29 mai 2024

Nos coups de coeur – GP de Monaco Historique – 4

Que ce soit l’endroit, l’ambiance, la qualité des voitures et du spectacle, tout est prétexte à coups de coeur au GP de Monaco Historique. L’édition 2024 ne fait pas exception à la règle.

Au fil du temps qui passe, de la capacité des uns et des autres à échanger, à partager, on peut aussi y apprécier le spectacle dans sa dimension humaine.

Tous ou presque sont ici pour passer un bon moment. Et l’engouement pour une démarche dans laquelle il n’y a rien d’autre à gagner, est palpable.

Olivier Rogar

.

Vous pourriez aussi aimer :
Ayrton Senna, l’hommage de Monaco – GP de Monaco Historique 2024 – 1
Des voitures exceptionnelles – GP de Monaco Historique 2024 – 2
Fred Lajoux, Gregor Fisken et quelques autres… – GP de Monaco Historique 2024 – 3
Nos coups de coeur – GP de Monaco Historique 2024 – 4

Résultats des courses

.

A Monaco, les stars ce sont les voitures

Florilège de celles qui nous ont plu, qu’elles soient connues ou non, leur esthétique, leur histoire, leur restauration ont attiré notre regard.

Bugatti 35 B

La Bugatti Grand Prix fête ses 100 ans cette année. Le Grand Prix de Lyon 1924 l’a vu débuter. Elle s’est immédiatement illustrée par de multiples victoires, dont celle au 1er GP de Monaco en 1929, pilotée par William Grover « Williams ». La voiture de course des années 20 parfaite. Au point d’en être le symbole. Celle-ci est donc sortie en 1929 et serait restée la propriété de l’usine jusqu’en 1938.

GP de Monaco Historique 2024
Bugatti 35 1929 © Olivier Rogar – Classic Courses

Maserati 4CM

Une Maserati 4 cylindres qui a dû inspirer les midjets américains des années 50.

Maserati 4CM 1936 © Olivier Rogar – Classic Courses

Maserati 250F

Restons « classic » avec la Maserati 250 F. Emblématique des années 50. Même à l’arrêt elle donne une impression de vitesse. L’absence désormais rare d’un arceau de sécurité lui rend l’équilibre de ses lignes.

GP de Monaco Historique 2024
Maserati 250 F© Olivier Rogar – Classic Courses

Ferrari 246 « Dino »

La Ferrari est la dernière F1 à moteur avant à avoir remporté un Grand Prix. C’était à Monza en 1960 et elle était pilotée par Phil Hill. Certes les anglais avaient boycotté la course, donnant à Ferrari et à une voiture à moteur avant leur seule victoire de la saison. On peut déjà deviner l’esquisse du requin qui vaudra à la 156 qui lui succédera son surnom « Shark nose »

Ferrari 246 Dino © Olivier Rogar – Classic Courses

Maserati 300S

Un constat s’impose en regardant ces photos, l’esthétique des Maserati est particulièrement pure. Alliance de la puissance et de la fonctionnalité. Sans artifice. 30 exemplaires produits entre 1955 et 1957. Et voilà que point le débat contradictoire Maserati v/s Ferrari…

Maserati 300 S – Claudia Huertgen – Methusalem Racing © Olivier Rogar – Classic Courses

Lotus 49

Celle de « qui-vous-savez », mais avec la McLaren M7 et l’Eagle de Dan Gurney, l’une des plus belles F1 3.0L des années 60. De quoi imaginer les exploits de Graham Hill, notamment à Monaco.

Lotus 49 © Olivier Rogar – Classic Courses

Wolf WR1

On se souvient de la Wolf WR1 de Jody Scheckter. Walter Wolf avait créé son écurie en 1976 en rachetant le matériel de Lord Hesketh. Puis Harvey Postlethwaite avait conçu la WR1 pour 1977. Elégante, compacte, bien finie, elle a remporté la première course à laquelle elle a participé, en Argentine. Deux autres victoires à Monaco et au Canada permirent au pilote Sud-Africain de finir le championnat en 2e position derrière Niki Lauda et sa Ferrari. Cet exploit fait penser à celui de Brawn GP en 2009, écurie issue du rachat de Honda F1 qui remporta aussi la victoire lors de sa première course.
Le modèle présenté à Monaco est en réalité la WR4, dernière construite de la série. Elle a couru début 1978 puis a servi de voiture de réserve avant d’être vendue à Teddy Yip. Ce dernier l’attribua à Keke Rosberg la même année.
A Monaco elle est engagée par son pilote américain, Wayne Taylor qui l’a totalement restaurée, jusqu’au dernier rivet.

