Ferrari, 70 ans de course automobile

Tel est le titre du livre de Jean-Louis Moncet et Johnny Rives publié chez Mondadori France, comprenez Sport Auto. Si nous ne craignions de leur manquer de respect, nous dirions que les deux compères ont laissé parler leur coeur de jeune homme. Eux qui cumulent plus de 500 Grand Prix live chacun, ont pour les voitures rouges la passion de leurs vingt ans. Leur ouvrage parle d’un sujet qui est devenu presque banal, Ferrari, mais avec une fraîcheur de ton, une densité de contenu et une précision d’information qui en font un passionnant ouvrage. L’un de ceux qu’on lit d’une traite puis que l’on garde à portée de main, sûr d’y découvrir de nouvelles choses et d’y passer un bon moment chaque fois qu’on s’y replonge. Rien d’anormal, pas d’opportunisme ici.  La générosité de deux vies fascinées par Ferrari offertes en partage aux passionnés. On les suit volontiers parce qu’ils savent de quoi ils parlent. Et pour cause, ils l’ont vécu.

Olivier Rogar

La geste

Enzo Ferrari - Clay Regazzoni - Niki Lauda 1976 @ DR
Enzo Ferrari – Clay Regazzoni – Niki Lauda 1976 @ DR

Comme le rappelle l’éditeur, Jean-Louis Moncet a débuté à Sport Auto en 1971 avant de rejoindre l’Auto Journal fin 1979. Il couvre la F1 depuis 1978 et a commenté les Grands Prix à la télévision pendant 25 ans. Il a écrit dix livres sur le sport automobile.  Quant à Johnny Rives que nos lecteurs connaissent bien, faut-il rappeler qu’il a suivi les plus grandes compétitions automobiles pour le journal « L’Equipe »  de 1960 à 1996, a également commenté les Grands Prix à la télévision et a écrit vingt quatre livres. Tous deux ont collaboré ou collaborent au magazine Sport Auto.

Numérisation_20170525 (16)

Le parti pris éditorial est intéressant car si la chronologie a été respectée, le fastidieux écueil de l’exhaustivité a été évité avec bonheur. L’objet, assez consistant, vous fait surfer pendant 178 pages et 93 chapitres ou inserts, sur les années remarquables, que ce soit par la course, les pilotes ou les voitures. De Formule 1. Une seconde partie beaucoup plus légère, évoque l’endurance et certaines courses comme les 24 heures du Mans ou les Mille Miglia et la Panamerica ainsi que les ingénieurs qui ont donné leur âme à la marque. Mais avant cela, bien sûr, il nous est fait le récit de l’histoire de l’Ingegnere Enzo Ferrari. Titre dont il était le plus fier. Plus qu’une histoire : une geste. Contée par deux de ceux qui ont approché, observé, échangé avec le mythe de son vivant.

Numérisation_20170525 (17)

Niki Alesi et Jean Lauda

Deux personnages aux caractères antagonistes qui doivent leur aura à leur passage dans la grande « Scuderia ». Niki dans sa  312 T2 en couverture : petit appel du pied aux cinéphiles marqués par le film de Ron Howard  ? Nous l’ignorons. Mais la personnalité de cet homme va tellement au-delà  de celle du pilote qu’elle nous semble être en phase avec cette passion Ferrari et l’esprit de ce dernier.  Quand il s’agit de passion …Jean, lui aussi a été vacciné au « Cavallino Rampante ». D’ailleurs il évoque une entrée en religion et ses années heureuses en F1… Les siennes firent partie des nôtres et combien avons-nous espéré pour lui les victoires que son talent méritait.  Son bonheur aurait-il mis sous l’éteignoir la possibilité d’un palmarès plus étoffé ?   De la psychologie sportive… Sa spontanéité nous vaut une préface donnant sa couleur à l’ouvrage, celle de la dévotion objective. Oui c’est possible.

