Grand Prix du Brésil 2018 – LES RED BULL ÉTAIENT MEILLEURES

 Il était clair que les Red Bull étaient les meilleures en piste, dans ce Grand Prix du Brésil 2018 : quand, alors en tête, Verstappen effectua son changement de pneus, il fut relayé par Ricciardo qui avait compensé avec brio sa pénalité de cinq places sur la grille. Reparti avec des pneus tendres (jaunes), Max fondit inexorablement sur Hamilton chaussé en mediums (blancs) et qui avait retrouvé la tête à l’arrêt de Ricciardo.

Grand Prix du Brésil 2018
Grand Prix du Brésil 2018 – Lewis Hamilton @ DR

En quatre tours, le Batave rejoignit le tout nouveau champion du monde pour le passer en ligne droite – avant même le virage Senna qui lui avait tant souri jusque là. Mais qui allait bientôt lui réserver un vilain tour. Un tour d’Ocon, si l’on peut se permettre. Son accrochage avec le Français devait être  la grande affaire de la course. Une affaire dans laquelle Esteban a tenu un rôle regrettable. Et dont la conséquence immédiate a été l’échec de Verstappen à qui la victoire paraissait promise. Echec qui s’est traduit par le 10e succès d’Hamilton en 2018. Paradoxe : malgré de nouveaux ennuis avec leurs Pirelli, les Mercedes ont été couronnées championnes le jour même où les Red Bull s’étaient montrées plus efficaces qu’elles.

                                                      Johnny RIVES

Pour mémoire :

Grand Prix du Brésil 2017
Grand Prix du Brésil 2016
Grand Prix du Brésil 2015
Grand Prix du Brésil 2014
Grand Prix du Brésil 2013

 

VERSTAPPEN FURIBARD.

Grand Prix du Brésil 2018
Grand Prix du Brésil 2018 – Accrochage Ocon – Verstappen @ DR

Grand Prix du Brésil 2018 –  Le fait qu’il comptât un tour de retard sur Verstappen au moment de leur accrochage a immédiatement placé la responsabilité de l’accident sur le dos d’Esteban Ocon. Max n’a d’ailleurs pas attendu longtemps pour aller lui en faire le reproche. Simple bousculade qui, n’ayant pas échappé aux cameras, reflète une image inhabituelle en F1. Et plutôt fâcheuse. Ocon responsable de ce mauvais tour ?

 Le fait qu’il ait déjà été mêlé à plusieurs imbroglios dans lesquels son innocence n’était pas flagrante ne plaide pas en sa faveur. Péremptoire, comme il l’est souvent, Jacques Villeneuve n’a pas hésité à l’accabler. Mais Ocon doit-il seul supporter les blâmes ? On imaginait ce qu’aurait fait Hamilton à la place de Verstappen, dans la même circonstance. N’aurait-il pas été plus circonspect ? Sans rejeter complètement la responsabilité du Français, nous pensions que Max avait partiellement été victime de son manque d’humilité. Jusque là, il avait marqué sa nette domination sur ce G.P. du Brésil. De quoi se sentir plus fort que tout et que tous. Alors, dans ces circonstances, que pouvait peser un modeste Ocon à ses yeux ? Avec son avantage d’une demie longueur de voiture, Max plongea donc à la corde…

Grand Prix du Brésil 2018
Grand Prix du Brésil 2018 – Esteban Ocon @ DR

 Après coup, quelle bonne surprise d’entendre Lewis Hamilton lui affirmer sa responsabilité lorsqu’ils se croisèrent avant la cérémonie du podium. « Oui, Ocon était un tour derrière toi, admit-il devant Verstappen médusé : mais il pouvait t’attaquer pour revenir dans le même tour que toi. Il en avait le droit. Dans cette affaire, il avait beaucoup à gagner. Alors que toi, tu avais beaucoup à perdre. Mais tu n’en as pas tenu compte et tu as beaucoup perdu ! »

EN ATTENDANT LE HONDA.

