Champagne
11 juin 2020

La passion Champagne !

Quand on vous dit que la Corrèze est une terre d’élection pour les anciennes ! Après le partenariat signé avec la Dordogne l’an passé et tous les rallyes qui s’y sont déroulés – et que seule une catastrophe sanitaire mondiale a réussi à interrompre – il était temps de partir à la recherche de ceux qui font vivre toute l’année ces modèles que nous chérissons. C’est ainsi que j’ai découvert le garage Champagne, par le plus pur des hasards en pleine cambrousse.

Pierre Ménard

Champagne 1
Le tout nouveau cadre du garage Champagne sur les hauteurs de Brive © Pierre Ménard

Vous pourriez aussi aimer :

Dordogne-Corrèze en anciennes – Un partenariat unique en France (https://www.classiccourses.fr/actualites/dordogne-correze-en-anciennes-un-partenariat-unique-en-france/)

Amicale Spitfire en Corrèze (https://www.classiccourses.fr/magazine/constructeurs/amicale-spitfire-en-correze/)

De Pimpin à Champagne

C’était le dimanche 15 mars précédant le « tous aux abris, les femmes et les enfants d’abord ». On s’était donné rendez-vous avec l’heureux possesseur d’une Traction 11 de 1937 pour une virée dominicale, la dernière avant on ne savait alors pas combien de temps, sur un carrefour non loin de Brive. Juste à côté d’un bâtiment d’apparence tout neuf devant lequel étaient entreposés une vingtaine de véhicules allant de la 2Cv à la Porsche 911 en passant par des Triumph, Alfa, Volkswagen, Jaguar, etc. Mon compère du jour me dit : « C’est l’ancien garage Pimpin de Brive qui s’est installé là ». Pimpin, oui ça me disait quelque chose. Mais quand j’ai appris qu’il s’appelait en fait « Champagne », je me suis dit qu’une rencontre pétillante s’annonçait peut-être.

Une rare XJ6 4 portes décapotable (14 fabriquées) qui sera reconditionnée en blanc pour des mariages © Pierre Ménard

« En quittant Brive, et le garage Pimpin que j’avais racheté il y a dix ans, je me suis dit que j’allais être un peu plus tranquille. J’adore les gens passionnés qui viennent faire des photos, discuter, et tout. Mais au bout d’un moment, on n’avance plus. Eh bien, il y a encore plus de monde qui vient (rires) ! J’envisage d’agrandir encore, j’ai embauché un carrossier, un mécanicien, ça n’arrête pas » ! Ainsi parle Laurent Champagne, heureux propriétaire d’un garage qui turbine à fond les balais et où on ne compte pas son temps de travail. « Ici, on travaille surtout avec passion. Je préfère travailler avec passion que pour l’argent. C’est ce que je dirais à un jeune : travaille avec passion ! Si on se lève le matin et qu’on se dit : « Chouette ! Je vais faire quelque chose de sympa aujourd’hui », quel bonheur » !

C’est cette saine philosophie qui régule les journées de cet atelier sur les hauteurs de Brive. Une règle qui veut que le travail soit bien fait et que tout le monde soit pleinement satisfait : le client et le restaurateur.

Quand deux « flat » se rencontrent, que se racontent-ils ? © Pierre Ménard

Trouver la pièce

Laurent Champagne œuvre dans une ambiance conviviale et familiale. Conviviale avec tous les clients passionnés qui lui confient leur belle et qui parfois deviennent des copains, voire des amis, et familiale avec sa femme et son fils. Du haut de ses vingt ans, Julien en sait déjà plus que beaucoup de gens prétendant tout connaître ; quant à madame Champagne, elle est un rouage essentiel dans la restauration des autos. Notamment dans la recherche de la pièce introuvable.

« J’adore les Coccinelles et les 2CV, parce que je les connais par cœur, au boulon près, confie Laurent. Et puis les moteurs sont des flat à refroidissement par air ! C’est pour ça aussi que j’aime travailler sur les Porsche anciennes, 911 ou 356. Et les pièces sont très aisément trouvables. Par contre sur certains modèles, dont des « popu » assez récentes, c’est plus compliqué, voire impossible. Ça demande beaucoup de temps pour la recherche de pièces et heureusement que j’ai ma femme qui s’en occupe ! Si on se donne la peine de chercher, on y arrive. Maintenant, avec l’expérience, on sait à qui s’adresser et, dans l’ensemble, ça se passe bien. Pour les 2CV par exemple, on a cinq à six fournisseurs différents, professionnels et de qualité. Mais pour certains modèles, c’est mission impossible ».

