12 octobre 2019

Attention au train au centre de l’anneau de Montlhéry !

La chronique de Patrice Vatan du 12/10/2019

José Rosinski pestait il y a tout juste 50 ans sur une page complète dans « Champion » contre l’accès au circuit, inqualifiable et les structures de course et d’accueil, totalement anachroniques.

Le fin José se rendait en ce dimanche d’octobre gris aux 1000 km de Paris – d’anthologie – que nous ressusciterons bientôt. ll déplorait que l’autodrome fût davantage un musée qu’une piste moderne. État de fait qui lui conférera au long du demi-siècle écoulé une inestimable valeur patrimoniale qui fait gravement défaut à ses homologues, Magny-Cours, Le Mans, Nogaro et consorts, défigurés par la morsure sécuritaire, dénaturés, enflés par le pognon.

Montlhéry est resté Montlhéry depuis 80 ans, depuis qu’il est sorti de la terre d’un antédiluvien plateau de St-Eutrope couvert d’une forêt presque primaire.
Même l’ajout du bâtiment 1924, élégante structure épousant la rotondité de l’anneau ne l’a pas entamé.

Quelle ne fut pas notre surprise d’y découvrir, en marge de l’US Motor Show, l’autre samedi, nous aventurant dans ce qui avait toujours été une forêt ceinte par la courbe ouest de l’anneau, tout un lacis de pistes, de voies, de routes, de signalisations routières, et même un faux passage à niveau rassemblés en un ville fictive, Teqmoville.
C’est donc ça, ce centre d’essais assez secret dont on parlait à mots couverts, destiné à tester la mobilité autonome !

Loin de l’agitation, là-bas, sur la ligne des stands, un silence total régnait, troublé par des corbeaux en bisbille quelque part sur les rares arbres épargnés par les bulls. Réaction de colère face à cette verrue, ce saccage de la forêt indissociable du caractère naturel et sauvage de l’Autodrome.
Puis la raison s’imposa. Cette évolution n’est pas une verrue. Invisible, Teqmoville constitue le prix à payer pour que Montlhéry reste Montlhéry.

Et l’UTAC CERAM a poussé l’élégance jusqu’à peindre les cinq plus belles lettres de notre alphabet : M A T R A sur un stand. Allons… Les 1000 km de Paris, c’est le 12 octobre 1969. Pourvu qu’il fasse beau…

Monthléry
Matra @ Patrice Vatan

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le !

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

Visitez notre boutique en ligne :

Vos commentaires les plus récents :

D’autres articles à découvrir :

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

3 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments

Contribuez à Classic-Courses

Pour raconter l’histoire de la course automobile, il nous faut du temps, de la documentation, des photos, des films, des contributeurs de tous âges et des geeks qui tournent comme des F1 !

Nous soutenir

Pour que notre aventure demeure bénévole et collaborative et que nous puissions continuer à écrire nos articles au gré de nos envies, en toute indépendance.