9 octobre 2018

Grand Prix du Japon 2018, PREUVE PAR NEUF

Grand Prix du Japon 2018 – Neuf victoires en dix-sept grands prix, qui dit mieux en 2018 ? Nul autre que Lewis Hamilton, bien sûr. Science exacte, l’arithmétique nous affirme que l’Anglais n’est pas encore champion du monde en dépit de ce palmarès élogieux. Il est vrai que lors des quatre épreuves à venir pour clore la saison (Etats-Unis, Mexique, Brésil, Abou Dhabi) Sebastian Vettel pourrait marquer cent points, s’il gagnait quatre fois. Comme il n’en compte « que » 67 de retard, le titre reste théoriquement à sa portée.

Mais chacun sait qu’il y a loin de la théorie à la pratique. Car qui pourrait croire à un tel dénouement ? D’autant qu’une autre condition serait nécessaire : qu’Hamilton fasse chou blanc ! Plus qu’improbable, si l’on se fie aux évènements récents qui ont couronné le talent d’un pilote et l’organisation impeccable de son équipe.

L’éventualité est d’autant plus improbable si l’on retient le marasme dans lequel se vautre la Scuderia Ferrari où l’on enchaîne les erreurs comme les perles d’un collier de malheur. Suzuka l’a encore mis en évidence.

N’en déplaise à dame arithmétique, et comme en attestent les neuf victoires qu’il totalise depuis le début de la saison, le titre reviendra donc, une fois encore à Lewis Hamilton. Ce sera son cinquième, comme Juan-Manuel Fangio, autre grand de l’histoire de la course.

Johnny Rives

Pour mémoire

2018 Grand Prix du Japon
2017 Grand Prix du Japon
2016 Grand Prix du Japon
2015 Grand Prix du Japon
2014 Grand Prix du Japon

HOCKENHEIM, LA PLAQUE TOURNANTE

Grand Prix du Japon 2018

GP Japon 2018 – Mercedes @ DR

Grand Prix du Japon 2018 – Au soir du G.P. de Grande-Bretagne, le juillet dernier, Vettel occupait la tête du championnat du monde avec 8 points d’avance sur Hamilton. A cette date, les deux rivaux en étaient à quatre victoires contre trois à l’avantage de l’Allemand. Puis tout s’est déréglé à partir de l’épreuve suivante (Allemagne). Alors qu’il était en passe de triompher et de porter son avance sur Hamilton (alors 2e) à 15 points, Vettel commit la pire, la plus inattendue et finalement la plus impactante de ses erreurs.

Piégé par la piste humide, il se retrouva au décor et ouvrit du même coup en grand la route du titre mondial pour Hamilton. Dès lors, pression aidant, tout alla de travers pour Ferrari à une seule exception près – la victoire de Vettel au G.P. de Belgique. Partout ailleurs Hamilton et Mercedes se montrèrent irrésistibles. Entre Hockenheim et Suzuka, Lewis et la firme à l’étoile ont enchainé rien moins que six victoires en sept courses, excusez du peu !

SYNTHÈSE D’UN ÉCHEC

Grand Prix du Japon 2018

GP Japon 2018 – Ferrari Fans @ DR

Lors du Grand Prix du Japon 2018, à Suzuka, Ferrari nous a offert la synthèse de toutes les erreurs accumulées depuis la bévue d’Hockenheim. Pour commencer, option surprenante (et ridicule) lors des qualifications, en chaussant ses deux F1 de pneus « intermédiaires » comportant de profondes rainures destinées à évacuer l’eau ruisselant sur la piste pour éviter l’aquaplaning. Mais d’eau sur la piste, il n’y en avait pas. Elle était  tout juste humide. Si bien qu’après une tentative infructueuse, Vettel et Raïkkonen tout penauds effectuaient leur retour au stand.

Cependant que tous ceux qui roulaient en « slicks » (dont les Mercedes, bien sûr) signaient des performances de qualité. Changements de roues effectués, les Ferrari reprirent donc la piste en pneus « slicks ». Mais trop tard. Car l’averse espérée en début de cession se produisait alors. C’est ainsi que Vettel dut se contenter du 9e temps, à plus de quatre secondes de la pole d’Hamilton.

Grand Prix du Japon 2018

GP Japon 2018 – Sebastian Vettel @ DR

 En course, ce ne fut pas mieux. Vettel, malgré sa mauvaise place sur la grille, pouvait ambitionner la 3e place, voire mieux. Mais il en fut privé par une nouvelle faute. Un excès de précipitation. Il  tenta de dépasser Verstappen (3e) dans la très délicate courbe dite « Spoon », au bout du circuit. L’accrochage était fatal. Après quoi Vettel se retrouva 19e et tout un chapelet de F1 à dépasser avant de se lancer à proprement parler à la poursuite de son rival – qui caracolait en toute sécurité à l’avant. Bien content, après tout ça, de s’être classé 6e… et dernier des six pilotes les mieux armés de la F1. Dès lors, qu’est-ce qu’Hamilton pourrait redouter ?

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le !

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

Visitez notre boutique en ligne :

Johnny Rives

Johnny Rives : Une passion terrible, la vitesse

29,00
Johnny Rives

Une passion terrible, la vitesse

Johnny Rives nous livre ses souvenirs de course et partage avec nous les moments forts et les rencontres de quatre décennies passées au bord des pistes. On l'attendait depuis longtemps. Edité par Classic-Courses, Coco-B-Editions et Jamval Editions ce livre de 256 pages, préfacé par Henri Pescarolo contient 165 photos couleurs et noir et blanc.

François Mazet, Mes vies à toute vitesse

24,00
Au début des années 1970 François Mazet était considéré comme l'un des principaux espoirs de la F1 française. Champion de France de F3 1969, il accédait à la discipline reine du sport automobile lors du GP de France 1971 avant de voir sa progression contrariée par la crise pétrolière. Trop vite achevée en 1973, sa carrière s'ouvrait dès lors sur d'autres défis riches d'incroyables rencontres et de paris insensés. La trajectoire de François Mazet est plurielle, tout comme sa vie. Du swinging London des années 1960 à la Citronneraie de Menton, en passant par les paddocks de F1, c'est à un incroyable voyage que ce livre nous convie.    
François Mazet

F2 Pau 1970 - Qualifié en 1e ligne entre Jack Brabham et Jochen Rindt © Archives personnelles François Mazet

Vos commentaires les plus récents :

D’autres articles à découvrir :

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

9 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments

Contribuez à Classic-Courses

Pour raconter l’histoire de la course automobile, il nous faut du temps, de la documentation, des photos, des films, des contributeurs de tous âges et des geeks qui tournent comme des F1 !

Nous soutenir

Pour que notre aventure demeure bénévole et collaborative et que nous puissions continuer à écrire nos articles au gré de nos envies, en toute indépendance.