Antoine le pilote au Musée Automobile de Monaco

4 5 votes
Évaluation de l'article

Au moment où le Grand Prix de Monaco s’apprête à vivre une exceptionnelle trilogie avec le Grand Prix Historique, L’e-Grand Prix et le Grand Prix F1, Yvon Amiel nous présente son personnage, Antoine le pilote.
Une exposition lui est consacrée au Musée Automobile de Monaco depuis fin 2020, mais celui-ci est actuellement fermé au public, Covid oblige. Une ouverture est espérée pendant le Grand Prix. A suivre…

Olivier ROGAR

Vous pourriez être intéressés par :

Le site Antoine le pilote
Le site du Musée Automobile de Monaco

Yvon Amiel (c) DR


Classic-Courses : Yvon Amiel, comment passe-ton du métier de dentiste à celui d’auteur et dessinateur de livres illustrés pour enfants ?

Yvon Amiel : J’ai été dentiste pendant 35 ans. Confinement aidant j’ai pris un peu de recul et après quelques nuits de cogitation je me suis réveillé un matin en me disant que la vie était trop courte pour ne pas faire ce que l’on aimait.

Au départ je faisais du dessin de presse chez Auto-Hebdo, j’étais allé les voir rue de Lille, j’étais encore au lycée. Je leur avais montré mes dessins et ils m’avaient pris pour faire quelques illustrations. Puis j’ai dessiné pour un peu tout le monde. Mais c’était ponctuel. Avec le dessin de presse, il n’y avait pas de perspectives pour moi. Je me suis donc consacré à mon travail.

Classic-Courses : Quels sont les dessinateurs qui vous ont inspiré ?

Yvon Amiel : Mon dessinateur fétiche c’est Franquin. Gaston Lagaffe. Aérien et caricatural. Il y a eu aussi Jean Graton jusque dans les années 70. Figuratif. De très belles histoires.  

Franquin
Gaston-Lagaffe-Franquin (c) DR

Classic-Courses : Puis un jour…

Yvon Amiel : Mon fils est né en 2004, j’avais l’habitude de lui lire des livres et des albums pour enfants. C’est comme cela que m’est venue l’idée de faire un personnage de courses automobiles qui s’adresse aux enfants. Pas refaire Michel Vaillant. Inimitable, inégalable. Jean Graton a tout inventé. J’ai donc pris les choses à l’opposé de cette BD.

Antoine le pilote ce sont des livres illustrés et non une bande dessinée. Antoine n’a pas de visage, il a toujours un casque. On ne connait pas non plus sa famille. Il ne court que sur des voitures existantes. Et il va sur tous les grands circuits du monde. Mais c’est intemporel.

Antoine le pilote
Antoine le pilote Monaco (c) Yvon Amiel

Classic-Courses : Ca mêle l’histoire et l’imaginaire.

Yvon Amiel : Avec cette construction, il y a le côté historique et le côté imaginaire. Par exemple j’ai fait l’album du Grand Prix de France et Antoine est sur la Matra MS 120 de Jean-Pierre Beltoise. Les parents ou grands-parents peuvent donc broder autour de ça pour faire connaître la course automobile aux plus jeunes. Lier l’histoire à leurs propres souvenirs.

Quand je fais le Grand Prix de Monaco, Antoine est dans la Jordan verte des débuts de Michael Schumacher. C’est intemporel. On peut voir Senna et Charles Leclerc dans la même course. Avec un ancrage années 70 qui sont celles que je préfère.

Antoine le pilote
Jacky Ickx (c) Classic Courses

Classic-Courses : Quand le premier album est-il sorti ?

Yvon Amiel : Le premier album est paru en 2009.  Le second album était sur le Dakar. Puis Richard Mille nous a commandé un album sur les 24 Heures du Mans. Depuis 2020 je suis édité par Gilletta qui est la maison d’édition de Nice Matin.  Nous en sommes au 13e avec celui sur le Grand Prix de Monaco.

Antoine le pilote
Grand Prix de Monaco (c) Yvon Amiel

Classic-Courses : Quelques pilotes célèbres sont venus voir l’exposition.

Yvon Amiel : Oui Charles Leclerc, Arthur Leclerc et Stéphane Ortelli. On recueille leurs signatures sur une bâche Antoine le pilote qui sera vendue aux enchères au profit des enfants des hôpitaux. Ca crée aussi une dynamique pour le musée, dont la nouvelle directrice, Valérie Closier, a mission de valoriser le patrimoine et la notoriété. Le Musée déménagera d’ailleurs prochainement dans de nouvelles structures du côté de la piscine.   

