Jules Bianchi

0 0 voter
Évaluation de l'article

 

Peut-on forcer les mots qui viennent à manquer ?

Jules Bianchi s’en est allé à 25 ans. Son portait n’a jamais quitté ces colonnes depuis son accident. Nous espérions.

Mimages.jpgais la force de l’esprit n’est pas toujours suffisante. Jules nous a fait rêver, imaginer son nom sur une voiture rouge, penser qu’il serait celui que nous attendons depuis longtemps. Sa simplicité, son charisme et son talent reflétaient une image idéale… Depuis neuf mois nous savions que cela n’arriverait pas et qu’un autre chemin se dessinait pour lui. Nous espérions.

Repose en paix Champion.  Merci d’avoir porté nos rêves. Nos pensées en cette triste journée d’été sont aussi auprès de ta famille qui a tout affronté avec force et dignité.

 Olivier Rogar

 

0 0 voter
Évaluation de l'article

Olivier Rogar

« D’aussi loin que je me souvienne l’automobile m’a passionné. Les cartes postales de tacots, les goûters au Pub Renault avec ma tante puis la course de côte de Saint Antonin à Aix en Provence et enfin le Grand Prix de France au Paul Ricard m’ont fait passer d’Auto-Poche et l’Automobile à Sport-Auto, Auto-Hebdo, et – surtout – l’Equipe. Fascination pour les protos du Mans d’abord. Puis pour les F1 lors de cette incroyable saison 1976. Monde aussi inaccessible que fascinant que j’ai fini par tangenter en 1979-80 au Paul-Ricard puis en Angleterre. Les quelques photos que j’y avais commises et cette passion inextinguible m’ont amené à collaborer avec l’excellent « Mémoires des Stands » puis, à sa disparition, en 2012, à créer Classic COURSES avec l’aide et les encouragements de Pierre Ménard et Johnny Rives. L’esprit d’entreprise qui m’habite trouve dans le sport automobile les valeurs de précision, de prise de risques, de rapidité à prendre des décisions dont la maîtrise conditionne toute réussite. »

Olivier Rogar
S’abonner
Notifier de
guest
6 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
olivier

L’actualité pour Jules aurait dû être ce volant Ferrari dont on parle beaucoup actuellement. Cette Ferrari 2016 était sienne…
Le talent, le courage, l’abnégation, l’intelligence, il avait tout.
RIP Jules. Sincères condoléances et profond respect à sa famille.
Écrit par : Ghislain | 18/07/2015
Répondre à ce commentaire

olivier

La disparition de Jules c’est la fin d’une certaine espérance. Espoir de revoir le nom Bianchi en haut des palmarès puis espoir d’une guérison.
Compassion et respect pour Philippe Bianchi, sa famille et ses amis.
Après Maria de Villota, un deuxième pilote nous quitte suite à un accident sur une Marussia!
Écrit par : JP Squadra | 18/07/2015
Répondre à ce commentaire

olivier

Tristesse…En cet instant funeste,je pense,aussi,à Mauro et à Lucien.
Écrit par : Michel Lovaty | 18/07/2015
Répondre à ce commentaire

olivier

triste nouvelle ce matin.on s en doutait un peu mais les miracles sont rares.qu il repose en paix , un talent inouï, un bon coup de volant, humble, bonne gueule, tout était prêt pour une jolie carrière ..helas des progrès ont été fait depuis le dc d ayrton senna mais question grue, voiture de sécurité il y a encore bcp a faire …la FIA doit s attendre a un procès sous peu…… ecclestone avait tué SENNA la FIA vient de s occuper de celui de jules. condoleances a sa famille . injuste. Écrit par : BLOUET | 18/07/2015 Répondre à… Lire la suite »

olivier

Choc ce matin en lisant la nouvelle sur le site AutoHebdo, même si je ne me berçais pas d’illusions. Une trajectoire prometteuse brisée en plein vol par la faute d’une grossière erreur de la part d’une direction de course incompétente et cynique. Un autre petit prince de la F1 s’en est allé, plus de 40 ans après François. Et une famille Bianchi décidément marquée par la cruauté du destin. RIP Champion et condoléances à ta famille.
Écrit par : loebfan8370 | 18/07/2015
Répondre à ce commentaire

olivier

Énorme sentiment de rage et de tristesse
Écrit par : Santiago de Garnica | 19/07/2015
Répondre à ce commentaire