Rétromobile 2016 : Brosses, boîtiers et palettes

La galerie des artistes à Rétromobile 2016 reste l’endroit immanquable du salon où l’on se prend à rêver les yeux ouverts de vitesse et de bruit devant les oeuvres exposées. L’occasion aussi de prendre des nouvelles des uns et des autres, de suivre les évolutions de chacun, et de faire de belles découvertes. Cette année, un gros coup de cœur nous est venu de l’Est.

Pierre Ménard

Commençons tout d’abord par quelqu’un dont nous avons souvent admiré les toiles à la matière brute, mais qui cette année a attiré notre œil grâce à un sujet de prédilection commun : la musique. Artiste britannique installé en France depuis trente ans, Stanley Rose a décidé de rendre hommage au blues noir des années cinquante. Cinq grandes toiles (presque) en noir et blanc avec un objet culte commun : une Gibson 335, la guitare du blues.CC Rétromobile 2016 Artistes 2

« J’adore la forme de cette guitare, elle est d’une harmonie extraordinaire. Et elle va bien avec l’ambiance années cinquante que je voulais rendre dans ces toiles. J’avais déjà peints deux toiles en hommage à BB King, juste après sa mort, que j’ai vendu aussitôt à Pebble Beach en août dernier. Du coup pour Rétromobile, je me suis dit qu’associer des voitures mythiques à ces grands noms du blues serait peut-être une bonne idée.  Nous avons la Cadillac pour BB King, la Buick pour Muddy Waters et la Road Master CC Rétromobile 2016 Artistes 3pour John Lee Hooker. Je ne pouvais pas ne pas représenter ceux qui ont été les plus grands porte-paroles de ces gens-là, à savoir Keith Richards et Mick Jagger. Et pour Keith, la fameuse Bentley ‘Blue Lena’ s’imposait. Pour rendre l’atmosphère si particulière de ces ‘fifties’, j’ai opté pour le N&B, en y incorporant quelques touches de couleur ».

En dehors de ce thème spécifique, Stanley Rose continue de proposer sa propre vision de la course, notamment sur des toiles de petite taille, traitées à la brosse et baignées d’une lumière impressionniste, comme ce Nuvolari poussant son Alfa Romeo avec la dernière énergie (« J’adore les années d’avant-guerre, et puis ces petits formats sont plus abordables pour beaucoup de gens »). Un livre rétrospectif, « Wheels of life », est à paraître début juillet chez Jamval Editions.CC Rétromobile 2016 Artistes 4

http://www.stanley-rose.com/

CC Rétromobile 2016 Artistes 5Christian Bedeï fait un peu partie de la famille Classic Courses. Mais le photographe-journaliste que nous connaissons bien a cédé cette année la place au photographe-artiste, avec une volonté nette de présenter les voitures différemment que toutes ces années passées à alimenter les magazines auto. « Dans la presse, on me demande toujours d’être très descriptif, CC Rétromobile 2016 Artistes 6et toujours de la même manière : trois quarts avant, trois quarts arrière. Là j’avais envie de laisser plus de place à la suggestion, au mystère ».

D’où ces visions inédites de détails de carrosserie, de courbures intrigantes ou de compositions de lumière : « Je ne suis pas lassé de ce que je fais depuis trente ans, mais j’avais envie d’autre chose, de jouer avec les lumières, les textures, les matières. Je ne voulais pas montrer la Renault d’avant-guerre dans son entièreté, par exemple. Le vieux sigle défraichi et la carrosserie rouillée indiquent immédiatement de quelle époque vient l’auto. Pareil pour les portes mal alignées de la Peugeot : le temps a exercé son outrage. Pour la Corvette au Mans, c’est la lumière et la vitesse qui m’ont guidé. Je n’avais plus envie de montrer la voiture dans toute sa netteté et sa lisibilité ».