GP de Monaco Historique 2024
Wolf WR1 © Olivier Rogar – Classic Courses
Wolf WR1 © Olivier Rogar – Classic Courses

Les embouteillages de Monaco

Embouteillage de la série F © Olivier Rogar – Classic Courses

Ah les embouteillages de Monaco et les trois drapeaux rouges de cette série F !… Soulignera-t-on les différences de niveaux entre les pilotes ? La confusion engendrée par ces multiples départs ? La rétrogradation de la Tyrrell – 3e aux essais – en dernière position du deuxième départ engendra stress et bousculades. En course les concurrents se scindaient en cinq groupes avec des gouffres entre chacun d’entre eux. Faute de se contraindre à rouler en procession, les tentations de se dépasser sont grandes et souvent sévèrement sanctionnées. Le « spectacle » devient risqué, au moins pour les voitures…

Un peu de casse

De la différence entre course et démonstration. Les incidents de course peuvent se produire et sont généralement partagés par deux protagonistes. Les incidents de démonstration sont plutôt le fait des pilotes, de leurs éventuelles maladresses. L’exigeant circuit de Monaco fait qu’ici on a les deux, aux essais ou en course. On se félicite de l’absence de dommages corporels, due à la qualité de la piste, à la compétence des commissaires et à des vitesses raisonnables. Quoique. Si l’on pense au tunnel ou à la montée vers le Casino…

Cependant voir ces autos abimées est toujours une souffrance. Notamment la Wolf dont nous avons parlé plus haut. Une restauration de très haut niveau. Un départ. Un drapeau rouge. Un deuxième départ. Une voiture rate son envol. Celle-ci l’évite et percute aussitôt une autre F1 mal partie. Deuxième restauration en vue. Quant à l’état de la coque…

GP de Monaco Historique 2024
Mécanique… © Olivier Rogar – Classic Courses
Mécanique… © Olivier Rogar – Classic Courses
Mécanique… © Olivier Rogar – Classic Courses
Mécanique… © Olivier Rogar – Classic Courses
Mécanique… © Olivier Rogar – Classic Courses

Certains personnages

On n’est pas au festival de Cannes mais les personnalités sont nombreuses. Pas nécessairement connues. Un de leur charme.

GP de Monaco Historique 2024
Une star de 90 printemps derrière l’objectif © Olivier Rogar – Classic Courses
Les vrais héros de Monaco © Olivier Rogar – Classic Courses
GP de Monaco Historique 2024
Daniel Champion, l’inventeur du répartiteur de freinage au tableau de bord. Toute une carrière en sport auto, chef mécanicien de Renault F1 © Gérard Gaud
GP de Monaco Historique 2024
Jo Ramirez – Mécanicien chez Eagle, Tyrrell, Fittipaldi puis Team Coordinator chez McLaren – Une légende de la F1 © Olivier Rogar – Classic Courses
Michel Mallier Mécanicien de course. L’un des rares sachant remonter une V12 Matra © Gérard Gaud
GP de Monaco Historique 2024
Ari Vatanen, Champion du monde de rallyes 1981, l’un des quelques grands gentlemen de la course © Olivier Rogar – Classic Courses
Michel Verrando et Clive Chapman – Bientôt de nouvelles cartes de voeux pour Classic Team Lotus ? © Olivier Rogar – Classic Courses
Zak Brown , le boss de McLaren, expert en « tunneling » © Olivier Rogar – Classic Courses
Jean Denis Deletraz et Didier Artzet © Olivier Rogar – Classic Courses
Soheil Ayari et Didier Artzet © Olivier Rogar – Classic Courses
GP de Monaco Historique 2024
Methusalem Racing – Comme transposés en 1955 © Olivier Rogar – Classic Courses

Monaco en détails

Un degré de finition et de présentation rarement atteint à l’époque.

Auto à pédales style Sonia Delaunay © Olivier Rogar – Classic Courses
C’est écrit dessus ! © Olivier Rogar – Classic Courses
GP de Monaco Historique 2024
Ferrari 246 Dino © Olivier Rogar – Classic Courses
Ferrari 246 Dino © Olivier Rogar – Classic Courses
Auto à moteur esseulée © Olivier Rogar – Classic Courses
Un beau vécu © Olivier Rogar – Classic Courses
Shadow DN 9 © Olivier Rogar – Classic Courses
GP de Monaco Historique 2024
Matra V12 © Olivier Rogar – Classic Courses
Le bon sponsor © Olivier Rogar – Classic Courses
Fittipaldi F7 © Olivier Rogar – Classic Courses
Hesketh © Olivier Rogar – Classic Courses
L’ombre d’Emerson – Fittipaldi F5A © Olivier Rogar – Classic Courses
GP de Monaco Historique 2024
March 701 ou Tyrrell 001 ex Jackie Stewart © Olivier Rogar – Classic Courses
Lotus 97T Senna © Olivier Rogar – Classic Courses

Et pour finir un petit quizz !

Nos lecteurs savent tout. Alors pourraient-ils nous expliquer la décoration du casque de Mr Adrian Newey ?

Adrian Newey – GP Historique de Monaco 2024 © Olivier Rogar – Classic Courses

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le !

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

Visitez notre boutique en ligne :

Vos commentaires les plus récents :

D’autres articles à découvrir :

4 3 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

7 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments

Contribuez à Classic-Courses

Pour raconter l’histoire de la course automobile, il nous faut du temps, de la documentation, des photos, des films, des contributeurs de tous âges et des geeks qui tournent comme des F1 !

Nous soutenir

Pour que notre aventure demeure bénévole et collaborative et que nous puissions continuer à écrire nos articles au gré de nos envies, en toute indépendance.