujet. On citera à cet égard Shooting Star, de Chris Nixon (Transport Bookman Publications Ltd, 2000), Dick & George : the Seaman Monkhouse Letters, de Doug Nye (Palawan Press, 2002), et plus récemment A race with love and death, de Richard Williams (Simon & Schuster Ltd, 2020). On mentionnera également l’article de Wikipedia sur Richard Seaman, étonnamment complet et contenant toutes les références bibliographiques possibles et imaginables.

Pour en savoir plus

Oswald Mosley : ici

5 3 votes
Évaluation de l'article

René Fievet

Né en 1952, économiste de formation, René Fiévet vit à Washington DC où il est fonctionnaire international. Dès son plus jeune âge, il a été passionné par les courses automobiles, notamment en lisant les histoires de Michel Vaillant. Il a appris à lire avec « Le pilote sans visage ». Mais vivant à l’étranger dans sa jeunesse, en Extrême Orient et en Afrique, il a plus rêvé le sport automobile qu’il ne l’a vraiment connu. Ce qui arrange bien les choses quand il s’agit d’écrire sur le sujet. Comme tous les passionnés qu’on rencontre dans Classic Courses, René Fiévet pense évidemment que « c’était mieux avant ». Mais à force de répéter ce qui est pour nous une évidence, on risque de passer pour un vieux con. Alors, pour faire taire les sceptiques, les convaincre que le « c’était mieux avant » n’est pas une impression, ni même une opinion, mais une vérité solidement établie, et vérifiable, il faut transmettre quelque chose de ce passé révolu. Et comment transmettre autrement qu’en écrivant ?

S’abonner
Notifier de
guest
9 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Pierre Ménard

Tout d’abord merci René pour ce docu assez bien réalisé sur cet Anglais qui pilota pour « monsieur Hitler ». Tu as quasiment tout dit dans tes commentaires, j’ajouterai juste deux ou trois remarques. Au sujet de la mère de Dick, le film suggère qu’elle « s’inquiétait de la puissance néfaste de cette Allemagne nouvelle ». Elle faisait plus que s’inquiéter : elle était farouchement anti-allemande, depuis qu’un Zeppelin avait bombardé leur maison anglaise durant la première guerre mondiale ! Quant à Dick, s’il est vrai qu’il fut d’abord séduit par cet « électrisant monsieur Hitler », ainsi qu’il l’écrivait à sa mère en 1938, son… Lire la suite »

René Fiévet

Où avais-je la tête ? En mentionnant les historiens du sport automobile qui se sont penchés sur le cas de Richard Seaman, j’ai oublié de mentionner le long article de Pierre Ménard dans le numéro 49 (juin-juillet 2005) de la revue Automobile Historique.
Pierre nous dit trouver le documentaire « assez bon », un jugement réservé qui ne fait que souligner sa qualité d’historien spécialiste de la question. Mais je persiste à penser que ce documentaire est excellent si on le prend pour ce qu’il est : une oeuvre « grand public » diffusée sur une chaine TV généraliste.

Pierre Ménard

En fait, c’est l’abus d’images floutées qui me fait dire que ce docu est « assez bien » réalisé. Sur le fond, rien à dire.

Pierre

La complaisance de la haute-bourgeoisie vis à vis des régimes autoritaires doit aussi beaucoup au mépris de classe.
C’est peut-être toute la différence avec les Wimille, Benoist et William Grover-Williams, que leur passion pour le sport automobile n’a pas rendu, disons, indifférents au affaires du monde.

Seb Clavé

Rene a ecrit un petit bijou , ou tout confirme ce que je savais , la maman Seaman etait visceralement anti nazi , remetttre l’homme dans son epoque et ne pas reeecrire a posteriori l’histoire est parfaitement realisé , un pilote meconnu mais de legende pour moi et depuis toujours.

richard JEGO

Bel article sur un sujet sensible , voire « touchy » .
Pour rester dans le sport auto , je rappelle que ces voitures développaient dans les 700 cv , avec des roues de bicyclette des freins à tambour et aucune aéro : chapeau bas devant tous ceux qui ont osé les conduire .ll fallait oser i

Vassal Jacques

Jacques Vassal Merci pour avoir mis en ligne ce film qui nous en apprend encore sur ces temps troubles de l'histoire. Il faut rappeler aussi le livre de Chris Nixon «Racing with the sulver arrows». Et se dire qu'il y a eu d'autres exemples de propagande politique utilisant la course autimobile. Pensez au pouvoir de Peron en Argentine, envoyant Fangio et d'autres pilotes courir en Europe. Et plus actuel, le Grand Prix de Russie a Sotchi avec une fois le vainqueur serrant la main de Vladimir Poutine sur le podium. A quand un Grand Prix de Coree du Notd, ou… Lire la suite »

ferdinand

Très clair et très juste. Je suis toujours irrité par les discussions que suscite ce sujet et vous nous épargnez les sempiternels jugements à l’emporte-pièce. La vérité est simple : les champions sont (hélas) souvent des égoïstes auxquels leurs intérêts immédiats servent de boussole. Par ailleurs, comme vous le rappelez, les sympathies pour le régime nazi étaient très répandues dans les classes dominantes de la société britannique. Seaman n’échappait manifestement pas à ce travers de son milieu. Les propos que vous rapportez ne trompent pas : la séduction pour le fascisme passait toujours par ce goût de l’ordre, auquel celui… Lire la suite »

René Fiévet

Ferdinand, Victor Klemperer, grande référence ! Un peu inattendue toutefois sur notre site consacré au sport automobile. Universitaire juif, persécuté dans les années trente par les nazis et privé de l’accès aux bibliothèques, il a analysé, comme objet d’étude en soi, le discours nazi de ces années, les mots utilisés, les formules, la syntaxe. Et il a vu, au fil des années, comment ces mots, à force d’être répétés, ont infusé dans les esprits, comme un poison lent, et débouché en définitive sur la violence. Non pas la violence meurtrière (et pathologique) des Nazis, mais la violence ordinaire du peuple contre… Lire la suite »