Jean Alesi - Ferrari @ DR
Jean Alesi – Ferrari @ DR

Le visiteur sans notes

Nous ne décrirons pas par le menu, les 93 chapitres mentionnés plus haut mais nous attarderons sur quelques-uns d’entre eux, comme autant d’illustrations de ce formidable témoignage. En tout premier lieu, celui qui nous a le plus étonné, évoquant les visites de Johnny à Maranello entre 1973 et 1987 au cours desquelles il a pu interroger Enzo Ferrari sur les évolutions techniques et politiques de la F1. Les mots et cartes envoyées au journaliste par l’Ingegnere  montrent en quelle haute estime, dans une relation franche et directe, non exempte de reproches parfois, ce dernier le tenait. Mais le jeudi 29 mars 1973, on devine que Johnny malgré son flegme et sa tranquille assurance  était impressionné. La pièce est austère, sans décoration et dans une semi-pénombre. Johnny pose ses questions en français  et reçoit les réponse en italien. Pas d’enregistrement. Pas de notes. Telles étaient les conditions.  Et malgré le temps qui s’écoule entre interview et visite guidée, par Mr Ferrari lui-même, de la nouvelle piste de Fiorano et de ses installations puis apéritif « Formule 2 », Johnny parvient à retranscrire fidèlement les propos du « vieil homme de Maranello ». Si fidèlement  que celui – ci lui enverra un mot pour l’en féliciter ( « C’est la première fois qu’un journaliste m’interviewe sans note et rapporte avec une parfaite fidélité mes propos ») et  lui en fera la remarque en plusieurs occasions lors de visites ultérieures.  Neuf visites suivront jusqu’à celle du 11 décembre 1987 au cours de laquelle apparut au groupe qu’il avait convié à un déjeuner à Fiorano, un Ferrari disert mais fatigué. Ce sera sa dernière apparition publique.

Numérisation_20170525 (20)

L’audace

De la 375 F1 1950 à la F 2004, un parcours technique jalonné de chefs d’oeuvre et de ruptures. Conservateur l’Ingegnere ? Peut-être d’un point de vue technique mais souvent révolutionnaire aussi. Charmant ses hommes et leur faisant « se sortir les tripes ». Les sacrifiant à l’occasion. A l’image de ces autos qui avaient fait leur temps et finissaient au pilon. Paradoxe d’un management froid et pourtant émotionnel.

L’ingénieur Gioacchino Colombo est à l’origine des premières victoires dès 1947 avec les 125 et 166 et leurs V12 de petite cylindrée, il cède pourtant la place à son adjoint Aurélio Lampredi, adepte des grosses cylindrées qui concevra la 375. Celle-la même que José Froilan Gonzales conduira à la victoire au Grand Prix de Grande Bretagne en 1951. Une première pour Ferrari.

Jose Froilan Gonzales - GP Silverstone 1951 @ DR
Jose Froilan Gonzales – GP Silverstone 1951 @ DR

C’est sans hésitation que fin 1955, Ferrari récupère les merveilleuses Lancia D50 conçues par Vittorio Jano. Ce dernier rejoint également la Scuderia, améliore celle qui est devenue Ferrari – Lancia et permet à Fangio de remporter le titre 1956.

Passage au moteur central arrière en 1961. Carlo Chitti a eu de talent. La 156 F1 « Shark nose » et ses V6 Dino à 65° puis « Bellei » à 120° reste dans les mémoires. Championne du monde avec Phil Hill suite au drame de Monza. Quand Chris Rea commettra un film sur cette période, on se rendra compte que les « shark nose » n’existent plus.  Vous avez dit Pilon ?  La reconstitution de l’une d’elle fut son mérite. A propos fin 1961, révolution de palais. Toute l’équipe des ingénieurs est virée. A 26 ans Mauro Forghieri devient le responsable de toutes les activités sportives et expérimentales.