Charles Leclec
Charles Leclerc (c) DR

Classic-Courses : Pensez-vous que les jeunes soient toujours intéressés par le sport automobile ?

Yvon Amiel : J’espère attirer l’intérêt des plus jeunes vers le sport automobile. Même si c’est une démarche dont le succès n’est pas garanti. Sécurité, environnement, communication : tout contribue à dévaloriser l’automobile et donc le sport automobile malgré toutes les belles valeurs qu’il porte. Peut-être faudrait-il que les fédérations travaillent aussi sur ce sujet…

Antoine le pilote
Exposition Antoine le pilote (c) Classic-Courses

Classic-Courses : Vous avez créé des produits dérivés également.

Yvon Amiel : Oui effectivement c’est visible sur notre site. Il y a des statues, des figurines, des tableaux etc… Dans ces deux derniers cas, il y a toujours 26 exemplaires. Le chiffre fétiche d’Antoine le pilote. Un clin d’œil à Jacques Laffite !  

Antoine le pilote
Niki Lauda et James Hunt (c) Classic-Courses
Antoine le pilote
Niki Lauda – James Hunt (c) Classic-Courses

Classic-Courses : Quels sont vos nouveaux projets ?

Yvon Amiel : Le prochain album sera sur le Tour de Corse. On va voir quelques villes corses, quelques spéciales corses célèbres. On espère que ça plaira aux Corses !
En ce moment je dessine « Antoine au Tour de France Automobile ». Avec les Matra 650, Ferrari 512 M etc… Il devrait sortir pour Noël 2021.   

Vous pourriez aimer : Le site Antoine le pilote

Quelques photos du Musée Automobile de Monaco

Le site du Musée Automobile de Monaco

4 5 votes
Évaluation de l'article

Olivier Rogar

« D’aussi loin que je me souvienne l’automobile m’a passionné. Les cartes postales de tacots, les goûters au Pub Renault avec ma tante puis la course de côte de Saint Antonin à Aix en Provence et enfin le Grand Prix de France au Paul Ricard m’ont fait passer d’Auto-Poche et l’Automobile à Sport-Auto, Auto-Hebdo, et – surtout – l’Equipe. Fascination pour les protos du Mans d’abord. Puis pour les F1 lors de cette incroyable saison 1976. Monde aussi inaccessible que fascinant que j’ai fini par tangenter en 1979-80 au Paul-Ricard puis en Angleterre. Les quelques photos que j’y avais commises et cette passion inextinguible m’ont amené à collaborer avec l’excellent « Mémoires des Stands » puis, à sa disparition, en 2012, à créer Classic COURSES avec l’aide et les encouragements de Pierre Ménard et Johnny Rives. L’esprit d’entreprise qui m’habite trouve dans le sport automobile les valeurs de précision, de prise de risques, de rapidité à prendre des décisions dont la maîtrise conditionne toute réussite. »

S’abonner
Notifier de
guest
6 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Daniel Gautiez

« Valérie Closier, a pour mission de valoriser le patrimoine et la notoriété… » Super !

richard JEGO

Il me semblait qu’Yvon AMIEL s’était inspiré du pilote français Antoine LECLERC pour créer ce personnage de BD ..Si je ne me trompe pas , je suis un peu surpris qu’il soit passé sous silence .

Amiel

Bonjour,
ce n’est pas tout à fait dans ce sens : Antoine le Pilote existait déjà quand j’ai proposé à Antoine Leclerc d’incarner le personnage dans la réalité de le Course Automobile. Ce qu’il continue de faire très bien, sauf qu’il a moins couru ces dernières années et donc son casque aux couleurs Antoine le Pilote est moins apparu.
On le verra cette saison dans les championnats GT4 au volant d’une Alpine.

richard JEGO

Dont acte , merci M.AMIEL .
Mais quel que soit le sens , je constate que sans mon intervention , son nom et sa contribution ne seraient jamais apparu .

Christophe Montariol

26=2×13…
N’y a-t-il pas eu treize numéros d’une revue destinée aux jeunes passionnés, avec Antoine pour héros ?
Plutôt bien fabriquée et bien foutue.
Qui la passe sous silence ? Yvon Amiel ? Olivier Rogar ?