Et puis, il y a ce monstre, cet Alien venu des profondeurs qui attire immédiatement le regard : « Cette W196 était exposée sur le stand Mercedes il y a deux ans à Rétromobile. Et là, c’est mon côté ‘plongée’ qui a accroché : j’ai tout de suite vu une sorte de poulpe à deux branchies, avec ses yeux globuleux, et j’ai cliqué ». De fait, beaucoup de gens ont la même vision subaquatique en voyant l’habitacle de cette célébrissime F1 pris de l’arrière au téléobjectif.CC Rétromobile 2016 Artistes 7

La démarche de Christian étant toute récente, le mieux est de nous contacter pour tous renseignements sur les tirages à vendre, avant que l’artiste ait définitivement mis en place un système mieux approprié à la vente.

C’est un fantasme partagé par beaucoup : faire revivre au plus près des évènements datant d’un temps où les seules photos disponibles sont de vieux clichés granuleux en noir et blanc. Certains peintres s’essaient à cet art difficile, de manière impressionniste ou hyperréaliste, mais nous rêvons tous de la photo couleur improbable qui nous montrerait Caracciola gagnant un Grand Prix sur sa Mercedes ou de Nuvolari bataillant ferme au volant de sons Alfa devant la meute des voitures allemandes. Avec Unique & Limited, le rêve devient réalité.CC Rétromobile 2016 Artistes 8

Créée à Prague il y a trois ans, cette petite structure de six personnes a démarré on existence sur la réalisation de cet acte a priori impossible : faire revivre grâce à la photo couleur les scènes des glorieuses batailles d’autrefois. « Jan, notre photographe, est un fou de cette période d’entre-deux guerres avec ces voitures incroyables, nous explique Isabell Mayrhofer, la coordinatrice du projet, et rêvait de reconstituer ces scènes avec les moyens technologiques du XXIe siècle. De fait, nous nous servons de la photo, de la modélisation 3D pour les voitures et de photoshop pour le montage général.CC Rétromobile 2016 Artistes 9

Pour la Targa Florio 1964 par exemple, Jan est allé en Sicile pour prendre la rue en photo. Nous avons ensuite enlevé grâce à l’informatique le mobilier urbain moderne, « refait » certaines façades de maison avec le vieux revêtement pour redonner à l’endroit son aspect d’autrefois, puis inséré la GTO bleu et jaune modélisée et enfin les acteurs, grimés et habillés, que nous avons fait poser en studio car ça revenait trop cher d’emmener tout le monde en Sicile ».

Au final, ces tirages géants à tomber par terre tellement leur représentation est criante de vérité nous ont laissé sans voix. Admirer « comme si on y était » la ruche Mercedes en effervescence poncer durant la nuit de l’Eifelrennen 1934 les carrosseries blanches pour amener les monoplaces au poids légal, Nuvolari dans les rues de Brno tenir tête à Caracciola, ou Neubauer extraire Von Brauchitsch de sa Mercedes en feu dans les stands au Nürburgring en 1938 est un plaisir rare et intense. Nous ne pouvons que vous conseiller d’aller visiter leur site qui explique très bien comment se fabrique une scène historique. CC Rétromobile 2016 Artistes 10

http://www.unique-limited.com/

Illustrations : 

1- Le Mans 1971 – Unique & Limited
2- BB’s Cadillac blues – Stanley Rose
3- Nuvolari Alfa – Stanley Rose
4- Muddy’s Buick blues – Stanley Rose
5- Mercedes W196 – Christian Bedeï
6- Renault – Christian Bedeï
7- Corvette au Mans – Christian Bedeï
8- Brno 1937 – Unique & Limited
9- Targa Florio 1964 – Unique & Limited
10- Nürburgring 1938 – Unique & Limited

 

Pierre Ménard

Illustrateur de formation et passionné de Formule 1, il collabore à la revue Auto-Passion de 1993 à 2001, ainsi qu’à l’annuel L’Année Formule 1 de 1996 à 2013. En 1997, il participera par le graphisme au début de l’aventure Prost Grand Prix. En 1999, Pierre Ménard produit la Grande Encyclopédie de la Formule 1, aux Editions Chronosports, ouvrage réédité à quatre reprises. Il est également le co-auteur, avec Jacques Vassal, de biographies sur Juan Manuel Fangio, Stirling Moss, Alberto Ascari, Niki Lauda, Ayrton Senna et Alain Prost dans la collection Les légendes de la Formule 1, toujours aux Editions Chronosports. Il a également collaboré à l’élaboration du livre de Jean-Claude Baudier La magie du diorama, aux Editions du Palmier. En tant que journaliste historique, il écrit dans le magazine Automobile Historique de 2001 à 2005, et depuis 2012 dans Grand Prix. Il a rejoint feu Mémoire des Stands en 2008 et fut associé à l’aventure Classic COURSES dès septembre 2012.