Phil Hill - Ferrari 156 Shark nose @ DR
Phil Hill – Ferrari 156 Shark nose @ DR

C’est certain, Ferrari avait fait sien l’adage «  bien diriger, c’est bien s’entourer » , mais 26 ans… il fallait y croire ! Après avoir conçu la jolie et efficace 312 en 1968 puis la B qui marqua la saison 1970, Mauro  Forghieri fait face aux Tyrrell et Lotus et ne retrouve pas la magie. Il s’égare même avec la 312 B2 « Spazzaneve » en 1973. Ce qui lui vaudra un exil dans le bureau de recherche de Modène. Et le murissement de la B3 qui sous la direction sportive de Luca di  Montezemolo conduira Ferrari vers les succès des années 1974 à 1979. A propos Ferrari aura attendu 1974 pour passer à la véritable monocoque alu.

John Surtees - Mauro Forghieri - Enzo Ferrari @ DR
Chris Amon – Mauro Forghieri – Enzo Ferrari @ DR

Toujours sous la direction de Forghieri, la 126 C2 de 1982 sera sacrée championne du monde malgré les drames de cette année. V6 Turbo, chassis conçu par l’anglais Harvey Postlewaite,  aérodynamique affinée dans la soufflerie Pininfarina, adhérence maximale. Et toujours pas de véritable coque carbone…

Didier Pironi - Ferrari 126 C2 1982 @ DR
Didier Pironi – Ferrari 126 C2 1982 @ DR

En 1990, Enzo n’est plus, Mauro Forghieri est parti vers d’autres horizons. Alain Prost est là. La 641 avec l’argentin Enrique Scalabroni est une évolution de la 639 conçue par John Barnard. Six victoires. Un titre échappé dans l’homérique combat contre Senna.

Alain Prost - Ferrari 641 1990 @ DR
Alain Prost – Ferrari 641 1990 @ DR

Cette fin des années 80 marque pourtant une évolution des philosophies. Ferrari a accepté l’internationalisation. Y compris de son management. Elle pose les bases d’une autre période. Celle de 1993 -2007. Le français Jean Todt prend en main l’organisation sportive. Il recrute les meilleurs. Schumacher tout d’abord. En 1996. Puis Ross Brawn et Rory Byrne. Cinq titres consécutifs suivront avec Schumacher, le plus prolifique vainqueur de Grands Prix de 2000 à 2004 puis un sixième en 2007 avec Raikkonen.

Michael Schumacher - Ferrari F 2004 @ DR
Michael Schumacher – Ferrari F 2004 @ DR

L’improbable

En 1956, Fangio fait équipe avec Peter Collins chez Ferrari. Arrivant au grand Prix d’Italie à Monza, il compte 30 points et son équipier 22.  En course c’est l’hécatombe. Les Ferrari Lancia souffrent. Et Fangio lui-même abandonne. Collins s’arrête aux stands. Il voit Fangio simple spectateur. Il saute de sa voiture et l’invite à  le relayer. Ce qui conduit à un partage des points entre les deux pilotes et prive Collins de toute chance de remporter le championnat.  En se justifiant, il ajouta de l’élégance à l’élégance : « Juan Manuel Fangio est le meilleur d’entre nous, il mérite de gagner. Moi je suis jeune, j’ai bien le temps de  devenir champion »….

Peter Collins laissant sa place à Fangio - Monza 1956 @ DR
Peter Collins laissant sa place à Fangio – Monza 1956 @ DR

Au Maroc en 1958, Moss gagne son quatrième Grand Prix de la saison et Mike Hawthorn, second, est titré. Pourtant quelques semaines plus tôt au Grand Prix du Portugal Hawthorn avait effectué une manoeuvre prohibée suite à une sortie de piste. Manœuvre lui ayant permis de sauver une seconde place. Il échappa à la mise hors course grâce à Moss qui plaida en sa faveur. Beau fairplay qui priva donc le champion sans couronne d’un probable titre…

Stirling Moss - Mike Hawthorn - GP Maroc 1958 @ DR
Stirling Moss – Mike Hawthorn – GP Maroc 1958 @ DR