La Mustang V8 260, le rêve ultime de Julien, le fils de Laurent, passionné par les belles Ricaines © Pierre Ménard

Restauration aux petits oignons

Laurent Champagne a commencé – comme tout le monde, devrions-nous dire – par les modernes, dans une concession. La restauration d’une 2CV, pour son plaisir propre, a aiguisé l’envie de copains qui lui ont demandé « leur » 2CV. De fil en aiguille, le Garage Champagne est devenu incontournable dans l’ancienne corrézienne, surtout depuis que La Montagne (quotidien régional) et France 3 Auvergne s’y sont intéressées de près. Les 35 heures s’y font en trois jours et on y prend tout le temps nécessaire à peaufiner le bel ouvrage : « Il faut du temps pour faire une belle restauration. De toute façon, je ne rends pas la voiture avant d’être sûr qu’elle est bien finie, que le moteur tourne parfaitement, même quand le client me tanne pour l’avoir plus tôt – et même s’il m’en veut un peu (rires). Je veux être satisfait de mon travail, et je veux que le client soit satisfait. Sinon, personne n’est heureux ».

La restauration est l’activité principale du lieu, avec l’entretien et la réparation. Tout est fait sur place en mécanique et carrosserie, seule la sellerie est sous-traitée, chez un professionnel de Brive à la réputation clairement établie : « On fait juste la sellerie des Coccinelles ou des 2CV parce que ça reste simple. La couture du cuir, c’est un vrai métier et on n’a ici ni les outils ni la compétence pour ça. Vous faites une belle carrosserie, une belle mécanique et vous installez une sellerie moyenne, c’est pas du bon travail ».

Restauration en cours pour un coupé Karmann et une 2CV © Pierre Ménard

Du large, du large !

La vente de voitures « prêtes à rouler » n’est pas inscrite au menu de la maison. Par contre, Laurent partira d’une base, qu’il possède ou que le client lui amène, pour faire un devis avec restauration complète. C’est là que se noue la relation, guidée par l’amour des belles mécaniques et la passion du travail bien fait : « Des clients sont devenus des amis, on se réunit autour des voitures. C’est une autre approche avec le client : c’est leur bébé, leur passion, ils la veulent belle, c’est leur plaisir. C’est un régal, tellement différent de l’automobile moderne ».

Matra 530 Ford V4 © Pierre Ménard

Il a un carnet de commandes qui déborde et, malgré le fait d’avoir emménagé dans ce coin improbable depuis quelques mois seulement pour être à l’aise, envisage de s’agrandir à nouveau pour faire face à la demande. « Mon problème est que, comme je suis submergé de travail, je suis obligé de refuser certaines restaurations où je sais que je vais galérer pour trouver des pièces. Je ne tiendrais peut-être pas le même discours si je pouvais m’agrandir et trouver du personnel ». A bon entendeur…

Laurent roule quotidiennement dans une superbe Coccinelle « café au lait » de 1967, et est en train de se faire un plaisir ultime : restaurer à l’identique une Golf GTI 1600 de 1976 « pendant ses loisirs »: « Même si le freinage d’origine est d’une médiocrité surprenante, je garde. Il y a des autos sur lesquelles ont peut modifier quelques organes, mais là, non ». La passion, vous dis-je, la passion !

Laurent et Julien Champagne, le plaisir du travail en famille © Pierre Ménard

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le !

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

Visitez notre boutique en ligne :

Johnny Rives

Johnny Rives : Une passion terrible, la vitesse

29,00
Johnny Rives

Une passion terrible, la vitesse

Johnny Rives nous livre ses souvenirs de course et partage avec nous les moments forts et les rencontres de quatre décennies passées au bord des pistes. On l'attendait depuis longtemps. Edité par Classic-Courses, Coco-B-Editions et Jamval Editions ce livre de 256 pages, préfacé par Henri Pescarolo contient 165 photos couleurs et noir et blanc.

François Mazet, Mes vies à toute vitesse

24,00
Au début des années 1970 François Mazet était considéré comme l'un des principaux espoirs de la F1 française. Champion de France de F3 1969, il accédait à la discipline reine du sport automobile lors du GP de France 1971 avant de voir sa progression contrariée par la crise pétrolière. Trop vite achevée en 1973, sa carrière s'ouvrait dès lors sur d'autres défis riches d'incroyables rencontres et de paris insensés. La trajectoire de François Mazet est plurielle, tout comme sa vie. Du swinging London des années 1960 à la Citronneraie de Menton, en passant par les paddocks de F1, c'est à un incroyable voyage que ce livre nous convie.    
François Mazet

F2 Pau 1970 - Qualifié en 1e ligne entre Jack Brabham et Jochen Rindt © Archives personnelles François Mazet

Vos commentaires les plus récents :

D’autres articles à découvrir :

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments

Contribuez à Classic-Courses

Pour raconter l’histoire de la course automobile, il nous faut du temps, de la documentation, des photos, des films, des contributeurs de tous âges et des geeks qui tournent comme des F1 !

Nous soutenir

Pour que notre aventure demeure bénévole et collaborative et que nous puissions continuer à écrire nos articles au gré de nos envies, en toute indépendance.