Pierre Ménard has 64 posts and counting. Tous les articles de Pierre Ménard

Pierre Ménard

9 pensées sur “Rétromobile 2016 : Brosses, boîtiers et palettes

  • Avatar

    Bravo à Christian Bedei pour son « Allien Mercedes ». Je ne connaissais pas cette photo. Elle aurait pu tout à fait rivaliser avec celle du jeune Florent Gooden « Comme un visage fatigué » récemment récompensée, représentant les échappements d’une Porsche aux 24 heures du Mans. Comme quoi les « anciens » ont encore des ressources ! Félicitations à Christian, discret et sympathique confrère.

    Répondre
  • Avatar

    Sublime cette photo tout en filé de la Corvette au MANS et bravo à Christian l’artiste . Ou et comment en acheter un tirage ?
    Je suis plus dubitatif sur la démarche « unique et limited  » qui me fait penser à un banal et sans talent artistique bidouillage photoshop .
    Christian B fait de l’ art et crée l’émotion avec sa photo , les autres surfent sur une vague rétro visant à se faire du fric facile (on fait poser les acteurs en studio , trop cher de les emmener en Sicile !) .
    Merci pour ce billet et les magnifiques toiles de M. ROSE : BB , Luciile et la Cad .

    Répondre
    • Avatar

      Du fric facile ??? Il y a de trois à six mois de boulot sur ces montages photos, Jego. Que vous n’aimiez pas la démarche, c’est votre droit le plus strict, mais de là à parler de « fric facile », c’est aussi… un peu facile.

      Répondre
  • Avatar

    Pour celles et ceux qui seraient intéressés par les photos de Christian Bedeï, vous pouvez directement nous écrire (classiccourses@bbox.fr) et nous ferons suivre à Christian.

    Répondre
  • Avatar

    Je me suis également fait expliquer la démarche des tchèques. Très intéressant et complexe. Mérite le respect. Ils sont très jeunes. La petite trentaine. Passionnés comme nous. Et la période qu ila préfèrent est celle des flèches d argent version 1930. Comme le dit Pierre c est un travail de fous. Photos d époque. Digitalisation. Photos en studio. Montage des composantes de l image finale. Plusieurs mois de travail. Franchement impressionné par la démarche liant plusieurs époques. Et beau résultat. Classic quoi 🙂

    Répondre
  • Avatar

    Pour moi , une photo réussie vient de la démarche d’un ASSET , d’un Zurini , d’un Bedei ou bien d’autres qui se mettent sur le bord du circuit et …attendent le moment propice pour un sublime instatané comme celui de cette Corvette bleu/blanc au MANS : il aurait pu tout rater , mais il a réussi.
    La compet auto , c’est la vitesse , de l’instantané , ce sont des émotions : Ou est l’émotion et l’instant volé dans un truc de 6 mois sur photoshop ?
    Mais il faut de tout pour plaire à tous .

    Répondre
    • Avatar

      Comparez ce qui est comparable…On ne parle pas de photo, mais de la re-création d’une scène fantasmée, en mêlant photo-cinéma-ordinateur..
      L’émotion ? elle naît simplement de la passion qu’il faut à cette jeune entreprise pour mettre en images des instantanés d’autrefois. Allez visiter leur site et comprendre les techniques employées au lieu de réduire cet art (nouveau) à « un truc de 6 mois sur photoshop »….

      Répondre
    • Avatar

      Un peinture sur toile, c’est un instantané peut-être ? Il y a des fois où on gagne mieux à se taire à défaut de reconnaître humblement son tort !

      Répondre
  • Avatar

    Bonjour, ça permet peut-être juste de recréer une scène de l’époque des Titans avec les qualités visuelles d’aujourd’hui ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *