13 avril 2018

Jim Clark Retour à Edington Mains

Retour à Edington Mains

Que ce soit la grande, celle avec un grand H, ou celle de la course automobile, l’histoire a parfois tenu à pas grand-chose : un malentendu, un oubli, une croyance infondée, … Dès lors, on ne peut parfois s’empêcher de se dire : et si ça ne s’était pas passé comme ça s’est passé ? Et si certains événements ne s’étaient pas produits ? Si ces questions vous paraissent totalement oiseuses, passez votre chemin ; changez de site web et attendez la prochaine note de Classic Courses, dans quelques jours. Sinon, je vous propose un petit voyage en uchronie1 : nous sommes le 12 décembre 1968 au Royal Automobile Club de Londres, Jim Clark prend la parole après avoir reçu le trophée correspondant à son troisième titre de champion du monde.

 Olivier Favre

Jim Clark à l'honneur le 12 décembre 1968 - © Alamy + Fake Pierre Ménard

Jim Clark à l’honneur le 12 décembre 1968 – © Alamy + Fake Pierre Ménard

Chers amis,

Vous savez tous que les discours ne sont pas ma tasse de thé. Mais c’est un exercice obligé en ce genre d’occasion et je dois m’y soumettre une fois encore. Après tout, pour éviter ça, je n’avais qu’à éviter de gagner le titre ! Et c’est bien ce que j’ai failli faire (rires) ! Car, vous le savez, cette année fut très difficile pour moi et pour le team Lotus ! Et pourtant, après les deux premiers Grands Prix tout le monde nous voyait survoler la saison, Graham et moi. Deux doublés Lotus ! Les journalistes prédisaient tous une saison ennuyeuse. J’allais encore enfiler les victoires comme des perles, comme en 63 et 65. Mais il semble que les années paires ne me soient décidément pas favorables.

Kyalami - © DR

Kyalami – © DR

Il y a d’abord eu cet accident début avril à Brands Hatch avec la Ford d’Alan Mann. J’ai eu beaucoup de chance de m’en sortir quasiment indemne. Surtout quand je pense à ce qu’a subi Chris un mois plus tard sur le Ring avec l’autre voiture du team. J’ai eu beaucoup de mal à dormir les nuits suivantes. Oh, pas à cause de mes quelques contusions ; non, en fait je cogitais beaucoup (et mes ongles ont bien morflé !). Car ce crash m’a fait beaucoup réfléchir. Sur la fragilité de l’existence d’un pilote de course, bien sûr. Mais aussi sur l’impact de certaines décisions. Car j’ai failli ne pas aller à Brands Hatch. Certains d’entre vous se rappellent sans doute que j’avais été … disons, un peu … choqué (rires) qu’Alan ne m’ait pas confirmé mon engagement. C’est pour cela que j’avais quasiment décidé de m’envoler pour Hockenheim et sa course de F2. Pourtant, j’hésitais, j’hésitais, … – silence – j’en vois certains qui sourient … Puis, j’ai dit non à Colin. Ça l’a surpris d’ailleurs et il n’a pas été très content. En fait, au dernier moment la curiosité l’a emporté : je voulais prendre en main ce nouveau proto. Mais, manifestement, ce n’était pas le bon choix, cette voiture n’était pas au point. Cet accident m’a rappelé qu’en choisissant une option plutôt qu’une autre, on peut à tout instant se décider pour celle qui sera fatale.

Ford P68 F3L à Brands Hatch - © DR

Ford P68 F3L à Brands Hatch – © DR

Puis il y a eu la mort de Mike à Indianapolis, qui nous a tous bien secoués chez Lotus. Ensuite, ce fut cet été pourri où il a plu à chaque Grand Prix (sauf en Angleterre, c’est à noter !) et où nous pouvions Graham et moi nous estimer heureux d’être à l’arrivée. Et, avec ces fichus arbres de transmission, nous n’avons pas été heureux souvent ! Je vais peut-être vous étonner mais, dans ce contexte, ce n’est pas une de mes trois victoires qui m’a fait le plus plaisir cette année ; c’est ma 2e place au Nürburgring. Les conditions étaient atroces et j’ai vite compris que Jackie était intouchable ce jour-là. Moi, je n’avais plus vu de podium depuis Jarama et je n’ai pas voulu tenter le diable dans des conditions pareilles. Aussi ai-je été comblé de terminer, même loin de Jackie.

Jim Clark au GP d'Allemagne 1968 - © DR + fake Marc Ostermann

Jim Clark au GP d’Allemagne 1968 – © DR + fake Marc Ostermann

Ce diable de Jackie ! Il manque deux Grands Prix cette année et au matin de la dernière course il mène le championnat ! Avec une voiture française en plus ! Qui l’aurait cru après les trois victoires Lotus du début de saison ? Hélas pour lui et heureusement pour nous, nos 49 ont à nouveau parfaitement marché à Mexico. Je ne vous raconte pas le soulagement de Colin ! Presque six mois qu’il attendait ça ! Depuis Monaco !

Ah, Monaco ! Il doit être écrit quelque part que je ne gagnerai jamais à Monaco. En tout cas, écrit ou pas, c’est à présent certain : je ne gagnerai jamais à Monaco (un silence) … oui, mes amis, hormis deux ou trois qui étaient au courant, c’est évidemment une surprise pour vous, mais voilà : Mexico a été ma dernière course, je me retire et je retourne à mes moutons (quelques cris : « Non » et un brouhaha général).

