Patrick Tambay par Luc Augier – Les inédits de « Pilote et Gentleman »

4.8 4 votes
Évaluation de l'article

Luc Augier, grand reporter pour RTL a vécu la F1 au bord des pistes, a rencontré les pilotes « à chaud », a suivi les carrières d’un oeil aussi discret que perspicace. Alors sa synthèse du parcours de Tambay nous intéresse d’autant plus qu’elle est suivie d’un texte plus approfondi sur Arnoux. Mais ce sera dans la 2e partie ! A suivre …

Olivier ROGAR

Vous pourriez aussi aimer les autres inédits du livre produit par Classic Courses : Patrick Tambay – Pilote et Gentleman :

Michel Têtu
Eric Bhat

Si cette interview inédite vous intéresse, vous en trouverez de nombreuses autres dans la biographie de Patrick Tambay : Biographie Patrick Tambay

Par Luc Augier

Ce sont des opportunités hors de son contrôle qui ont fait revenir Patrick Tambay au premier plan. Le renoncement définitif de Jean Pierre Jabouille, mal remis de ses blessures aux jambes, lui a valu son volant chez Ligier en 1981. Quand Didier Pironi suggéra son nom pour remplacer Gilles Villeneuve chez Ferrari, ce n’était que pour un intérim censé s’achever fin 82. Parce que René Arnoux avait déjà signé avec la Scuderia pour 1983, Gilles Villeneuve ayant projeté de former sa propre équipe avec Gérard Ducarouge. C’est l’accident de Pironi qui lui valut de prolonger son bail à Maranello.

Luc Augier
Luc Augier (c) Guy Lepage

Quand il fut recruté par Renault, c’était pour être le coéquipier d’Alain Prost. Le parchemin était déjà paraphé quand la Régie se sépara de son leader et Tambay l’apprit en même temps que tout le monde, le jour de l’opération Marlboro cherche son pilote à la Châtre ; mesurant le poids des responsabilités supplémentaires qui venaient brusquement de lui incomber.

L’élégance et le charisme du personnage lui ont valu la sympathie du milieu et le prix orange décerné par l’Irpa. Et ses deux victoires ont été accueillies avec une profonde émotion : à Hockenheim le lendemain de l’accident de Didier Pironi, à Imola avec la « rossa 27 » de Gilles. Mais il ne faisait pas bon l’approcher quand il était contrarié. Je me rappelle une poursuite effrénée dans la prairie de Zeltweg en 1982, après une séance d’essai, lui courant vers sa voiture de location, moi tentant de le rattraper avec le lourd Nagra sur l’épaule. Il ne condescendit à m’accorder quelques phrases lapidaires qu’après avoir fait mine de m’apercevoir. Motif de ce courroux ? « Son con de kiné, disait alors Guiter, lui avait bousillé le dos ».

A Rio, en 1984, pour sa première course avec la Renault, il avait été victime du nouveau règlement restreignant la consommation : il était tombé en panne sèche à deux tours de l’arrivée alors qu’il était deuxième. Face au micro, il plongea un regard noir dans le mien et resta obstinément muet. Il fallut revenir une heure plus tard, avec mille précautions oratoires, pour recueillir un commentaire !

Patrick Tambay
Patrick Tambay – Renault – 1984 (c) DR.jpeg

A l’issue du Grand Prix de Monaco 1986, il n’était pas muet mais interloqué : en quoi sa sortie de route, alors qu’il ne jouait pas un rôle majeur au volant de sa Lola Haas, justifiait-elle une déclaration ? « Patrick, tu as vu les images ? » Ce n’est qu’après avoir visionné son vol plané au-dessus des rails qu’il comprit qu’il était miraculé et qu’il convenait de manifester un brin d’émotion !

Le pilote fut aussi un passionné engagé. En 1985, le samedi du GP de Belgique, le PDG d’Euromarché faisait office de rédacteur en chef du journal inattendu de RTL et désirait évoquer en direct par téléphone l’avenir de Renault en Formule 1, remis en question par Georges Besse : « Super, m’avait répondu Patrick, des investisseurs comme lui peuvent faire basculer la décision et c’est ce dont nous avons besoin en ce moment, voilà le numéro du motorhome, qu’il m’appelle. » Peu après, il m’aborda d’un air désolé : « quand le téléphone a sonné, c’est l’attaché de presse qui a décroché et je l’ai entendu dire que je n’étais pas là . Il m’a ensuite signifié que je n’avais pas à répondre à ce genre de sollicitation sans l’aval du service communication !»

Après avoir raccroché, Il tenta aussi de renflouer l’écurie Larrousse, s’impliqua dans la résurrection du Grand Prix de France et devint un confrère agréable, apprécié et recherché en tant que consultant. Infatigable boute en train lors d’une nuit de liesse à Jerez, pour fêter le titre de champion du Monde de son « filleul » Jacques Villeneuve.

Patrick Tambay GP France 2018 (c) DR

Luc Augier

A suivre …

livre patrick tambay

Vous pouvez commander la biographie de Patrick Tambay et c’est ici !

4.8 4 votes
Évaluation de l'article

Olivier Rogar

« D’aussi loin que je me souvienne l’automobile m’a passionné. Les cartes postales de tacots, les goûters au Pub Renault avec ma tante puis la course de côte de Saint Antonin à Aix en Provence et enfin le Grand Prix de France au Paul Ricard m’ont fait passer d’Auto-Poche et l’Automobile à Sport-Auto, Auto-Hebdo, et – surtout – l’Equipe. Fascination pour les protos du Mans d’abord. Puis pour les F1 lors de cette incroyable saison 1976. Monde aussi inaccessible que fascinant que j’ai fini par tangenter en 1979-80 au Paul-Ricard puis en Angleterre. Les quelques photos que j’y avais commises et cette passion inextinguible m’ont amené à collaborer avec l’excellent « Mémoires des Stands » puis, à sa disparition, en 2012, à créer Classic COURSES avec l’aide et les encouragements de Pierre Ménard et Johnny Rives. L’esprit d’entreprise qui m’habite trouve dans le sport automobile les valeurs de précision, de prise de risques, de rapidité à prendre des décisions dont la maîtrise conditionne toute réussite. »

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
richard JEGO

TAMBAY est un de ces sportifs français qui d’abord furent de bons ou très bons skieurs puis connurent le succès en course auto . Citons : Oreiller , Killy et Alphand et d’autres sans doute que j’oublie . Gilles Villeneuve aussi , canadien francophone Le PLUS de Tambay pour les français est son succès en F1 car au delà de ses deux victoires , c’est grace à lui que la scuderia gagna en 82 puis 83 le titre constructeurs . Chapeau monsieur et comme l’a dit Ian Gillan chanteur de Deep purple à la fin d’un superconcert à Birmingham :… Lire la suite »