19 novembre 2019

GP du Brésil 2019 par Johnny Rives

GASLY : « J’AI APPUYÉ SUR LE BOUTON ! »

 Derrière l’intouchable Max Verstappen, Pierre Gasly a arraché une 2e place qui a provoqué autant d’enthousiasme qu’une victoire. Une 2e place aussi méritée que miraculeuse. Au terme d’un coude à coude spectaculaire avec Lewis Hamilton soi-même. Sprint ayant couronné un grand prix au final inattendu et exaltant. « Pierre a appuyé plus fort sur l’accélérateur que Lewis », a commenté avec humour J.Villeneuve sur les ondes de Canal+.

Gasly en a dit bien plus à ce propos. Sa Toro Rosso est pourvue d’un bouton (le fameux bouton « magique » de Mercedes) qui permet de solliciter la batterie électrique du moteur hybride jusqu’à la décharger en quelques secondes pour en obtenir la quintessence. « J’ai appuyé sur le bouton » a expliqué Gasly pour expliquer comment sa Toro Rosso s’était avérée plus rapide que la Mercedes. C’est ainsi que Honda a joliment bénéficié du jour de gloire de Gasly grâce à deux premières places !

Johnny Rives


Vous pourriez aussi aimer

2018 GP du Brésil par Johnny Rives
2017 GP du Brésil par Johnny Rives
2016 GP du Brésil par Johnny Rives
2015 GP du Brésil par Johnny Rives
2014 GP du Brésil par Johnny Rives
2013 GP du Brésil par Luc Augier

Le résumé du GP du Brésil 2019 avec F1.com                                     

https://www.formula1.com/en/video/2019/11/RACE_HIGHLIGHTS__2019_Brazilian_Grand_Prix.html

FRERES ENNEMIS

GP du Brésil 2019
GP du Brésil 2019 – Ferrari final @ DR

Depuis que la course existe, la rivalité la plus exacerbée d’un pilote à l’autre est celle qui oppose les équipiers : Fangio et Farina (Alfa), Moss et Brooks (Vanwall), Rindt et G.Hill (Lotus), Piquet et Mansell (Williams), Prost et Senna (McLaren) etc. Les exemples ne manquent pas. Après le GP du Brésil, Canal+ a brillamment évoqué celle, tragique, qui, chez Ferrari, avait opposé Pironi à Villeneuve (Gilles) en 1982 – année où l’on avait eu aussi une vive rivalité Arnoux/Prost chez Renault.

Dimanche, Vettel et Leclerc nous en ont donné un nouvel exemple. Cela a poussé nos chers commentateurs à exiger plus de discipline désormais chez Ferrari. Discipline ? Est-ce un mot compatible avec celui de compétition ? Si oui, comment l’appliquer ? En désignant désormais un n°1 (Vettel ?) que le n°2 (Leclerc ?) n’aurait pas le droit d’attaquer ? Une notion qui pourrait concerner tout aussi bien Mercedes que Ferrari. Car Bottas ne rêve-t-il pas de prendre enfin le dessus sur Hamilton – il ne cache pas que c’est son objectif pour 2020 !

Et qui sait si chez Red Bull Alex Albon ne viendra pas bientôt menacer Verstappen ? Faudra-t-il l’en empêcher ? Pour en revenir à l’élimination mutuelle des Ferrari, qui en rendre responsable ? La direction de l’écurie ? Ou bien, pour en rester aux pilotes, Vettel plutôt que Leclerc (ou vice versa) ? Leclerc venait de surprendre son équipier au freinage du fameux « S » Senna, théâtre de bien des épisodes. Touché dans son amour propre, Sebastian a voulu réagir aussitôt. Dans la descente rectiligne, Leclerc s’est déporté à gauche pour laisser la ligne la plus difficile à son équipier et néanmoins rival. Vettel a réussi à s’y glisser, prenant même un léger avantage. Et se rabattant dès que possible à gauche pour rendre à Leclerc la monnaie de sa pièce. D’où le contact entre les deux FerrarI.

Contact ? Une caresse, plutôt, mais aux conséquences fatales : deux crevaisons, une chacun, et deux mises hors de combat ! Qui devaient essentiellement faire le bonheur de Pierre Gasly, quelques tours plus tard. Certains en ont ricané, non sans raison. Mais c’est un épisode que l’on reverra encore, chez Ferrari ou ailleurs. Il s’agit de l’un des derniers « sels » de la course que le législateur fait tout pour affadir.

SC : BÉNIE OU MAUDITE ?

GP du Brésil 2019
GP du Brésil 2019 – Gasly @ DR

 Ce final époustouflant d’une course jusque là sans suspense, on le doit comme souvent à l’intervention de la « Safety Car » (SC). Celle-ci est entrée en scène à deux reprises : 54e tour (abandon de Bottas, dégagement de sa Mercedes pourtant garée sans danger apparent), et 59e tour (accrochage des Ferrari). La première fois a été la plus longue, pour donner aux retardataires le temps de se dédoubler – ce qui ne concernait rien moins que treize pilotes.