En 1981, les Ferrari 126 CK de Villeneuve et Pironi sont des chevaux sauvages.  Brutalité du temps   de réponse des turbos, effet de sol, décrochages diaboliques et sèches reprises d’adhérence mettent à contribution les reflexes et le sang froid des pilotes.  A ce jeu l’instinct de Villeneuve prime sur l’esprit analytique de Pironi.  Il est totalement impossible d’imaginer une victoire d’un moteur turbo à Monaco. La piste est en totale opposition aux caractéristiques de ces autos. Et pourtant, Gilles Villeneuve le fait ! Les leaders partent à la faute. Villeneuve est là. Sa voiture subit toutes les avanies. Mais elle est solide. Il le faut. Avec lui, l’adage a changé, c’est  « qui veut aller vite ne ménage pas sa monture » ! Le Turbo a désormais de beaux jours devant lui.

Gilles Villeneuve - GP Monaco 1981 @ DR
Gilles Villeneuve – GP Monaco 1981 @ DR

En 2007 Raikkonen et Massa donnent à Ferrari neuf victoires tandis que McLaren en remporte huit grâce à Hamilton et Alonso. Mais c’est la guerre chez McLaren. Les garçons ont leur tempérament et l’écurie fait fausse route dans sa gestion des conflits. Alonso, ne parvenant pas à se faire libérer de son contrat pour 2008 balance à la presse des éléments de l’affaire Stepney. Le chef mécanicien de Ferrari a passé à McLaren des secrets technologiques. Bilan, cent millions de dollars d’amende pour McLaren et la perte de ses points au championnat constructeur. Au Brésil, Hamilton a des problème avec la programmation de son volant, il doit réinitialiser la commande de sa boîte de vitesses. Il finit septième. Kimi Raikkonen remporte le championnat. Pour un point…

Comme tout le monde, ce fantastique début de saison F1 2017 nous donne hâte de lire le prochain chapitre que nos deux amis consacreront au prochain titre.  Mais avant celà il y aura encore de beaux paragraphes. Monaco par exemple ?

Olivier Rogar

Olivier collabora avec « Mémoires des Stands » puis, à sa disparition, en 2012, il créée Classic COURSES avec les encouragements de Pierre Ménard et Johnny Rives. L’esprit d’entreprise qui l’habite trouve dans le sport automobile les valeurs de précision, de prise de risques, de rapidité de décision dont la maîtrise conditionne toute réussite.

Olivier Rogar has 49 posts and counting. See all posts by Olivier Rogar

15 pensées sur “Ferrari, 70 ans de course automobile

  • La huitième photo, ne serait-ce pas Amon plutôt que Surtees ? En tout cas c’est son casque. Sinon, très bel article qui donne envie d’en lire plus.

    Répondre
    • Bien vu affirmatif, il s’agit du néo zelandais christ amon.

      Répondre
  • Belle initiative que celle de Jean-Louis et Johnny, il me tarde de prendre connaissance de cet ouvrage. Je voudrais juste signaler qu’en 72, Forghieri ne s’est pas « égaré » avec la Spazza Neve : ce sont les journalistes qui à l’époque ont cru que c’était la future F1 pour 1973. Cette voiture était juste conçue comme une étude sur une monoplace à forte surface au sol, et donc à fort appui (elle était en fait extrapolée de la 312 PB sport-prototype), qui amènerait la 312 B3-B4 de 1974 et surtout la 312 T de 1975. Forghieri ne voulait pas qu’elle courre.
    Quant à la photo de Moss et Hawthorn créditée « GP Maroc 1958 », je me permets de douter : à Casablanca au moment de la remise des trophées, Mike était encore en tenue de pilote, et non en tenue de ville comme sur cette photo. Je pense plutôt à une course autre, remportée par Moss et où Hawthorn, spectateur ou rhabillé à la suite d’un abandon précoce, serait venu féliciter Moss sur le podium.

    Répondre
    • Pierre, j ai effectivement pu tirer une conclusion hâtive concernant la photo de Moss et Hawthorn illustrant l’article sur le GP du Maroc. La légende du livre ne précisant pas de quel GP il s’agissait.

