Vanwall
30 novembre 2023

Vanwall : La vraie naissance

Michel Delannoy se plonge dans l’histoire de Colin Chapman. Et le connaissant, on peut s’attendre à des surprises. Nous nous sommes même laissés dire qu’un livre était en cours d’impression ! A suivre…

Classic Courses

1956 – Vanwall – Lotus 11 – Queerbox

Colin Chapman © DR

Dans son bilan saisonnier au début de 1956, Autosport a commenté « la saison phénoménalement réussie que Lotus a connu en 1955, en particulier aux mains de son concepteur ». Avec des hommages non sollicités comme celui-ci, Colin n’avait plus besoin de placer beaucoup de publicité. Il avait appris à travailler avec la presse et avait engagé un journaliste, Alfred Woolf, comme consultant en relations publiques à temps partiel. 

Fin 1955, les deux voitures d’usine sont prêtées à Autosport pour un essai routier. John Bolster, le rédacteur technique du magazine, a fait des reportages élogieux sur les voitures : « Toute la négociation du virage est si facile, sans roulis, rebond ou crissement de pneu donnant un air d’urgence à la manoeuvre… ». Sur le Continent, pour une société basée à Paris, le journaliste franco-suisse Gérard ‘Jabby’ Crombac pilotait une Mk 6 et cela a généré encore davantage de publicité. Jabby deviendra un ami proche de Colin. 

Les Vanwall de Tony Vandervell

C’est alors que G.A.V. « Tony » Vandervell, alias « le Guv’nor », entre dans l’histoire. Vandervell a fait fortune en fabriquant des segments pour moteur. Il avait été un supporter du projet BRM, mais, déçu, il avait démissionné et s’était acheté une Ferrari de Formule 1 avant de lancer son propre projet « Vanwall Grand Prix ». Le moteur Vanwall était sain. Il était basé sur la conception du cylindre «double knocker» du moteur de moto Norton et il n’y avait rien de mieux que ça à l’époque. Le premier châssis Vanwall était une copie directe d’une Ferrari Tipo 375 – Vandervell a simplement envoyé un châssis à Cooper qui en a réalisé une copie. La carrosserie était plus ou moins une couverture jetée au-dessus de la voiture. 

Vanwall
Monza-1958 – Tony Vandervell-Tony Brooks © DR

Frank Costin

Vandervell a approché Frank Costin afin qu’il fasse des suggestions pour améliorer la carrosserie et Frank a proposé quelques modifications aérodynamiques mineures pour le Grand Prix d’Italie. Elles ont fait l’affaire. Le Guv’nor a ensuite invité Frank à l’International Gold Cup à Oulton Park où la seule Vanwall a terminé troisième avec un tour de retard. Frank a rappelé: « Après la course, Vandervell et moi nous sommes retrouvés coincés devant un scotch et il m’a demandé de regarder sa voiture et de lui dire ce que j’en pensais. J’ai dit que le moteur était bien, mais que le reste était un tas de merde. Je lui ai dit qu’il lui fallait un châssis conçu par Colin Chapman et une carrosserie conçue par moi ». Vandervell avait déjà entendu à peu près la même chose de la part des membres de son équipe, parmi lesquels Derek Wootton, le chauffeur de camion de Vanwall et vieil ami de Colin. Derek et Colin se sont connus à l’époque où ils partageaient une Austin Seven ‘Chummy’. Vandervell a commencé à envisager que les membres de son équipe pouvaient avoir raison, et, étant un homme très avisé, il a invité Frank à Oulton Park juste pour une confirmation. 

Vanwall
Franck Costin © DR

Colin Chapman

Selon Vanwall, d’après Denis Jenkinson et Cyril Posthumous, Colin était invité au siège de Vanwall à Acton. On lui a montré le projet du châssis 1956 et il a commencé son évaluation par des commentaires tels que « Je n’aurais pas mis ce tube là ». Il était diplomate, mais le moment critique était inévitable et, quand il est venu, Colin a dit à Vandervell ce qu’il pensait vraiment. Vandervell aimait les hommes qui s’exprimaient et il était ravi. Colin connaissait clairement son affaire et il a fait un cours magistral de conception de châssis pour l’équipe Vanwall. Il n’a pas conçu la nouvelle voiture mais seulement montré à Vanwall la voie à suivre. Cela ne s’est pas arrêté là, car Peter Ross se souvient d’avoir dessiné un gabarit pour l’essieu arrière de Dion de la Vanwall et d’avoir visité Vanwall avec Colin pour faire d’autres travaux de détail. La disposition de l’essieu arrière de Dion de la Vanwall 1956 était du pur Lotus Mk 9 qui, à son tour, dérivait de la Mk 7 ‘Clairmonte’. 