Cette clause a notamment permis à des pilotes comme Sainz, Raïkkonen ou encore Ricciardo de revenir du diable vauvert pour se classer à quelques secondes de Verstappen. On en comprend mal l’intérêt – sinon celui de relancer un favori qui aurait été malchanceux précédemment. Bref. Il s’en est suivi le méli-mélo final, une cohorte de sprints houleux à l’issue desquels un pilote comme George Russel, qui n’avait jamais été dans la course le malheureux avec sa pitoyable Williams, peut se vanter d’une étonnante 12e place à 13’’5 du vainqueur.

Bénie l’intervention de la SC ? Pour le spectacle sans doute. Et aussi pour certains pilotes. Mais pas pour tous : tel l’infortuné Romain Grosjean, dont les pneus ont chuté dramatiquement en température pendant les tours au ralenti. Et qui, lui qui s’était constamment maintenu non loin de Gasly, à l’avant du groupe des « autres », a finalement échoué à une misérable 13e place. A l’inverse de Gasly, à qui les coups de théâtre finaux furent on ne pourrait plus bénéfiques.

COTE D’AMOUR ET.. DE DÉSAMOUR !

A Interlagos, nous avons aimé :

*** Verstappen - La Safety Car
**  Gasly - Albon - Sainz - Raikkonen
*   Hamilton - Giovinazzi - Ricciardo 

A Interlagos, nous avons moins aimé :

°°°  Vettel - Leclerc - La Safety Car (Voir plus haut)
°°   Les Williams (Kubiça a frôlé l’élimination de Verstappen)  
°    Les Haas          

Classement « Classic Courses » après le GP du Brésil 2019 :

Nous avons aimé :

36 *  Lewis Hamilton 
28 *  Bottas
26 *  Verstappen 
24 *  Leclerc
20 *  Vettel
14 *  Albon
13 *  Sainz
12 * Mercedes 
11 *  Ricciardo
 9 *  Norris 
 6 *  Honda - Hulkenberg - Giovinazzi
 5 *  Perez - Renault
 4 *  Kvyat - Gasly
 3 *  Ferrari - Red Bull - La pluie  - McLaren - La safety Car - Raikkonen
 2 *  Stroll 
 1 *  Circuit Gilles Villeneuve - Alfa Romeo - Grosjean - Kubiça - L'ambiance de Monza 

Nous avons moins aimé :

-10 ° Ferrari - Vettel
- 9 ° Renault - Haas
- 8 ° Règlement sportif
- 6 ° Kvyat 
- 4 ° Stroll - Ricciardo - Leclerc
- 3 ° Albon - La mensuétude des Commissaires ( Suite accident Gasly - Albon) - Perez - La Safety Car
- 2 ° Giovinazzi - La sévérité du déclassement des Alfa - McLaren - Williams
- 1 ° Le circuit de Melbourne - Grosjean - Alfa-Romeo - Magnussen - Le circuit de Singapour - Raikkonen - Honda - Sainz

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le !

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

Visitez notre boutique en ligne :

Johnny Rives

Johnny Rives : Une passion terrible, la vitesse

29,00
Johnny Rives

Une passion terrible, la vitesse

Johnny Rives nous livre ses souvenirs de course et partage avec nous les moments forts et les rencontres de quatre décennies passées au bord des pistes. On l'attendait depuis longtemps. Edité par Classic-Courses, Coco-B-Editions et Jamval Editions ce livre de 256 pages, préfacé par Henri Pescarolo contient 165 photos couleurs et noir et blanc.

François Mazet, Mes vies à toute vitesse

24,00
Au début des années 1970 François Mazet était considéré comme l'un des principaux espoirs de la F1 française. Champion de France de F3 1969, il accédait à la discipline reine du sport automobile lors du GP de France 1971 avant de voir sa progression contrariée par la crise pétrolière. Trop vite achevée en 1973, sa carrière s'ouvrait dès lors sur d'autres défis riches d'incroyables rencontres et de paris insensés. La trajectoire de François Mazet est plurielle, tout comme sa vie. Du swinging London des années 1960 à la Citronneraie de Menton, en passant par les paddocks de F1, c'est à un incroyable voyage que ce livre nous convie.    
François Mazet

F2 Pau 1970 - Qualifié en 1e ligne entre Jack Brabham et Jochen Rindt © Archives personnelles François Mazet

Vos commentaires les plus récents :

D’autres articles à découvrir :

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

17 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments

Contribuez à Classic-Courses

Pour raconter l’histoire de la course automobile, il nous faut du temps, de la documentation, des photos, des films, des contributeurs de tous âges et des geeks qui tournent comme des F1 !

Nous soutenir

Pour que notre aventure demeure bénévole et collaborative et que nous puissions continuer à écrire nos articles au gré de nos envies, en toute indépendance.