Qu’est-ce qui revient tous les ans début février, qui brille et qui a un air de fête ? La chandeleur ? Mardi gras ? Que nenni : Rétromobile ! On va à Rétromobile comme on tire les Rois, comme on fête la Saint-Valentin, comme on offre des cadeaux à Noël. C’est o-bli-ga-toi-re. Ça n’en reste pas moins un gros plaisir à chaque fois renouvelé.

pierre ménard

Rétromobile, c’est comme une bonne recette qu’on accommode suivant l’humeur et le temps à chaque fois qu’on la sert : on a l’impression que ça ne change pratiquement pas… et c’est pourtant jamais pareil ! Ne serait-ce que le format sur 5 jours, expérimenté l’an dernier et apparemment définitivement adopté. Tout le monde s’y retrouve, les exposants qui y voient une fatigue et un coût moindres, et le public vient plus groupé et augmente ses chances de croiser dans les allées les vedettes qu’il aime toujours côtoyer. Parallèlement, le choix des halls 2 et 3 permet d’aérer le salon, même si on peut regretter une dichotomie certaine question atmosphère entre les deux espaces.

pierre ménardLorsqu’on vient à Rétromobile, on sait qu’on va être accueilli par les grands constructeurs et leurs stands « n’en jetez plus », mais on ira y faire un tour quand même car chaque année est prétexte à en faire plus que l’année passée. Chez Porsche par exemple, on a amené de Stuttgart (et d’ailleurs) une bonne demi-douzaine de 911, cette bonne vieille 911 qui atteindra cette année en septembre ses 50 ans d’existence. Mercedes-Benz a décidé de célébrer ses débuts en compétition avec une Blitzen Benz de 1909 et une Mercedes Grand Prix de 1908 trônant fièrement sur belle estrade blanche. Et on ne se lassera pas d’admirer chez Renault une A110 bien cradingue revenant tout juste du Monte Carlo Historique, ou l’éternelle RS01 « Yellow Tea Pot ».

On ira bien entendu faire un tour chez les riches marchands habituels venus d’outre-Manche ou d’outre-Rhin. Hall & Hall a garni son stand avec de superbes carrosseries intemporelles, mais aussi quelques raretés comme cette Vanwall VW14 que Guy Vanderwell

pierre ménard

fit construire en 1961 pour la Formule Intercontinentale. La seule et unique Vanwall à moteur arrière, qui fut pilotée par John Surtees à l’International Trophy avant d’être remisée à tout jamais dans un hangar.

pierre ménardLukas Hüni propose une somptueuse Alfa Romeo P2 témoin de la compétition d’entre les deux guerres au milieu de non moins belles Bugatti MM T55, Bentley S1 ou BMW roadster 507. A quelques mètres de là, Gregor Fisken présente – comme d’habitude – de superbes modèles dont une vertigineuse Ferrari TR ex-Musso/Gendebien.

On ne peut décemment pas ne pas pénétrer chez Artcurial où, au milieu de la trentaine d’autos « banalement » magnifiques, quelques incongruités assez stupéfiantes attirent l’œil : d’imposants « paquebots » du bitume US transformés en customs, telle cette incroyable Oldsmobile Super 88 « The Egyptian »

pierre ménard

ou l’acidulée Lincoln Premiere « Dreamsicle ». Attentionné, Artcurial a pensé à notre pauvre société en crise : une jolie Citroën 2CV et une craquante Renault 4CV sont mises à prix de Twingo d’occasion. Amateurs, à vos chéquiers !

pierre ménardMais Rétromobile, c’est un peu comme Venise : il faut savoir s’éloigner des lieux touristiques pour partir à la recherche des trésors cachés dans les petites rues. Et comme chaque année, il y en a ! Le club Germain Lambert a amené quatre modèles de cet ex-fabricant de moulins à farine qui décida de consacrer toute son énergie – et son argent – à la construction de voitures de compétition et de sport. Dont une belle biplace qui courut le Bol d’Or après la deuxième guerre mondiale. Pour sa part, Škoda nous rappelle que bien avant qu’elle ne soit absorbée par le groupe Volkswagen, la marque tchèque produisait déjà d’intéressantes voitures de l’autre côté du Rideau de Fer, et même quelques modèles de course comme ces F3 et barquette 728 exposées.

pierre ménard

pierre ménardQuestion bizarreries, on en trouve également dans certains endroits insoupçonnés, comme ces mégots. Des mégots à Rétromobile ? Réponse très bientôt sur Classic Courses. Bref, il y a toujours une bonne raison d’aller faire son pèlerinage annuel à Rétromobile :  se renseigner, apprendre, acheter ou tout simplement admirer. Il reste encore trois jours d’exposition et il fait froid dehors. Une raison supplémentaire.

Pierre Ménard

 

Crédits photographiques :

Pierre Ménard

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le !

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

Visitez notre boutique en ligne :

Vos commentaires les plus récents :

D’autres articles à découvrir :

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

6 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments

Contribuez à Classic-Courses

Pour raconter l’histoire de la course automobile, il nous faut du temps, de la documentation, des photos, des films, des contributeurs de tous âges et des geeks qui tournent comme des F1 !

Nous soutenir

Pour que notre aventure demeure bénévole et collaborative et que nous puissions continuer à écrire nos articles au gré de nos envies, en toute indépendance.