Vanwall
Chassis Chapman 1957 © Autocar

Peter estime que le châssis Vanwall était, au fond, très similaire au Clairmonte. Il pense qu’il est même possible que Colin ait passé des copies de dessins qu’il a faits pour la Mk 7. Il a dit: « Colin avait deux séries de chiffres. Un jeu se référait aux projets, c’étaient les lettres « P », mais lorsqu’un projet devenait une voiture, il recevait un numéro de repère. Je sais pertinemment que la Lotus Mk 8 a été développée à partir de P3, et je soupçonne que P5 était le châssis Vanwall.

Chassis Lotus Mk 9 © DR

Rationalisation aérodynamique

Colin n’a pas conçu la Vanwall dans le sens où il n’a pas dessiné un aménagement complet, mais sa contribution était plutôt plus substantielle que de donner une conférence autour d’une table avec quelques croquis au dos de l’enveloppe. De plus, Colin a suivi le design lors de son évolution et sa construction. Avec Peter Ross, il a travaillé avec la propre équipe de Vandervell. Colin a fait la différence entre Vanwall étant un autre « non-espoir » britannique, comme un boxeur poids lourd britannique, et Vanwall devenant un combattant mondial. Frank Costin a comblé le reste de la différence. Sa carrosserie pour la voiture était probablement la première carrosserie véritablement aérodynamique en Grand Prix. Auparavant il y avait eu une « rationalisation », mais pas d’aérodynamisme pur. 

Vanwall
Monza 1957 – Vanwall © DR

Coupe des constructeurs

En 1957, Vanwall deviendra la première voiture britannique à remporter une course du championnat du monde, trois courses en fait, et, en 1958, Vanwall remportera la première Coupe des Constructeurs de Formule 1. Vandervell a réalisé son ambition de battre « ces fichu voitures rouges » (lui et Enzo Ferrari avaient une relation longue et épineuse, soulignée par des affirmations de respect mutuel) et la raison pour laquelle Vandervell a pu le faire était Colin et le talent de Colin pour attirer les meilleurs.

Vanwall
Vanwall 1958 © DR

Deux Anglia pour Costin

On ne sait pas combien Colin a été payé pour sa contribution à Vanwall – il a gardé ce secret – mais Tony Vandervell a emmené Frank Costin au parking la société Vandervell et l’a invité à choisir une voiture. Frank était sidéré, il n’avait rien reçu pour concevoir des carrosseries pour Lotus, et il choisit modestement, une Ford Anglia. Il n’avait pas demandé de paiement, il avait fait ce travail pour le pur plaisir, mais finalement Colin lui a acheté une voiture, une autre Anglia. Il y a eu une petite rébellion chez Lotus quand Colin a acheté un manteau de fourrure à Hazel. Colin avait créé des tensions en demandant trop à ceux qui avaient travaillé en s’usant les doigts jusqu’à l’os pour faire de Lotus ce qu’il était devenu. Lorsque les ennuis sont arrivés, il a été assez sensé pour en prendre note. Il a été secoué, mais il a appris. L’atelier de Hornsey bourdonnait. L’estimation de la production de Mk 6 allait de 90 à 110. 

Ford Anglia © DR

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le !

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

Visitez notre boutique en ligne :

Vos commentaires les plus récents :

D’autres articles à découvrir :

5 4 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

9 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments

Contribuez à Classic-Courses

Pour raconter l’histoire de la course automobile, il nous faut du temps, de la documentation, des photos, des films, des contributeurs de tous âges et des geeks qui tournent comme des F1 !

Nous soutenir

Pour que notre aventure demeure bénévole et collaborative et que nous puissions continuer à écrire nos articles au gré de nos envies, en toute indépendance.