12 octobre 2015

F1 2015 : Le billet de Johnny Rives – Russie 15

lewis hamilton,grand prix de russie 2015,f1,2015,classic courses,johnny rives VOUS AVEZ DIT TSAR ?

Lewis Hamilton, on s’est habitué au fil de cette saison 2015 à l’envisager comme une star. Son sens inné de mêler, dans ses attitudes, une arrogance un peu glacée avec une simplicité de bon aloi, y est pour beaucoup. A quoi se sont ajoutées des fantaisies bien dans l’air d’une vague nouvelle chez les jeunes idoles. Un goût immodéré pour des excentricités ornementales – bijoux tape à l’œil, tatouages agressifs. Chanteurs et sportifs (footballeurs en tête) montrent la voie dans le genre. Bien sûr Hamilton, sportif et chanteur lui-même, s’en voudrait d’être à la traîne. Mais sur le circuit de Sotchi en Russie, la star qu’il est devenu a laissé place une autre tête de proue. La chapka dont, par une fantaisie humoristique de Pirelli, il était affublé sur le podium à l’issue de sa chevauchée triomphale faisait de lui, symboliquement, le tsar d’une Russie automobile. Ce qui lui a permis de claquer, d’égal à égal, une bise à Vladimir Poutine dont on imagine qu’il rêve, lui, d’être le tsar de tous les Russes… voire plus !

                                                                          Johnny RIVES.

lewis hamilton,grand prix de russie 2015,f1,2015,classic courses,johnny rivesDISCRETION.- Mercedes avait manifesté une réelle contrariété à l’issue du GP du Japon, estimant que les caméras avaient négligé la course de ses deux F1. Qu’en est-il à l’issue du GP de Russie, où, aussi brillante fut-elle (après la disparition de l’infortuné Rosberg) la chevauchée de Lewis Hamilton a été traitée avec une discrétion absolue pour les télévisions ? Il est vrai qu’il n’y avait pas grand chose à montrer sur l’exhibition de l’Anglais, qui a maîtrisé impeccablement une situation qui lui fut constamment favorable. D’autant plus que Rosberg ne fit pas longtemps illusion à cause d’un ennui mécanique auquel son équipe ne nous a pas habitués, une pédale d’accélérateur rétive. Une autre circonstance a permis à Hamilton de vivre une course sans histoire : la résistance que Raïkkonen a opposée  à son équipier Vettel.

COURSE D’EQUIPE ? – On a eu l’occasion, à l’issue d’une course précédente, d’entendre Kimi Raïkkonen assurer qu’il courait plus pour son équipe que pour lui même. La Scuderia lui a rendu la politesse en prolongeant son contrat quand certains observateurs espéraient voir un Max Verstappen, ou à la rigueur un Nico Hulkenberg, à sa place auprès de Vettel. Tel n’était pas notre souhait en raison de la sympathie que suscite l’expérimenté Finlandais. Une sympathie qui a été quelque peu écornée à Sotchi où l’on a vu Raïkkonen opposer une résistance farouche à Vettel en début de course. Pour le coup, Kimi ne courait pas pour la Scuderia mais pour lui seul ! Il a fini par aggraver son cas en portant sur son jeune compatriote Valtteri Bottas une attaque irraisonnée, voire désespérée, qui finalement leur a coûté cher  tous les deux. Kimi, ça n’est pas ainsi que l’on t’aime. Nous guettons ton rachat !

Alewis hamilton,grand prix de russie 2015,f1,2015,classic courses,johnny rivesNIMATION.- Ce GP de Russie n’a pas manqué d’animation, mais fort heureusement tous les pilotes impliqués par des scènes « d’action » comme dit parfois Jacques Villeneuve, s’en sont tirés avec bonheur. A commencer par le beau Carlos Sainz dont la sortie de route aux essais avait fait frémir Julien Fébreau autant que les téléspectateurs. Et que le mauvais sort a poursuivi jusqu’au bout, ses freins défaillants l’ayant privé d’une 7e place méritée – voire mieux encore, en raison du micmac Bottas-Raïkkonen. Du coup les heureux d’un final à perdre le souffle ont été Sergio Perez et les McLaren. Le Mexicain a montré une fois encore son étonnante faculté à préserver ses pneus mieux que quiconque, il en a été récompensé au-delà de ses espérances grâce à Raïkkonen. Quant aux McLaren, nous les avons constamment pointées à l’arrière-garde, avec les seules Manor de Merhi et Stevens plus lentes qu’elles. Mais au final, les circonstances leur ont permis d’entrer toutes les deux dans les points. Et de se féliciter des progrès marqués par leurs moteurs Honda. Mais ça, c’était peut-être un trait d’humour britannique.

Illustrations @ DR

 

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le !

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

Visitez notre boutique en ligne :

Johnny Rives

Johnny Rives : Une passion terrible, la vitesse

29,00
Johnny Rives

Une passion terrible, la vitesse

Johnny Rives nous livre ses souvenirs de course et partage avec nous les moments forts et les rencontres de quatre décennies passées au bord des pistes. On l'attendait depuis longtemps. Edité par Classic-Courses, Coco-B-Editions et Jamval Editions ce livre de 256 pages, préfacé par Henri Pescarolo contient 165 photos couleurs et noir et blanc.

François Mazet, Mes vies à toute vitesse

24,00
Au début des années 1970 François Mazet était considéré comme l'un des principaux espoirs de la F1 française. Champion de France de F3 1969, il accédait à la discipline reine du sport automobile lors du GP de France 1971 avant de voir sa progression contrariée par la crise pétrolière. Trop vite achevée en 1973, sa carrière s'ouvrait dès lors sur d'autres défis riches d'incroyables rencontres et de paris insensés. La trajectoire de François Mazet est plurielle, tout comme sa vie. Du swinging London des années 1960 à la Citronneraie de Menton, en passant par les paddocks de F1, c'est à un incroyable voyage que ce livre nous convie.    
François Mazet

F2 Pau 1970 - Qualifié en 1e ligne entre Jack Brabham et Jochen Rindt © Archives personnelles François Mazet

Vos commentaires les plus récents :

D’autres articles à découvrir :

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

19 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments

Contribuez à Classic-Courses

Pour raconter l’histoire de la course automobile, il nous faut du temps, de la documentation, des photos, des films, des contributeurs de tous âges et des geeks qui tournent comme des F1 !

Nous soutenir

Pour que notre aventure demeure bénévole et collaborative et que nous puissions continuer à écrire nos articles au gré de nos envies, en toute indépendance.