      Répondre
  • Tres beau texte en effet malgre un tout petiti erreur: la première ferrari a veritable monocoque alu était la 321b3 en 1973, commandee par Ferrari en angleterre (Thompson)

    Répondre
  • 70 ans de FERRARI , 2 journalistes vieux de la vieille et bien informés sur la Scuderia ( il suffit de lire leurs articles à l’époque et ensuite , mais aussi les petits billets qu’ENZO leur envoyait ) .MAIS : 32 ans après personne n’ose dire et encore moins écrire pour quel motif ARNOUX a été viré du jour au lendemain en début de saison 85 : jamais vu en 70 ans de FERRARI !
    Alors : secret défense ??? pas très sérieux tout ça car par votre silence messieurs , vous accréditez les ou plutot la rumeur .

    Répondre
  • Les habitués du site connaissent tous l’histoire de Ferrari mais j’imagine que ce livre écrit par deux journalistes reconnus au sein du milieu de F1 va nous livrer des anecdotes intimes et inédites qui font l’histoire de la course. Ferrari est bien sûr unique et soulève des passions auxquelles je fus comme beaucoup sensible dès l’enfance car en Italie dans les années 50 la visite des sites historiques comprenait inévitablement pour moi un détour à Maranello où je contemplai sur la via Abetone l’usine dont l’aspect reste inchangé et où il est possible aujourd’hui dans le restaurant du Cavallino de jeter un regard dans le bureau resté figé du Commendatore où il suivait les GP avec ses collaborateurs. Il recueillit par la suite les détails des intrigues au sein de son équipe que lui rapportait Fiamma Breschi qui avait été la compagne de Musso. La photo de Lauda sur sa monoplace me fait penser à son ascension chez Ferrari. Je me souviens de l’article de l’ Equipe du samedi précédant le GP d’Allemagne 1975 écrit j’imagine par Johnny Rives qui relatait comment ce jeune Lauda s’était joué des difficultés du tracé pendant les essais avec une maestria qui en disait long sur ce prometteur champion qui allait crever le mur fatidique des 7 minutes. Mais le casque maudit par Forghieri sur la photo avec le numéro 1 est de 1976 avant son accident et il est peu probable qu’il s’agit du Nürburgring. Lauda au caractère bien trempé, non impressionné par « le vieux » comme il l’appelait fut une pièce maîtresse du redressement de Ferrari dont l’histoire est parsemée de hauts et de bas. Certains pilotes à forte personnalité contribuèrent à relancer la Scuderia. Ascari inscrivit le premier deux titres, Fangio ne fit qu’un passage, puis ce fut la fin de l’époque dorée des pilotes vedettes Collins, de Portago, Hawthorn, Castellotti, Musso qui périrent tous au volant. « Le Drake » comme il était parfois nommé refusa d’engager des pilotes italiens après les Mille Milles 1957. En 1961 les principaux collaborateurs lassés de l’ingérence de Madame Laura Ferrari quittèrent l’usine et il fallut attendre 1963 pour voir Bandini (et Scarfiotti à un degré moindre) un pilote italien titulaire en F1. Puis une mésentente entre Dragoni et Surtees entraina le départ de ce remarquable pilote à l’origine de l’évolution de la F1 156 Aero en 1963 et qui le conduisit au titre l’année suivante. La magnifique 312 B1 de Ickx, une des plus belles F1, ne permit pas à ce super pilote doué de l’emporter, non impliqué comme Lauda sut le faire après lui dans le développement. On se souvient au GP d’Hockenheim 1970 des Ferrari de Ickx et Regazzoni ne parvenant pas à passer Rindt sur sa Lotus. Ensuite l’obstacle Stewart fut imprenable. Les années turbo 80 spectaculaires et dramatiques avec Villeneuve et Pironi qui se tirèrent la bourre sur la piste comme sur la route avec leurs 308. Prost ne parvint pas à s’imposer au sein de la Scuderia pour diverses raisons. Enfin ce fut l’ère Schumacher avec un remarquable Jean Todt qui sut gérer l’équipe comme elle ne le fut jamais et qui donna à Ferrari la plus longue période de domination consécutive qu’une écurie ait connue. En 2017 avec Marchionne pourtant critiqué, elle amorce un surprenant retour, un éternel recommencement

    Répondre
  • Mon cher Laurent, si, si : cette photo de la 312 T2 en 1976 (on parle bien de celle de la couv’ du livre) a bien été prise au Ring. Probablement au décollage sur la bosse qui suit Pflanzgarten et qui précède le « mur » avant d’arriver sur le site de Schwalbenschwanz.