Ne fais pas cette tête Colin ! Oui, j’imagine que tu as espéré jusqu’au dernier moment que je changerais d’avis. Et maintenant que je l’ai annoncé publiquement, c’est fichu. Tu vas devoir faire sans moi. Mais pas la peine de chercher l’oiseau rare : n’oublie pas que tu as Graham. Car je ne peux faire mon dernier discours de pilote sans rendre hommage à ce cher Graham qui, cette année encore, finit 2e du championnat derrière moi. Combien de courses et de titres aurait-il gagnés si je n’avais pas été là ? Et pourtant il reste ce merveilleux compagnon, le meilleur équipier que l’on puisse avoir, toujours loyal et solide. Et toujours quasi imbattable à Monaco !

Jim Clark au GP d'Angleterre 68 - © DR + fake Marc Ostermann

Jim Clark devant Graham Hill au GP d’Angleterre 68 – © DR + fake Marc Ostermann

Mon cher Graham, je te souhaite de me succéder, la 49 a encore de beaux jours devant elle, tu peux être ici à ma place l’an prochain et nous régaler de ton humour inimitable. Mais méfie-toi, tu ne m’auras plus dans les pattes mais tu n’en as pas fini avec les Ecossais ! Avec Jackie tu vas avoir du fil à retordre. Un jour, c’est sûr, quelqu’un battra mon record de 27 victoires. Et si ce n’est pas toi Graham, je ne serais pas étonné que ce soit Jackie.

Voilà, je ne vais pas faire durer le plaisir (grimace et rires) plus longtemps. Juste vous dire encore que ces 10 saisons de courses auront été tout à fait extraordinaires. Elles m’ont apporté plus de joies que je n’aurais jamais pu en rêver. Elles ont fait de moi un personnage connu, reconnu, encensé. Je suis invité, fêté, filmé, interviewé, je voyage en première classe, quand ce n’est pas aux commandes de mon avion. Pourtant, la gloire n’était pas mon but quand j’ai débuté avec les Border Reivers ; il se trouve que piloter me plaisait et que j’ai découvert que je me débrouillais bien. Et comme certaines personnes ont cru en moi, j’ai continué et …vous connaissez la suite. Mais, dans mon for intérieur, j’étais et je suis toujours un fermier. Ce statut de célébrité m’a toujours gêné, je me suis toujours senti … comment dire …, décalé, pas complètement à ma place. Ce soir encore, je ne peux m’empêcher de penser à mes moutons, là-bas à Edington Mains. Je vais enfin pouvoir m’installer véritablement dans ma ferme et, qui sait, peut-être, fonder une famille. Car, ce n’est pas un secret, il se pourrait bien que j’aie rencontré celle qui saura à la fois me supporter et apprécier les joies de la campagne écossaise. Dans les deux cas, je ne sais pas si elle sait vraiment ce qui l’attend, d’ailleurs ! (sourire)

(Plus grave) Je ne veux pas finir sans avoir une pensée et quelques mots pour tous ceux que j’ai côtoyés et qui ne sont plus là. Depuis Archie à Spa, à mes débuts sur le continent, jusqu’à Jo cette année à Rouen, ils sont nombreux à avoir payé leur passion de la course au prix fort. J’aurais pu partager leur sort et n’être plus qu’un souvenir aujourd’hui. Mais le destin n’en a pas voulu ainsi. Aucun doute, j’ai eu beaucoup de chance. Au revoir … et merci.

Clark and sheep

Notes

1 – Uchronie : réécriture de l’histoire à partir de la modification d’un événement du passé. Certains trouveront l’exercice parfaitement vain et c’est tout à fait compréhensible. C’est pourtant un genre littéraire à part entière et Classic Courses a déjà accueilli des récits fictifs, alors, pourquoi pas un récit uchronique ?

Photo d’ouverture : Jim Clark vainqueur à Warwick Farm le 18 février 1968 – © Bruce Thomas

Et, bien sûr, merci aux faussaires Pierre Ménard et Marc Ostermann pour leur contribution particulière à l’illustration de cette note.

 

 

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le !

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

Visitez notre boutique en ligne :

Johnny Rives

Johnny Rives : Une passion terrible, la vitesse

29,00
Johnny Rives

Une passion terrible, la vitesse

Johnny Rives nous livre ses souvenirs de course et partage avec nous les moments forts et les rencontres de quatre décennies passées au bord des pistes. On l'attendait depuis longtemps. Edité par Classic-Courses, Coco-B-Editions et Jamval Editions ce livre de 256 pages, préfacé par Henri Pescarolo contient 165 photos couleurs et noir et blanc.

François Mazet, Mes vies à toute vitesse

24,00
Au début des années 1970 François Mazet était considéré comme l'un des principaux espoirs de la F1 française. Champion de France de F3 1969, il accédait à la discipline reine du sport automobile lors du GP de France 1971 avant de voir sa progression contrariée par la crise pétrolière. Trop vite achevée en 1973, sa carrière s'ouvrait dès lors sur d'autres défis riches d'incroyables rencontres et de paris insensés. La trajectoire de François Mazet est plurielle, tout comme sa vie. Du swinging London des années 1960 à la Citronneraie de Menton, en passant par les paddocks de F1, c'est à un incroyable voyage que ce livre nous convie.    
François Mazet

F2 Pau 1970 - Qualifié en 1e ligne entre Jack Brabham et Jochen Rindt © Archives personnelles François Mazet

Vos commentaires les plus récents :

D’autres articles à découvrir :

5 2 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

10 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments

Contribuez à Classic-Courses

Pour raconter l’histoire de la course automobile, il nous faut du temps, de la documentation, des photos, des films, des contributeurs de tous âges et des geeks qui tournent comme des F1 !

Nous soutenir

Pour que notre aventure demeure bénévole et collaborative et que nous puissions continuer à écrire nos articles au gré de nos envies, en toute indépendance.