Grand Prix du Brésil 2018
Grand Prix du Brésil 2018 – Max Verstappen @ DR

 Autre réflexion surprenante, de Verstappen celle-là : « L’année prochaine sera encore plus favorable pour nous car nous aurons un meilleur moteur ! » Max ne se prive jamais d’accabler Renault. Même lors du Grand Prix du Brésil 2018. On voit mal sur quoi il a étayé cette certitude. Il a effectué à Interlagos des dépassements d’anthologie successivement sur Raïkkonen, Vettel et Bottas pour menacer Hamilton. Et s’emparer de la première place (19e tour) quand celui-ci dut changer ses pneus méchamment cloqués. De nouveau 2e quand il fit changer les siens dix-sept tours plus tard, il combla avec aisance son retard sur la Mercedes n°44 qu’il dépassa avant même le freinage pour le « S » Senna, en pleine ligne droite, devant les stands ! Si mauvais que ça le Renault ?

 Et le Honda ? On s’était attaché à suivre le début de course de Pierre Gasly,  qui tentait avec panache de suivre le rythme imposé par Leclerc et Grosjean, les deux plus rapides des « autres ». Mais après 10 tours de course, la Toro Rosso à moteur Honda comptait huit secondes de retard sur la Sauber et la Haas, toutes deux à moteur Ferrari. L’affaire était entendue : les progrès annoncés par Honda n’étaient pas encore perceptibles. Heureusement pour Verstappen et Red Bull, les Japonais ont encore quelques mois devant eux pour progresser avant que ne débute la prochaine saison.

RENAULT : COUP D’ARRÊT.

Grand Prix du Brésil 2018
Grand Prix du Brésil 2018 – Renault @ DR

Après le joli coup réussi par Hulkenberg au Mexique (6e et meilleur des « autres ») on attendait confirmation de l’équipe Renault. En vain. Les F1 jaune et noir n’ont jamais été dans le bon rythme lors du Grand Prix du Brésil 2018, comme le souligne la 12e place de Carlos Sainz derrière la Toro Rosso-Honda de Hartley. L’équipe française conserve néanmoins sa 4e place au championnat des constructeurs. Comme l’a souligné Alain Prost à nos amis de L’Equipe, l’arrivée de Daniel Ricciardo chez Renault va « leur faire gagner du temps ». Et cela dans toute l’acception du terme : pour le développement technique de la F1 Renault de 2019 et dans les chronos ! Comme l’a souligné le GP du Brésil, Ricciardo appartient en effet aux tout meilleurs pilotes actuels, au même titre qu’Hamilton et Verstappen. Mal placé sur la grille à cause d’une pénalité, il a réussi à terminer tout près du vainqueur (5’’193), signant au passage un meilleur tour (1’11’’343) que seuls Bottas et Vettel ont réussi à battre parce qu’ils ont changé deux fois de pneus, ce qui n’a pas été le cas de leurs adversaires directs. Ces mêmes Bottas et Vettel qui ont subi la loi de leurs équipiers sur le sélectif circuit d’Interlagos…

Johnny Rives

Johnny Rives entre au journal l'Équipe en juin 1960 pour y devenir le spécialiste des sports automobiles. Il commenta les grands-prix de Formule 1 sur TF1 avec Jean-Louis Moncet, Alain Prost, et Pierre van Vliet de 1994 à 1996. Johnny Rives a encouragé le démarrage de Classic COURSES auquel il collabore depuis le début.

Johnny Rives has 158 posts and counting. See all posts by Johnny Rives

9 pensées sur “Grand Prix du Brésil 2018 – LES RED BULL ÉTAIENT MEILLEURES

  • A l’heure ou les réseaux sociaux se déchirent sur la responsabilité de ce fameux accrochage , quel plaisir de lire ce billet bien construit et pondéré .L’expérience , ça paie ! MerciM.RIVES
    Et un grand bravo à Mercedes et Hamilton dont le moteur était parait il sur le point de casser pendant la course ; mais est ce vraiment de la course de F1 quand le dépannage est fait par Internet depuis l’Angleterre ?