    Répondre
    • Pierre Ménard,la première impression que m’inspira immédiatement la Ferrari de Lauda en détente avec la forêt en arrière plan fut le Nürburgring. Je pensais à une photo d’un hebdomadaire comme Auto Hebdo qui précisément démarra cette année là en 1976 et la première couverture ne me semblait pas la plus conforme pour traduire les événements de ce GP. Si j’avais été plus attentif j’aurais lu Sport Auto hors série ce qui cadre parfaitement avec Lauda en pleine action peu avant son accident sur le circuit de l’Eifel. Dont acte entièrement d’accord.
      Pour la photo Moss Hawthorn j’avance Moss vainqueur en deux manches sur Cooper F2 Rob Walker des 100 mile races Brands Hatch le 30/08/1958. Dans une ambiance so british les deux pilotes en bagarre pour le titre semblent les meilleurs amis du monde ce qui peut paraître surprenant quand on connait les propos sans aménité que le futur champion du monde tenaient à l’encontre de son adversaire.

      Répondre
      • Oui Laurent, vous avez raison en ce qui concerne Moss et Hawthorn. Ce dernier n’était pas toujours très tendre avec Stirling. Ce qui ne fait que renforcer la sportivité de Moss lorsqu’il demanda aux commissaires de ne pas sanctionner Hawthorn au GP du Portugal où il avait reculé de l’échappatoire – sur les conseils du même Moss ! Moss était un grand compétiteur animé par un inébranlable sens de l’équité sportive.

        Répondre
  • 14,90 euros! une reference avec des recits tres pointus et certaines photos inedites! un regal ! (…juste une erreur de legende de photo page 58…Fangio avait la maserati No1…la No7 étant une ferrari…)

    Répondre
    • Bien sûr Gérard, Fangio a déjà dépassé la Ferrari de Collins (n°7) et il talonne celle d’Hawthorn. Le correcteur a cru bien faire en ajoutant un numéro (le 7 donc, mais il ne connait pas aussi bien les F1 que toi !

      Répondre
  • le moteur 1,5, 8 cylindres de la Ferrari 158, a été conçu et réalisé par Forghiéri et Rocchi, sous la direction du génial Vittorio Jano, père de la Lancia D50 (qui deviendra la Ferrari Dino).

    Initialement, il devait être porteur mais au banc, ils ont détecté un manque de rigidité du bloc. la 158 a donc un châssis classique à l’arrière.

    Le 12 cylindres, 1,5 l, de la 1512, en revanche était assez rigide pour être totalement porteur.

    C’est donc bien Jano, Forghiéri et Rocchi qui sont à l’origine de ce progrès technologique fondamental et non Colin Chapman.

    BRM avec son malheureux H16 a poursuivi dans cette voie et la première victoire d’un moteur porteur en F1 est bien celle de Clark sur la Lotus 43 au GP des USA 1966.

    Ensuite Lotus a fait débuter la 49 au GP de Zandwoort avec le succès que l’on sait. on a crié alors au génie….

    Une confirmation (ou une rectification) de Mauro Forghiéri serait précieuse..

    Répondre
    • Pour aider à résoudre cette énigme, voici une information donnée par le propriétaire de la 1512 de Colosacco engagée en historique (roues bleues)

      sur cette voiture le moteur n’est pas porteur.
      Il y a bien des tubes de châssis à l’arrière….
      S’agit il d’une transformation ou du montage d’origine ? je ne sais…Seul Forghieri pourrait nous éclairer…

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.