    Répondre
  • « L’année prochaine nous sera plus favorable car nous aurons un meilleur moteur ». Johnny, merci de garder cette sentence bien au chaud dans tes archives, pour nous la ressortir au bon moment au cas (assez probable) où le V6 Honda aurait quelques petites difficultés à s’imposer au plus haut niveau.

    Répondre
  • Esteban lui a joué « un tour d’Ocon »… J’aime bien ! En tout cas aucun des deux ne mérite d’être descendu en flêche ! On a vu bien pire dans le passé, souvenez-vous de la réaction de Piquet menant le GP d’allemagne 1982, éjecté par un retardataire (Salazar). Max l’a joué soft sur ce coup-là si on tient compte du sourire malvenu d’Ocon et du taux d’adrénaline alors à son… MAX chez le batave.

    Répondre
  • Toujours clairvoyant et concis dans vos commentaires Mr RIVES. Vraiment dommage cet accrochage qui ne joue pas vraiment en faveur d’Esteban OCON compte-tenu des précédents le concernant (GASLY).A posteriori, Max VERSTAPPEN semble avoir manqué de patience et peut-être de claivoyance (trop sûr de son fait), le mal est fait,et pourquoi son stand ne l’a-t’il pas averti du retour de la Force India,la télémétrie doit pouvoir servir. Est-ce que cet accrochage ne va- t’il pas desservir le pilote Français? Wait and see.

    Répondre
  • Cher Johnny
    Penses-tu qu’après ce magnifique gd prix du Brēsil
    Mercedes va virer Bottas, comme l’a pensé certainement ce pauvre Esteban ?
    Ah, ce championnat des constructeurs a tué la F1 !!!
    Amicalement

    Répondre
  • Bien sûr, la personne réfléchie sera toujours … réfléchie.

    C’était une course de F1; la seule position qui compte est celle du leader et tout le monde sur la piste le sait. La 14ème place à contester un corner avec le leader est un crime.

    Lorsque les amateurs de sport ou les chroniqueurs (certains d’entre eux sont d’accord avec vous) pensent que le leader est un homme sage qui devrait penser pour le bien, le beau, le juste, nous arrivons à cette F1 endormie.

    Eliseo Salazar, Satoru Nakagima, père de Verstappen, Schlesser et tant d’autres sont entrés dans l’histoire en tant que retardataires inattentifs. Ils vont de pair avec Ocon: des fous historiques.

    Déjà le Max Verstapen est déjà dans l’histoire aussi rapide et féroce.

    Répondre
  • Il y a dix ans Lewis Hamilton était champion du Monde pour la première fois. Au départ de la course seuls le brésilien Felipe Massa et lui pouvaient encore prétendre au titre. Avec 7 points d avance il lui suffisait de finir 5e si Massa gagnait.
    C est précisément de cette manière que se dessinait l issue de la course lorsqu à dix tours de la fin il se mit à pleuvoir.
    :amilton se retrouva 6e dans le dernier tour. Titre perdu. Massa champion. Mais le songe passa, le temps de quelques secondes après qu il eut franchi la ligne d arrivée. Le temps nécessaire à Hamilton pour passer Glock dans la montée précédant les stands…
    On se souvient des bras levés du père de Massa dans le stand Ferrari. Puis ses yeux incrédules regardant le tableau du classement. Et ses bras désespérés revenant sur sa tête…

    Répondre
  • Johnny RIVES simply the best…
    Ah si tous les docteurs es-f1 n’ayant jamais mis les fesses dans un baquet de monoplace pouvait lire les billets de Johnny, le monde mécanique se porterait mieux.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.